Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Jacques Mangon : "l'extension de la ligne D du tram vers Saint-Médard n'est pas un caprice municipal"

08/10/2015 | Le Maire de Saint-Médard en Jalles, fondateur du Collectif Urgence ligne D, demande à ce qu'une extension de l'actuel projet de la ligne D voie le jour d'ici 2020

Une réunion du collectif a eu lieu de jeudi 8 octobre au salon ITS de Bordeaux Lac

"Urgence grande ligne D", le collectif formé par Jacques Mangon, propose une idée simple : rallonger l'actuel projet de la ligne D du Tramway, dont le terminus est prévu à Eysines, jusqu'à la ville dont il est l'actuel maire, Saint-Médard en Jalles. Le collectif a fait ses premières armes en créant une pétition, signée depuis son lancement par quelques 2000 personnes. L'effort devrait se poursuivre, tandis que l'association d'usagers Transcub dénonce une course au "tout tram". A ceux qui pourraient croire que ce nouveau tronçon, dont le coût serait chiffré à 40 millions d'euros, relèverait d'une guerre de clocher, le maire de la commune répond clairement : c'est un "projet de territoire".

Le collectif "Urgence grande ligne D", créé dans la foulée des dernières départementales par Jacques Mangon, tenait ce jeudi 8 octobre une journée spéciale consacrée aux objectifs de mobilités métropolitains. Aux côtés de Stéphane Saubusse (militant EELV) et d'Etienne Lhomet (qui a été l'un des principaux pilotes de la construction du réseau de tram dans les années 2000), le maire de Saint-Médard est revenu sur le défi de cette nouvelle extension dans les allées du salon ITS de Bordeaux-Lac. Il nous en a spécifié les enjeux en réponse à trois questions. 

@qui! - L'association Trans'cub affirme que les collectivités locales ont une "fascination pour le "tout tramway". Avec cette extension vers Saint-Médard, la ligne D coûterait donc 310 millions d'euros (270 sans ce tronçon de 4,1 kilomètres). Les membres de l'association militent notamment pour le "tram bus", un bus hybride, 100% électrique, qui coûterait entre 8 et 10 millions d'euros du kilomètre. Avec le coût initial de la ligne D, Trans'cub affirme que l'on pourrait équiper en Tram Bus la ligne D, E et les liaisons vers l'Aéroport et Gradignan. Bayonne a récemment franchi le pas en ouvrant deux lignes de tram'bus. Le tramway vers Saint-Médard est pour vous la seule solution possible ?

Jacques Mangon - La situation des bus améliorés et autres BHNS (Bus à haut niveau de service) est très simple. Nous serions dans un schéma structurant  : on ferait une ligne totalement en site propre où ce bus circulerait sur une voie réservée, ce qui entrainerait un gain de temps. Le problème, c'est que dans ce cas là, le prix de cet équipement serait de l'ordre de 12 à 15 millions d'euros du kilomètre (contre 17 millions d'euros du kilomètre selon les chiffres du collectif "Urgence grande ligne D"), soit très proche de celui du tramway, mais n'en aurait pas la capacité. Cet investissement serait donc à reprendre au bout d'un certain temps. Quand on reprend l'investissement concernant les bus, on doit dépenser presque autant que si nous n'avions rien fait : les sous-bassements ne sont pas les mêmes, la voierie doit être refaite... C'est un investissement à court-terme, qui atteint sa limite très rapidement. Si nous le faisions de manière peu coûteuse, nous serions obligés de réduire sa présence en site propre et de l'intégrer à la circulation générale, alors qu'à Saint-Médard elle est déjà très engorgée. Il faudrait donc choisir entre l'innefficience et la gabegie. Trans'cub prend comme référence la ligne D jusqu'à Eysines qui a été fait avec un certain nombre d'investissements plus luxueux, comme l'alimentation par le sol sur certaines parties ou des stations assez rapprochées. Ce qu'on propose, avec ce concept de tramway périurbain, on le veut sans luxe : pas de station tous les 500 mètres, pas d'aménagement trop coûteux. Nous sommes sur une zone qui correspond à l'ancienne voie ferrée, on diviserait donc les coûts de manière très importante. Il n'y a donc pas photo, et l'opposition de Trans'cub paraît assez dogmatique, de principe. 

@qui!La ligne D a été l'un des points centraux lors de votre campagne pour les départementales contre l'ancien maire socialiste Serge Lamaison. Vous avez donc fondé ce collectif dans la foulée, et mis une pétition en ligne. Depuis sa mise en ligne il y a quelques semaines, elle a été signée par près de 2000 personnes. C'est l'aveu d'un intérêt de la part des habitants, selon vous ? 

Jacques Mangon - La pétition et le collectif se développent très bien, et il va poursuivre ses actions, notamment via du porte à porte dans le courant du mois de novembre pour informer les habitants, ou l'organisation d'un grand colloque sur la mobilité urbaine et périurbaine en janvier à Saint-Médard en Jalles. C'est un besoin qui est ressenti sur le terrain, et les gens le comprennent bien. Ils vivent une forme d'injustice, ne comprennent pas pourquoi nous sommes dans cette situation. Aujourd'hui, il faut une heure et demie pour aller de Saint-Médard au centre ville de Bordeaux aux heures de pointe. C'est hallucinant, en sachant que nous sommes la cinquième ville de l'agglomération par notre population dans un secteur géographique qui concentre beaucoup d'emplois et qui va en concentrer encore plus dans l'avenir. Le concept d'urgence est ressenti réellement par les gens, ce n'est pas une guerre de clocher ni une promesse électorale. D'autant plus que son aménagement aurait déjà un coût maîtrisé, les coûts d'exploitation étant déjà couverts par les seuls revenus tarifaires (pour une fréquentation d'environ 4000 usagers quotidiens). Cette liaison a été inscrite en septembre 2014 au Schéma Directeur Opérationnel des Déplacements Métropolitains (SDODM). C'est acquis, mais il faut selon nous accélérer le calendrier au maximum. Cette mobilisation est faite pour qu'il y ait des répercutions aussi vite que possible sur ce chantier. 

@qui! - Cette nouvelle desserte serait donc pour vous moins une promesse électoraliste qu'un vrai enjeu territorial ? 

Jacques Mangon - Bien sûr, elle ouvrirait des portes sur toute une zone de dessertes d'une partie du Médoc (notamment littoral) qui a besoin de cette ligne. Ce n'est donc pas uniquement une histoire municipale. L'insuffisance de la situation actuelle fait que les problèmes sont en train de s'aggraver de plus en plus. La desserte d'équipements comme le Carré des Jalles, scène artistique importante de la Métropole, fait déjà venir pas mal de bordelais, mais il est évident que si nous avions cette extension, il en viendrait deux fois plus. Sans parler des contraintes fortes imposés aux étudiants... Et puis il y aura au sein du collectif d'autres collectivités, des associations, c'est d'ailleurs ce qui en fait tout son intérêt. Nous pensons qu'on peut techniquement et financièrement obtenir cette extension à l'horizon 2020. Il y a des débats, des experts qui pensent qu'on est un peu optimistes, mais nous continuons à le penser. D'ici là, nous n'allons pas développer d'autre projet alternatifs en matières de transports, ça ne serait que des pis-allers qui ne résoudraient rien et dépenseraient de l'argent public. On bénéficiera d'un bus à haut niveau service qui couvrira un petit delta entre Bordeaux et Saint-Aubin de Médoc (en appui à la ligne D, projet chiffré à 100 millions d'euros), mais il n'y aura pas d'autre réponse structurante que celle-ci. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4186
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
CLOSONT | 19/12/2015

Pétition signée par près de 2000 personnes tous n'habitant pas St Médard en Jalles car beaucoup plus de St Médardais sont contre ce Tram sur la piste cyclable Bordeaux Lacanau servant de doublon au BHNS pour une fréquentation surévaluée et un cout pour les contribuables inacceptable dans une zone verte passant près de lieux classés Natura 2000
Mr Mangon a oublié qu'il est le maire de Tous les St Médardais !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !