18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview : Michel Sainte Marie et le centenaire de l'aéronautique : "c'est notre identité à Mérignac"

02/05/2010 |

Michel Sainte-Marie

Cette année, Mérignac, deuxième ville de Gironde avec 60 000 habitants, célèbre les 100 ans de l'aéronautique. En effet, c'est ici, sur le terrain de Beaudésert qu'ont volé les premiers avions en Aquitaine. Depuis, la ville a su tirer profit de cette histoire, et se développer à travers une industrie florissante dans le domaine de l'aéronautique et du spatial (Dassault...). Le maire de Mérignac, Michel Sainte-Marie, retrace avec nous une partie de cette épopée, tout en se projetant vers l'avenir. Il s'exprime aussi sur la réforme des collectivités territoriales.

Aqui! : "C'est une émotion particulière que de fêter les 100 ans de l'aéronautique à Mérignac, qui est un haut lieu du secteur en France, en Europe et même au-delà ?"

Michel Sainte-Marie : Oui, d'autant qu'à l'origine, il y a eu une volonté, dès début 2009, de la ville de Mérignac de se lancer dans cette aventure. Et, pour fêter cet anniversaire, il y a eu un consensus avec les cinq collectivités locales, Région Aquitaine, mairie de Bordeaux, CUB, Conseil général, quelque soit le bord politique (Juppé, Madrelle...), qui financent 60% du budget. Le privé nous a aussi beaucoup soutenu : le groupe Safran, EADS, Sabena technics (ex Sogerma), la Chambre de commerce... François Courtot, un chef d'entreprise à l'esprit ouvert, le délégué général du groupe Safran dans le sud-ouest est le président de l'association du centenaire. Par ailleurs, les syndicats, la CGT, FO, la CFDT sont associés à l'événement. Le but, c'est au-delà du centenaire, de souligner l'importance de l'aéronautique dans notre région.

Technowest: la pépinière d'entreprises est pleine

@! : Cette commémoration aura aussi pour vocation de dynamiser encore un peu plus l'aéronautique dans la région ?

M. S-M : Tout à fait. Quelle aurait été l'identité de Mérignac s'il n'y avait pas eu tout ça ? Elle aurait été une verte prairie, une verte banlieue avec pas mal de vignes. Le fait que Marcel Dassault ait acheté un terrain, pas cher du tout, et se soit installé ici a tout changé. Puis, dans le même temps, l'aéroport régional a été transporté ici. Autour de ces grandes entreprises, se sont développées des PME-PMI. C'est le cas notamment dans le cadre de Technowest, véritable pépinière d'entreprises innovantes bien souvent créées par des anciens de ces grosses boîtes. Aujourd'hui, la pépinière, qui possède 2 000m2 dans les anciens locaux de la Sogerma, est pleine et donne de bons résultats. Cette commémoration est importante pour Mérignac, mais aussi pour Bordeaux et le département.

@! Le budget de la Défense diminue, du coup, les contrats pour Dassault diminuent, cela vous inquiète-t-il ?

M. S-M : D'abord, tous les pays sont logés à la même enseigne. Ceci dit, la meilleure façon de préparer la paix, c'est d'acheter des Rafales, de garder une force de dissuasion, car dans le monde de dissémination dans lequel on vit, il faut être prêt pour riposter à tout moment.

Réforme territoriale: on va nous imposer tout depuis le sommet de l'Etat

@! : Vous qui avez une longue expérience de la politique, comment réagissez vous  au projet de réforme des collectivités locales en discussion au Parlement? 

M. S-M : Je ressens cette réforme avec beaucoup d'inquiétude. C'est la préoccupation de tous les élus, sans exception, d' Alain Juppé aussi qui appartient pourtant à la majorité. Les collectivités seront sous assistance et sous contrôle de l'Etat avec un degré de liberté très faible. Cela va historiquement à l'encontre de tous les processus qui ont fait la France, c'est à dire la conquête des libertés communales à partir de l'Etat. Ceci nous a permis d'élaborer un dialogue constructif en région. On nous oppose que l'on côuterait cher. Mais, ça ne correspond à rien de sérieux. Qu'il faille introduire plus de cohérence dans la répartition des compétences, ça c'est vrai. Sauf que là, on va nous imposer tout depuis le sommet de l'Etat. Il en va de l'esprit démocratique, dont nous sommes fiers en France. C'est une entreprise de démolition de ce que l'on a mis près d'un siècle à bâtir.

@! : Il y a notamment une grande incertitude sur la fiscalité propre des collectivités...

M. S-M : Oui, la taxe professionnelle a été remplacée par une contribution, dont les contours sont totalement imprécis. C'est une affaire hautement technocratique, incompréhensible, même pour les élus. Cela pourrait avoir des conséquences pour notre économie. La taxe professionnelle permettait de faire venir de nombreuses industries dans nos régions. Nicolas Sarkozy, a été un excellent candidat, mais comme Président de la République, il a touché à tout, désorganisé la France, sans réussir quoi que ce soit. Je crois qu'il a montré son incompétence. Si la gauche reprend le pouvoir en 2012, je compte sur elle pour faire disparaître cette réforme. Il faudrait même inscrire cette mesure dans le programme de campagne.

Propos recueillis par Nicolas César

www.centenair2010.fr

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
366
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !