aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Interview- Bernard Cazeau, sans le département il y aurait un fossé géant entre Communes, Intercommunalités et Régions

22/09/2014 | Bernard Cazeau, comme Philippe Madrelle en Gironde, est un ardent défenseur du département échelon de réponses sociales de proximité. Il le réaffirme dans l'interview à Aqui.

Bernard Cazeau, Président du Conseil Général de la Dordogne

Actuellement en campagne pour les sénatoriales dans ce département de la Dordogne qu'il préside depuis 1994. Bernard Cazeau sitôt le 28 septembre passé n'a qu'un objectif, les élections départementales de mars 2015. Défendre une collectivité territoriale un temps menacé mais qui sera finalement maintenue avec ses prérogatives sociales, ce sera pour lui une manière d'ultime combat. Une élection dans de nouveaux cantons , 25 au lieu des 50 actuels, et deux conseillers par canton, une femme, un homme. Un binôme voulu par la loi pour cause de parité, ce qui réjouit l'ancien maire de Ribérac.

@qui! -  Bernard Cazeau on est maintenant fixé quant au calendrier des élections départementales. Elles auront lieu en mars...
Bernard Cazeau - ( rire) Il vaut mieux connaître la date... On a eu plusieurs dates : juin, septembre, décembre...aujourd'hui nous savons que ce sera en mars, d'ailleurs comme cela aurait dû tomber . Je pense que le Conseil constitutionnel a dû donner son avis et que cela a été fixé à la date prévue. Maintenant, aussitôt après les élections sénatoriales (ce 28 septembre) on va partir en campagne, aider nos candidats pour essayer de conserver le département, où, aujourd'hui nous avons 80% des élus.

@! - Cette élection est marquée par la création de nouvelles circonscriptions cantonales et l'institution de la parité. Vous avez trouvé des candidates en nombre suffisant prêtes à s'engager ?

Vive la paritéB. C. - Oui ça ne pose aucun problème. Il y a beaucoup de femmes qui du fait de la parité, sont parties dans les élections, et notamment dans les muncipalités. Je suis étonné du nombre de femmes maires que je rencontre, des femmes jeunes ou jeunes retraitées. Nous allons trouver des femmes pour ces élections au département ; il faudra faire des choix. Quand vous pensez, qu'aujourd'hui, malgré tous les efforts que j'ai faits précédemment nous n'avons que quatre femmes sur 50 conseillers généraux... J'apprécie d'ailleurs, beaucoup, le travail qu'elles font ; elles sont plus pragmatiques s'intéressent au terrain, à la vie locale.

@! - Rappelez nous combien il y aura de cantons demain en Dordogne...
B. C. - Il y avait 50 cantons avec chacun un conseiller général, il y en aura 25 avec deux conseillers, une femme et un homme

@! - Plus de débats en vue sur le nouveau découpage de ces cantons ?
B. C. - Il y a eu une volonté nationale de la part de l'UMP de porter l'affaire devant le Conseil d'Etat. Mais comme ce n'est pas suspensif certainement qu'ils seront déboutés. En Dordogne notamment tout le monde disait son accord...A une ou deux exceptions près, tous les principaux élus étaient d'accord. On peut se poser des questions sur cette volonté de faire des recours.

@! -  S'agissant de la réforme territoriale, on est encore en attente de précisions sur ce que sera le noyau dur des compétences du département qui va donc rester le département en zone rurale.

Une affaire urbain-ruralB. C. - C'est la seconde loi ; la première a été consacrée aux Régions et au département jusqu'en 2020. Cela nous l'avons arraché car la haute fonction publique était derrière le projet de disparition. De toute façon cette réforme n'est pas politique au sens politicien ; dans tous les partis il y a des pour et des contre. C'est une affaire urbain-rural... Les grands élus des grandes villes se voient devenir les potentats . Même le Grand Bordeaux n'ira pas au delà Libourne. Du moins ça m'étonnerait ; s'il y va il aura du travail... Il y aura le Pays Foyen , le Blayais, les Landes girondines...Il faudra bien qu'il existe une structure de péréquation.

200 millions pour l'action sociale en Dordogne@! - Quelles compétences alors pour le département ? L'aide sociale, l'APA l'autonomie, la prestation handicap, le RSA...
B. C. - Le RSA ça pourrait rester à l'Etat ; le montant augmente de 8 à 10% par an et l'Etat ne compense pas. Donc ça m'étonnerait qu'il le reprenne. Pour nous, en Dordogne qui avons un budget de 500 millions - dont 400 millions de budget de fonctionnement et 100 millions d'investissement - 200 millions vont à l'aide sociale. À l'action sociale. Cela en souligne l'importance.

Bernard Cazeau et Joël Aubert

@! -  Peut on imaginer que demain les intercommunalités d'une part les Régions d'autre part puissent faire face à pareil niveau de dépenses ?
B. C. - Je peux vous démontrer à tout moment qu'entre les communes, disons les communautés de communes et la Région il y a un fossé qui doit être comblé. Sinon ça fonctionnera mal. Et le citoyen qui demande de plus en plus de la proximité ne va pas être content. Et pourtant c'est à lui que l'on dit s'adresser. Dans cette réforme je ne parle pas d'économies ; les économies c'est un mythe. La haute fonction publique a essayé de faire passer la réforme au nom des économies.
Prenons un exemple. Ce n'est pas seulement affaire de niveau de dépenses mais surtout d''organisation. Quand une grand mère me demande l'APA, la prestation autonomie, pour rester chez elle, j'envoie un médecin pour voir ce qu'il lui faut. Vous voyez Alain Rousset faire cela depuis la Région... ils feront de l'a peu près, nous on l'aidera à rester à son domicile jusqu'à 90, 95ans.

@! - Pour cela il va falloir qu'on vous conserve une fiscalité dynamique...
B. C. - Les moyens on les a ; déjà Sarkozy nous a enlevé la taxe professionnelle. Nous n'avons plus d'une année sur l'autre les bonus qu'on avait quand on progressait Depuis deux ou trois ans on a un budget qui est le même.

@! - Comment faire des économies. M. Vallini, secrétaire d'Etat, a quand même avancé 25 milliards d'économies.
B. C. - Il dit n'importe quoi, je l'ai connu quand il était président de Conseil général et disait, alors que ce n'était pas possible. Et en plus il a dit 25 milliards dans 20 ans

Lascaux IV:  le grand projet régional@! - Revenons, un instant sur votre budget départemental.. 100 millions pour l'investissement, c'est considérable et parfois décisif. Prenons l'exemple de Lascaux IV par exemple, du centre d'art pariétal en cours de construction.
B. C. - Tout à fait. La Région et l'Etat m'avaient accompagné. C'était 15 millions chacun, c'était l'Etat sous Sarkozy. Le préfet de Région Stéfanini m'avait juré que ce serait en effet un tiers, un tiers, un tiers. Mais par la suite vous savez ce qu'il s'est passé... Comment on traite ses amis. Et crac on retire – l'Etat -10 millions ; heureusement on a compensé avec l'Europe. Enfin je l'ai encore en travers de la gorge...Lascaux c'est une grande affaire ! Que des gens ne comprennent pas toujours.

@! - En Dordogne ?
B. C. - Oui des gens qui trouvent que ce sont des dépenses inutiles. Dès que je leur ai démontré par A plus B que ça allait vraiment rapporter, ils n'en parlent plus c'était le cas sur les réseaux sociaux, là où on ne signe pas et donc peut dire n'importe quoi.
Aujourd'hui, quel est le grand projet régional ? C'est Lascaux. Il n' y a pas d'autre projet du niveau de Lascaux. Il y a eu le Centre mondial du vin à Bordeaux et maintenant il y a Lascaux.

@! - Un projet culturel, touristique et donc économique ?
B. C. - 400.000 visiteurs à 10 euros en moyenne cela fait quatre millions d'euros.Pour le fonctionnement il en faut deux. Il en reste deux. Avec cela je vais développer le tourisme plus tout l'indirect. On se bat ainsi pour que l'on crée des hôtels des restaurants.

@! - Le département, là, dans un domaine où il existe un patrimoine extraordinaire une fréquentation touristique qui ne se dément pas a joué un rôle majeur. Est-ce que demain ce sera encore possible? Imaginons : on est en 2020. La Région aurait pu être leader ?

Lascaux III à Bruxelles au Musée RoyalB. C. - Si la Région le voulait. Mais qui à Bordeaux y aurait pensé ? Ils pensent plutôt au vin qu' à Lascaux... N'oubliez pas que nous avons fait Lascaux II, le fac similé de la grotte éponyme, voilà trente et un ans et qu'il y a dix millions de visiteurs qui l'ont vue. Nous avons fait Lascaux III récemment, l'exposition itinérante, qui est un ambassadeur et porteur de projet. Actuellement , à Montréal, elle connaît un gros succès. Nous allons à Bruxelles mi-novembre. Au Musée Royal de Belgique, ça va faire du bruit. Nous avons intéressé aussi de grosses entreprises à Lascaux IV. Voilà huit jours je faisais visiter au patron d'EDF, Henri Proglio et à toute son équipe à la fois Lascaux II et l'atelier des facs similés. Les entreprises s'intéressent à nous puisque nous avons déjà 500.000 euros du Crédit Agricole, 500.000 d'EDF et 300.000 de Maïsadour. Cela veut dire aussi que nous démontrons ce que nous sommes capables de faire, dans le monde. Nous serons présents à l'avenir dans plusieurs reconstitutions de grottes qui ne pourront pas rester ouvertes car plus il y aura de monde pour les visiter et moins elles pourront le rester.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
506
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !