Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Jacques Mangon veut relier Saint-Médard-en-Jalles à Bordeaux par la ligne D du tramway

23/07/2014 | Le nouveau maire de Saint-Médard-en-Jalles a dévoilé ce mercredi 23 juillet 2014 ses projets pour la liaison tramway entre Bordeaux et Saint-Médard.

Jacques Mangon dévoile depuis la salle du conseil municipal ses nouveaux plans pour le projet de tramway à Saint-Médard-en-Jalles.

C'était l'une de ses priorités pendant sa campagne pour les élections municipales : l'ex-MoDem Jacques Mangon avait défendu une desserte de Saint-Médard-en-Jalles par la ligne A du tramway au niveau de l'échangeur n°9. Une promesse de campagne qu'il a légèrement remaniée ce matin. Trop coûteuse, pas assez rapide, le nouveau premier magistrat et vice-président de la CUB a abandonné son idée de départ et plaide désormais pour un rattachement à la future ligne D.

Jacques Mangon regrette que Saint-Médard soit « la dernière grande ville de la communauté urbaine à ne pas être desservie par le tramway ». Une éloignement qui, selon lui, pénalise les habitants dépendants des transports en commun et qui n'est pas adapté à une ville dénombrant quelques 29.000 habitants et située en périphérie de la CUB. Aujourd'hui, seule la Liane 3 relie Bordeaux à Saint-Médard en un peu moins d'une heure. L'occasion pour le maire de rappeler qu'en 1954, les deux villes étaient reliées par un chemin de fer en seulement 25 minutes.

Le bus à haut niveau de service : une solution amenée à être dépasséeL'idée d'un bus à haut niveau de service a été balayée d'un revers de main par le nouveau maire. A cause de son coût élevé : 6 à 7 millions d'euros le kilomètre, soit pas moins de 100 millions au total. « Le bus à haut niveau de service ne peut être qu'une solution de court terme, assez onéreuse si l'on raisonne sur 20 ans. Elle sera rapidement amenée à être dépassée ». Pour un coût quasi-équivalent à celui du tramway, le BHNS transporte beaucoup moins de personnes, ce qui ne pourra pas à terme répondre aux besoins des habitants de Saint-Médard. Le développement du secteur économique de la commune, notamment grâce à l'Aéroparc, devrait entraîner une augmentation du nombre d'habitants, rendant ainsi tout projet de BHNS rapidement obsolète, selon le maire.

Dès le lendemain de l'élection de Jacques Mangon, la Ville a mandaté Xavier Lavaud, polytechnicien spécialiste du ferroviaire, pour l'aider à réfléchir à la meilleure option pour desservir la commune par le tram. L'idée d'un raccordement à la ligne D a finalement émergé. A l'automne prochain, le nouvel exécutif communautaire sera chargé de valider cette nouvelle version. « Cette solution, nous l'avons étudiée en détail depuis trois mois. Nous souhaitons que la CUB intègre les fruits de notre proposition dans le futur SDODM (N.D.L.R. : Schéma Directeur Opérationnel des Déplacements Métropolitains) », espère Mangon.

Jacques Mangon et ses conseillers municipaux. De gauche à droite : Danièle Layrisse, Pierre Braun, Danielle Nardini, Jacques Mangon, Vanessa Dumas et Geoffrey Claudin.Des économies en temps et en argent grâce à la ligne DLe choix d'un rattachement à la ligne D représenterait d'abord un gain de temps. Ainsi, on passerait de 55 minutes avec la ligne A (ce qui est équivalent au temps de trajet actuel en bus) à 37 minutes via la ligne D pour relier la place des Quinconces, à Bordeaux, au sud de la place de la République, à Saint-Médard-en-Jalles. Le trajet entre Saint-Médard et Cantinolle serait estimé, lui, à 6 ou 7 minutes. A partir du terminus de Saint-Médard, il y aurait aussi la possibilité de prolonger dans un second temps la ligne vers Issac, à l'ouest de la commune.

La fréquence des trams serait revue à la hausse : six trams par heure soit un tram toutes les dix minutes, ce qui paraît « très acceptable » aux yeux du nouveau maire de Saint-Médard. Mais ce projet permettrait aussi de réaliser des économies substantielles et d' « optimiser les fonds publics ». De 7 km de voie de tramway avec la ligne A à 5 km grâce à la ligne D. Alors que le budget prévu pour la construction de la ligne A jusqu'à Saint-Médard s'établissait entre 135 et 140 millions d'euros, celui dédié à l'extension de la ligne D ne serait que de 40 à 60 millions d'euros, en incluant le matériel roulant supplémentaire.

La ligne D sera construite sur l'ancienne voie ferrée des « Economiques », qui est devenue aujourd'hui la piste cyclable Bordeaux-Lacanau. Que les adeptes du vélo se rassurent, une nouvelle piste cyclable sera construite à côté. La nouvelle ligne ne rognera pas non plus sur les propriétés riveraines, insiste le maire, qui promet que personne ne sera exproprié. Sur les 5 km à construire, un kilomètre se fera sous la forme d'une voie de tramway dite « classique », réputée très onéreuse. Pour les quatre kilomètres restants, la voie sera posée sur un ballast de pierre concassée, similaire à celui des chemins de fer, pour un prix moins élevé (entre 5 et 8 millions d'euros le kilomètre). Il s'agit d'une voie unique avec possibilité de croisement à mi-parcours. Le choix de la construction de cette voie au milieu de la forêt permettra de développer une vitesse élevée, grâce à un nombre d'arrêts réduit. Cette voie sera électrifiée par ligne aérienne de contact en 750V. Le matériel utilisé sera le même type que sur le reste du réseau.

In fine, le rattachement à la ligne D assurerait, selon Jacques Mangon, une meilleure rentabilité économique de la ligne D, notamment sur la portion Eysines-centre-Cantinolle. « C'est une solution à laquelle on peine à trouver des défauts », assure-t-il. Et pour laquelle il aurait reçu le soutien du nouveau président de la CUB, Alain Juppé. Mangon promet qu'une réalisation partielle voire totale du projet d'extension de la ligne D jusqu'à Saint-Médard est possible avant le terme de son mandat.

Mathieu Presseq
Par Mathieu Presseq

Crédit Photo : Mathieu Presseq / Aqui.fr

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
6179
Aimé par vous
103 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
louis-julien sourd | 01/11/2015

Je suppose que si le maire de SM habitait près de la piste cyclable, il n'aurait pas proposé ce projet stupide. Pas d'expropriation mais se retrouver avec le tram au fond du jardin, c'est inacceptable(et je ne parle pas de la moins-value de nos maisons...). Faire passer le tram par la piste cyclable alors qu'il n'y a pas un seuil commerce à proximité; quel intérêt(sinon financier)? Reconstruire une piste cyclable à un mètre du tram, génial. Et transformer une voie verte paisible et très appréciée des riverains en voie sombre
à l'urbanisme douteux, une idée de génie... Une mobilisation contre ce projet narcissique du maire de SM est urgent et indispensable pour préserver notre quartier. J'espère que les habitants de SM non concernés par ce projet nous comprendrons et soutiendrons. Merci par avance.

CLOSONT | 24/04/2015

Mr Mangon oublie tous les riverains qui longent la piste cyclable !
Un Tram sur cette piste n'est d'aucune utilité public , celui ci étant éloignée de toutes commodités ne remplacera en aucun cas les bus!
Quand aux adeptes du vélo et de la marche oui, ils ont de quoi s'inquieter avec un chemin qui remplacera la piste à 1m d'un tram à grande vitesse !
Transformer la voie verte en voie noire quelle stupidité !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !