Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

  • 22/10/18 | Charente-Maritime : un nouveau sous-préfet pour le bassin de Jonzac

    Lire

    Jérôme Aymard, le nouveau sous-préfet de Jonzac, prend officiellement ses fonctions ce 22 octobre lors d'une cérémonie de commémoration aux Morts à Jonzac. C'est son premier poste en tant que sous-préfet, après avoir été chef de différents services de sous-préfectures dans la Loire et dans le Morbihan, où il était dernièrement DRH à la Préfecture.

  • 22/10/18 | Le retour des marchés au gras à partir du 3 novembre à Périgueux

    Lire

    La saison des marchés au gras et aux truffes a lieu du samedi 3 novembre au 16 mars 2019. Les mercredis et samedis matin, les producteurs locaux vendront leurs produits frais issus de l’élevage de canards et d’oies. La place Saint-Louis, accueillera une trentaine de producteurs de Dordogne venus faire découvrir, déguster et vendre des produits de haute qualité. Quatre marchés primés seront organisés, les 17 novembre, 15 décembre, 12 janvier et 16 février. Les marchés aux truffes débutent le 8 décembre.

  • 22/10/18 | Premières pistes pour la loi mobilité

    Lire

    Le projet de loi d'orientation des mobilités, qui doit être présenté en novembre, a détaillé son contenu ce lundi. On y découvre notamment la fin programmée des péages d'autoroute, remplacés par un système de capteur censé détecter une vignette, un badge ou la plaque d'immatriculation des conducteurs. Concernant le co-voiturage, un système de tarif dégressif est à l'étude. Enfin, l'indemnité transports et le forfait mobilité (pour les personnes se rendant au travail à vélo ou en co-voiturage) pourraient désormais bénéficier de 400 euros par an.

  • 22/10/18 | Vers un TGV Bordeaux-Londres ?

    Lire

    SNCF Réseau, Lisea, Eurotunnel et HS1 (la LGV britannique) viennent de signer un accord pour lancer une étude de faisabilité sur une liaison ferroviaire entre Bordeaux et Londres. Elle passerait par la ligne Bordeaux-Lille et permettrait de relier Londres en cinq heures. Pour l'instant, les discussions tablent sur un aller-retour par semaine. Avant une potentielle mise en service (qui pourrait intervenir en 2021 ou 2022), la Gare St Jean devra s'équiper d'un terminal international permettant de vérifier les passeports. Les résultats de l'étude de faisabilité ne sont pas attendus avant plusieurs mois.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview: Alain Rousset et la LGV : "l'intime conviction du président de la République"

10/09/2012 | "J'ai vu le Président de la République ; dans son moi profond, son intime conviction, je n'ai pas l'impression qu'il ait envie qu'on remette en cause ce chantier."

Alain Rousset

Bordeaux et Toulouse, Aquitaine et Midi-Pyrénées, ont fait cause commune pour que la LGV Sud Europe Atlantique les desservent. Pour Bordeaux l'horizon se précise d'une arrivée depuis Paris et Tours en 2017. Mais après? Que pense-t-on au sein des régions de gauche et du nouveau pouvoir de la réalisation de Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne? Aqui.fr et Carré d'info les deux sites régionaux amis ont posé la question aux deux présidents d'Aquitaine Alain Rousset et de Midi-Pyrénées Martin Malvy. Alain Rousset évoque "le moi profond" du président Hollande et de possibles financements européens.

@qui ! - Deux capitales régionales aussi importantes que Bordeaux et Toulouse pourraient très bien ne pas avoir un niveau de relations ferroviaires comme d'autres capitales régionales quand on considère le tour que prennent les débats actuels en période de crise...
Alain Rousset -  Il est temps que le Sud Ouest soit relié, avec la grande vitesse, au reste de l'Europe. Pourquoi avec la grande vitesse ? Parce que d'une part on est dans l'ère de la mobilité, de l'organisation et de l'économie du temps, d' autre part, et sur le plan technologique sur des systèmes performants de lutte contre l'effet de serre, que ce soit en matière de report de l'avion vers le train, de la voiture vers le train, du camion et des marchandises vers le train.
Ce que nous avons à faire c'est ce qui s'est passé au 19° siècle quand on a fait les premiers réseaux routiers. Si l'on oppose mobilité moderne, gain de temps et environnement on ne s'en sortira pas ; on sera envahi de voitures ou alors paralysés .
Le Sud Ouest, que ce soit l'Aquitaine vers la frontière espagnole ou vers Midi-Pyrénées doit être desservi.

Le côté inéluctable de la LGV Sud Europe Atlantique...
@! - Une série de déclarations ces derniers mois, semaines et jours, qu'il s'agisse de Nathalie Kosciusko-Morizet dans l'ancien gouvernement, de Jérôme Cahuzac ministre du budget ou Frédéric Cuvillier ministre des transports du nouveau gouvernement, ont soulevé la question du financement des Lignes à Grande Vitesse, des priorités, à l'heure où il n'est question que de réduire le déficit des finances publiques.
A.R. - Je crois au côté inéluctable de la LGV Sud Europe Atlantique ; pour des raisons européennes, parce qu'il existe un traité avec l'Espagne  mais aussi par rapport à la mise en concurrence des courts courriers aéronautiques, par la nécessité de dégager de sillons, pour permettre aux TER de régler les relations domicile-travail...On ne peut à la fois dire il faut diminuer l'usage de la voiture, du camion et ne pas offrir des moyens de transport modernes.

Ma suggestion au président de la République et au gouvernement

Alain Rousset et Joël Aubert

@! - Oui mais la crise est là, l'argent manque et va manquer...
A.R. - Sauf que, pour en avoir discuté avec le secrétaire général de l'Elysée il y a un plan de relance européen . C'est en tout cas la suggestion que je fais au président de la République,au premier ministre et au ministre des transports. Nous avons du retard pour l'utilisation des crédits européens sur les infrastructures de transport ; le projet de Ligne à Grande Vitesse du Sud Ouest ( GPSO ) est prêt ; il appartient bien entendu au gouvernement de fixer des priorités. Certes l'Etat a mis en place, au départ pour des raisons budgétaires des cofinancements systématiques. On a mis les régions et les départements, les agglomérations en concurrence entre elles. Mais il appartient à l'Etat de fixer les priorités . Et, dans l'ordre des priorités, il suffit de regarder une carte de France : le Sud Ouest est le seul à ne pas disposer de structures de communications modernes.

@! - Certains plaident pour un compromis : aménager la voie existante entre Bordeaux et Toulouse par exemple plutôt que  créer une ligne nouvelle qui ne ferait gagner que peu de temps. Et ça coûterait moins cher.
A.R. - Aménager la voie actuelle ce serait certes moins cher mais ça ne réglerait rien.

Ce qu'on oublie de dire..

@! - Pourquoi ?
A.R - Parce qu'on oublie de dire que le fer, sur la même ligne porte quatre services : la LGV, les lignes inter - régionales, les TER et les trains de fret. Aujourd'hui pour l'Aquitaine mais il en est de m^me pour Midi-Pyrénées, cette concurrence qui , en plus, adapte la vitesse des transports ferrés sur le train le plus lent, pour des raisons de sécurité, entraîne la saturation d'un certain nombre de lignes. Bordeaux-Agen, Bordeaux-Arcachon, Bordeaux-Périgueux, Bordeaux-Pau sont saturées. L'Aquitaine est la seule région française où le transport terrestre de marchandises ne concerne le fer que pour 2,5%.

Le nombre de camions qui franchissent l'Aquitaine augmente de 5 à 6% tous les ans. S'il n'y a pas une logistique ferroviaire moderne nous allons être progressivement envahis de camions.

@! - Avec le président de Midi-Pyrénées Martin Malvy vous êtes toujours sur la même ligne..
A. R. - Oui et ce d'autant que tout cela a été conçu avec le co-financement Midi-Pyrénées-Aquitaine pour la réalisation en cours de Tours-Bordeaux.

@! - Avec des sommes considérables apportées par les collectivités régionales...
A.R. - Pour l'Aquitaine c'est 800 millions d'euros.

@! - Est-ce que l'on ne peut pas penser qu'entre l'Atlantique et la Méditerranée pour aller vers l'Espagne il pourrait y avoir un arbitrage qui ne serait pas favorable au Sud ouest aquitain ?
A.R - J'espère que non ; nous on a besoin de la desserte avec l'Espagne parce que c'est un tel couloir à camions, à commencer par la traversée du Pays Basque ; c'est une liaison internationale que l'Europe a inscrite dans ces schémas notamment en s'engageant sur Dax-Vitoria. Et il nous faut la liaison avec Toulouse. Ne serait ce que parce que l'aéroport de Toulouse commence à être saturé, parce que les relations sont de plus en plus importantes avec le Pays Basque espagnol. L'Aquitaine a un enjeu supplémentaire : le rapport modal avec le Pays basque qui se développe, demain avec le Portugal et même si les liaisons maritimes sont importantes. Il suffit du moindre incident à la frontière à Biriatou pour provoquer des kilomètres de bouchons.

Le problème n'est pas un glissement d'un ou deux ans...
@! - Le calendrier des réalisations, tel qu'il a été pensé par le GPSO, le Grand Projet Sud Ouest dans le contexte actuel est-il toujours tenable ?
A.R. - Le problème n'est pas le glissement du calendrier d'un ou deux ans, ; c'est celui de la poursuite régulière des procédures, et, notamment des enquêtes d'utilité publique, en particulier pour lever les inquiétudes des particuliers qui vont voir leurs propriétés touchées même si dans beaucoup d'endroits - je pense au pays basque où les tunnels vont être importants - que tout cela se fasse par anticipation. On ne peut pas laisser les propriétaires dans l'incertitude ; on a besoin que les procédures se poursuivent.

Alain Rousset

J'ai vu le président...dans son moi profond...
@! - Vous semblez toujours confiant dans le cours des choses
A. R. - Oui, j'ai vu le Président de la République ; dans son moi profond, son intime conviction, je n'ai pas l'impression qu'il ait envie qu'on remette en cause ce chantier. Au moment où on cherche des points de relance qui ne soient pas inflationnistes mais créateurs d'emplois, porteurs de croissance nous en avons un. Ce ne sont pas seulement des voies, c'est du matériel qui circule, de la technologie qui s'affine, la nouvelle génération LGV, les TER qui arrivent, l'amélioration des conditions de vie. Objectivement dans le calcul de bonne utilisation de l'argent public, de gain de pouvoir d'achat tout cela ne compte pas pour rien.

@! - En terme d'aménagement du territoire Bordeaux-Toulouse c'est vraiment une priorité pour vous ?
A.R. - C'est une priorité parce que les deux régions forment le premier bassin aéronautique, parce que on a commencé des coopérations universitaires, parce que suer le plan agroalimentaire on est très complémentaire. Avec Midi- Pyrénées on doit être deux régions parmi lesquelles la coopération est la plus forte. Coopération a travers deux pôles de de compétitivité : aéronautique avec Aerospace Valley agroalimentaire avec Agri-SudOuest. La coopération sur la marque Sud Ouest avec une bannière commune et une réflexion sur un cahier des charges, des produits géographiquement situés, des moyens de promotion en commun, une garantie de qualité pour le consommateur.

Sur le plan des fonds propres des entreprises beaucoup de structures de capital risque sont partagées ; sur le plan de la coopération en matière d'eau, à travers le Bassin Adour Garonne la coopération est d'autant plus nécessaire que le problème de l'eau est de plus en plus crucial.

Le défi des terres irriguées

@! - Justement où en est-on ?
A. R. -  Même l'Aquitaine, terre des eaux où confluent celles du Massif central et des Pyrénées, peut connaître des restrictions. Nous sommes dans une double bataille sur la qualité et la quantité de l'eau. C'est un défi qui est posé sur les terres qui sont irriguées : moins utiliser d'eau, ne pas aller à la facilité, ne pas trop prélever sur les rivières et les fleuves, et donc organiser des lieux de stockage puisque nous rentrons dans un phénomène climatique où l'on peut avoir des précipitations énormes et des périodes de sécheresse.

Si demain, nos éleveurs ne peuvent pas produire sur leurs exploitations les aliments du bétail, le risque, c'est que l'élevage disparaisse y compris au profit des grandes cultures. C'est le paradoxe absolu. Il s'agit bien entendu que les irrigants soit particulièrement attentifs à ce que notamment sur les plaines sableuses, on ne lessive pas le sol et que l'on évite le cycle engrais, pesticides, arrosage, pollution des nappes etc... Il y a un effort d'agriculture raisonnée à faire et d'utilisation rationnelle de l'eau et des engrais.

@! - Comment les deux régions font-elles face au problème ?
A. R. - Nous sommes sur le bassin versant. On est donc sur trois types de retenues. Retenues individuelles que l'agriculteur peut mettre en place dans son exploitation. Des retenues collectives impliquant sept ou huit agriculteurs respectant les règles instaurées par l'Etat. Enfin, des retenues plus structurantes qui seraient la défense du débit d'étiage. Il ne s'agit pas de dire, « on va étendre les zones irriguées », mais au moins préserver ce qui peut l'être.

Propos receuillis par Joël Aubert et Xavier Lalu (Carre d'info)

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Carré d'info

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
3530
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
halloy | 11/09/2012

Où est le "bon père de famille" là-dedans ??? Bonne gestion de l'argent public ! Wouarf ! Il y en qui ne manquent pas d'air ! La LGV créatrice d'emploi !!! Amélioration des conditions de vie ??!! Porteuse de croissance ??? Du flan !!! Et lers crédits européens ??? Ils sont déjà bien mis à mal par la Grèce, et consorts !!! Quand donc ces élus se rendront-ils compte que c'est la croissance galopante qui nous envoie dans le mur ??? Ca va être douloureux !!! Mais vu l'âge de Mr Rousset, ce n'est probablement pas lui qui en souffrira, mais ses enfants ...

H5N1 | 11/09/2012

Je ne pense pas que ses enfants en souffriront. Des places leurs sont certainement déjà acquises chez Vinci.
Et pour le sérieux de Mr Rousset, il suffit de l'écouter dire que la LGV va créer 100 000 emplois en Aquitaine pour se rendre compte qu'il ne connait même pas le nombre de demandeurs d'emploi de notre région (200 000). Il ne me semble pas que la région Alsace est réduit de 50% son taux de chomage avec le réseau LGV le plus important de France. Qu'en à ses convictions politiques, elles ne sont dictées que par opportunisme et arrivisme. Conclure que son élection aux régionales et la défaite de MAM sont des plébiscites à la création de ces LGV, c'est faire réellement insulte à ses électeurs.
Mr Rousset comme beaucoup de nos politique n'est poussé que par le lobbying...

Halip47 | 11/09/2012

Eh bien, manifestement, dans la tête d'Alain Rousset, le changement ce n'est pas pour maintenant.
Il reste campé sur ses positions et ne varie pas sa façon d'argumenter. Pour quelqu'un qui prône tant la mobilité, c'est un peu paradoxal.

Si on résume : il faut des LGV, pourquoi ? parce qu'il les faut et parce qu'on ne peut pas s'en passer.
Il faut des retenues d'eau pour pouvoir moins irriguer. Pourquoi ? Parce que si on demande aux paysans de moins gaspiller l'eau ils devront abandonner l'élevage par les grandes cultures.

Je caricature à peine.

En tout cas, je suis frustré, j'aurais aimé qu'on nous parle des retombées économiques merveilleuses de l'A65, autre projet IN-DIS-PEN-SABLE pour la région, soutenu en son temps par le même Alain Rousset, champion toutes catégories de la promotion des GPII (Grands Projets Inutiles Imposés) avec des arguments aussi convaincants que ceux qu'il développe pour ses LGV.

Desman | 13/09/2012

Il y a plus simple pour économiser l'eau : dire aux agriculteurs d'arrêter d'arroser leurs champs à 14h en plein cagnard !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !