Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Intempéries et LGV, une plénière régionale au cœur de l'actualité

25/06/2013 | C'est par une minute de silence à la mémoire de Philippe Cornet, conseiller régional décédé le 8 juin dernier, qu'a débuté la séance plénière de ce 24 juin.

Assemblée plénière du Conseil régional du 24 juin 2013

Déjà très chargée, la séance plénière du Conseil régional s'est vue ajouter deux délibérations à la longue liste de son ordre du jour constitué d'une quarantaine de dossiers. L'une concernait le vote d'une motion en faveur de la LGV Bordeaux-Hendaye suite aux révélations de ce vendredi, mettant en cause son caractère prioritaire par les rapporteurs de la Commission 21, l'autre proposait le vote d'un million d'euros d'aides exceptionnelles en direction des acteurs économiques touchés par les récentes intempéries qui ont traversé l'Aquitaine. Deux questions évoquées en début de plénière, qui ont fait la quasi unanimité auprès des élus régionaux.

Alors que le rapport Duron devant prioriser au niveau national les projets ferroviaires et routiers pour les 15 ans à venir est officiellement encore en cours, des fuites révèlent depuis quelques jours un probable retoquage de la réalisation de la LGV Bordeaux-Espagne, post 2030. La partie Bordeaux-Toulouse du Grand Projet ferroviaire Sud Ouest (GPSO) serait quant à elle classée comme prioritaire. Une scission du projet global GPSO qui attire les foudres d'une grande majorité des élus régionaux (PS, PRG, Force Aquitaine et UMP). Ceux-ci ont donc voté une motion à destination du Gouvernement et du Président de la Réublique réaffirmant avec «force et fermeté que le GPSO est un projet unique et indivisible, et qu'il n'est pas acceptable de considérer comme seule priorité la liaison vers Toulouse».
Geneviève Darrieussecq (Forces Aquitaine) et Michel Diefenbacher (UMP), encourageant d'ailleurs à davantage «hausser le ton» et «être plus ferme» à l'égard du gouvernement. Le Président du groupe UMP soulignant par ailleurs qu'une telle conclusion du rapport Duron, si elle venait à se confirmer, «à l'heure où le budget européen se décide, tomberait au plus mal, la France laissant entendre que le projet n'est pas prioritaire».

"Un risque pour l'Etat"De son côté, Alain Rousset rappelant que le dossier GPSO dans son ensemble est «le plus rentable et le plus prêt y compris en terme foncier», souligne que «les collectivités d'Aquitaine ont déjà versé l'argent». Un élément qui lui fait craindre, «une possible remise en cause de la liaison Bordeaux Tours, et par conséquent un risque pour l'Etat lui-même». Une crainte du Président du Conseil régional qui s'explique par le fait qu'une partie des aides accordées par les collectivités pour la LGV Tours-Bordeaux, est conditionnée à la réalisation de la LGV vers Hendaye.
Autre sujet de récente actualité prise en compte par le Conseil régional lors sa session plénière: les intempéries et leurs conséquences graves pour de nombreux acteurs économiques régionaux, notamment dans les Pyrénées Atlantiques, les Landes et le Sud Gironde. Dans un premier temps c'est une enveloppe d'un million d'euros qui constituera ce fonds de solidarité. Quant à ses affectations, elles seront décidées en Commission paritaire "après analyse des désastres et des compensations par les assurances" précise le Président du Conseil régional. Sera également mis en place un groupe de travail constitué du préfet, des intercommunalités, départements et Chambre d'agriculture afin d'évaluer au mieux les acteurs pouvant en bénéficier.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
795
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Coopain des bois | 25/06/2013

Rapport Mariton, rapport Cour des Comptes, rapport Bianco, et maintenant rapport commission Mobilité 21 ... autant de sirènes d'alarme des danger d'une politique tout TGV LGV qui continue de ruiner le ferroviaire français.
Les "ir"responsables politiques territoriaux préfèrent éteindre les sirènes d'alarme, que d'éteindre les incendies qu'ils ont allumés et afin de pouvoir continuer tranquillement à en tirer profits sur le dos de tous les contribuables..

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !