aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Interview : Dominique Bussereau - La future nouvelle région Aquitaine-Poitou Charentes, Limousin : Un projet enthousiasmant !

04/11/2014 | L'ancien ministre des transports et président Ump du conseil général de la Charente-maritime se passionne pour la nouvelle entité « Centre Ouest Sud Ouest » qui doit naître de la réforme territoriale.

Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-Maritime

Dominique Bussereau, président du Conseil général de Charente-Maritime, lorsque le débat sur le nouveau découpage régional a été lancé fut l'un des plus ardents défenseurs d'une fusion de Poitou-Charentes avec l'Aquitaine. Il n'a pas changé d'avis comme il le démontre de nouveau dans l'interview qu'il nous a accordée. Il juge enthousiasmant le projet de cette grande région élargie au Limousin ; cela ne l'empêche pas de manifester une vraie inquiétude quant à l'avenir d'un département comme le sien en l'absence de réponse claire du gouvernement sur les compétences qui demain lui seront accordées.

@qui! - Dominique Bussereau, à cinq mois de l'élection départementale, les 22 et 29 mars prochains, on ne ne connaît pas encore les compétences qui vont être celles du département dans le cadre de la réforme territoriale. Qu'en pensez-vous ?
Dominique Bussereau - On est dans un grand vilain flou, en particulier avec un calendrier législatif très compliqué à retenir. Le Sénat, en seconde lecture, vient de voter la carte des régions, le report des élections régionales à décembre 2015, l'avancement des élections départementales en mars. Le texte va revenir à l'Assemblée nationale. Donc, avant la fin de l'année on devrait être fixé mais ce qu'on ne connaît pas encore c'est le mode de scrutin pour les élections régionales. Mais celles-ci sont dans un peu plus d'un an ; c'est donc moins important. Sur la loi que le gouvernement appelle la loi NOTRe, la nouvelle organisation territoriale de l'Etat, le texte viendra en première lecture au Sénat en décembre puis en début d'année - janvier ou février- en première lecture à l'Assemblée nationale. Ce que j'ai cru comprendre des propos du premier ministre - et comme les choses ont beaucoup bougé je dis cela avec des incertitudes - c'est que le texte sur les compétences des départements aurait fait l'objet d'une première lecture complète - départements-régions intercommunalités - avant les départementales, donc avant les 22 et 29 mars.

Elections départementales : j'ai peur d'une abstention massive@! - Au delà du calendrier législatif que peut-on imaginer s'agissant des compétences de chaque collectivité ?
D. B. - Après beaucoup d'incertitudes est-ce que dans les métropoles voulues par l'Etat, Bordeaux par exemple, on fait les mêmes opérations qu'à Lyon, c'est à dire que la métropole prend alors les compétences du département, celui-ci ne s'occupant alors que du territoire hors métropole ? Le premier ministre dit : on ne va supprimer les départements même après 2020 ; on va en garder un certain nombre quand ils ont une caractéristique rurale ...Mais qu'est-ce qu'un département rural ? La Charente-maritime et la Charente sont des départements ruraux, est ce que les Landes sont un département rural ?

Le premier ministre dit encore : voyons si on ne peut pas, dans certains cas, faire assumer les compétences du département par des fédérations d'intercommunalités, là ou l'intercommunalité est bien ancrée. Tout cela fait en réalité qu'on ne sait pas. Je suis bien incapable de dire quelles seront les compétences du département de Charente Maritime en 2015-2016 et au-delà. C'est pour cette raison que j'ai pris sans gaieté de cœur la décision de reporter le budget après les élections départementales. D'abord pour une raison républicaine et éthique -il me paraît normal que la nouvelle assemblée complètement renouvelée, notamment par le système du binôme et les modifications de la carte cantonale, vote son budget ; ensuite j'attends de savoir ce que seront nos compétences. Par exemple on ne va pas engager un gros investissement en 2015 si on sait qu'au premier janvier 2016 cet investissement va nous échapper et qu'on ne sera plus en mesure de le gérer. On est aujourd'hui vraiment dans le flou... Et je ne suis pas sûr qu'au moment où les électeurs voteront - ça va rajouter à l'abstention et au dégoût de la politique - tout le monde aura bien compris, en mars prochain, ce que sont les compétences du département. D'autant que les cantons ont été modifiés, que les électeurs jusque là avaient une connaissance du canton, de son chef lieu, du collège, de la gendarmerie, des services publics..Les électeurs vont avoir deux élus qui vont représenter le même espace. Tout cela m'inquiète beaucoup et j'ai peur, à la fois d'une abstention massive ou alors que certains électeurs ne disent : ils nous ennuient avec tout ça ; je vais voter Front National ou autre pour montrer mon mécontentement.

@! – Il faut garder quand même garder son sang froid dans cette période d'incertitude...
D. B. - Ce sang froid on le doit aux citoyens qui sont attachés à leur département. La Charente Maritime a une vraie identité ; on le doit aussi aux 3000 fonctionnaires qui travaillent pour ce département dont certains se disent : je suis au service économie, au service des ports, qu est-ce qui se passe, qu'est ce que je deviens si demain nous n'avons plus de compétence d'intervention économique... C'est difficile à vivre aussi pour ceux qui ont en charge les routes ; ils ne savent pas qui sera demain leur patron, la Charente-Maritime ou la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes ? Alain Rousset nous disait l'autre jour à Sciences Po Bordeaux qu'au sein de l'Association des Régions de France, l'ARF, dont il es président il y avait à ce sujet des visions différentes ; on ne sait pas comment le gouvernement et ses partenaires des grandes associations l'ARF et l'ADF, Association des Départements de France, vont sortir de tout cela...

@! – Cependant, sauf imprévu législatif de dernière minute, il est quasiment certain que la carte régionale va entériner une grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. D'ores et déjà comment imaginer vous les complémentarités possibles, notamment entre Charentes et Aquitaine ?

Bordeaux métropole : une très belle imageD.B – Je trouve ce périmètre très intéressant et porteur d'avenir.

Premièrement parce que pour qu'une région ait une véritable identité il faut qu'elle soit portée par une métropole. On a la chance d'avoir une ville qui est une vraie métropole, une ville qui a une très belle image vis à vis des Français et dont l'embellissement au fil des années, son dynamisme et la magie de son nom, Bordeaux, lui confèrent une notoriété européenne et mondiale. J'étais en Chine ces jours-ci ; quand on m'interrogeait et me demandait où est-ce la Charente maritime ? Je répondais Cognac et Bordeaux.. Ce qui ne veut pas dire que mes interlocuteurs savaient les situer sur la carte de France mais en revanche ces noms leur parlaient.

Deuxièmement nous avons des synergies économiques importantes. Nous sommes une grande région maritime dont la façade littorale ira de la Siévre Niortaise, de la baie de l'Aiguillon jusqu'à la Bidassoa, il existe une synergie sur des produits phare que sont les vins de Bordeaux et le cognac. Des proximités aussi en terme de pêche, d'ostréiculture, de viticulture, de voile, de ports de commerces.. Dans le domaine industriel nous avons un des rares secteurs ou la France tient plus que sa place, où nous sommes compétitifs tant en Aquitaine qu'en Poitou-Charentes, l'aéronautique.

Moi j'ai trouvé intelligent que le Limouisn vienne avec nous ; c'est une région qui se cherche un peu, qui est en dehors des grandes lignes de TGV pour l'instant qui n'avait pas très envie d'aller avec le Centre ou l'Auvergne. Finalement le Limousin nous renforce en nous donnant une identité un peu différente, des paysages autres... A tous les trois on représente une belle région européenne et pleine de complémentarités. Bien sûr, il faudra faire jouer les solidarités, apprendre à travailler ensemble... Charentais maritimes et Charentais de l'intérieur on est habitué à se tourner vers Bordeaux. Je pense qu'il y aura une véritable entité de Centre Ouest-Sud Ouest qui va se bâtir. C'est un projet enthousiasmant. Pour ma génération, l'Europe c'est un projet enthousiasmant ; pour nos enfants c'est juste évident. On peut retrouver un enthousiasme dans l'action locale sur un nouveau territoire à construire ensemble. Je trouve cela psychologiquement et politiquement, au sens noble du terme, passionnant.

@! - Les Charentes sont très disposées a entrer dans ce nouvel ensemble régional mais au sein même de Poitou-Charentes, ce n'est pas forcément le cas des autres départements...
D. B. - Il n' y pas dans le problème dans la Vienne ; il y a une vraie volonté des forces vives d'y entrer; le maire de Poitiers qui était d'un avis différent s'y est fait ; il a été fair play. Les Poitevins ont aussi compris qu'avec la LGV, ils seraient à une heure de Bordeaux, plus près de Bordeaux que de Paris.

Les Deux-Sèvres, un département complètement enfoncé dans les Pays de Loire ont été sensibles aussi à l'attractivité de l'Aquitaine. Certes, ce sera plus compliqué à faire naître cette idée nouvelle à Parthenay, à Bressuire, à Thouars qu'à Jonzac, Saintes, La Rochelle ou Royan mais je pense qu on y arrivera .. Et si il y a une dynamique, les gens iront là où elle sera ; cela n'empêchera pas que l'Université de La Rochelle continuera à être en phase avec Poitiers ou que l'on va stopper tous les liens actuellement existants en Poitou-Charentes.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : CG 17

Partager sur Facebook
Vu par vous
2284
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
François | 05/11/2014

C'est bizarre il y a quelques temps il était contre ! Après ces politiques s'étonnent que les électeurs ne les suivent plus ... étonnant non ?

Girondin | 05/11/2014

Enthousiasmante,cette énorme et absurde région hétérogène ? Je dirais plutôt avec Alain Juppé que c'est "du grand n'importe quoi" :quand à évoquer l'excellence et la complémentarité de l'Aquitaine et du Poitou Charentes en matière aéronautique,c'est à faire rire !Entre Aquitaine et Midi Pyrénées,en effet par contre ..

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !