aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/04/17 : A 16h45, dans les Pyrénées Atlantiques, le taux de participation atteignait 70,49% contre 74;59% en 2007 et 67,61% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à 17h00 dans le département de la Gironde est de 66,82% (contre 77,85% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 77,91% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à 17h n'est que de 65,79% soit près de 11 points de moins qu'au premier tour de la présidentielle en 2012.

23/04/17 : En Dordogne, le taux de participation estimé à 17 h est de 69,43 %, contre 78,06 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 81,67 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007. La participation est identique au niveau national (69,42 %).

23/04/17 : Charente-Maritime : le taux de participation aux élections étaient de 28,22% à midi ce dimanche, soit près de 2% de moins qu'en 2012.

23/04/17 : Si au niveau national le taux de participation est de 28,54%, il est, selon les chiffres fournis par la préfecture, de 31,71% dans les Pyrénées Atlantiques. En 2007, il était de 32,97% et de 28,94% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à midi dans le département de la Gironde est de 25,90% (contre 35,08 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 37,46 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : En Dordogne, ce dimanche, à 12 h, le taux de participation au 1er tour de l’élection présidentielle est de 30,41 %. C’est mieux qu’au niveau national (28,54 %). La mobilisation était de 34,55 % au premier tour de l’élection présidentielle en 2012.

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à midi est en légère baisse par rapport au premier tour de 2012 : 32,62% (contre 34,14%).

23/04/17 : Il se confirme que la viticulture girondine sera affectée par le gel en particulier de la nuit du 20 au 21 avril: le sauternais dans les secteurs bas mais aussi l'entre deux mers le libournais et certaines communes en Haute Gironde.

22/04/17 : En Dordogne, les 693 bureaux de vote seront ouverts dimanche de 8 h à 19 heures pour le premier tour des élections présidentielles. 314 954 électeurs périgourdins sont appelés aux urnes.

21/04/17 : Important risque de feux de forêt en Lot-et-Garonne! Depuis quelques jours, les sapeurs-pompiers interviennent sur des départs de feux. La préfecture du Département appelle à la plus grande prudence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/04/17 | Incendie de Cissac: la RD 1215 rouverte

    Lire

    A 14h30 ce dimanche l’incendie de Cissac-Médoc était considéré comme maîtrisé grâce à l’action soutenue des pompiers du Service départemental d’incendie et de secours de la Gironde et de ceux venus en renfort des départements voisins (17-24-40-19-87-79-64) : les routes départementales 1215 et 4 étaient à nouveau ouvertes A 14h30,(17-24-40-19-87-79-64).Les habitants et automobilistes sont invités à rester vigilants sur la zone.

  • 21/04/17 | Cissac-Médoc : incendie et perturbations routières

    Lire

    L'incendie déclaré ce jeudi à Cissac qui a dévasté 1100ha de forêt est «stabilisé mais pas encore fixé» selon la Préfecture. Il mobilise 300 pompiers, 143 véhicules et 2 canadairs. La RD1215 est fermée dès St-Laurent-Médoc avec une déviation vers St-Sauveur, puis vers Cissac, Vertheuil, et par la RD204 pour rejoindre Lesparre. Les RD 4, 205 et 3E2 sont barrées entre la RD1215 et Hourtin. La RD101 est fermée au niveau de la sortie de St-Laurent, en direction du lieu dit Lagunan. Une déviation est proposée par la RD 3 par Hourtin, Carcans, Brach et Castelnau

  • 13/04/17 | Lla FNSEA se démarque d'un éleveur qui reçoit Marine Le Pen

    Lire

    La FNSEA Nouvelle-Aquitaine tient à souligner qu’elle n’est le support d’aucun meeting, ni le porte-parole d’aucun des partis politiques dans la campagne présidentielle. C’est en son nom propre et sur la base d’une initiative personnelle, qu’un éleveur de bovins viande de la commune de PAGEAS (87) accueillera Mme Le Pen pour son prochain meeting. La FNSEA indique que ses statuts mentionnent que pour être éligibles dans ses instances, les administrateurs doivent satisfaire à plusieurs conditions dont « ne pas être investi d’un mandat parlementaire ou de conseiller régional ».

  • 09/04/17 | Le CESER veut plus d'équité territoriale

    Lire

    En avant première au Conseil régional, le Ceser a adopté une dizaine d’avis sur la mobilité, la transition énergétique, le développement culturel, la jeunesse, le tourisme et l’aménagement des territoires et mis l’accent sur l’emploi et l'amélioration des conditions de travail et d’accueil des saisonniers. La Région invitée à s’engager pour le tourisme solidaire et le départ en vacances des publics fragiles. Le Ceser estime que les enjeux définis dans le Schéma de développement des territoires ne traduisent pas l'ambition d'équité et de maîtrise des "dynamiques inégalitaires"

  • 09/04/17 | Région: Les" Républicains" saisissent le tribunal administratif

    Lire

    Les élus LR de la Région avec à leur tête, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt et Olivier Chartier annoncent qu'ils ont saisi le tribunal administratif de Bordeaux, après avoir remis un mémoire au Président Rousset, le 23 mars, consacré à la gestion de l'ex-région Poitou-Charentes suite au rapport de la Chambre régionale des comptes et pour lui demander d’inscrire ce mémoire à l’ordre du jour de la séance plénière de ce 10 avril, ce qui n'a pas été possible car intervenant après le bouclage de cet ordre du jour. N'ayant pu obtenir "un complément" à celui-ci ils ont décidé d'ester en justice.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Interview: Nicolas Baverez, " les réformistes et les populistes "

11/04/2017 | "La France du Déni au Redressement"

Nicolas Baverez

L'Institut Bernard Magrez accueille, ce 12 avril à 20h, dans la série de ses "Nuits du Savoir" Nicolas Baverez. L'éditorialiste du Point vient de publier, chez Albin Michel, "Chroniques du Déni Français", un nouveau cri d'alarme de ce défenseur convaincu du libéralisme, poussé au coeur de la campagne présidentielle, entre inquiétude et espoir. Car l'auteur, dépassant ce qui n'aurait pu être que le seul constat de ce qu'il nomme " l'accélération de la crise française" ne désespère surtout pas de notre pays; il croise même les doigts pour que nous soyons capables le 7 mai prochain de faire mentir ceux qui, après le Brexit et Trump, guettent la chute du domino français...

 

@qui! Nicolas Baverez, vous déclariez il y a peu :"la présidentielle de 2017 est la dernière occasion de réformer notre pays de manière pacifique et démocratique, un propos qui fait écho à celui que tenait il ya quelques jours à Bordeaux, Roland Cayrol, à l'invitation des amis d'aqui qui affirme dans son livre " les raisons de la colère" que cette élection est celle de" la dernière chance"..."Vos itinéraires ne sont pas les mêmes et pourtant vos analyses se rejoignent.

Nicolas Baverez – Cette élection, très particulière, est en effet celle de la dernière chance pour notre pays; c'est aussi une élection très importante pour l'Europe et les démocraties. Pourquoi ? Parce que l'on voit une accélération spectaculaire de la crise française; le déclin économique et social de la France qui date de presque 40 ans s'est beaucoup accéléré: les performances brutes du pays sont tès mauvaises: une croissance qui n'arrive pas à dépasser vraiment 1%, 6 millions de chômeurs, 2,2% du PIB de déficit commercial, 3,3% de déficit public et une dette qui, maintenant, est à 96 % du PIB. Surtout, quand on regarde les indicateurs, dans la durée, en terme de compétitivité, on est au 29° rang mondial; en terme de PIB par habitant, un indicateur très intéressant qui est souvent négligé, on est 28° sur 192 pays. Il est donc tout à fait faux de dire que la France est un pays riche. En terme d'éducation on est 25° ou 26° sur 31 pays de l'OCDE. C'est cela la crise économique et sociale. Mais il y a trois éléments d'accélération: la société bloquée, la violence qui monte et le fait, qu'en dehors des zones de guerre, la France est le troisième pays le plus touché par le terrorisme depuis 2015 . Cette crise a fait du Front National, de l'extrême droite, lors des dernières élections, une manière de premier parti de France... Nous allons voir ce que seront les résultats du premier tour de la présidentielle mais tout cela montre bien l'ampleur de la défiance envers les partis traditionnels et la désintégration du système politque.. Si nous devions avoir un second tour entre Marine le Pen et Emmanuel Macron, c'en serait la démonstration puisque aucun des grands partis de gouvernement ne serait présent. Cette élection est quand même surplombée par Marine Le Pen, pas forcément parce qu'elle semble dominer dans les sondages, mais parce que c'est la seule qui ait une forte probabilité d'être présente au second tour de cette présidentielle. Et parce qu'elle présente un programme de sortie de la zone euro qui signifierait la fin de la monnaie unique et la fin de l'Union Européeenne.

@qui! Avec un risque majeur pour l'économie française?...

N.B - Le retour au franc provoquerait un choc terrible pour la France, avec une chute à terme du PIB de l'ordre de 20%, une dévaluation entre 20 et 40% qui augmenterait mécaniqument la dette. Par ailleurs, il y aurait un défaut français de paiement et un défaut français, sur une dette de 2150 milliards d'euros, c'est systémique ! Je rappelle que la Grèce continue à empoisonner l'Europe et la zone euro; ça a commencé, en 2009, ça fait huit ans que ça dure et la dette grecque c'est 320 milliards d'euros... Le krach de Leman Brothers on en a vu les conséquences c'était 600 milliards de dollars; la dette français c'est 2150 milliards d'euros...

Après le Brexit et l'élection de Donald Trump tout le monde attend que la France soit le troisième domino qui tombe entre les mains des populistes ; Cette élection a, on le voit, une grande importance pour le monde démocratique: si c'est un coup d'arrêt au populisme c'est une très bonne nouvelle, si c'est une accélération avec la victoire de Marine le Pen cela aurait un impact sur l'ensemble des nations libres.

Une élection à huit tours

@qui! -  Quand vous faites ce constat et soulignez, ce qui n'est plus invraisemblable aujourd'hui, l'hypothèse de l'effondrement des deux familles politiques qui gouvernaient le pays depuis 1981, y compris en cohabitation, est ce que ça veut dire que la réponse peut se situer au centre de l'échiquier politique?...

N B - C'est une élection sans précédent. Dabord, parce que c'est la première fois que le président de la république ne peut pas se représenter; c'est aussi la première fois que nous avons une élection à huit tours ! Deux tours de primaire, deux de la droite; deux tours de primaires de la gauche, deux tours de la présidentielle et deux tours des législatives. Surtout, et enfin, ce n'est pas une élection qui se joue sur le clivage droite-gauche mais entre les réformistes et les populistes.

Aujourd'hui, nous avons une sorte d'alignement avec deux candidats réformistes qui sont, si on retient les sondages, Emmanuel Macron et François Fillon. Et deux candidats populistes, Jean Luc Mélenchon et Marine Le Pen, car Benoît Hamon est marginalisé ; en gauchisant le PS il en a fait une annexe de Mélenchon. Nous n'avons jamais connu une aussi grande incertitude car, généralement, à ce stade de l'élection, les choses étaient à peu près cristallisées. On s'aperçoit que le nombre d'indécis ne se réduit pas mais qu'en revanche l'écart entre les candidats se réduit... Nous sommes donc dans une incertitude très grande. Les deux dernières semaines de la campagne vont être très importantes, beaucoup plus que lors des précédentes élections. Quant à la campagne actuelle, il existe un écart énorme entre la qualité du débat public, extrêmement médiocre, et l'importance des enjeux pour notre pays. Le vrai risque, peu souligné, c'est que le risque France survivra à la présidentielle, même si Marine Le Pen n'est pas élue, avec alors la nécessité de réformes rapides et amples, des taux d'intérêt qui montent et la politique souple de Draghi, de plus en plus contestée, la lassitude de l'Allemagne et de l'Europe du Nord vis à vis de la France et de son incapacité à faire des réformes. Qu'est-ce qu'il faut pour faire des réformes? Nous l'avons vu avec le Canada, la Suède dans les années 90, Schroëder en Allemagne en 2002, il faut un leadership politique, une adhésion des citoyens, un mandat clair qui soit donné sur un projet cohérent, une méthode et un calendrier... et l'on voit mal comment cette campagne pourrait accoucher des conditions pour le changement. Il nous faut un président fort et, compte tenu de la manière dont le débat s'est noué, ce sera difficile, et quel que soit l'élu sa légitimité sera contestée.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Agence Canal Com

Partager sur Facebook
Vu par vous
1724
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !