Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/11/21 : Bordeaux - Dans le cadre de la quinzaine franco-russe soutenue par Bordeaux Métropole, l'Association des russisants d'Aquitaine organise le 9 décembre, la conférence : "De Lénine à Poutine: le sport, un enjeu politique en URSS et en Russie"+ d'info

29/11/21 : A la suite des annonces gouvernementales concernant la 3ème dose, le centre de vaccination du Parc des expositions de Pau s’adapte dès ce lundi en ouvrant 6 jours/semaine (contre 3 précédemment) permettant de passer de 1500 à 3600 vaccins par semaine.

26/11/21 : Les marchés de Noël reviennent! A Bordeaux (Place Tourny) et à Pau (place Clemenceau et allées d’Aragon) notamment, l'ouverture des chalets et des animations qui les accompagnent insuffle un vent de magie (de Noël) dès ce vendredi 26 novembre en soirée!

26/11/21 : Les 5,6 et 7 août, le Sun ska festival revient (en vrai!) sur le domaine de Nodris en Gironde! La billetterie est ouverte et les premiers noms dévoilés: Ska-P, Tryo, Biga*Ranx, Danakil, Tiken Jah Fakoly ou encore Takana Zion.+ d'info

24/11/21 : Un préfet délégué Ours, Jean-Yves Chiaro a été nommé auprès du préfet coordonnateur du massif des Pyrénées. Sur les sujets ours, il a pour mission de renforcer le dialogue entre tous les acteurs et d'appuyer les préfets de département dans leur action.

22/11/21 : Jean-Pierre Farandou PDG de SNCF, a rencontré vendredi 19 novembre à Bordeaux, Alain Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine, et Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole. Sans surprise les 3 présidents ont réaffirmé leur soutien au projet GPSO.

17/11/21 : A Bayonne un groupe de travail a été lancé en vue de l'organisation des Fêtes de Bayonne 2022. A cette occasion les dates des éditions 2022 2023 et 2024 ont été actées: du 27 au 31 juillet 2022, du 26 au 30 juillet 2023, du 24 au 28 juillet 2024

17/11/21 : Les 2 et 3 décembre 2021, le World Impact Summit, le sommet international des solutions pour la planète, revient pour une 4e édition mixant présentiel et digital au Palais de la Bourse à Bordeaux. L'eau en sera la thématique principale+ d'info

09/11/21 : Les élus régionaux se sont réunis en Commission permanente lundi 8 novembre à l'Hôtel de Région à Bordeaux. Au total, 436 délibérations ont été votées et 3 517 subventions attribuées pour un montant total de 878 392 914,59 euros.

03/11/21 : Le Drive fermier Gironde annonce un nouveau et 6ème point de retrait à compter du vendredi 19 novembre de 13h30 à 18h30. Les produits fermiers seront désormais aussi livrés à la Chambre d'Agriculture de la Gironde, 17 cours Xavier Arnozan.

28/10/21 : Rive Droite - La Nuit Verte 2022 se prépare déjà: Geörgette Power, artiste invité de cette 6e Nuit Verte est en résidence à Cenon. Objectif : s’immerger dans le territoire afin de proposer une œuvre in situ, conçue pour l'évènement.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/21 | Tartas se dote d'une unité de bioéthanol

    Lire

    A Tartas dans les Landes, la société Rayonier AM Avébène est l'un des plus importants producteurs mondial de cellulose de spécialités, raffinée à partir de la pâte à bois, et utilisée par les industries pharmaceutiques, alimentaires ou encore de la construction. Souhaitant s'engager dans la transition énergétique, la société va convertir le site en unité de production de biocarburant en construisant sur place une unité de production de bioéthanol de deuxième génération.

  • 30/11/21 | Recyclage des friches : 101 nouveaux projets retenus

    Lire

    Le 19 novembre, les lauréats du deuxième appel à projets pour le recyclage des friches ont été dévoilés. En Nouvelle-Aquitaine, 101 projets ont été retenus. Les projets sélectionnés vont permettre de développer des logements sociaux ainsi que les démarches en matière de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs. En Nouvelle-Aquitaine, l'enveloppe consacrée au recyclage de friches et de fonciers artificialisés s'élève à 29,6 M€. Lors d'un premier appel à projet "fond friches" 66 lauréats avaient été retenus pour une dotation globale de 23 M€.

  • 30/11/21 | Francis Cabrel soutient la calendreta de Pessac !

    Lire

    L'école associative de Pessac La Calandreta de la Dauna propose un enseignement immersif en langue occitane. Afin de promouvoir l'école et la langue occitane, elle a décidé d'organiser une tombola dont un des 14 lots est une guitare offerte par Francis Cabrel, fervent défenseur de la langue. Les billets sont en vente du 1er décembre au 9 janvier et le tirage aura lieu le 15 janvier. Toutes les infos et les billets sont disponibles sur le site de l'école

  • 30/11/21 | Métiers : Une soirée pour découvrir le secteur du digital

    Lire

    Le 8 décembre de 18h à 21h, le Crédit Agricole lance « Youzful // Cafés », des événements inédits pour informer et accompagner les jeunes dans leur orientation professionnelle. Lors de cette soirée en ligne, ils pourront notamment participer à un atelier collaboratif sur les métiers du digital animé par un expert, assister à des conférences et échanger avec des professionnels afin d'affiner leur projet de carrière et savoir si oui ou non ce secteur est fait pour eux. Inscriptions obligatoires avant le 6 décembre : https://job.wiz.bi/mbgkx / carla@wizbii.com / 06 69 67 11 16.

  • 29/11/21 | Bioval cherche à remplacer les additifs dans l'alimentation

    Lire

    Le remplacement des additifs dans la filière agro-alimentaire est un enjeu majeur. En Vienne, le projet Bioval a pour ambition d'apporter de nouvelles solutions à cette problématique en proposant des substituts aux additifs dans les secteurs de l'agro-alimentaire et de la cosmétique. L'objectif est d'étudier les possibilités de valorisation de la biomasse végétale pour l'obtention de nouveaux ingrédients naturels. Ce projet se fera en collaboration avec le centre de recherche technologique Agir, basé en Gironde.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Jacques Mangon : "l'extension de la ligne D du tram vers Saint-Médard n'est pas un caprice municipal"

08/10/2015 | Le Maire de Saint-Médard en Jalles, fondateur du Collectif Urgence ligne D, demande à ce qu'une extension de l'actuel projet de la ligne D voie le jour d'ici 2020

1

"Urgence grande ligne D", le collectif formé par Jacques Mangon, propose une idée simple : rallonger l'actuel projet de la ligne D du Tramway, dont le terminus est prévu à Eysines, jusqu'à la ville dont il est l'actuel maire, Saint-Médard en Jalles. Le collectif a fait ses premières armes en créant une pétition, signée depuis son lancement par quelques 2000 personnes. L'effort devrait se poursuivre, tandis que l'association d'usagers Transcub dénonce une course au "tout tram". A ceux qui pourraient croire que ce nouveau tronçon, dont le coût serait chiffré à 40 millions d'euros, relèverait d'une guerre de clocher, le maire de la commune répond clairement : c'est un "projet de territoire".

Le collectif "Urgence grande ligne D", créé dans la foulée des dernières départementales par Jacques Mangon, tenait ce jeudi 8 octobre une journée spéciale consacrée aux objectifs de mobilités métropolitains. Aux côtés de Stéphane Saubusse (militant EELV) et d'Etienne Lhomet (qui a été l'un des principaux pilotes de la construction du réseau de tram dans les années 2000), le maire de Saint-Médard est revenu sur le défi de cette nouvelle extension dans les allées du salon ITS de Bordeaux-Lac. Il nous en a spécifié les enjeux en réponse à trois questions. 

@qui! - L'association Trans'cub affirme que les collectivités locales ont une "fascination pour le "tout tramway". Avec cette extension vers Saint-Médard, la ligne D coûterait donc 310 millions d'euros (270 sans ce tronçon de 4,1 kilomètres). Les membres de l'association militent notamment pour le "tram bus", un bus hybride, 100% électrique, qui coûterait entre 8 et 10 millions d'euros du kilomètre. Avec le coût initial de la ligne D, Trans'cub affirme que l'on pourrait équiper en Tram Bus la ligne D, E et les liaisons vers l'Aéroport et Gradignan. Bayonne a récemment franchi le pas en ouvrant deux lignes de tram'bus. Le tramway vers Saint-Médard est pour vous la seule solution possible ?

Jacques Mangon - La situation des bus améliorés et autres BHNS (Bus à haut niveau de service) est très simple. Nous serions dans un schéma structurant  : on ferait une ligne totalement en site propre où ce bus circulerait sur une voie réservée, ce qui entrainerait un gain de temps. Le problème, c'est que dans ce cas là, le prix de cet équipement serait de l'ordre de 12 à 15 millions d'euros du kilomètre (contre 17 millions d'euros du kilomètre selon les chiffres du collectif "Urgence grande ligne D"), soit très proche de celui du tramway, mais n'en aurait pas la capacité. Cet investissement serait donc à reprendre au bout d'un certain temps. Quand on reprend l'investissement concernant les bus, on doit dépenser presque autant que si nous n'avions rien fait : les sous-bassements ne sont pas les mêmes, la voierie doit être refaite... C'est un investissement à court-terme, qui atteint sa limite très rapidement. Si nous le faisions de manière peu coûteuse, nous serions obligés de réduire sa présence en site propre et de l'intégrer à la circulation générale, alors qu'à Saint-Médard elle est déjà très engorgée. Il faudrait donc choisir entre l'innefficience et la gabegie. Trans'cub prend comme référence la ligne D jusqu'à Eysines qui a été fait avec un certain nombre d'investissements plus luxueux, comme l'alimentation par le sol sur certaines parties ou des stations assez rapprochées. Ce qu'on propose, avec ce concept de tramway périurbain, on le veut sans luxe : pas de station tous les 500 mètres, pas d'aménagement trop coûteux. Nous sommes sur une zone qui correspond à l'ancienne voie ferrée, on diviserait donc les coûts de manière très importante. Il n'y a donc pas photo, et l'opposition de Trans'cub paraît assez dogmatique, de principe. 

@qui!La ligne D a été l'un des points centraux lors de votre campagne pour les départementales contre l'ancien maire socialiste Serge Lamaison. Vous avez donc fondé ce collectif dans la foulée, et mis une pétition en ligne. Depuis sa mise en ligne il y a quelques semaines, elle a été signée par près de 2000 personnes. C'est l'aveu d'un intérêt de la part des habitants, selon vous ? 

Jacques Mangon - La pétition et le collectif se développent très bien, et il va poursuivre ses actions, notamment via du porte à porte dans le courant du mois de novembre pour informer les habitants, ou l'organisation d'un grand colloque sur la mobilité urbaine et périurbaine en janvier à Saint-Médard en Jalles. C'est un besoin qui est ressenti sur le terrain, et les gens le comprennent bien. Ils vivent une forme d'injustice, ne comprennent pas pourquoi nous sommes dans cette situation. Aujourd'hui, il faut une heure et demie pour aller de Saint-Médard au centre ville de Bordeaux aux heures de pointe. C'est hallucinant, en sachant que nous sommes la cinquième ville de l'agglomération par notre population dans un secteur géographique qui concentre beaucoup d'emplois et qui va en concentrer encore plus dans l'avenir. Le concept d'urgence est ressenti réellement par les gens, ce n'est pas une guerre de clocher ni une promesse électorale. D'autant plus que son aménagement aurait déjà un coût maîtrisé, les coûts d'exploitation étant déjà couverts par les seuls revenus tarifaires (pour une fréquentation d'environ 4000 usagers quotidiens). Cette liaison a été inscrite en septembre 2014 au Schéma Directeur Opérationnel des Déplacements Métropolitains (SDODM). C'est acquis, mais il faut selon nous accélérer le calendrier au maximum. Cette mobilisation est faite pour qu'il y ait des répercutions aussi vite que possible sur ce chantier. 

@qui! - Cette nouvelle desserte serait donc pour vous moins une promesse électoraliste qu'un vrai enjeu territorial ? 

Jacques Mangon - Bien sûr, elle ouvrirait des portes sur toute une zone de dessertes d'une partie du Médoc (notamment littoral) qui a besoin de cette ligne. Ce n'est donc pas uniquement une histoire municipale. L'insuffisance de la situation actuelle fait que les problèmes sont en train de s'aggraver de plus en plus. La desserte d'équipements comme le Carré des Jalles, scène artistique importante de la Métropole, fait déjà venir pas mal de bordelais, mais il est évident que si nous avions cette extension, il en viendrait deux fois plus. Sans parler des contraintes fortes imposés aux étudiants... Et puis il y aura au sein du collectif d'autres collectivités, des associations, c'est d'ailleurs ce qui en fait tout son intérêt. Nous pensons qu'on peut techniquement et financièrement obtenir cette extension à l'horizon 2020. Il y a des débats, des experts qui pensent qu'on est un peu optimistes, mais nous continuons à le penser. D'ici là, nous n'allons pas développer d'autre projet alternatifs en matières de transports, ça ne serait que des pis-allers qui ne résoudraient rien et dépenseraient de l'argent public. On bénéficiera d'un bus à haut niveau service qui couvrira un petit delta entre Bordeaux et Saint-Aubin de Médoc (en appui à la ligne D, projet chiffré à 100 millions d'euros), mais il n'y aura pas d'autre réponse structurante que celle-ci. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7005
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
CLOSONT | 19/12/2015

Pétition signée par près de 2000 personnes tous n'habitant pas St Médard en Jalles car beaucoup plus de St Médardais sont contre ce Tram sur la piste cyclable Bordeaux Lacanau servant de doublon au BHNS pour une fréquentation surévaluée et un cout pour les contribuables inacceptable dans une zone verte passant près de lieux classés Natura 2000
Mr Mangon a oublié qu'il est le maire de Tous les St Médardais !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !