Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

  • 27/11/20 | Restructuration de Repetto: L'Etat entre dans la danse

    Lire

    Une première réunion de travail entre la direction de Repetto, le cabinet de la ministre de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, et les services de Bercy a eu lieu jeudi 26 novembre sur l'accompagnement de l'entreprise dans sa restructuration. L'occasion de faire le point sur les indicateurs financiers de l'entreprise, son processus de restructuration et le climat social en son sein. Les axes d'un projet de développement ont aussi pu être esquissés. Pour mémoire, suite à plusieurs années difficiles, Repetto a annoncé la mise en place d'un plan social menaçant 51 postes en France dont 31 à Saint-Médard-d’Excideuil (24).

  • 27/11/20 | Royan Atlantique : Un pôle de transformation de produits locaux

    Lire

    La Communauté d'agglomération Royan Atlantique (CARA) porte depuis 2016 un projet de création d'un atelier collectif de transformation de viandes multi-espèces visant à améliorer la performance économique de la filière locale d'élevage. Huit éleveurs ont participé à la construction de ce projet et plus d’une trentaine sont à ce jour intéressés par l’équipement. Le pôle transformation de la CARA sera géré et utilisé par les producteurs associés dans une structure d'exploitation qui louera l'équipement à la CARA. La Région soutient ce projet à hauteur de 220 537 euros.

  • 27/11/20 | Creuse: un numéro vert pour les personnes handicapées en difficulté

    Lire

    Le Département de la Creuse et la Maison Départementale des Personnes Handicapées viennent de mettre en place un numéro vert d’appui pour les personnes handicapées et les aidants qui sont en difficulté ou sans solution immédiate du fait de la crise sanitaire. Ce numéro est également accessible aux personnes sourdes et malentendantes, 7 jours/7 de 7h à 21h : 0 800 360 360.

  • 27/11/20 | Les émailleurs français s’exposent à Limoges

    Lire

    Depuis le 16 novembre, les halles centrales de la ville de Limoges accueillent une trentaine de pièces conçues par des créateurs locaux et nationaux, et prêtées par le Syndicat Professionnel des Emailleurs Français. Cette exposition présente des créations contemporaines d’émail sur métaux. Durant un an, le Syndicat s’invitera dans l’espace « Ville créative Unesco » des halles centrales qui est dédié à la valorisation des acteurs locaux des arts du feu.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Huis clos inédit pour l’installation du conseil municipal de Châtellerault

04/06/2020 | À distance, masques, gel hydroalcoolique à disposition, lieu inédit, ambiance particulière pour l'installation du conseil municipal de Châtellerault ce 28 mai.

Une installation de conseil municipal inédite à Châtellerault, ce jeudi 28 mai 2020. Elle s'est déroulée à huis clos au complexe culturel de l'Angelarde.

Il a fallu attendre un peu plus de deux mois avant d’installer le conseil municipal. Elue lors du premier tour des élections - controversées a posteriori - avec 50,27% des suffrages exprimés, la liste de Jean-Pierre Abelin, maire sortant de Châtellerault, a dû patienter. Cette séance d’installation du nouveau conseil municipal était initialement prévue le 20 mars. Finalement, le gouvernement, au vu de l’urgence sanitaire, a repoussé ces conseils d'installation avant de les programmer - en urgence - entre le 23 et le 28 mai derniers. C’est d’ailleurs ce 28 mai à 17h30, que Châtellerault, deuxième plus grande ville du département de la Vienne qui compte plus de 30 000 habitants, a choisi de mettre en place son nouveau conseil municipal. Ce n’est pas dans la traditionnelle salle du conseil à la mairie de Châtellerault que cette réunion s’est tenue mais au complexe culturel de l’Angelarde, bien plus grand et plus spacieux. Retour sur cette séance particulière, à huis clos, sans public et sans presse, mais avec une transmission vidéo sur la page Facebook de la ville de Châtellerault. Une séance qui a duré seulement une heure quarante-cinq minutes afin de respecter au mieux les consignes du conseil scientifique Covid-19.

C’est d’une manière inédite que la réunion du premier conseil municipal de Châtellerault s’est tenue ce jeudi 28 mai à 17h30. À huis clos, sans public, sans journaliste. Dans un lieu inédit : le complexe culturel de l’Angelarde, qui peut accueillir de 1 000 à 2 900 personnes selon les configurations. Des tables disposées en U, une par conseiller municipal pour respecter la distance entre chacun et avec papiers, stylos personnels, et gel hydroalcoolique. Des dispositions pour respecter au mieux les préconisations du conseil scientifique Covid-19. Le masque était bien sûr obligatoire. Cette première réunion du conseil municipal de Châtellerault se limitait à un sujet : l’installation du conseil… « On a choisi après concertation une séance sans public mais avec transmission et on a un ordre du jour très limité qui se réduit à l’élection de l’exécutif », avertit en préambule, Jean-Pierre Abelin, maire sortant de Châtellerault, dont la liste est arrivée en tête du 1er tour des élections municipales avec 50,27% des suffrages exprimés. 

Après quelques approximations, tout est en ordre de marche. Le président de séance, qui est le plus âgé des conseillers municipaux, procède d’abord à l’élection du maire après la lecture du résultat des élections municipales et l’évocation des 39 conseillers municipaux élus. Chacun des élus a donc procédé au vote via un bout de papier et une urne qui faisait le tour de l’assemblée pour récolter les bulletins. Deux assesseurs ont été désignés pour le dépouillement. Résultat sur les 39 votants, Jean-Pierre Abelin obtient 31 voix (soit la totalité des voix de sa liste), 3 bulletins nuls, 1 blanc, David Simonet (Parti communiste français) récolte 2 voix, tout comme Marion Latus (Rassemblement national). En conséquence, Jean-Pierre Abelin est élu maire de Châtellerault. 

Retour sur le Covid-19

Sous les applaudissements de ses colistiers, Jean-Pierre Abelin enchaîne un troisième mandat en tant que maire de Châtellerault. Il a remercié les personnes de sa liste mais surtout la population châtelleraudaise « pour la confiance qu’elle nous a manifesté qui malgré la présence de sept listes nous élit dès le premier tour. C’est pour nous une reconnaissance du travail accompli, c’est aussi une obligation exigeante de poursuivre notre action et de valoriser les atouts de notre territoire dans une période marquée par une pandémie qui n’est toujours pas vaincue. Après un confinement qui va voir des conséquences extrêmement négatives sur un plan économique et social. » Un discours qui a bien sûr tourné autour de la situation sanitaire avec le remerciement de toutes les personnes soignantes en première ligne mais aussi d’autres professions dont il est fait moins allusion.
Le maire nouvellement élu en a profité aussi pour revenir sur les 55 jours de confinement où « nous avons dû adapter nos actions en permanence aux prescriptions nationales en liaison étroite avec le sous préfet,  en participant à la sécurité civile et sanitaire, en soutenant sur le plan social les plus fragiles ».
Un Covid-19 qui va forcément avoir des répercussions sur son programme et les décisions à venir de la part du nouveau conseil municipal. Jean-Pierre Abelin avertit que « la feuille de route que nous avons présenté aux Châtelleraudais va nous amener à bosser, à renforcer certaines positions. Nous allons étaler dans le temps certains de nos projets, en imaginer d’autres ». Le maire a ensuite précisé qu’il était trop tôt pour tirer une leçon de la crise. Cependant il paraît inquiet pour la ville et l’agglomération châtelleraudaises tournées vers l’industrie. « Des points forts sont apparus durant cette crise : favoriser le télétravail, lutter contre la fracture numérique, réindustrialiser et réorienter l’industrie sur certains secteurs stratégiques, certains métiers ». Jean-Pierre Abelin compte limiter la casse industrielle et commerciale en relançant un chantier d’attractivité du territoire et en préparant un plan de soutien au commerce local.

Jean-Pierre Abelin enchaîne un troisième mandat à la mairie de Châtellerault.

Après ce discours, place au vote des adjoints. Ils seront onze. Le nombre maximal. Didier Simonet, candidat PCF à la mairie de Châtellerault, est intervenu pour faire remarquer qu’il n’accepte pas ce nombre d’adjoints, pour lui trop élevé. « Nous pensions réduire ce nombre de moitié et le ramener à six, précise-t-il dans son intervention avant de commenter. Avec la crise économique qui nous attend, ce n’est plus raisonnable d’entretenir une armée mexicaine ». Plusieurs objectifs à cette baisse parmi ceux avancés, une économie d’argent. Jean-Pierre Abelin lui a rétorqué : « La première réunion municipale n’est pas un lieu de débat, la préconisation est qu’elle doit durer le moins longtemps possible. Je répondrai au prochain conseil municipal. Il y a une argumentation un peu populiste dans votre discours… » Ce sont donc bien onze adjoints qui ont été élus par le conseil municipal à la suite de ce premier débat, avec quelques contradictions. Autre vote, celui du maire délégué de Targé, commune associée à Châtellerault depuis 1972, c’est Stéphane Raynaud, seul candidat qui a été élu.

Masqués et à distance, les 39 conseillers municipaux ont élu Jean-Pierre Abelin, maire de Châtellerault

Questions de l’opposition 

Mais comme tout conseil municipal, et même si celui-ci se devait d'être le plus court possible, il y a tout de même eu un temps d’échanges. Françoise Méry, qui se présente elle-même de l’opposition citoyenne de gauche écologiste, est revenue sur l’élection et son abstention record de 66,5%. « Nous sommes tous et toutes élus sur une base démocratique très faible. 33,5% de votants, ce qui pose un véritable problème de représentativité et de légitimé et nous devons bien le reconnaître avec humilité. Durant les six prochaines années, il vous reviendra de vous rappeler et surtout de prendre en compte que seulement un électeur sur six a voté pour vous pour que vous appliquiez avec objectivité vos décisions durant ce mandat, nous y veillerons ». Celle qui est arrivée deuxième aux élections municipales propose d’ailleurs de participer à un groupe de travail pour l’après crise. « Nous accepterions de participer à un groupe de travail dédié à l’après crise et destiné à trouver des moyens efficaces et novateurs de soutenir et redynamiser l’ensemble des acteurs économiques, culturels, associatifs, sportifs de la ville, voire de l’agglomération ». Avant d’enchaîner en lançant deux ou trois remarques sur la gestion du Covid-19 et notamment sur la distribution des masques à Jean-Pierre Abelin. « Nous sommes la deuxième plus grosse ville du département et l’une des dernières à procéder à la distribution de masques », reproche-t-elle. Réponse immédiate de la part du maire. « Je ne peux pas laisser sans réponse les dernières interrogations. Je me réjouis que vous puissiez participer à un groupe de travail, on va voir sous quelle forme, entre les élus de la ville et les élus de l’agglomération je pense qu’il faut avoir l’ensemble des intervenants et des responsables pour réfléchir sur la crise, les conséquences et les propositions qu’on peut faire pour améliorer la situation. Sur les masques je suis stupéfait de votre question et elle prouve que vous ne savez pas qu’elle a été la politique de la ville. On a réuni des masques et des blouses au niveau des entreprises du bassin. On en a redonné à beaucoup de gens dans des situations difficiles, à des soignants et à tout le personnel des communes de l’agglomération ». Un peu d’agacement se fait sentir.

D’autant plus que David Simon (La République En Marche) demande la parole, alors que la séance devait se conclure. Après un bref échange de politesse, entre le maire et lui, David Simon est revenu sur des propositions pour relancer le commerce en centre-ville, citant l’exemple de bons d’achat qui ont été mis en place, notamment à Tours (Indre-et-Loire) ou à Vitry-le-François (Marne). Lui aussi a proposé d’intégrer ce groupe de travail sur l’après crise. Jean-Pierre Abelin lui a répondu, et ce fut son dernier mot, à savoir que Châtellerault était « en train de travailler sur un programme pour la bonne santé des commerces et le retour du commerce local. Nous avons plusieurs propositions que nous sommes en train d’évaluer pour répondre à ces problèmes. Les premières devraient être mises en oeuvre début septembre. »

Un conseil inédit 

Après, plus d’une heure quarante de séance d’installation du nouveau conseil municipal, les débats sont clos. Une installation inédite, dans un lieu différent que d’habitude à huis clos, sans public ni journaliste mais diffusé sur la page Facebook de la mairie de Châtellerault. Une nouvelle formule qui risque d’être reprise sans doute pour la prochaine réunion du conseil municipal qui devrait se tenir le 18 juin. En attendant, à ce jour, plus de 3 000 personnes ont regardé (pas forcément entièrement) cette séance du conseil municipal. Cela fait bien sûr plus de public touché que lors des traditionnelles séances dans la salle du conseil. Cependant, les journalistes locaux ont eu un peu de difficultés pour faire leur travail, poser des questions, recueillir des réactions auprès des élus à la fin de la séance. Il y a sans doute quelques adaptations à trouver encore. 

Dans la Vienne, 240 communes ont installé leurs nouveaux conseillers municipaux et maires entre le 23 et le 28 mai. Le 2nd tour des élections municipales organisé le 28 juin prochain concernera 25 communes le 28 juin. Et deux villages reste toujours sans candidat : Berthegon et Cherves. 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Nicolas Mahu

Partager sur Facebook
Vu par vous
5201
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !