Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview: Marie-Hélène des Esgaulx sénateur UMP de la Gironde: « Le problème du conseiller territorial est son mode de scrutin »

11/02/2010 |

Marie-Hélène des Esgaulx sénateur UMP de la Gironde

Depuis quelques mois elle planche sur le sujet. Ces dernières semaines elle a multiplié les réunions avec les élus locaux pour expliquer la réforme des collectivités territoriales. Au Sénat, elle était au coeur des négociations pour examiner le texte, voté dans la nuit du 4 au 5 février et instaurant le conseiller territorial, nouvel élu issu de la fusion du conseiller régional et général. La sénatrice UMP et maire de Gujan-Mestras, Marie-Hélène des Esgaulx, explique pourquoi elle croit en cette réforme controversée dont les modalités vont être maintenant discutées à l'Assemblée nationale.

Aqui ! : Vous êtes orateur national de l'UMP, chargé d'aller défendre la réforme collectivités territoriales. Pourquoi approuvez-vous ce projet ?
Marie-Hélène des Esgaulx : Je tiens à préciser que je défends le principe de la réforme mais pas le texte initial présenté par le gouvernement. Les points sur lesquels nous n'étions pas d'accord, nous les avons d'ailleurs modifiés : nous avons refusé que la dotation générale de fonctionnement - subvention distribuée par l'Etat aux collectivités - aille à la métropole pour la garantir aux communes, cellules de base de la vie locale, comme nous avons veillé à ce que le département soit la collectivité qui vienne en aide aux communes rurales, par exemple. Ensuite, je soutiens totalement le principe de la réforme qui a pour objectif d'améliorer la lisibilité de notre architecture démocratique en la simplifiant. Quand j'étais conseillère régionale (de 1986 à 2002, ndlr), j'ai pu constater à quel point les responsabilités sont éclatées entre département et région. Rien que dans mon domaine de la mer, les aides à la pêche relevaient du casse-tête. Le citoyen ne peut pas s'y retrouver.


@ ! : Que prévoit concrètement le texte pour clarifier le fonctionnement des collectivités ?

M-H des Esgaulx : Le texte produit par le Sénat distingue deux blocs. D'une part, l'ensemble commune-intercommunalité qui garde la clause de compétence générale. Cela signifie qu'elles peuvent intervenir dans tous les domaines. L'intercommunalité devra aussi être achevée sachant qu'il y a environ encore 2 500 communes non rattachées. D'autre part, le bloc département-région dans lequel chacun aura des compétences spécifiques. En clair, le département ne pourra pas intervenir dans les domaines attribués à la région et vice-versa. En pratique, cela évitera les doublons au niveau des aides mais aussi la compétition entre les deux collectivités, les maires faisant jouer concurrence entre les deux pour avoir le plus de subventions possibles.


@ ! : Vous avez également voté la création du conseiller territorial, nouvel élu remplaçant à la fois le conseiller général et régional, devant simplifier les choses mais qui fait grincer des dents à gauche comme à droite...
M-H des Esgaulx : Pour moi ce conseiller a du sens car il est rattaché au territoire. Il ne sera donc pas un inconnu comme l'est aujourd'hui le conseiller régional. Les détracteurs de ce super élu ont peur d'un homme politique schizophrène, perdu entre deux institutions. Pourtant nombre d'entre nous ont déjà cette double casquette, en siégeant aux conseils municipal et communautaire, sans que cela nous empêche de faire notre travail. De plus, comme nous prévoyons de spécialiser les compétences du département et de la région, l'élu ira au conseil général traiter une partie des sujets et au conseil régional pour gérer les dossiers restants. Pour moi la seule question délicate à propos de ce conseiller territorial, c'est son mode de scrutin.


@ ! : La proposition du gouvernement, mêlant scrutin majoritaire et proportionnel, fait effectivement polémique puisqu'elle favoriserait les grands partis et ferait chuter la proportion de femmes dans les assemblées régionales de 50 à 26%. Quelle est votre position sur ce point ?
M-H des Esgaulx : Le projet du gouvernement est incompréhensible et mal venu. Même si rien n'est encore arrêté, je suis favorable à un scrutin majoritaire à deux tours avec un canton rassemblant entre 15 000 et 20 000 habitants. Et je souhaite que les partis soient obligés de présenter des listes respectant la parité, sous peine de sanctions financières. Cela ne permettra pas de réaliser la parité mais ce serait déjà bien. Selon moi, la réforme aura d'autres conséquences. Le super-élu va avoir une charge de travail considérable - beaucoup de dossiers et de déplacements - qui va entraîner une professionnalisation de la fonction. Il nous faut donc repenser le statut de cet élu et réfléchir à une formation adaptée. Surtout, le conseiller territorial ne pourra pas exercer un autre mandat. On s'achemine donc, sans le dire, vers un réel non-cumul des mandats.

Recueilli par Estelle Maussion

Partager sur Facebook
Vu par vous
816
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !