Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

18/02/18 : La Rochelle : ce 19 fevrier à midi, le public est convié au lancement du voyage de L'Hermione 2018, sur le thème Libres Ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée, quai Senac de Meilhan. Le globe de la Francophonie, tout juste restauré, sera dévoilé.

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyen de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview : Alain Lamassoure: c'est le Parlement qui va choisir le commissaire européen

27/04/2014 | Avoir quitté la circonscription sud ouest, un crève coeur

Alain Lamassoure

Alain Lamassoure député européen et d'ailleurs président de la commission des budgets dans le Parlement sortant conduit la liste UMP pour les élections européennes en île de france. Michèle Alliot-Marie ayant été imposée pour prendre la tête de la liste UMP dans la circonscription Sud Ouest il a tourné la page non sans quelque regret ... Cela ne l'empêche pas de considérer que la région capitale doit être défendue à Strasbourg et Bruxelles. Dans l'interview qu'il nous accordée il insiste en particulier sur la nouvelle donne issue du traité de Lisbonne: la désignation par le Parlement lui-même du prochain commissaire européen.

@qui! -  Au moment d'aborder ce grand rendez vous européen, où vous conduisez la liste de l'UMP en Ile de France quel bilan faites-vous de ces années où vous avez représenté la grande circonscription du Sud Ouest ?
Alain Lamassoure -
J'ai été très heureux d'avoir l'honneur de représenter cette grande région; à la différence d'autres circonscriptions européennes elle est assez homogène et a un certain nombre de problèmes et de projets clairement identifiés au niveau européen.

L 'Europe pour cela peut apporter beaucoup : des fonds, des décisions, des encouragements. C'est la grande région européenne de production aéronautique et spatiale. Nous avons consacré beaucoup de moyens financiers sur le budget européen pour les projets spatiaux de réseaux transatellite comme Galiléo dont la moitié sont en orbite qui va mettre en place le GPS européen, le projet Clean Sky, « Ciel propre" qui intéresse à la fois les avionneurs les motoristes pour avoir des moteurs et des avions qui consomment moins et polluent moins, le projet Sesar, d'automatisation complète de la navigation aérienne... et bien d'autres encore.

D'autre part, nous avons beaucoup oeuvré en faveur des grands projets de recherche et d'infrastructures et, par exemple, je suis heureux que le grand projet de Ligne à grande Vitesse Paris-Madrid, par l'Aquitaine et le pays basque, continue de figurer parmi les neuf priorités européennes, les neuf grands couloirs européens malgré les retards qui ont été pris au niveau national. De la même manière, l'autre liaison Paris-Madrid par la Catalogne qui est maintenant complètement achevée coté espagnol et dans la jonction entre Perpignan et Barcelone, et a été pris en compte pour ce qu'il reste à faire entre Nîmes et Parpignan. J'ai beaucoup travaillé, aussi, sur les productions agricoles, la défense des droits de plantation en matière viticole, la défense des appellations IGP porc du sud ouest, Agneau de Lait des Pyrénées, le lancement de l'IGP Sel de Salies mais, aussi, face à certaines attaques, à la défense du gavage ou des traditions régionales comme la corrida. J'ai pris très grand plaisir à être l'ambassadeur du Sud Ouest à Bruxelles.

Avoir quitté le sud ouest: un crève coeur

@! - Une page se tourne, vous conduisez la liste UMP dans une autre grande région plus peuplée certes L'ïle de France. Cette campagne vous la vivez avec quel état d'esprit ?
A.L. -
Je ne vous cache pas qu'avoir quitté le sud ouest était un crève cœur. Je suis entré en politique en 1986 au Pays Basque et toute ma carrière s'est faite au Pays Basque en Aquitaine et dans le sud ouest. Je n'envisageais pas de quitter le sud ouest. En même temps, être tête de liste dans la région capitale pour les européennes ça veut dire être le principal porte drapeau de l'UMP pour les européennes. C'est un symbole de l'engagement européen fort de mon parti car j'y suis considéré comme un des européens les plus fervents. C'est un choix fait par les dirigeants du parti, proposé par les trois anciens premiers ministres et l'accord de l'ancien président de la République ; c'est une responsabilité qu'on ne peut pas refuser.

@! - Comment abordez vous cette relation Europe Ile de France ?
A.L. -
La relation Europe-Ile de France est très différente ; c'est une région mégapole qui a douze millions d'habitants, deux millions seulement dans Paris intra muros mais pratiquement neuf millions dans la première couronne. Une région aussi avec son monde rural, la Seine et Marne entre autres avec le grenier à blé et betterave de France, les Yvelines qui ont une agriculture très riche. C'est la seule région française dont le revenu moyen est supérieur à 120% du revenu moyen communautaire. Evidemment ses relations avec l'Union Eurppnne sont très différentes ; ce dont la région Ile de France a besoin par rapport à l'Europe c'est moins des fonds pour mettre à niveau des services publics que des moyens pour conforter ses points forts et notamment à l'échelle européenne et à l'international. Notre campagne est de proximité comme partout, mais c'est surtout les grands thèmes nationaux et européens qui donnent lieu à débat.

Un changement très important...

@! - Vous évoquez fréquemment depuis plusieurs mois l'importance de ce scrutin par rapport à la désignation du futur président de la Commission européenne... 
A.L. - 
C'est un changement très important dont les dirigeants politiques nationaux, les médias, l'opinion publique commencent à peine se rendre compte. Dans le traité de Lisbonne a été prévu, et cela va s'appliquer pour la première fois, que le président de la commission change de nature. La Commission est un organe mi-administratif mi-politique qui a une fonction importante puisque elle prépare les décisions et veille ensuite à leur application. Jusqu'à présent, elle est formée de fonctionnaires, y compris son président qui est nommé comme un haut fonctionnaire par un accord entre les chefs d'Etat et de gouvernement. C'est le cas du commissaire actuel M. Barroso. C'est un système qui n'est pas vraiment démocratique et le traité de Lisbonne a comporté deux progrès démocratiques déterminants. Le premier c'est que le Parlement européen, élu par les citoyens, possède désormais le pouvoir législatif dans tous les domaines et le partage avec les ministres compétents. Exemple: la poltique agricole: autrefois elle était entièrement définie par les ministres... Le parlement européen était saisi pour avis et on ne tenait pas compte de son avis. Maintenant, tous les détails de la Politique agricole doivent être entièrement approuvés par le Parlement européen. Premier progès démocratique dont nous rendons compte à la fin de notre mandat.
Le second progrès tiendra à ce que le chef du pouvoir éxécutif, en quelque sorte un Monsieur Europe, sera élu par Le Parlement, au lendemain de l'élection de celui-ci, c'est à dire en fait, et j'insiste là-dessus, par les citoyens, de la même manière que nous élisons nos maires. J'observe, à ce sujet, un phénomène amusant: les français sont tellement habitués à la V° République que dans notre code génétique l'idée qu'un dirigeant est élu par les citoyens, cela ne peut qu'être un régime présidentiel. ..Il faut bien voir que le régime présidentiel s'applique aux Etats-Unis et en France où, tous les cinq ans, on vote pour des candidats individuels. Dans tous les autres pays européens ce sont les citoyens qui choisissent leurs dirigeants, leur premier ministre, non pas en mettant un bulletin portant un nom mais en votant pour un parti, sachant que chaque parti annonce à l'avance : " si je gagne l'élection mon candidat sera… " C'est comme ça que Mme Merkel a été élue trois fois chancelière... C'est le même système. Les partis européens s'organisent cette fois en conséquence : les socialistes (PSE) ont désigné M. Martin Schultz, social-démocrate allemand et l'actuel Président du Parlement qui sera candidat pour être chef de l'éxécutif, les centristes (ADLE) pour leur part ont désigné M. Guy Verhofstadt, l'ancien premier ministre belge, les Verts un couple composé de M. José Bové et Mme Keller, une allemande et le  Parti Populaire, le PPE, le luxembourgeois Jean-Claude Juncker tandis que le grec Alexis Tsipras représentera la gauche européenne (PGE). Nous demandons à ces candidats de faire le tour des 28 pays. Faisant le tour de ceux-ci il faudra qu'ils disent la même chose dans les 28 pays, donc qu'ils aient le même programme.

Il y aura un grand débat dans les locaux du Parlement européen, le 15 mai.  Les citoyens vont se rendre compte que pour une fois c'est eux qui choisiront. Nous allons nous retrouver, si tout se passe bien, avec une personnalité en Europe qui n'existe pas aujourd'hui dans le paysage et sera forte de la légitimité donnée par le vote de 500 millions de citoyens. Et cela va changer les choses, notamment pour les partis pro-européens face aux partis euro-sceptiques qui vont surfer sur la vague de dépression nerveuse collective, de mécontentement, de repli sur soi, de xénophobie qui, hélas, existe dans la plupart de nos pays.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : CECA

Elections européennes -  2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9923
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !