Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview: Alain Rousset, président de l'Association des Régions de France: Seule l'élection présidentielle de 2012 peut ramener la sérénité

19/04/2010 |

Alain Rousset

Réélu à la présidence de l'Association des Régions de France, l'ARF, le président du Conseil régional d'Aquitaine, Alain Rousset, soutenu par ses collègues présidents, fraîchement réélus, a demandé audience à Nicolas Sarkozy. L'inquiétude que le projet de réforme territoriale continue de susciter grandit, en effet, en particulier dans les régions et départements qui se voient menacés de la suppression de la compétence générale et d'une asphyxie fiscale aux conséquences d'autant plus lourdes que l'Etat, endetté comme jamais, ne pourra pas suppléer les collectivités.

@qui! - Au soir de votre réélection à la tête de l'ARFvous avez demandé audience à Nicolas Sarkozy. Etait-ce pour lui demander de renoncer à la réforme territoriale, en discussion au Parlementou à tout le moins de vous entendre ?
Alain Rousset -
S'il est possible de s'entendre sur un modèle de l'organisation institutionnelle de la France bien sûr... Nous ne sommes pas un contre pouvoir mais un pouvoir que l'Etat, le Parlement, ont décentralisé parce que c'était l'intérêt du pays.

@! - Décentralisé, étape après étape...
A. R. -
Etape après étape, en effet. Et l'un des messages que nous voudrions faire passer au président de la République, c'est que la France est forte de son ensemble et de sa créativité. Que la dynamique d'un pays comme le nôtre, son innovation, économique, sociale, culturelle, universitaire, scientifique, que la confiance dans le progrès, dans la capacité de la France de tenir le choc dans la mondialisation, cela passe aussi par les Régions.

Le président de la république doit s'appuyer sur toutes les ressources du pays

@! - Le croyez-vous capable d'entendre cela ?
A. R. - J'en doute, mais, en tout cas, le résultat des élections régionales devrait l'amener à plus de pragmatisme et à considérer, face au désamour et à l'inquiétude des Français, qu'en tant que chef de l'Etat,il doit s'appuyer sur toutes les ressources de ce pays. Le président de la République ne peut pas être, simplement, le chef d'une majorité, d'un parti,comme il l'est trop etafficher, uniquement, des ruptures sur lesquelles, d'ailleurs, il revient dès le lendemain.

Un Etat qui en voulant tout faire fait tout mal

@! - Qu'est ce qui est vraisemblable, aujourd'hui, si Nicolas Sartozy et François Fillon persistent à vouloir mettre en œuvre cette réforme territoriale, y compris ce mode de scrutin uninominal à un tour que nombre d'élus, y compris de droite, récusent ?
A. R. - Seule l'élection présidentielle de 2012 peut, en terme de confrontation de projet, ramener la sérénité et mettre en place un modèle français d'organisation décentralisée.
Tous les pays d'Europe s'adossent à la créativité de leur territoire, à cette relation singulière qui s'établit, du fait de la proximité qui existeentre les citoyens, qu'ils soient chercheurs ou chômeurs, chefs d'entreprise ou syndicalistes, qu'ils soient maire d'une commune rurale ou maire d'une grande ville. Proximité entre le sens d'un projet et sa réalisation. La crédibilité du politique passe par là, et, en même temps, repose surla nécessité d'un Etat fort, capable de sens et concentré sur ses compétences régaliennes. Un Etat qui, aujourd'hui, en voulant tout faire fait tout mal. La sécurité par l'abandon de toutes les politiques de prévention ; la santé avec un calcul uniquement comptable du remboursement des soins et même la relation de la France à l'Afrique ou à la francophonie

Etat - Collectivités : Il n'y a qu'en France que les relations sont aussi pauvres

@! - Est-ce que, demandant à voir Nicolas Sarkozy, vous croyez qu'il il va finir par accepter de vous recevoir ?
A. R. - Il n'y a qu'en France où les relations entrel'Etat, le gouvernement et les collectivités territoriales soient aussi pauvres ; il n' y a qu'en France, à la différence de tous les pays démocratiques, où il n'y a pas de dialogue, au-delà dessensibilités politiques et ceci au service de la vie quotidienne de nos concitoyens.

@! - Et pourtant on demande aux collectivités de mettre en œuvre des politiques décidées par l'Etat,par exemple tout le social confié aux départements.
A. R. - Il existe deux paradoxes. D'abord, le fait que l'Etat ne soit plus capable de financer ses propres compétences et ses propres politiques etmette en coupe réglée, aujourd'hui par la RGPP (1),tous les services publics. Et, qu'ensuite, ce même Etat coupe les vivres des collectivités, alors qu'elles ont porté, s‘agissant des régions en particulier, la renaissance des TER, les Trains Express Régionaux, l'innovation, la modernisation de notre appareil éducatif et universitaire. Un pays qui ne parie pas sur l'intelligence, la connaissance, les emplois non délocalisables est un pays qui meure.

Une crispation jacobine autour du corps préfectoral

@! - Le projet politique est clair. On voit que pour les politiques d'agglomération les préfets vont êtresollicités plus qu'ils ne l'ont jamais été.
A. R. - On est totalement à contre sens car les agglomérations ont, toutes, modernisé les servicespublics au service de leurs concitoyens, et pas seulement les transports collectifs. Aujourd'hui, on sent une crispation centralisatrice, jacobine, autour du corps préfectoral, de ceux qui entourent le président de la République, autour d'une magie apparente que Nicolas Sarkozy a voulu faire naître dans ce pays sur le thème : «je peux tout régler ». De Gondrange aux internats d'excellence. Sans moyens. On se trouve face à un anachronisme, comme si la France était gouvernée avant la deuxième guerre mondiale.

Tout ce qui recentralise pénalise.

@! - Est-ce que vous croyez, indépendamment d'une possible alternance politique, que puisse exister une sorte de moratoire autour de cette réforme territoriale ?
A. R. - Je pense qu'il faut qu'il y ait une réforme territoriale. On voit bien, qu'aujourd'hui, les régions sont au milieu du gué, sur plusieurs compétences. Pour la compétence économique et l'innovation, nous sommes plus proches que l'Etat del'entreprise, de la recherche; nous pouvons porter ce décloisonnement dont on a absolument besoin pour avoir des politiques de l'emploi dynamiques, efficaces. Tout ce qui recentralise pénalise.
En revanche, il faut qu'on donne aux collectivités locales, avec un véritable engagement politique, le sens des responsabilités et les moyens de leurs actions.Nous disposons d'une analyse universitaire, scientifique, montrant que depuis trente ans la décentralisation - c'est le cas en Allemagne avec les landers de l'Est, en Espagne aussi- a contribué à l'égalité des territoires ou, à tout le moins,à réduire les inégalités entre eux, de façon évidente.
Voilà le principal reproche que je ferais au pouvoir : l'arrêt de la décentralisation, c'est l'arrêt de la modernisation et de la compétitivité de nos territoires.

Propos recueillis par Joël Aubert

1.RGPP: Révision Générale des Politiques Publiques

Partager sur Facebook
Vu par vous
412
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !