18/08/22 : Des travaux de nuit sont réalisés sur la rocade Sud de Bergerac jusqu'au 9 septembre pour réfection de la chaussée entre le giratoire de la Route d’Eymet et le giratoire « des sardines » (piscine AQUALUD). Les travaux se déroulent entre 20h et 6h.

18/08/22 : En quelques jours, Poitiers a perdu deux serviteurs. Henri Chevalier, premier président du CSC des 3 Cités et engagé au Stade Poitevin et au sein de l’OMS. André Guisiano, Zézé, joueur, entraineur et président du Stade Poitevin Rugby.

18/08/22 : Les urgences de la Polyclinique Bordeaux rive droite interrompent l'activité de nuit, du 19 au 28 août, de 20h à 8h, pour personnel médical insuffisant. Une infirmière orientera le patient en relation avec le 15. Le service reprendra le 28 août.

17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/22 | Les anciens de Chatellerault tricotent déjà pour octobre rose

    Lire

    En prévision de la marche Octobre rose du 15 octobre, 9 h 30, place Emile Zola à Châtellerault (Vienne),les résidents des maisons de retraite, foyers logements et EHPAD de la ville, se mobilisent pour tricoter des ouvrages en laine rose qui viendront garnir le tronc des arbres du boulevard Blossac. Cette participation à une action internationale relayée par le club Soroptimist revalorise les personnes âgées et les liens intergenerationnels et stimulent les nouvelles générations à se faire dépister.

  • 18/08/22 | Douzième édition des vergers ouverts sur les coulisses de la pomme

    Lire

    Les pomiculteurs engagés font découvrir les coulisses des pommes écoresponsables. L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) regroupe 300 adhérents représentant 1 400 producteurs. Les vergers à visiter les 27 et 28 août : Scea La Californie, Acharf Essabiri 5480 route des Vergers Grun-Bordas (24) ouvert le 28 août ; Earl de Chantegrolle - SARL Gargouil Éric Gargouil Chantegrolle à Charroux (86) Verger ouvert les 27 et 28 août; Verger de Peyreton Christine Pizzinato, Peyreton Sainte-Bazeille (47) Verger ouvert les 27 et 28 août. http://www.lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

  • 17/08/22 | Fabriquer des dortoirs à osmies (abeilles) à Villenave d'Ornon

    Lire

    Villenave-d’Ornon (Gironde) organise un atelier participatif de fabrication de dortoirs à osmies, le samedi 27 août, de 14 h à 16 h 30, au Square Torres Vedras (7 rue des Peupliers). L’osmie est une abeille sauvage, « abeille maçonne », qui se différencie de sa cousine productrice de miel par son caractère solitaire et inoffensif. Elle fait son apparition très tôt dans la saison, elle est l’un des premiers insectes pollinisateurs d'où son importance. Gratuit, inscription obligatoire (05 56 75 69 85), l'atelier sera animé par l’association « Tous aux abris ».

  • 17/08/22 | Molière à l'aire du 3.0 à Pau

    Lire

    Du 25 au 28 août, à l'occasion des 400 ans de la naissance de Molière et en préfiguration du futur centre de recherche et de création théâtrale de Pau, la manifestation Molière 3.0 rassemblera artistes, spécialistes et grand public. A cette occasion, 3 pièces illustrant la diversité de l'œuvre de Molière seront présentées dans des lieux emblématiques de la ville, des conférences rassembleront artistes et spécialistes du théâtre du XVIIe siècle à la chapelle des Réparatrices du conservatoire, et enfin la médiathèque André Labarrère proposera des projections de documentaires, films et captations de pièces. Infos : www.pau.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le Grand Entretien - Laurence Rouède face au foncier régional

20/11/2019 | Laurence Rouède, conseillère régionale en charge de l'urbanisme et du foncier, répond à nos questions sur la stratégie foncière et l'optimisation des friches.

1

Ce mardi, l'Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine a accueilli une nouvelle journée séminaire du club "Observation et stratégie foncière", autour du thème de la réhabilitation des friches. Dans un contexte national où la loi Élan a pris pour objectif de lutter contre les friches urbaines et où le congrès des maires planche sur le "zéro artificialisation", retour avec Laurence Rouède (conseillère régionale déléguée à l'urbanisme et au foncier et présidente de l'Etablissement Public foncier régional) sur les actions envisagées où déjà en cours du côté de la collectivité régionale et les moyens dont elle dispose pour lutter contre l'étalement urbain.

3000. C'est le nombre d'hectares d'espaces naturels, agricoles ou forestiers, qui disparaitraient chaque année pour laisser place à de l'urbanisation en Nouvelle-Aquitaine, ce qui fait d'elle la première région consommatrice d'espace de France comme le précise un (très dense) rapport du CESER (Conseil Économique Social et Environnemental Régional) paru en octobre qui détaille au travers de 16 propositions des moyens de lutter contre cette artificialisation galopante. Face à une attractivité et une croissance démographique amenées à grimper encore dans les prochaines années, la collectivité a décidé de prendre les devants pour tenter d'enrayer la course.

En juin 2018, elle a voté sa stratégie foncière en fixant quatre axes principaux, dont celui visant à "Préserver le foncier naturel, agricole et forestier et le lien ville/campagne". Le 6 mai dernier, le conseil régional a adopté (après abstention des écologistes) son projet de SRADDET (Schéma Régional d'Aménagement, de Développement Durable et d'Égalité des Territoires) qui fixe un objectif chiffré ambitieux : diviser par deux la consommation foncière régionale à horizon 2030. En juillet, elle a complété ses objectifs en présentant NéoTerra, sa feuille de route dédiée à la transition écologique et énergétique. Parmi les 86 "fiches actions" qui la composent, on trouve le souhait de "faire des friches une opportunité de sobriété foncière et de développement économique", autrement dit de "structurer une organisation visant à réduire significativement les friches urbaines afin de contribuer à la réduction de l'étalement urbain", en créant notamment un "centre de ressources sur le foncier" qui apportera une ingénierie technique, financière et juridique.

Ce mardi 19 novembre au sein de l'hémicycle néo-aquitain à Bordeaux s'est réuni le club "Observation et stratégie foncière" autour d'une journée de travail baptisée "De l'ambition pour nos friches". À cette occasion, nous sommes allés interroger Laurence Rouède, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine déléguée à l'urbanisme et au foncier, sur les grandes orientations et les opérations plus immédiates que la collectivité souhaitait mettre en place pour traduire ces engagements écrits en réalités dont elle a accepté de dessiner les pistes.

@qui.fr - Avec la stratégie foncière, le SRADDET et NéoTerra, la Nouvelle-Aquitaine a assez clairement donné le cap à suivre en matière de foncier : aider plus pour construire moins...

Laurence Rouède, conseillère régionale déléguée à l'urbanisme et au foncier - La région a une compétence en matière d'aménagement du territoire. À travers ça, on pense mobilité, logement, attractivité, déplacement, numérique, santé, formation, des sujets qui vont organiser la vie quotidienne des habitants. On sait qu'on est une région très attractive qui reçoit chaque année de nouveaux habitants (plus de 500 000 habitants supplémentaires d'ici 2030 selon le rapport sur la stratégie foncière). Seulement, ces derniers s'équilibrent assez mal sur le territoire : ils sont très concentrés sur les grandes aires métropolitaines ou le littoral. On travaille donc à un équilibre territorial, notamment en tenant compte des contrats de territoire qui prennent en compte de certains territoires plus en déprise (54 contrats, finalisés d'ici la fin de l'année). L'un des sujets sur lesquels nous avons décidé de nous investir, c'est la préservation des terres agricoles, naturelles et forestières. Ça concerne la qualité de vie et notre capacité alimentaire future, que ce soit pour l'accès aux ressources et à l'eau où pour notre capacité à produire des biens alimentaires. On sait aussi qu'on a des secteurs dans lesquels on a beaucoup artificialisé avec des conséquences en matière d'imperméabilisation du sol, de ruissellement, de bétonnage et ça renforce la puissance des éléments climatiques en cours de changement. On a donc décidé de s'engager contre l'étalement urbain et pour la préservation des terres, regarder comment on peut changer de modèle. On a inscrit ce sujet dans la stratégie foncière et le SRADDET en demandant notamment une réduction de 50% de la consommation foncière à horizon 2030, et dans NéoTerra avec des fiches action qui viennent en complément avec les autres dispositifs de transition qu'on y trouve sur la ressource en eau, les mobilités vertes ou les énergies renouvelables.

@qui.fr - Vous préconisez un changement de modèle, notamment pour la préservation du foncier agricole. Comment se traduit cette nouvelle stratégie sur le terrain et dans quelle mesure serez-vous attentifs aux pratiques des collectivités ?

L.R - Pour préserver le foncier agricole, il faut déjà bien le connaître et changer de vision en termes d'aménagement du territoire, en considérant que c'est une ressource qu'il faut d'abord chercher à préserver. Au lieu d'être dans une vision assez consommatrice comme c'est le cas actuellement, surtout dans un territoire rural ou en déprise, il faut réfléchir à réduire son emprise à chaque fois que l'on réfléchit à un projet. L'idéal, c'est de se dire dans un premier temps que tout projet d'aménagement doit se réfléchir en amont pour potentiellement être placé dans un endroit déjà artificialisé, soit en l'utilisant mieux (double utilisation du foncier, comme par exemple les panneaux photovoltaïques au-dessus des parkings ou sur les toits), soit par une reconquête de ce qui ne sert plus (friches, bien vacants, biens sans maître). C'est en faisant du foncier une ressource en amont des projets que l'on va pouvoir changer ce rythme. Ces dernières années, on est sur un rythme de consommation foncière qui fait qu'on est devenu la région qui artificialise le plus en France, d'où l'idée d'engager les autres collectivités à inscrire dans les documents d'urbanisme la sobriété foncière. Le schéma nous permet de donner des orientations et de prendre des mesures d'accompagnement. Après, on insuffle l'idée mais on ne regardera pas projet par projet, ce n'est pas notre rôle. Par contre, on va mettre en place des dispositifs particuliers. Quand on créé un nouveau règlement d'intervention sur la revitalisation des centres-villes et des centres-bourgs, c'est aussi pour dire qu'on ne veut pas aller vers l'étalement urbain. Quand on inscrit dans le SRADDET l'idée que l'on veut mettre un terme au développement des commerces de périphérie, c'est la même idée. Nous-mêmes, il va falloir que l'on soit plus vertueux sur nos propres projets au niveau de la sobriété foncière.

@qui.fr - Vous allez mener un travail assez important dans les prochaines semaines : un recensement de toutes les friches présentes dans les intercommunalités de Nouvelle-Aquitaine. Pour quel usage ?

L.R - C'est un travail transversal au sein de plusieurs services de la région : le développement économique, l'aménagement du territoire et l'urbanisme/foncier. On a déjà commencé la discussion avec les Établissements Publics Fonciers présents en Nouvelle-Aquitaine pour essayer de repérer des friches sur lesquelles on pourrait venir en accompagnement. De façon générale, il nous a semblé important d'écrire à l'ensemble des intercommunalités pour leur demander quelles sont les friches sur leur territoire dont elles ont connaissance et qui pourraient être intéressantes, soit en matière de réhabilitation, soit de renaturation puisqu'un terrain en friche peut aussi être dépollué et rendu à la nature. La lutte contre l'artificialisation passe aussi par-là : on pourra renaturer des espaces dans les grandes agglomérations, on pourra aussi retrouver des mètres carrés et des hectares d'espaces agricoles et naturels. On va donc solliciter les intercommunalités pour qu'elles nous apportent leurs connaissances et essayer de créer cette donnée partagée des friches de Nouvelle-Aquitaine, qu'elles soient industrielles, commerciales, militaires, ect. Il y aura un partage collectif, mais il faut d'abord construire un référentiel.

@qui.fr - La Nouvelle-Aquitaine s'est adossée, en l'abondant financièrement de 1,2 millions d'euros, à un appel à projet national et annuel de l'Ademe (Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) sur la dépollution des friches. Que va permettre ce financement, et ne trouvez-vous pas que le règlement de cet appel à projet est assez contraint dans ses critères d'attribution ?

L.R - Ces 1,2 millions d'euros vont pouvoir financer des projets de dépollution de sols et de friches en Nouvelle-Aquitaine. L'appel a projet lancé par l'ADEME est national. En gros, ils ont un lauréat par région qu'ils accompagnent. Il nous a semblé intéressant de nous adosser à cet appel à projet, on prend les mêmes critères, l'expertise de l'ADEME et on vient rajouter 1,2 millions d'euros qui seront réservés à des projets néo-aquitains, ce qui va nous permettre d'accompagner trois ou quatre autres projets de collectivités en plus de celui qui sera choisi. Ces critères sont contraints, on en est conscients. En plus, la dépollution biologique prend plus de temps, elle ne répond donc pas immédiatement à une reconversion de friches très rapide. On sait de façon générale que ça peut prendre du temps, même pour des exemples très bien pensés comme à La Rochelle ou Surgères montrent qu'il faut six à huit ans pour remettre en opérationnalité des terrains qui étaient en friche. C'est un premier pas, il faudra aller plus loin.

@qui.fr - En parlant d'aller plus loin, la collectivité va également s'adosser à une expérimentation de la Safer sur la résorption des biens sans maître sur des communes des territoires Périgord/Limousin, Grand Bergeracois et Grand Cognac. À quoi va servir cette expérimentation ? Son but-est il de dessiner un futur modèle voué à s'étendre à tout le territoire ?

L.R - On octroie 10 000 euros à la SAFER pour qu'elle nous accompagne. Les SAFER ont une réflexion sur les "biens sans maître", qui sont des biens dont les propriétaires sont décédés, ont disparu ou sont inconnus. Il y a un travail de recensement à faire et un travail juridique parce que la loi prévoit que les biens sans maîtres doivent, lorsqu'ils sont repérés et qualifiés, s'intégrer dans le patrimoine des communes. Ça nous a paru intéressant de voir si on pouvait accompagner les communes à avoir la connaissance des biens sans maîtres qui sont sur leur domaine et comment elles pourraient les récupérer et les transformer, soit pour les remettre en agriculture ou en espace de renaturation, soit pour un projet quelconque. On veut insuffler une forme de contrainte, ce sont des critères nationaux mais on va donner à travers le SRADDET prescription sur la lutte contre l'étalement urbain mais il faut aussi en parallèle donner des moyens aux collectivités de développer des projets. Ces études spécifiques (recensement et étude juridique) avec la SAFER sera donc déployées sur quelques communes. Elles viseront à permettre aux communes de récupérer ces biens, voire même de les accompagner dans leurs projets de requalification. On expérimente, c'est une première étape, on regarde si les collectivités trouvent que c'est intéressant et arrivent à faire émerger des projets sur cette base, auquel cas on pourra étendre cette ingénierie à l'ensemble des communes régionales qui le souhaiteront.

@qui.fr - En 2019, la région a lancé un appel à projet annuel sur l'innovation foncière pour "accompagner les initiatives concourant à la sobriété foncière". On note un projet de réhabilitation par mycoremédiation (utilisation des champignons pour l'épuration des sols), ou encore le démantèlement d'une friche en centre-bourg sur la commune de Garein (Landes) parmi les six lauréats. La région finance dans la majeure partie des cas environ la moitié du coût total. Renouvelerez-vous cet appel à projets en 2020 ? Sur quoi portera-t-il ?

L.R - La thématique de cette année était la double utilisation du foncier. On vient accompagner des projets, en investissement et/ou en fonctionnement pour susciter de façon assez large (bailleurs sociaux, collectivités territoriales, ect.) de l'innovation foncière, de la recherche de bonnes pratiques en matière de valorisation du foncier dans une deuxième fonction pour éviter de consommer du foncier supplémentaire. On a six lauréats cette année sur des sujets divers. On accompagne par exemple la commune du Porge qui a fait beaucoup d'efforts en matière de conservation du littoral. On va faire perdurer cet appel à projet chaque année, on réfléchit pour 2020 à l'orienter sur le foncier transitoire. Sur les friches, les habitations ou les commerces vacants, on va chercher, en attendant de pouvoir leur donner un nouvel usage, à pouvoir les utiliser de façon transitoire. Cet urbanisme temporaire se développe.

@qui.fr - Après le fonds Alter'NA pour aider au développement d'innovations en viticulture et avant la création d'un fonds d'investissements dédié aux start-ups, la Nouvelle-Aquitaine a commencé à réfléchir à un "fonds d'intervention sur les friches. Que peut-on en attendre et à quelle échéance ?

L.R - On y réfléchit. Certaines régions l'ont déjà fait mais en général ce sont des régions qui avaient beaucoup de friches industrielles, donc plutôt dans le Nord, le Grand-Est ou la région Rhône-Alpes. Elles ont réfléchi à monter des fonds friches pour accompagner des collectivités, des investisseurs ou des aménageurs à la reconquête des friches parce que les requalifier coûte cher. On y travaille de façon partenariale. On sait que ça demanderait de gros investissements, il faudrait que l'État et des fonds européens soient mobilisés de même que l'ensemble des opérateurs fonciers pour voir comment on pourrait accompagner des collectivités à se sortir de situations compliquées avec des friches (en cœur de ville comme en périphérie) qu'elles ont depuis des années et auxquelles elles n'arrivent pas à redonner une vie nouvelle. Les EPF travaillent déjà sur ces sujets et accompagnent déjà les collectivités mais ce sont des processus très longs et ça ne peut pas être le seul sujet d'une commune, d'une intercommunalité ou d'un EPF. L'idée est donc de voir si cela pourrait avoir du sens que la région investisse. C'est un travail à venir dans les deux ans qui viennent.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
12997
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Alain Rousset, Président du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine Politique | 25/07/2022

Le Grand Entretien - Alain Rousset : "Il faut être sobre, frugal. C'est une autre croissance"

Image d'illustration : train grande vitesse Politique | 20/07/2022

LGV Bordeaux-Dax - Bordeaux-Toulouse : Le GPSO n'a pas peur des ZAD

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine Politique | 19/07/2022

Alain Rousset : "Décentraliser davantage pour devenir éco-responsable"

Sylvie Marcilly aux côtés de Catherine Desprez, maire de Surgères et première vice-présidente du Conseil départemental de Charente-Maritime Politique | 05/07/2022

Contournement de Marans : enfin un coup d’accélérateur déterminant

La fidèle de François Bayrou, Geneviève Darrieussecq et la tombeuse du PS, Bérangère Couillard sont désormais membres du gouvernement. Politique | 04/07/2022

Deux députées de Nouvelle-Aquitaine rejoignent le gouvernement Borne 2

TGV en gare de Bordeaux Saint-Jean Politique | 01/07/2022

Au moment de financer la LGV vers Toulouse et Dax, l’Europe hésite à payer

En séance plénière du Conseil départemental, les élus se sont prononcés sur 38 dossiers soumis au vote Politique | 24/06/2022

Haute-Vienne :un nouveau schéma autonomie pour personnes âgées ou en situation de handicap

Réunion de bilan du SRDEII le 3 mars 2022 à la Maison de la Région à Poitiers. © Région Nouvelle-Aquitaine / Françoise Roch Politique | 20/06/2022

Développement économique : un schéma régional en guise de leçon au gouvernement

Urne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES dans les Pyrénées-Atlantiques : Avantage à la majorité présidentielle et une conquête de la gauche

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Ensemble! remporte quatre sièges sur cinq en Charente-Maritime

Les candidats élus dans la métropole bordelaise Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES: la métropole obtient trois députés Nupes et trois députés Ensemble!

législatives Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Gironde (hors Métropole): Le RN décroche deux circonscriptions

Genevieve Darrieussecq, Lionel Causse et Boris Vallaud, les 3 députés des Landes Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES : Le département des Landes esquive le séisme électoral du 2nd tour

Les 4 candidats élus en Haute-Vienne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Trois candidats de la Nupes élus en Haute-Vienne

Les 2 candidats élus de la Corrèze Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES En Corrèze, les deux candidats LR Frédérique Meunier et Francis Dubois élus