Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/02/18 | Charente-Maritime et Deux-Sèvres font Chambres communes

    Lire

    Les deux Chambres d'Agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres ont fusionné leurs services en janvier. En fait de fusion, il s'agit plus exactement d'une "mutualisation" de moyens à travers le regroupement des services. Les 180 agents des Deux-Chambres travaillent désormais pour les deux départements, de façon complémentaires : le 17 apportera son expertise en maraîchage au 79, qui apportera son expertise en élevage. L'accueil du public et les antennes locales ne changent pas.

  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview: Alain Rousset entend s'attaquer au décrochage scolaire

25/01/2016 | La lutte contre le décrochage scolaire: une priorité

Alain Rousset  entend s'attaquer au décrochage scolaire

Alain Rousset, en présentant ses voeux aux corps constitués, le préfet Dartout en tête, a fait de la lutte contre le décrochage scolaire une des lignes de force de l'action que la Grande Région souhaite conduire. Et, pour cela, a-t-il souligné "il faut faire se parler le monde de la formation et celui de l'entreprise, s'occuper aussi le plus tôt possible de la précarité qui commence à quatorze ans..." Il le confirme dans l'interview que nous publions. Dans le même esprit, il a rappelé l'importance qu'il attache à la création d'une "Datar" régionale, en charge de l'aménagement du territoire, et qu'il souhaite "adosser" à l'Université.

@aqui! Alain Rousset cette grande région vous avez encore jusqu'à l'été pour lui trouver un nom... Mais, enfin, il faut y réfléchir de nouveau... ?
Alain Rousset
- J'attache une importance extrême à la méthode autant qu'au nom qui sera choisi. L'appropriation par les habitants, les élus socio-professionnels, le monde économique, éducatif, culturel est essentielle. Il faut que tous puissent se reconnaître dans ce nom. Certes, cette Région c'est les Romains, les Gallo-Romains, Aliénor... l'Histoire.

J'ai confié à Anne-Marie Cocula l'animation d'un groupe de travail très ouvert. Il faut penser, aussi, peut-être à une association de personnes tirées au sort, relancer le site internet.

Je le répète: j'attache beaucoup d'importance à ce travail pour que l'Assemblée plénière de juin puisse se déterminer au terme d'une vraie démarche. Ce nom doit aussi être une marque; chaque habitant de cette grande région doit le ressentir et pouvoir le faire claquer, à l'échelle de l'Europe.

@aqui!  Comment abordez vous le grand effort à faire pour, à travers l'apprentissage, remettre dans le circuit les jeunes, lutter contre le décrochage scolaire?
A. R.
-  L'objectif, c'est d'abord de prendre en compte les nouvelles trajectoires de précarité. Et, donc, de mettre en place un dispositif de prévention, se dire à quel moment un jeune décroche du coeur de la classe...C'est souvent en quatrième ou troisième; cela peut même commencer avant. Notre responsabilité, en tant que Région, c'est surtout les lycées mais, en coopération aves les Départements et l'Etat, il y a beaucoup à faire pour accompagner ces jeunes.

Nous avons donc eu l'idée de créer une plateforme avec des élèves de Master. Elle a été mise en place au Québec avec des résultats exceptionnels puisqu'ils ont divisé par deux le décrochage. Pouvoir répondre à une difficulté en maths, en français, en langue ; c'est une forme d'aide aux devoirs que les communes connaissent bien au niveau du primaire. La Région a recruté des étudiants en Master, ce qui leur permet d'avoir, aussi, sans s'en détacher, une forme d'accompagement financier de leurs études.

@aqui! Dans un de vos discours récents vous avez évoqué l'intérêt qu'il y aurait à « flécher » les collégiens qui pourraient prendre la voie de l'apprentissage. Et-ce que ça remettrait en question le collège unique ?
A. R.
- Ce qui est important, c'est de tenir compte de la situation individuelle des jeunes. L'apprentissage, faut-il le rappeler, est une voie d'excellence, de réussite, y compris en terme de création d'entreprises. Souvent un apprenti devient créateur d'une entreprise, reprend même celle dans laquelle il travaille. Parfois çà peut être un sas pour passer une période de la vie et permettre ensuite de revenir dans un cycle plus long. Il faut montrer que les métiers que l'on dit manuels sont des métiers, aussi intellectuels que d'autres. D'ailleurs, il faut concevoir cette proposition, si le jeune le souhaite, avec des possibilités de retour dans l'enseignement long. Nous avons évoqué cela avec Jean-Louis Nembrini (1) auprès des trois recteurs.

@aqui! La région va s'associer au plan gouvernemental annoncé ?
A. R.
- Oui bien sûr.  J'ai été surpris des critiques qui sont formulées à l'égard de l'effort de formation annoncée. Sous prétexte qu'un homme politique, le président de la République en l'occurrence, propose de renforcer la formation tout cela est présenté de façon négative pour des raisons politiciennes alors, qu'en même temps, les mêmes personnes soulignent que, tout au long d'une vie, il va falloir changer de métier …

Il faut vraiment renforcer la formation de ceux qui ne sont pas inclus car l'immense majorité des crédits, aujourd'hui, va plutôt à ceux qui le sont; ensuite parce que les formations qualifiantes débouchent sur un taux d'insertion professionnelle de près de 70% La revendication des Régions de France, que je porte, de piloter la formation et l'accompagnement des chômeurs par la formation est légitime. Les Régions s'occupent de formation initiale, continue, d'apprentissage et aussi du développement des PME. Or la connaissance des PME est essentielle en ce domaine.

Il nous reste à obtenir de l'Etat, et je pense que le gouvernement y est ouvert, une forme de contrat d'objectif et de moyens pour que les Régions, avec une évaluation des crédits qui pourraient leur être délégués par l'Etat, mettent en place un dispositif très positif.

Jusque là, les Régions ne flèchent pas les chômeurs; c'est Pôle emploi et les Missions locales qui le font sur des stages Or, nous avons des stages qui ne sont pas remplis...Il y a d'abord tout un travail de la part des Régions pour détecter les métiers en tension, là où professionnellement on recrute  et ensuite pour porter des formations qualifiantes dont on sait qu'elles permettent un retour à l'emploi à près de 70%.

1. NDLR Ancien recteur d'Académie Jean-Louis Nembrini élu sur la liste d'Alain Rousset aux régionales est vice-président en charge des lycées

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6101
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !