18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Interview, Alain Juppé: La métamorphose de Bordeaux, c'est le fruit de l'action de la CUB et de la ville.

30/01/2014 | "Les métropoles vont se renforcer ; on voit bien que là où elles se renforcent les départements vont disparaître et que le reste se rapprochera des régions"

Alain Juppé maire de Bordeaux

Pour Bordeaux et son agglomération l'élection municipale de mars prochain revêt une importance inconnue jusque là. En effet, la Communauté urbaine va devenir Métropole, une métropole dont l'ambition de devenir millionnaire met en jeu des moyens importants et une gouvernance assurée. On comprend mieux, dès lors, que les deux grandes familles politiques en compétition nourrissent de fortes ambitions. Dans l'interview qu'il nous accordée Alain Juppé reconnaît l'importance d'une cogestion qu'il a défendue lorsqu'il est devenu maire de Bordeaux en 1995, cogestion qui remontait aux années Chaban et où Michel Sainte-Marie maire socialiste de Mérignac joua le jeu sans sourciller.

@qui! -  Pourquoi vous êtes vous autant engagé, au-delà de votre campagne municipale, dans celle pour la reconquête de la Communauté Urbaine de Bordeaux ?
Alain Juppé -  Pour deux raisons. La première est d'ordre opérationnel : la CUB a un rôle majeur dans le développement de l'agglomération, dès aujourd'hui. Elle a, à la fois, des compétences très importantes dans des domaines stratégiques comme les déplacements, l'urbanisme et le logement comme un certain nombre de grands services publics, l'eau, l'assainissement, le risque inondations... et des moyens financiers. Je répète toujours ceci : le budget d'investissement de la ville de Bordeaux est cette année particulièrement élevé, de 120 millions... Celui de la CUB, c'est plus de 600 millions. Il est de toute évidence que l'on doit s'intéresser à la métropole, ce sera d'ailleurs son nom à partir de 2015. La métamorphose de Bordeaux, c'est le fruit de l'action de la de la CUB et de la ville.
La seconde raison d'intérêt c'est que j'ai une vision de l'organisation territoriale de la France qui repose sur deux niveaux... Il faut sortir de cette image éculée de mille-feuille pour aller vers un double niveau d'administration territoriale. L'intercommunalité d'abord; ici c'est une métropole commune. Depuis très longtemps je suis partisan d'une formule sans doute jugée un peu agressive, le rapprochement entre la Région et le Département que nous avions esquissé avec cette réforme du conseiller territorial qui faisait sauter un des verrous à ce rapprochement : l'antagonisme entre les conseillers généraux qui veulent rester conseillers régionaux et les conseillers généraux qui veulent rester conseillers généraux.

On va, inévitablement, vers ce mouvement. Les métropoles vont se renforcer ; on voit bien que là où elles se renforcent les départements vont disparaître et que le reste se rapprochera des régions. J'ajoute que nous sommes dans une phase de transition.

@! - Y compris sur le plan de la désignation des conseillers communautaires...
A. J. -  Absolument et on n'a pas sauté le pas...

@! - Est-ce qu'il fallait le sauter alors ?
A. J. -  Il n'y avait pas de majorité politique pour cela. Vous savez ça fait partie de mon approche réaliste des choses... Il faut faire des réformes progressivement et les faire accepter. C'est pourquoi je pense que la réforme du conseiller territorial, c'était le doigt dans l'engrenage, au bon sens du terme. Cette année, les élections vont être des élections municipales. On va voter commune par commune : pour le maire de Mérignac, de Pessac, de Bordeaux... même si il y a un fléchage des conseillers communautaires. En 2020, d'après le texte qui a été voté, la moitié des conseillers communautaires seront élus au suffrage universel direct sur le territoire de la Communauté.

Peut être que cela amorcera une évolution différente mais dans la période 2014 2020, on reste dans l'intercommunalité : j'ai deux slogans pour me démarquer de mon adversaire : je ne veux pas de fusion absorption des communes ; je veux la coopération et la mutualisation des communes et je ne veux pas non plus d'une concentration des tous les pouvoirs en un seul parti. Je veux continuer le partage des responsabilités comme nous l'avons fait depuis 1995, comme nous l'avons fait entre majorité et opposition.

@! - La cogestion gauche-droite avait donc et a donc du bon...
A. J. - C'est ce qui a permis de transformer la ville parce qu'on l'a fait ensemble. Au début de chaque mandature on s'est mis d'accord sur un programme. Pourquoi vilipender la cogestion ? Ça ne veut pas dire l'absence de décisions. Au contraire ça veut dire des accords concrets. Exemple : le tramway : on a fait le tramway... Souvenez vous de la période d'avant... On a fait l'accord sur le tramway j'ai dit à l'époque : il n' y a pas un tram de gauche et un tram de droite. D'ailleurs, ça me frappe dans les réunions de proximité, les gens apprécient cela ils me disent vous avez l'intelligence de travailler ensemble.

Le département une structure dépassée

@! - Vous évoquiez tout à l'heure la future carte administrative... On cite beaucoup l'exemple du Rhône où la métropole lyonnaise prend les compétences du département . Philippe Madrelle disait il y a quelques jours : la Gironde est plus grand département de France et au delà du périmètre des 28 communes de la Communauté Urbaine il y a plus de 500 communes. Donc la situation est bien différente. Est ce qu'il peut y avoir des approches différentes ?
A. J. - Je comprends cette perception mais ne parlons pas que des 28 communes. Le SCOT, le Schéma de Cohérence Territoriale de l'agglomération, c'est 90 communes ; il faut parler de l'agglomération millionnaire . Je comprends bien l'attention portée à l'espace rural c'est très important. Mais que fait le département ? Il fait des routes...la région peut les faire. Il construit des collèges...et là je pense que l'on atteint le summum de la sophistication française. Les villes font les écoles et dans mon administration j'ai un service constructeur  qui contrôle les travaux ; les départements font les collèges ont un service constructeur, les régions font les lycées ont un service constructeur... L'Etat est service constructeur pour l'Université. Pourquoi les Régions ne feraient pas les lycées et les collèges ?

Le département c'est l'aide sociale. Or, que se passe t-il dans une agglomération comme la nôtre? Très souvent le département délègue à l'échelon de proximité, à la commune, le soin de faire un certain nombre de choses. Par exemple c'est le CCAS, le Comité Communal d'Action Sociale de Bordeaux, qui réalise l'instruction du Revenu de Solidarité Active, le RSA. Tout cela pour dire que le département me paraît une structure dépassée. Mais on a une résistance farouche parce que nous avons eu deux présidents de la république qui étaient départementalistes. Chirac qui était président du conseil général de la Corrèze, Hollande qui était président du conseil général de la Corrèze . Et vous avez des sénateurs qui sont très souvent présidents de conseils généraux

Economie : une Université puissante, le potentiel industriel et... l'or bleu

@! - Dans un sondage Louis Harris du printemps 2013 était apparue, pour la première fois avec beaucoup de force, l'aspiration des français à ce que le maire, leur élu préféré, s'occupe aussi des problèmes de l'économie, de l'emploi. Du coup on, voit bien là les limites des compétences de la commune, de la ville. Ce n'est pas simple de répondre à pareil défi...  
A. J. -  Ce n'est pas simple en effet : on attend tout du maire. Je le dis parfois dans des réunions : « je ne suis pas tout puissant ». Je n'ai pas un clavier sur lequel appuyer pour assurer la sécurité, créer des emplois...Nous avons des compétences limitées, des moyens limités. Il n'en reste pas moins que c'est une réalité, que les citoyens se tournent vers les élus municipaux, le maire en particulier. C'est une réalité dont il faut tenir compte. Il faut donner aux maires et aux communes les moyens d'agir de mobiliser toutes les forces et d'atteindre ces objectifs
En matière de développement économique c'est clair : la politique de l'emploi c'est l'Etat, de développement économique régional c'est la région. Comment voulez vous qu'une ville comme Bordeaux ne s'intéresse pas au développement économique ? Elle y est bien obligée.

Il y a une stratégie de développement économique à mettre en œuvre ; elle consiste à rendre les villes attractives. S'agissant de Bordeaux, je crois que l'essentiel du chemin est fait : il s'agissait de la rendre accessible on a progressé dans un certain nombre de domaines. Nous ne sommes plus dans le cul de sac de l'Europe : les autoroutes, bientôt les lignes à grande vitesse, l'aéroport sont autant d'atouts, même si le port est l'élément de faiblesse.

Dans l'accessibilité, je mets aussi le très haut débit. Et puis il y a  l'importance de l'attractivité universitaire. Si l'on veut attirer des entreprises il faut une université rayonnante et puissante, pas seulement parce que les jeunes sont là ; il nous faut aussi des laboratoires de recherche. Là aussi, on a beaucoup progressé. L'action sur les secteurs prioritaires est importante pour bien montrer ce qu'est le potentiel de notre ville et là il faut raisonner en termes d'agglomération. Il faut cesser de dire qu'il n' y a pas de potentiel industriel dans cette région : l'aéronautique, l'espace, le laser, le pôle de compétitivité Xylofutur, entre autres, en témoignent. Sur la ville il faut conforter certaines filières, le commerce qui reste le premier employeur de Bordeaux, le tertiaire et le tertiaire supérieur ; le quartier d'affaires autour de la gare va permettre une progression de ces secteurs. De grands groupes commencent à penser à la délocalisation de leurs états majors de la région parisienne vers les villes de province. C'est pour cela que nous sommes en compétition

Et puis il y a a l'or bleu , le tourisme d'affaires. On va avoir en 2015 ce gigantesque congrès qui, pour l'instant, n'a eu lieu que dans des capitales du style de Tokyo. C'est NTS, (1) le système de transport intelligent qui accueillera 7 à 8000 congressistes. C'est majeur pour notre ville. Le tourisme de loisirs a explosé depuis qu'on est classé Unesco. Et enfin le tourisme maritime et fluvial au succès incroyable qui est lié au vin. Pourquoi la clientèle de ces bateaux est à 60% américaine ? Parce qu'on leur dit : on vous amène à Margaux et à Saint-Emilion.

A lire également Interview, Vincent Feltesse: le maire c'est avant tout un aménageur

1. National Traffic Management System

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Grégoire Grange

Elections municipales - 2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4025
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs