15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

  • 11/10/17 | Bassin de Lacq: "Une occasion manquée" pour EELV

    Lire

    En 2040, la France devrait cesser l'extraction d'hydrocarbure, sauf sur le Bassin de Lacq. Une décision, généralement saluée ici mais que "déplorent" Françoise Coutant, V-P de la Région chargée du climat et de la transition énergétique (EELV) et J-François Blanco, élu régional écologiste qui accusent "le lobbying des députés béarnais" de "condamner le site à moyen terme, les industriels [n'ayant] plus d'intérêt à anticiper les conséquences du dérèglement climatique. Populations et environnement en pâtiront (et) les travailleurs des sites concernés risquent selon eux d’y perdre leur activité lorsque les gisements seront taris"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Interview: Anne-Marie Keiser, Présidente de Gironde Numérique, Vice Présidente du Conseil général de Gironde

12/09/2011 |

Anne-Marie Keiser,  Présidente de Gironde Numérique, Vice-présidente du Conseil Général en charge du déploiement des réseaux, des services numériques et des relations aux usagers

Ce lundi 12 septembre, le Conseil général de Gironde lance son « Pacte Gironde numérique ». Autrement dit, c'est tout un ensemble de services, outils, et infrastructures des technologies de l'information et de la communication qui s'ouvre à destination de tous les Girondins, dans un souci particulier du respect du principe de péréquation à l'accès à ces nouvelles technologies. Anne-Marie Keiser, Présidente de Gironde Numérique, Vice-présidente du Conseil Général en charge du déploiement des réseaux, des services numériques et des relations aux usagers revient, ici, à la fois sur la genèse de ce Pacte girondin et les opportunités qu'il offre à l'ensemble des girondins.

@qui ! : Ce lundi a lieu le lancement du « Pacte Numérique Girondin ». Vous auriez pu dire le « plan d'équipement pour la Gironde »... Mais c'est bien le terme de "pacte" qui a été retenu, et ça, ça a du sens, en tous les cas on s'imagine que ça en a pour vous...
Anne-Marie Keiser : Un pacte, c'est un accord, c'est le Conseil général qui pactise avec les Girondins. Il passe un accord sur le numérique, dans le domaine des infrastructures, dans le domaine des services, dans le domaine des contenus. Donc le terme « pacte » est un terme qui est effectivement fort, qui va relativement loin. En fait, le Conseil Général œuvre dans le domaine depuis quelques années, mais de façon peu communicante. Nous avons décidé de communiquer, de montrer que nous faisons effectivement des chosesqui ont du sens. C'est en 2007 que nous avons lancé le projet d'infrastructures numériques, aujourd'hui en 2011 ces infrastructures sont livrées, à la fois sous forme de réseau de fibres optiques et sous forme de nœuds de raccordement à l'abonné. Mais on ne va pas se contenter de ce réseau-là : il faut que ce réseau serve, il faut que ce réseau soit utile, qu'il transporte des contenus. C'est tout ça que nous souhaitons donner au girondins; nous savons qu'il y a une vraie demande, une vraie attente.
Et tout ça a commencé par une idée à laquelle je suis très attachée : l'idée d'aménagement du territoire. Aujourd'hui, le seul projet véritable que porte la Gironde en matière d'aménagement du territoire, ce sont les infrastructures numériques. Et sur cet aspect aussi, c'est vraiment un pacte. Pourquoi ? Parce que nous sommes allés voir l'ensemble des élus de la Gironde, hors la Communauté Urbaine de Bordeaux, nous leur avons proposé de travailler avec nous pour construire ce réseau et nous avons créé un Syndicat mixte à l'échelle départementale. C'est le seul qui existe aujourd'hui. On reparle en ce moment beaucoup de coopération territoriale. L'Etat à des projets qui n'ont pas toujours évolué dans la sérénité ces derniers mois, mais on voit bien, aujourd'hui, que les territoires de ce département sont capables de travailler ensemble. Ils sont capables de se rapprocher et de se rassembler dans le cadre d'un projet nouveau. Avec de l'énergie, avec de l'enthousiasme, avec de l'intelligence, avec une bonne gouvernance, on peut travailler ensemble et en cela on a un véritable engagement qui est effectivement un pacte dans le cadre de ce réseau d'infrastructure numérique.

"Un accord politique à l'échelle du territoire"

@! : Et en même temps, ce pacte entre les acteurs politiques est inclus dans une démarche originale, avec cette idée de Partenariat Public Privé, conclue avec France Télécom pour la réalisation des infrastructures...
A-M K. :
C'est original, ça l'était en tous cas quand on est parti. Aujourd'hui, d'autres territoires sont partis sur des PPP (Partenariats Public Privé, ndlr), mais pas beaucoup en fait. On a été les premiers, les initiateurs parce que nous avons trouvé dans le PPP un certain nombre d'avantages pour nous, notamment en termes de trésorerie, puisqu'elle est versée sur 20 ans. Je ne veux pas parler pour le compte de France Télécom, mais le marché des collectivités est un marché très important, un marché rentable. Le PPP de la Gironde, premier département en termes de taille, était pour eux emblématique. Ils ont fait beaucoup, beaucoupd'efforts pour pouvoir gagner ce PPP qui leur sert aujourd'hui de vitrine. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que Stéphane Richard, Président d'une des premières entreprises du CAC 40, vient en Gironde ce 12 septembre pour parler du PPP de la Gironde.

@! : Alors, au-delà de la démarche, puisque le Pacte est lancé aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie en termes de techniques, de contenus et de services pour les girondins ?
A-M K. :
Le PPP d'abord, est porté par un syndicat mixte, et c'est une chose à laquelle je suis très très attachée. A l'échelle du territoire on a trouvé un accord politique, ça c'est vraiment intéressant. Ensuite on avait comme objectif, en termes techniques de créer deux infrastructures. D'abord, un réseau de fibre optique, de 1060 kms exactement, qui crée une véritable dorsale sur tout le territoire. Pour créer ce réseau on a pris le prétexte des 102 ou 103 collèges girondins qui nous ont permis de tisser notre toile sur l'ensemble du territoire girondin. Donc on amène ainsi la fibre optique sur tous les lieux de vie, sur tous les bassins de vie avec la possibilité, ensuite, d'étendre ce réseau pour aller jusqu'au FTTH. Deuxième projet, c'est les fameux nœud de raccordements à l'abonné. Il y a en a 107, qui nous permettent de couvrir l'ensemble du territoire et d'amener au moins 2Mb/s dans toutes les maisons en Gironde avec, de façon résiduelle, je dois le dire, un recours à une autre technologie que la technologie ADSL, la technologie satellitaire. Donc, aujourd'hui la Gironde est couverte à 2 Mb/s, et la fibre optique est présente sur 250 sites stratégiques : zones d'activités, collèges, lycées, cliniques, hôpitaux, palais de Justice... Ce réseau, France Télécom nous l'a livré en juillet 2011, maintenant il faut l'exploiter. On s'aperçoit qu'il y a un certain nombre de territoires qui sont encore sous équipés. Nous partons donc pour un autre projet, qu'on démarrera a priori d'ici la fin de l'année, pour créer 50 nœuds de raccordements supplémentaires. Et puis nous voulons également faire deux expérimentations FTTH en Gironde. C'est-à-dire amener la fibre optique dans les maisons, sur deux territoires expérimentaux. La fibre optique, c'est ce qui sera l'internet de demain, aujourd'hui on a chez nous le téléphone,grâce à l'électricité, demain on aura la fibre optique. Pour la Gironde, on avait chiffré ça je crois à 300 millions euros, là notre projet, projet public c'est 52 millions.

"L'open data, tout le monde a à y gagner"
Et côté service, l'open Data est aujourd'hui une réalité depuis début juillet ! L'accès aux données se fait par le site datalocale.fr. J'étais allée l'année dernière avec l'AEC en Californie. Marcel Desvergne (Président de l'AEC, ndlr) nous a fait rencontrer un certain nombre de collectivités dont la Mairie de San Fransisco, où j'ai découvert très concrètement la réalité de ce que je connaissais théoriquement : l'Open data. C'est-à-dire, la mise à disposition des données publiques. Et ça m'a franchement passionnée. En arrivant ici en France,je me suis dit « il faut mettre ça en place ». Il se trouve qu'à l'époque la CUB, qui après a fait son cheminement en solitaire, et surtout la Région étaient aussi intéressées. On a donc regardé ce qu'on pouvait faire et on est parti sur l'open data. C'est banal de le dire mais tout le monde a à y gagner : les collectivités ont à y gagner parce qu'elles ne peuvent pas faire les développements que d'autres feront beaucoup mieux qu'elle, les citoyens ont à y gagner, puisqu'il suffit de cliquer sur son téléphone pour avoir par exemple les circuits optimisés pour aller d'un point à l'autre du département, découvrir les sites touristiques, etc... Et les PMEsont hyper intéressées pour aller glaner cette information. On a ouvert en juillet « datalocale » et on a déjàénormément de visites. Le site est très facile d'accès, et il y a un format de données spécifique qui permet à l'utilisateur, c'est-à-dire à la PME, d'aspirer toutes ces données pour pouvoir les utiliser. Ils peuvent faire du business avec nos données et donc ça va vite, ça se sait très vite.
Au total, ce terme de« pacte » avec les Girondins, il englobe donc toutes les infrastructures, et c'est le plus couteux, le plus visible, il y a ensuite tout le volet services, dont open data mais il y a aussi toutes les applications que l'on est en train de développer pour le compte des Girondins. Par exemple les abonnements TransGironde, scolaire ou non, ne se font que par le Portail internet, les demandes de subventions sont faites, et instruites, de cette façon-là, c'est aussi vrai pour les aides à la personne, notamment l'APA. On a un développement satisfaisant, très efficace et qui est appelé de toute façon à devenir plus important.

Photo: aqui.fr

Propos recueillis par Joël Aubert et Solène Méric

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1471
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !