Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/01/18 : Charente-Maritime : Air France et l'aéroport de La Rochelle-Ré annoncent une nouvelle ouverture de ligne pour cette année. L'annonce officielle sera faite mardi prochain.

19/01/18 : Le Conseil d’administration de l’université de Bordeaux a réélu Manuel Tunon de Lara à sa présidence. Antoine de Daruvar, directeur de l’école doctorale des Sciences de la vie et de la santé prend la vice-présidence suite à Dean Lewis.

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/01/18 | Didier Pourquery nommé président de Cap Sciences

    Lire

    Didier Pourquery devient le nouveau président de Cap Sciences, centre de culture scientifique technique et industrielle de Bordeaux. Elu à l'unanimité du Conseil d'Administration de Cap Sciences ce 18 janvier Didier Pourquery, Floiracais d'origine, partage son temps entre Bordeaux et Paris où il est directeur des rédactions de The Conversation (theconversation.fr), site de médiation scientifique alliant expertise universitaire et exigence journalistique. Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et de l'ESSEC, Didier Pourquery a notamment été rédacteur en chef de Science et Vie Économie et de La Tribune

  • 19/01/18 | Charente-Maritime : Rochefort passe en mode doux

    Lire

    La ville de Rochefort est en train de repenser complètement son approche de la circulation, dans le but de développer les transports doux. Après quelques travaux de voirie, la ville s'engage plus fort dans son projet en rétrécissant la largeur de certaines voies principales et en aménageant des trottoirs mixte piétons/vélos. Le triangle des avenues Rochambeau, des Déportés-Fusillés et de la rue Auguste-Roux sera assimilé à la zone 30 qui couvre le reste du centre-ville de Rochefort.

  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview : Dominique Bussereau - La future nouvelle région Aquitaine-Poitou Charentes, Limousin : Un projet enthousiasmant !

04/11/2014 | L'ancien ministre des transports et président Ump du conseil général de la Charente-maritime se passionne pour la nouvelle entité « Centre Ouest Sud Ouest » qui doit naître de la réforme territoriale.

Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-Maritime

Dominique Bussereau, président du Conseil général de Charente-Maritime, lorsque le débat sur le nouveau découpage régional a été lancé fut l'un des plus ardents défenseurs d'une fusion de Poitou-Charentes avec l'Aquitaine. Il n'a pas changé d'avis comme il le démontre de nouveau dans l'interview qu'il nous a accordée. Il juge enthousiasmant le projet de cette grande région élargie au Limousin ; cela ne l'empêche pas de manifester une vraie inquiétude quant à l'avenir d'un département comme le sien en l'absence de réponse claire du gouvernement sur les compétences qui demain lui seront accordées.

@qui! - Dominique Bussereau, à cinq mois de l'élection départementale, les 22 et 29 mars prochains, on ne ne connaît pas encore les compétences qui vont être celles du département dans le cadre de la réforme territoriale. Qu'en pensez-vous ?
Dominique Bussereau - On est dans un grand vilain flou, en particulier avec un calendrier législatif très compliqué à retenir. Le Sénat, en seconde lecture, vient de voter la carte des régions, le report des élections régionales à décembre 2015, l'avancement des élections départementales en mars. Le texte va revenir à l'Assemblée nationale. Donc, avant la fin de l'année on devrait être fixé mais ce qu'on ne connaît pas encore c'est le mode de scrutin pour les élections régionales. Mais celles-ci sont dans un peu plus d'un an ; c'est donc moins important. Sur la loi que le gouvernement appelle la loi NOTRe, la nouvelle organisation territoriale de l'Etat, le texte viendra en première lecture au Sénat en décembre puis en début d'année - janvier ou février- en première lecture à l'Assemblée nationale. Ce que j'ai cru comprendre des propos du premier ministre - et comme les choses ont beaucoup bougé je dis cela avec des incertitudes - c'est que le texte sur les compétences des départements aurait fait l'objet d'une première lecture complète - départements-régions intercommunalités - avant les départementales, donc avant les 22 et 29 mars.

Elections départementales : j'ai peur d'une abstention massive@! - Au delà du calendrier législatif que peut-on imaginer s'agissant des compétences de chaque collectivité ?
D. B. - Après beaucoup d'incertitudes est-ce que dans les métropoles voulues par l'Etat, Bordeaux par exemple, on fait les mêmes opérations qu'à Lyon, c'est à dire que la métropole prend alors les compétences du département, celui-ci ne s'occupant alors que du territoire hors métropole ? Le premier ministre dit : on ne va supprimer les départements même après 2020 ; on va en garder un certain nombre quand ils ont une caractéristique rurale ...Mais qu'est-ce qu'un département rural ? La Charente-maritime et la Charente sont des départements ruraux, est ce que les Landes sont un département rural ?

Le premier ministre dit encore : voyons si on ne peut pas, dans certains cas, faire assumer les compétences du département par des fédérations d'intercommunalités, là ou l'intercommunalité est bien ancrée. Tout cela fait en réalité qu'on ne sait pas. Je suis bien incapable de dire quelles seront les compétences du département de Charente Maritime en 2015-2016 et au-delà. C'est pour cette raison que j'ai pris sans gaieté de cœur la décision de reporter le budget après les élections départementales. D'abord pour une raison républicaine et éthique -il me paraît normal que la nouvelle assemblée complètement renouvelée, notamment par le système du binôme et les modifications de la carte cantonale, vote son budget ; ensuite j'attends de savoir ce que seront nos compétences. Par exemple on ne va pas engager un gros investissement en 2015 si on sait qu'au premier janvier 2016 cet investissement va nous échapper et qu'on ne sera plus en mesure de le gérer. On est aujourd'hui vraiment dans le flou... Et je ne suis pas sûr qu'au moment où les électeurs voteront - ça va rajouter à l'abstention et au dégoût de la politique - tout le monde aura bien compris, en mars prochain, ce que sont les compétences du département. D'autant que les cantons ont été modifiés, que les électeurs jusque là avaient une connaissance du canton, de son chef lieu, du collège, de la gendarmerie, des services publics..Les électeurs vont avoir deux élus qui vont représenter le même espace. Tout cela m'inquiète beaucoup et j'ai peur, à la fois d'une abstention massive ou alors que certains électeurs ne disent : ils nous ennuient avec tout ça ; je vais voter Front National ou autre pour montrer mon mécontentement.

@! – Il faut garder quand même garder son sang froid dans cette période d'incertitude...
D. B. - Ce sang froid on le doit aux citoyens qui sont attachés à leur département. La Charente Maritime a une vraie identité ; on le doit aussi aux 3000 fonctionnaires qui travaillent pour ce département dont certains se disent : je suis au service économie, au service des ports, qu est-ce qui se passe, qu'est ce que je deviens si demain nous n'avons plus de compétence d'intervention économique... C'est difficile à vivre aussi pour ceux qui ont en charge les routes ; ils ne savent pas qui sera demain leur patron, la Charente-Maritime ou la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes ? Alain Rousset nous disait l'autre jour à Sciences Po Bordeaux qu'au sein de l'Association des Régions de France, l'ARF, dont il es président il y avait à ce sujet des visions différentes ; on ne sait pas comment le gouvernement et ses partenaires des grandes associations l'ARF et l'ADF, Association des Départements de France, vont sortir de tout cela...

@! – Cependant, sauf imprévu législatif de dernière minute, il est quasiment certain que la carte régionale va entériner une grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. D'ores et déjà comment imaginer vous les complémentarités possibles, notamment entre Charentes et Aquitaine ?

Bordeaux métropole : une très belle imageD.B – Je trouve ce périmètre très intéressant et porteur d'avenir.

Premièrement parce que pour qu'une région ait une véritable identité il faut qu'elle soit portée par une métropole. On a la chance d'avoir une ville qui est une vraie métropole, une ville qui a une très belle image vis à vis des Français et dont l'embellissement au fil des années, son dynamisme et la magie de son nom, Bordeaux, lui confèrent une notoriété européenne et mondiale. J'étais en Chine ces jours-ci ; quand on m'interrogeait et me demandait où est-ce la Charente maritime ? Je répondais Cognac et Bordeaux.. Ce qui ne veut pas dire que mes interlocuteurs savaient les situer sur la carte de France mais en revanche ces noms leur parlaient.

Deuxièmement nous avons des synergies économiques importantes. Nous sommes une grande région maritime dont la façade littorale ira de la Siévre Niortaise, de la baie de l'Aiguillon jusqu'à la Bidassoa, il existe une synergie sur des produits phare que sont les vins de Bordeaux et le cognac. Des proximités aussi en terme de pêche, d'ostréiculture, de viticulture, de voile, de ports de commerces.. Dans le domaine industriel nous avons un des rares secteurs ou la France tient plus que sa place, où nous sommes compétitifs tant en Aquitaine qu'en Poitou-Charentes, l'aéronautique.

Moi j'ai trouvé intelligent que le Limouisn vienne avec nous ; c'est une région qui se cherche un peu, qui est en dehors des grandes lignes de TGV pour l'instant qui n'avait pas très envie d'aller avec le Centre ou l'Auvergne. Finalement le Limousin nous renforce en nous donnant une identité un peu différente, des paysages autres... A tous les trois on représente une belle région européenne et pleine de complémentarités. Bien sûr, il faudra faire jouer les solidarités, apprendre à travailler ensemble... Charentais maritimes et Charentais de l'intérieur on est habitué à se tourner vers Bordeaux. Je pense qu'il y aura une véritable entité de Centre Ouest-Sud Ouest qui va se bâtir. C'est un projet enthousiasmant. Pour ma génération, l'Europe c'est un projet enthousiasmant ; pour nos enfants c'est juste évident. On peut retrouver un enthousiasme dans l'action locale sur un nouveau territoire à construire ensemble. Je trouve cela psychologiquement et politiquement, au sens noble du terme, passionnant.

@! - Les Charentes sont très disposées a entrer dans ce nouvel ensemble régional mais au sein même de Poitou-Charentes, ce n'est pas forcément le cas des autres départements...
D. B. - Il n' y pas dans le problème dans la Vienne ; il y a une vraie volonté des forces vives d'y entrer; le maire de Poitiers qui était d'un avis différent s'y est fait ; il a été fair play. Les Poitevins ont aussi compris qu'avec la LGV, ils seraient à une heure de Bordeaux, plus près de Bordeaux que de Paris.

Les Deux-Sèvres, un département complètement enfoncé dans les Pays de Loire ont été sensibles aussi à l'attractivité de l'Aquitaine. Certes, ce sera plus compliqué à faire naître cette idée nouvelle à Parthenay, à Bressuire, à Thouars qu'à Jonzac, Saintes, La Rochelle ou Royan mais je pense qu on y arrivera .. Et si il y a une dynamique, les gens iront là où elle sera ; cela n'empêchera pas que l'Université de La Rochelle continuera à être en phase avec Poitiers ou que l'on va stopper tous les liens actuellement existants en Poitou-Charentes.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : CG 17

Partager sur Facebook
Vu par vous
3251
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
François | 05/11/2014

C'est bizarre il y a quelques temps il était contre ! Après ces politiques s'étonnent que les électeurs ne les suivent plus ... étonnant non ?

Girondin | 05/11/2014

Enthousiasmante,cette énorme et absurde région hétérogène ? Je dirais plutôt avec Alain Juppé que c'est "du grand n'importe quoi" :quand à évoquer l'excellence et la complémentarité de l'Aquitaine et du Poitou Charentes en matière aéronautique,c'est à faire rire !Entre Aquitaine et Midi Pyrénées,en effet par contre ..

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !