Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/08/19 : Hier vers 21 heures, des manifestants anti-G7 ont tenté de bloquer l'autoroute A63, non loin du camps d'Urrugne et se sont heurtés aux policiers. Ils en ont légèrement blessé quatre par un tir de mortier d'artifice. 17 personnes ont été interpellées

23/08/19 : Emmanuel Macron accusant le président brésilien de lui avoir "menti" sur ses engagements environnementaux lors du G20 en juin dernier se dit opposé, sur fond d'Amazonie en feu, "dans ces conditions" à l'accord de libre-échange entre l'UE et le Mercosur

21/08/19 : Selon "Mediabask", les Gilets jaunes invitent leurs troupes à se rassembler, pour leur 41e samedi à Bayonne, dans le cadre du G7. Ils estimeraient que le contre-sommet d'Hendaye et d'Irun et la manifestation de samedi ne sont pas assez musclés.

20/08/19 : A Périgueux, Péri meuh, la 3e édition de la fête agricole aura lieu les 20,21 et 22 septembre des allées Tourny à la place Francheville. Elle accueillera de nombreuses animations dont le concours national de la race limousine.

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/08/19 | La Rochelle : pas de ténors pour l'Université d'été du PS

    Lire

    Alors qu'Europe Ecologie les Verts et la France Insoumise se réunissent chacun autour de leur Université d'été à Toulouse, le Parti socialiste (PS) a lancé la sienne ce vendredi, sur un discours d'accueil du maire Jean-François Fountaine et en présence du président de Région Alain Rousset. Malgré 2000 militants attendus, les grandes figures du PS restent absentes de cette nouvelle formule - François Hollande et Bernard Cazeneuve feront leur rentrée aux Journées parlementaires du PS à Avignon (4-6/09).

  • 24/08/19 | La Rochelle : le premier secrétaire du PS appelle à remettre de l'écologie dans le parti

    Lire

    En marge de l'Université d'été du PS (23-25 août), le premier secrétaire de PS Olivier Faure a appelé à accorder une nouvelle place à l'écologie dans leur réflexion, sous peine d'isolement du parti : "Il n’y a pas d’écologie viable sans le social et pas de société viable sans l’écologie", a-t-il déclaré à l'AFP. Quelques jours plus tôt, Oliver Faure avait déclaré regretté la division ente les partis de gauche (EELV et FI font leur rentrée de leur côté) alors que les municipales sont en vue.

  • 23/08/19 | Corrèze : les agriculteurs entendus par l'État

    Lire

    Le 21 août, Didier Guillaume, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, a autorisé la Corrèze à valoriser ses jachères, malgré la sécheresse. En effet, c'est désormais une liste de 9 départements, dont la Corrèze, qui font l'objet de la dérogation autorisant la valorisation des jachères. Cette décision permet d'accroître les stocks destinés à l'alimentation des animaux. Face à une autre année de sécheresse, la profession a fait la demande auprès du Préfet dès le 1er juillet.

  • 23/08/19 | Charente-Maritime : de nouvelles mesures de restriction d'eau

    Lire

    L'arrêté du Préfet de Charente-Maritime du 20 août dévoile une nouvelle mesure de restriction d'eau. Si toutes les précédentes ont été reconduites, il en est une nouvelle, concernant le bassin EPMP. En effet, ce dernier est désormais en alerte "Crise", le niveau maximal. Ainsi, le Marais Sèvre Niortaise fait l'objet d'une interdiction totale des prélèvements d'irrigation agricole depuis le 21 août.

  • 23/08/19 | Aliénor en son et lumière à Cabanac-et-Villagrains (33)

    Lire

    Le 31 août, la commune de Cabanac-et-Villagrains (33) organise une grande fête médiévale, sur le site historique des mottes castrales. Après une journée festive, comprenant spectacle de fauconnerie et banquet médiéval, un spectacle son, lumière et costume d'époque "Aliénor en terre gasque" prendra place à la nuit tombée. Interprétée par des acteurs bénévoles, l'histoire sera contée en français et gascon par les élèves adultes du cours de Gascon de Cabanac. A noter la participation des écuries de St Selve sous la direction de Franck Reyne qui dirige également les cavaliers de la Bataille de Castillon. Programme en ligne

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Jacqueline Dubois députée de la Dordogne : "La loi sur l'école doit garantir la réussite pour tous"

15/02/2019 | Jacqueline Dubois, députée du Sarladais, membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, évoque la loi Blanquer en débat à l'assemblée.

Jacqueline Dubois, députée du Sarladais est membre de la commission éducation de l'Assemblée

La loi sur l'école de la confiance est depuis lundi en discussion à l'assemblée nationale et le vote solennel devrait intervenir mardi. Le texte prévoit l'instruction obligatoire dès 3 ans, la refonte de l'évaluation des enseignants, le rôle renforcé des assistants d'éducation qui pourront être amenés à enseigner, des expérimentations pédagogiques. Des dispositions sont prévues pour améliorer la scolarisation des enfants en situation de handicap. Le point avec Jacqueline Dubois, députée LREM de la 4e circonscription de la Dordogne, ancienne enseignante spécialisée, membre de la commission éducation.

@qui!: En tant que membre de la commission éducation de l'Assemblée nationale, pouvez vous nous préciser comment avez vous travaillé dans le cadre du projet de loi sur l'école de la confiance ?
Jacqueline Dubois:
 En amont du projet de loi, nous avons travaillé collectivement avec tous les membres de la commission. Les différents chapitres de la loi ont été répartis. En tant qu'ancienne enseignante spécialisée puis formatrice, j'ai plus particulièrement travaillé sur l'abaissement de l'âge de l'instruction obligatoire à trois ans et sur le thème du handicap. Je travaille depuis plusieurs mois avec Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'état en charge de cette question dans le but d’améliorer la scolarisation effective des élèves en situation de handicap avec d'autres députés. Il faut aussi être attentif aux autres éléments de la loi et j'ai participé aussi de la formation des enseignants où nous avons fait des propositions qui ne donnent pas lieu à des dispositions législatives. 

@qui!: Ce texte législatif est considéré par certains comme une loi fourre tout, inquiète à la fois les syndicats enseignants et certaines communes, notamment les plus petites qui craignent de perdre leur école. Quels arguments avez vous pour balayer ce sentiment ?
Jacqueline Dubois: L''esprit de la loi, comme l'a rappelé le ministre est de poser les bases d'une école qui crée de la confiance, afin de garantir la réussite et l'épanouissement de chaque élève, dès le plus jeune et quelle que soit sa condition sociale et son lieu d'habitation. Un des articles prévoit que l'État attribuera des ressources aux communes qui justifieront, au titre de l’année scolaire 2019-2020 (année scolaire d’entrée en vigueur de l’extension de l’instruction obligatoire à l'âge de 3 ans et du fait de cette seule extension de compétence, une augmentation de leurs dépenses obligatoires rapport à celles qu’elles ont exposées au titre de l’année scolaire 2018-2019. Nous sommes dans un contexte général de baisse de démographie scolaire, et pas seulement en Dordogne où nous attendons une diminution de 600 élèves pour la rentrée prochaine. Dans notre département nous avions une convention de ruralité qui a protégé le nombre de postes d'enseignants. A la prochaine rentrée, la Dordogne perd 7 postes.  L'Union des maires a refusé de la reconduire. C'est dommage. La convention de ruralité est destinée non pas à demander aux maires de fermer leur école mais de réfléchir ensemble quelle est la bonne stratégie pour pouvoir offrir la meilleure offre scolaire sur leur territoire, en fonction de leurs spécifités. Une des positions possibles peut être le regroupement de deux RPI voisins, exemple sur notre territoire le RPI de Beynac avec celui par exemple celui de Castelnaud.

"L'amendement sur l'école socle, une opportunité pour les ZEP"

@qui!: Cette idée de rapprochement entre différentes structures m'amène à vous interroger sur l'amendement dit de l'école socle, qui prévoit le regroupement au sein d'un même établissement des classes de primaire avec des classes de scolaires au sein d'un même bassin de vie. Cet amendement qui devrait être voté en début de semaine, inquiète. Selon vous, est ce une option envisageable pour sauver les collèges de moins de 200 élèves que nous avons en Dordogne ?
Jacqueline Dubois: L'idée de cet amendement proposé par notre majorité, est de permettre quand cela représente un intérêt local une association entre une école primaire et un collège situé dans un même bassin de vie, pour une meilleure efficacité. Cette disposition va être très intéressante pour les zones d'éducation prioritaires en zone rurale et urbaine, parce que cela va permettre d'apporter une logistique qui est possible au collège mais qui n'existe pas à l'école primaire. Il y a des fonds, notamment sociaux, qui sont à disposition des collèges mais qui ne sont pas utilisés complètement et que l'on pourrait mettre à disposition de l'élémentaire.
Pour balayer les craintes, chaque école va conserver son identité, il ne s'agit pas de les faire disparaître. Ce texte donne la possibilité d'organiser les écoles en réseau avec des collèges à proximité. Concernant la possibilité d'accueillir des classes de primaires dans les petits collèges de Dordogne, notamment ceux ayant moins de 200 élèves, je n'ai pas d'avis  tranché sur le sujet. Cela peut être une option intéressante si vous avez une école communale nécessitant de gros travaux et s'il y a un collège à proximité avec des locaux rénovés. Cela doit être un choix intelligent. Pour les petits collèges de Dordogne, il existe une proposition intéressante faite par le service de l'inspection académique, c'est faire travailler ces établissements en réseau par deux. 

"Aller plus loin sur le rapprochement entre le médico-social et l'école"

 @qui!: Le débat sur l'école de la confiance coïncide avec la restitution de la consultation le 11 février dernier, sur l'école inclusive. Quelles sont les principales dispositions prévues dans la loi pour améliorer la scolarisation des enfants en situation de handicap ?Comment faire en sorte que l'offre médico-sociale vienne en appui des équipes enseignantes ?  
Jacqueline Dubois : Le ministre de l'éducation nationale a tenu à ajouter un chapitre spécifique consacré aux enfants en situation de handicap. Parmi les dispositions retenues, ont été ajoutés la possibilité que l'Equipe de suivi de scolarisation soit aussi accompagnante pour les familles, la présence de l'AESH (accompagnants d'élèves en situation de handicap) à ces réunions d'équipes, le fait que l'enseignant référent soit l'interlocuteur des familles pour la mise en place du projet personnalisé de scolarisation. Dans certains départements, les familles ne savent pas à qui s'adresser. Nous avons ajouté une réunion entre les parents, l'enseignant et l'AESH, au moment de sa prise de fonction. Les amendements que nous avons portés sont issus de la consultation nationale, de nos propres expériences et d'échanges en circonscription avec des familles, des associations, des structures médico-éducatives. 

Depuis 2009, il existe des conventions entre des structures médico-sociales et des établissements scolaires. Cela existe. A Marcillac-Saint Quentin, au sein de l'école maternelle, il y a une classe IME avec des enfants acompagnés par des éducateurs IME. Il y a des échanges entre les classes ordinaires et la classe IME sur certaines activités. Le développement des relations entre le secteur médico-social et l'Education nationale est l'un des points à renforcer. Actuellement, il y a transformation du secteur médico-social. Ce qu'il faut maintenant c'est que les personnes apprennent à travailler ensemble, de sorte que la prise en charge de chaque enfant en situation de handicap puisse avoir lieu sur les écoles. La psychologue ou l'orthophoniste doit pouvoir intervenir au sein des établisssements scolaires. Nous devons aller plus loin avec Sophie Cluzel et conventionner avec le secteur libéral. Jean-Michel Blanquer a aussi annoncé lundi, la création d'un grand service public du handicap au sein de l'Education nationale avec du personnel dédié. Il ne figure pas dans la loi. Dans la loi, par contre est annoncée la création des PIAL (pôle inclusif d'accompagnement localisé). Cela va permettre d'avoir des pôles, où l'on va recruter directement des AESH en amont. Deux sont en train de se mettre en place en Dordogne, à Vergt et à Sarlat. 


 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Archives Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3398
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !