Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarrosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview: Pierre Morel-à-L'Huissier, « l'avocat de la ruralité » part en campagne

14/04/2011 |

Pierre Morel-à-L'Huissier

Elu local de Lozère et proche de François Fillon. C'est ainsi que Pierre Morel-à-L'Huissier se présente. Député UMP de la Lozère depuis 2002 et maire de Fournels, une commune de 360 habitants depuis 2001, il se fait « l'avocat de la ruralité » selon son site internet. Il y a un mois, il a créé l'Association nationale de la ruralité avec l'idée de fédérer ses habitants et représentants afin de porter haut leur voix. Après une rencontre avec Nicolas Sarkozy, le 4 avril dernier, en tant que représentant du collectif d'une cinquantaine de députés « Droite rurale », il organisait hier, mercredi 13 avril, un « colloque national de la ruralité » à l'Assemblée nationale pour défendre la « ruralité moderne ».

@qui! : Votre colloque d'hier a rassemblé plus d'une centaine de personnes autour des attentes et des perspectives du monde rural concernant l'accès aux soins, l'attractivité économique, les nouvelles technologies ou encore les services publics. Quel en était l'objectif ?
Pierre Morel-à-L'Huissier : Je souhaite faire entendre et porter la voix de la ruralité actuelle, c'est-à-dire une ruralité moderne. Le monde rural connaît en effet un profond changement; c'en est fini de l'image d'Epinal du beau paysage avec le tracteur et la vache. La sociologie des habitants ruraux a beaucoup évolué. Il y a de jeunes couples, des ingénieurs, des personnes travaillant dans des activités tertiaires, de téléservice, de commerce par internet, tout un volant de nouvelles professions. En outre, depuis 1999, les territoires ruraux regagnent de la population. Cette dernière a besoin et envie de mobilité, d'équipements culturels, sportifs et de loisirs. Or, si les pouvoirs publics ne prennent pas conscience de ces bouleversements et de cette nouvelle réalité locale, ils seront en décalage avec celle-ci, ce qui se soldera pas une crise du monde agricole. Il faut prendre en compte les nouvelles attentes de ces territoires !


@ !: Comment comptez-vous faire passer ce message et promouvoir cette nouvelle ruralité ?
P M-à-L'H : Depuis le vote de la loi sur les territoires ruraux en 2005 et la tenue des assises de la ruralité en 2009, j'ai pu constater qu'il y avait un besoin d'expression du monde rural et en même temps un manque de visibilité. Mon idée est donc de fédérer et de coordonner ces expressions individuelles pour qu'elles soient audibles. J'ai d'abord créé le collectif ‘Droite rurale', qui compte maintenant 56 députés de la majorité et se réunit tous les mardis. Début avril, nous avons été reçus par le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, puis par le Premier ministre, François Fillon, et enfin par le président de la République, Nicolas Sarkozy. En parallèle, j'ai lancé l'Association nationale de la ruralité qui nous allons maintenant essayer de faire vivre.


@ !: Concrètement, que demandez-vous pour le monde rural, notamment dans le « plan Marshall de la ruralité » que vous avez mis au point avec le collectif de députés ?
P M-à-L'H : Nous plaidons pour la mise en œuvre d'un nouveau régime de services de proximité, mixant recours aux fonctionnaires et à des associations d'intérêt général. Par exemple, une association locale ‘de revitalisation' de deux personnes noue des partenariats avec l'ensemble des organismes parapublics (Caf, Pôle emploi, sécurité sociale, etc.), souvent installés dans la ville préfecture, de façon à répondre aux questions les plus fréquentes des habitants leur évitant ainsi de faire plusieurs dizaines de kilomètres pour aller chercher une réponse. On peut aussi imaginer un système de téléconférence ou de téléassistance avec Pôle emploi ou encore des bornes interactives d'informations. Il faut également encourager le transport à la demande, qui permet pour des personnes isolées et à faibles revenus, de se faire conduire à moindre frais, tout autant que le télétravail dont je suis un fervent partisan. Enfin, j'ai récemment déposé deux propositions de loi. La première vise à créer un fonds d'amortissement pour assurer la couverture de l'ensemble du pays en haut débit. Il s'agit de mettre à contribution les opérateurs (Bouygues, SFR et Orange), l'Etat et les citoyens, mais à hauteur de quelques euros sur leur facture. A raison d'un investissement annuel de trois milliards sur dix ans, nous pouvons avoir équipé la totalité du pays en une décennie. Le second texte de loi entend mettre en place une aide au développement du satellite pour les territoires ne pouvant bénéficier du haut débit. Je pense à une prestation de 300 à 400 euros par particulier souhaitant investir pour s'équiper.


@ !: Outre l'avenir de ces textes législatifs, quel est votre programme pour ces prochaines semaines ?

P M-à-L'H : Concernant l'Association nationale de la ruralité, qui comptera trois collèges, élus, associations et citoyens, nous avons comme objectif de rassembler 300 à 400 personnes dans les prochains mois. Surtout, j'ai demandé à Nicolas Sarkozy et François Fillon de lancer une consultation auprès de toutes les administrations centrales, soit près d'une trentaine de directeurs au sein des ministères, pour aboutir à un assouplissement des normes réglementaires dans le monde rural. Je pense par exemple au cas d'un hôtel qui, situé dans une gorge et donc contraint par l'espace, devrait perdre une chambre pour installer un ascenseur ou réaliser une habitation pour personnes handicapées. Il faut assouplir les normes de sécurité et d'accessibilité dans ce cas. Dans les deux mois, les administrations devront avoir identifié 50 mesures de la sorte à prendre au plus vite.

Photo : Pierre Morel-à-L'Huissier

Propos recueillis par Estelle Maussion

 

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1067
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !