18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

27/04/22 : DORDOGNE- L'épizootie aviaire se poursuit: au 26 avril, 52 foyers sont confirmés, soit 7 foyers de plus en 3 jours. 2 suspicions de foyers sont encore en cours d'analyse. Le dépeuplement préventif des élevages frôle les 500 000 volailles abattues.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/05/22 | 36 Ukrainiens accueillis à Bayonne

    Lire

    Mardi 17 mai, un bus de 36 déplacés d’Ukraine est arrivé à Bayonne, en provenance de Paris. Logés au lycée Louis de Foix, à Bayonne, ils s’ajoutent aux 782 déplacés d’Ukraine déjà en Pyrénées-Atlantiques, dont 288 enfants. Ils bénéficient d'une autorisation de séjour, d'une complémentaire santé et possibilité de travailler et de demander l’allocation pour demandeurs d’asile. Les enfants sont accueillis dans les établissements publics et privés et tous bénéficient d’un accompagnement social par l’association Atherbea.

  • 18/05/22 | La Maison Barthouil agrandit son espace de visite

    Lire

    A Peyrehorade dans les Landes, la Maison Barthouil est spécialisée dans la production artisanale de saumons fumés et de foie gras. Labellisée « Entreprise Patrimoine Vivant » en 2021, elle souhaite agrandir et rénover son espace de visite. Grâce au rachat de la parcelle attenante aux ateliers de production, l'espace de visite pourra accueillir à la fin de l'été trois fois plus de visiteurs. Le futur espace de visite vise la labellisation « Tourisme et Handicap ».

  • 18/05/22 | 32 actions pour le Parc Naturel Régional Millevaches

    Lire

    Le Parc Naturel Régional Millevaches en Limousin propose pour cette année 2022, 32 actions portant sur l'amélioration des connaissances naturalistes et de la biodiversité du territoire, la valorisation et la diffusion de la culture occitane. Elle souhaite également développer une agriculture et une alimentation durable. Ce programme d'actions 2022 s'accompagnera aussi de missions d'animation ainsi qu'une promotion du tourisme durable.

  • 18/05/22 | Influenza aviaire : un 2nd foyer en Charente

    Lire

    Un 2nd foyer d'influenza aviaire vient d'être révélé dans un élevage de canards de Laprade en Charente. Une zone de protection de 3km autour du foyer ainsi qu'une zone de surveillance de 10km ont été mises en place tout comme la désinfection de l'exploitation. Afin de prévenir une éventuelle diffusion du virus, l'exploitation a été dépeuplée.

  • 17/05/22 | Pays Basque : un projet structurant pour la filière ovin viande

    Lire

    La coopérative Amatik dans le Pays Basque, rassemble 75 éleveurs ovins races laitières et en race viande. Afin de mutualiser et sécuriser les circuits logistiques amont et aval des animaux, elle va créer un centre de rassemblement et d'engraissement sur un même site. Objectif: plus d'attractivité pour la filière viande par le retour de la valeur ajoutée aux éleveurs, le développement de l’approvisionnement des boucheries traditionnelles locales ainsi que la valorisation de la production des agneaux de lait sous label rouge fermier. Un projet soutenu par le Conseil régional à hauteur de 116 706 €

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Huis clos inédit pour l’installation du conseil municipal de Châtellerault

04/06/2020 | À distance, masques, gel hydroalcoolique à disposition, lieu inédit, ambiance particulière pour l'installation du conseil municipal de Châtellerault ce 28 mai.

1

Il a fallu attendre un peu plus de deux mois avant d’installer le conseil municipal. Elue lors du premier tour des élections - controversées a posteriori - avec 50,27% des suffrages exprimés, la liste de Jean-Pierre Abelin, maire sortant de Châtellerault, a dû patienter. Cette séance d’installation du nouveau conseil municipal était initialement prévue le 20 mars. Finalement, le gouvernement, au vu de l’urgence sanitaire, a repoussé ces conseils d'installation avant de les programmer - en urgence - entre le 23 et le 28 mai derniers. C’est d’ailleurs ce 28 mai à 17h30, que Châtellerault, deuxième plus grande ville du département de la Vienne qui compte plus de 30 000 habitants, a choisi de mettre en place son nouveau conseil municipal. Ce n’est pas dans la traditionnelle salle du conseil à la mairie de Châtellerault que cette réunion s’est tenue mais au complexe culturel de l’Angelarde, bien plus grand et plus spacieux. Retour sur cette séance particulière, à huis clos, sans public et sans presse, mais avec une transmission vidéo sur la page Facebook de la ville de Châtellerault. Une séance qui a duré seulement une heure quarante-cinq minutes afin de respecter au mieux les consignes du conseil scientifique Covid-19.

C’est d’une manière inédite que la réunion du premier conseil municipal de Châtellerault s’est tenue ce jeudi 28 mai à 17h30. À huis clos, sans public, sans journaliste. Dans un lieu inédit : le complexe culturel de l’Angelarde, qui peut accueillir de 1 000 à 2 900 personnes selon les configurations. Des tables disposées en U, une par conseiller municipal pour respecter la distance entre chacun et avec papiers, stylos personnels, et gel hydroalcoolique. Des dispositions pour respecter au mieux les préconisations du conseil scientifique Covid-19. Le masque était bien sûr obligatoire. Cette première réunion du conseil municipal de Châtellerault se limitait à un sujet : l’installation du conseil… « On a choisi après concertation une séance sans public mais avec transmission et on a un ordre du jour très limité qui se réduit à l’élection de l’exécutif », avertit en préambule, Jean-Pierre Abelin, maire sortant de Châtellerault, dont la liste est arrivée en tête du 1er tour des élections municipales avec 50,27% des suffrages exprimés. 

Après quelques approximations, tout est en ordre de marche. Le président de séance, qui est le plus âgé des conseillers municipaux, procède d’abord à l’élection du maire après la lecture du résultat des élections municipales et l’évocation des 39 conseillers municipaux élus. Chacun des élus a donc procédé au vote via un bout de papier et une urne qui faisait le tour de l’assemblée pour récolter les bulletins. Deux assesseurs ont été désignés pour le dépouillement. Résultat sur les 39 votants, Jean-Pierre Abelin obtient 31 voix (soit la totalité des voix de sa liste), 3 bulletins nuls, 1 blanc, David Simonet (Parti communiste français) récolte 2 voix, tout comme Marion Latus (Rassemblement national). En conséquence, Jean-Pierre Abelin est élu maire de Châtellerault. 

Retour sur le Covid-19

Sous les applaudissements de ses colistiers, Jean-Pierre Abelin enchaîne un troisième mandat en tant que maire de Châtellerault. Il a remercié les personnes de sa liste mais surtout la population châtelleraudaise « pour la confiance qu’elle nous a manifesté qui malgré la présence de sept listes nous élit dès le premier tour. C’est pour nous une reconnaissance du travail accompli, c’est aussi une obligation exigeante de poursuivre notre action et de valoriser les atouts de notre territoire dans une période marquée par une pandémie qui n’est toujours pas vaincue. Après un confinement qui va voir des conséquences extrêmement négatives sur un plan économique et social. » Un discours qui a bien sûr tourné autour de la situation sanitaire avec le remerciement de toutes les personnes soignantes en première ligne mais aussi d’autres professions dont il est fait moins allusion.
Le maire nouvellement élu en a profité aussi pour revenir sur les 55 jours de confinement où « nous avons dû adapter nos actions en permanence aux prescriptions nationales en liaison étroite avec le sous préfet,  en participant à la sécurité civile et sanitaire, en soutenant sur le plan social les plus fragiles ».
Un Covid-19 qui va forcément avoir des répercussions sur son programme et les décisions à venir de la part du nouveau conseil municipal. Jean-Pierre Abelin avertit que « la feuille de route que nous avons présenté aux Châtelleraudais va nous amener à bosser, à renforcer certaines positions. Nous allons étaler dans le temps certains de nos projets, en imaginer d’autres ». Le maire a ensuite précisé qu’il était trop tôt pour tirer une leçon de la crise. Cependant il paraît inquiet pour la ville et l’agglomération châtelleraudaises tournées vers l’industrie. « Des points forts sont apparus durant cette crise : favoriser le télétravail, lutter contre la fracture numérique, réindustrialiser et réorienter l’industrie sur certains secteurs stratégiques, certains métiers ». Jean-Pierre Abelin compte limiter la casse industrielle et commerciale en relançant un chantier d’attractivité du territoire et en préparant un plan de soutien au commerce local.

Jean-Pierre Abelin enchaîne un troisième mandat à la mairie de Châtellerault.

Après ce discours, place au vote des adjoints. Ils seront onze. Le nombre maximal. Didier Simonet, candidat PCF à la mairie de Châtellerault, est intervenu pour faire remarquer qu’il n’accepte pas ce nombre d’adjoints, pour lui trop élevé. « Nous pensions réduire ce nombre de moitié et le ramener à six, précise-t-il dans son intervention avant de commenter. Avec la crise économique qui nous attend, ce n’est plus raisonnable d’entretenir une armée mexicaine ». Plusieurs objectifs à cette baisse parmi ceux avancés, une économie d’argent. Jean-Pierre Abelin lui a rétorqué : « La première réunion municipale n’est pas un lieu de débat, la préconisation est qu’elle doit durer le moins longtemps possible. Je répondrai au prochain conseil municipal. Il y a une argumentation un peu populiste dans votre discours… » Ce sont donc bien onze adjoints qui ont été élus par le conseil municipal à la suite de ce premier débat, avec quelques contradictions. Autre vote, celui du maire délégué de Targé, commune associée à Châtellerault depuis 1972, c’est Stéphane Raynaud, seul candidat qui a été élu.

Masqués et à distance, les 39 conseillers municipaux ont élu Jean-Pierre Abelin, maire de Châtellerault

Questions de l’opposition 

Mais comme tout conseil municipal, et même si celui-ci se devait d'être le plus court possible, il y a tout de même eu un temps d’échanges. Françoise Méry, qui se présente elle-même de l’opposition citoyenne de gauche écologiste, est revenue sur l’élection et son abstention record de 66,5%. « Nous sommes tous et toutes élus sur une base démocratique très faible. 33,5% de votants, ce qui pose un véritable problème de représentativité et de légitimé et nous devons bien le reconnaître avec humilité. Durant les six prochaines années, il vous reviendra de vous rappeler et surtout de prendre en compte que seulement un électeur sur six a voté pour vous pour que vous appliquiez avec objectivité vos décisions durant ce mandat, nous y veillerons ». Celle qui est arrivée deuxième aux élections municipales propose d’ailleurs de participer à un groupe de travail pour l’après crise. « Nous accepterions de participer à un groupe de travail dédié à l’après crise et destiné à trouver des moyens efficaces et novateurs de soutenir et redynamiser l’ensemble des acteurs économiques, culturels, associatifs, sportifs de la ville, voire de l’agglomération ». Avant d’enchaîner en lançant deux ou trois remarques sur la gestion du Covid-19 et notamment sur la distribution des masques à Jean-Pierre Abelin. « Nous sommes la deuxième plus grosse ville du département et l’une des dernières à procéder à la distribution de masques », reproche-t-elle. Réponse immédiate de la part du maire. « Je ne peux pas laisser sans réponse les dernières interrogations. Je me réjouis que vous puissiez participer à un groupe de travail, on va voir sous quelle forme, entre les élus de la ville et les élus de l’agglomération je pense qu’il faut avoir l’ensemble des intervenants et des responsables pour réfléchir sur la crise, les conséquences et les propositions qu’on peut faire pour améliorer la situation. Sur les masques je suis stupéfait de votre question et elle prouve que vous ne savez pas qu’elle a été la politique de la ville. On a réuni des masques et des blouses au niveau des entreprises du bassin. On en a redonné à beaucoup de gens dans des situations difficiles, à des soignants et à tout le personnel des communes de l’agglomération ». Un peu d’agacement se fait sentir.

D’autant plus que David Simon (La République En Marche) demande la parole, alors que la séance devait se conclure. Après un bref échange de politesse, entre le maire et lui, David Simon est revenu sur des propositions pour relancer le commerce en centre-ville, citant l’exemple de bons d’achat qui ont été mis en place, notamment à Tours (Indre-et-Loire) ou à Vitry-le-François (Marne). Lui aussi a proposé d’intégrer ce groupe de travail sur l’après crise. Jean-Pierre Abelin lui a répondu, et ce fut son dernier mot, à savoir que Châtellerault était « en train de travailler sur un programme pour la bonne santé des commerces et le retour du commerce local. Nous avons plusieurs propositions que nous sommes en train d’évaluer pour répondre à ces problèmes. Les premières devraient être mises en oeuvre début septembre. »

Un conseil inédit 

Après, plus d’une heure quarante de séance d’installation du nouveau conseil municipal, les débats sont clos. Une installation inédite, dans un lieu différent que d’habitude à huis clos, sans public ni journaliste mais diffusé sur la page Facebook de la mairie de Châtellerault. Une nouvelle formule qui risque d’être reprise sans doute pour la prochaine réunion du conseil municipal qui devrait se tenir le 18 juin. En attendant, à ce jour, plus de 3 000 personnes ont regardé (pas forcément entièrement) cette séance du conseil municipal. Cela fait bien sûr plus de public touché que lors des traditionnelles séances dans la salle du conseil. Cependant, les journalistes locaux ont eu un peu de difficultés pour faire leur travail, poser des questions, recueillir des réactions auprès des élus à la fin de la séance. Il y a sans doute quelques adaptations à trouver encore. 

Dans la Vienne, 240 communes ont installé leurs nouveaux conseillers municipaux et maires entre le 23 et le 28 mai. Le 2nd tour des élections municipales organisé le 28 juin prochain concernera 25 communes le 28 juin. Et deux villages reste toujours sans candidat : Berthegon et Cherves. 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Nicolas Mahu

Partager sur Facebook
Vu par vous
10999
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Boris Vallaud, Gérald Dahan, Jean-Yves Lalanne font partie des élus investis par la NUPES Politique | 12/05/2022

Candidatures de la Nupes: le PS trébuche en Charente avec Jérôme Lambert

Jean Lassalle Politique | 02/05/2022

LEGISLATIVES: L’iconique député béarnais, Jean Lassalle, ne se représente pas

lgv une Politique | 29/04/2022

GPSO : les lignes LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax contestées pour cause de surcoût

Carte électorale et  tampon ''à voté'' Politique | 25/04/2022

Présidentielle: en Nouvelle-Aquitaine les zones urbaines s'opposent aux territoires ruraux

L'hôtel de ville de La Rochelle était aux couleurs du drapeau français pour ces élections Politique | 25/04/2022

Présidentielle en Charente-Maritime : une fracture entre zones rurales et zones urbaines

A Poitiers, Emmanuel Macron arrive devant Marine Le Pen avec 75,16% des suffrages exprimés Politique | 25/04/2022

Présidentielle : Emmanuel Macron arrive en tête mais Marine Le Pen gagne du terrain dans la Vienne

Panneau d'affichage pour le 2nd tour de l'élection présidentielle de 2022 Politique | 25/04/2022

Présidentielle : En Haute-Vienne Emmanuel Macron l’emporte avec plus de 59 % des suffrages

Emmanuel Macron, le président sortant arrive en tête en Dordogne Politique | 24/04/2022

Présidentielle: En Dordogne, Emmanuel Macron devant Marine Le Pen

2em tour Politique | 24/04/2022

Présidentielle : la Gironde confirme son choix pour Emmanuel Macron

Election présidentielle 2022 : Emmanuel Macron versus Marine Le Pen Politique | 24/04/2022

Présidentielle dans les Pyrénées-Atlantiques : Macron domine, Le Pen progresse

Illustration urne Politique | 11/04/2022

Présidentielle: Marine Le Pen en tête dans trois départements sur douze

A Poitiers, Jean-Luc Mélenchon arrive en tête devant Emmanuel Macron et Marine Le Pen Politique | 11/04/2022

Présidentielle dans la Vienne : Poitiers vote Mélenchon quand la Vienne vote pour Macron

C'est Jean Luc Mélenchon qui arrive en tête en Dordogne, lors du premier tour Politique | 11/04/2022

Présidentielle en Dordogne, Marine Le Pen vire en tête

Panneau d'affichage Politique | 10/04/2022

Présidentielle en Haute-Vienne : le résultat conforme au national qualifie Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour le second tour

Carte électorale et  tampon ''à voté'' Politique | 10/04/2022

Présidentielle dans les Pyrénées-Atlantiques : les résultats du 1er tour mettent Emmanuel Macron en tête