aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Interview: Nicolas Baverez, " les réformistes et les populistes "

11/04/2017 | "La France du Déni au Redressement"

Nicolas Baverez

L'Institut Bernard Magrez accueille, ce 12 avril à 20h, dans la série de ses "Nuits du Savoir" Nicolas Baverez. L'éditorialiste du Point vient de publier, chez Albin Michel, "Chroniques du Déni Français", un nouveau cri d'alarme de ce défenseur convaincu du libéralisme, poussé au coeur de la campagne présidentielle, entre inquiétude et espoir. Car l'auteur, dépassant ce qui n'aurait pu être que le seul constat de ce qu'il nomme " l'accélération de la crise française" ne désespère surtout pas de notre pays; il croise même les doigts pour que nous soyons capables le 7 mai prochain de faire mentir ceux qui, après le Brexit et Trump, guettent la chute du domino français...

 

@qui! Nicolas Baverez, vous déclariez il y a peu :"la présidentielle de 2017 est la dernière occasion de réformer notre pays de manière pacifique et démocratique, un propos qui fait écho à celui que tenait il ya quelques jours à Bordeaux, Roland Cayrol, à l'invitation des amis d'aqui qui affirme dans son livre " les raisons de la colère" que cette élection est celle de" la dernière chance"..."Vos itinéraires ne sont pas les mêmes et pourtant vos analyses se rejoignent.

Nicolas Baverez – Cette élection, très particulière, est en effet celle de la dernière chance pour notre pays; c'est aussi une élection très importante pour l'Europe et les démocraties. Pourquoi ? Parce que l'on voit une accélération spectaculaire de la crise française; le déclin économique et social de la France qui date de presque 40 ans s'est beaucoup accéléré: les performances brutes du pays sont tès mauvaises: une croissance qui n'arrive pas à dépasser vraiment 1%, 6 millions de chômeurs, 2,2% du PIB de déficit commercial, 3,3% de déficit public et une dette qui, maintenant, est à 96 % du PIB. Surtout, quand on regarde les indicateurs, dans la durée, en terme de compétitivité, on est au 29° rang mondial; en terme de PIB par habitant, un indicateur très intéressant qui est souvent négligé, on est 28° sur 192 pays. Il est donc tout à fait faux de dire que la France est un pays riche. En terme d'éducation on est 25° ou 26° sur 31 pays de l'OCDE. C'est cela la crise économique et sociale. Mais il y a trois éléments d'accélération: la société bloquée, la violence qui monte et le fait, qu'en dehors des zones de guerre, la France est le troisième pays le plus touché par le terrorisme depuis 2015 . Cette crise a fait du Front National, de l'extrême droite, lors des dernières élections, une manière de premier parti de France... Nous allons voir ce que seront les résultats du premier tour de la présidentielle mais tout cela montre bien l'ampleur de la défiance envers les partis traditionnels et la désintégration du système politque.. Si nous devions avoir un second tour entre Marine le Pen et Emmanuel Macron, c'en serait la démonstration puisque aucun des grands partis de gouvernement ne serait présent. Cette élection est quand même surplombée par Marine Le Pen, pas forcément parce qu'elle semble dominer dans les sondages, mais parce que c'est la seule qui ait une forte probabilité d'être présente au second tour de cette présidentielle. Et parce qu'elle présente un programme de sortie de la zone euro qui signifierait la fin de la monnaie unique et la fin de l'Union Européeenne.

@qui! Avec un risque majeur pour l'économie française?...

N.B - Le retour au franc provoquerait un choc terrible pour la France, avec une chute à terme du PIB de l'ordre de 20%, une dévaluation entre 20 et 40% qui augmenterait mécaniqument la dette. Par ailleurs, il y aurait un défaut français de paiement et un défaut français, sur une dette de 2150 milliards d'euros, c'est systémique ! Je rappelle que la Grèce continue à empoisonner l'Europe et la zone euro; ça a commencé, en 2009, ça fait huit ans que ça dure et la dette grecque c'est 320 milliards d'euros... Le krach de Leman Brothers on en a vu les conséquences c'était 600 milliards de dollars; la dette français c'est 2150 milliards d'euros...

Après le Brexit et l'élection de Donald Trump tout le monde attend que la France soit le troisième domino qui tombe entre les mains des populistes ; Cette élection a, on le voit, une grande importance pour le monde démocratique: si c'est un coup d'arrêt au populisme c'est une très bonne nouvelle, si c'est une accélération avec la victoire de Marine le Pen cela aurait un impact sur l'ensemble des nations libres.

Une élection à huit tours

@qui! -  Quand vous faites ce constat et soulignez, ce qui n'est plus invraisemblable aujourd'hui, l'hypothèse de l'effondrement des deux familles politiques qui gouvernaient le pays depuis 1981, y compris en cohabitation, est ce que ça veut dire que la réponse peut se situer au centre de l'échiquier politique?...

N B - C'est une élection sans précédent. Dabord, parce que c'est la première fois que le président de la république ne peut pas se représenter; c'est aussi la première fois que nous avons une élection à huit tours ! Deux tours de primaire, deux de la droite; deux tours de primaires de la gauche, deux tours de la présidentielle et deux tours des législatives. Surtout, et enfin, ce n'est pas une élection qui se joue sur le clivage droite-gauche mais entre les réformistes et les populistes.

Aujourd'hui, nous avons une sorte d'alignement avec deux candidats réformistes qui sont, si on retient les sondages, Emmanuel Macron et François Fillon. Et deux candidats populistes, Jean Luc Mélenchon et Marine Le Pen, car Benoît Hamon est marginalisé ; en gauchisant le PS il en a fait une annexe de Mélenchon. Nous n'avons jamais connu une aussi grande incertitude car, généralement, à ce stade de l'élection, les choses étaient à peu près cristallisées. On s'aperçoit que le nombre d'indécis ne se réduit pas mais qu'en revanche l'écart entre les candidats se réduit... Nous sommes donc dans une incertitude très grande. Les deux dernières semaines de la campagne vont être très importantes, beaucoup plus que lors des précédentes élections. Quant à la campagne actuelle, il existe un écart énorme entre la qualité du débat public, extrêmement médiocre, et l'importance des enjeux pour notre pays. Le vrai risque, peu souligné, c'est que le risque France survivra à la présidentielle, même si Marine Le Pen n'est pas élue, avec alors la nécessité de réformes rapides et amples, des taux d'intérêt qui montent et la politique souple de Draghi, de plus en plus contestée, la lassitude de l'Allemagne et de l'Europe du Nord vis à vis de la France et de son incapacité à faire des réformes. Qu'est-ce qu'il faut pour faire des réformes? Nous l'avons vu avec le Canada, la Suède dans les années 90, Schroëder en Allemagne en 2002, il faut un leadership politique, une adhésion des citoyens, un mandat clair qui soit donné sur un projet cohérent, une méthode et un calendrier... et l'on voit mal comment cette campagne pourrait accoucher des conditions pour le changement. Il nous faut un président fort et, compte tenu de la manière dont le débat s'est noué, ce sera difficile, et quel que soit l'élu sa légitimité sera contestée.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Agence Canal Com

Partager sur Facebook
Vu par vous
16081
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !