18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Interview: Jean-Charles Leygues : "l'intégration européenne n'est pas la priorité des États de l'UE"

23/06/2015 | La section gironde du Mouvement Européen organisait une conférence débat ouverte à tous à l'Institut Cervantès de Bordeaux, pour parler des sujets d'actualité

Jean-Charles Leygue a exercé une grande partie de sa carrière dans les institutions européennes

La section girondine du Mouvement européen a tenu une conférence débat ce lundi 22 juin à l'institut Cervantès de Bordeaux. Alors que des milliers (1770 depuis janvier) de migrants meurent en Méditerranée et que les réflexions semblent au point mort (sauf pour la chef de la diplomatie européenne qui a dévoilé un plan pour éliminer les passeurs), l'Union Européenne est plus que jamais au coeur de l'actualité. Jean-Charles Leygues, ancien directeur de la politique régionale à la Commission Européenne et ex-conseiller de Jacques Delors, dresse le bilan des enjeux autour de l'Europe des 28.

@qui ! - Il y a deux mois, 900 migrants mouraient dans le naufrage d’un chalutier au large de la Libye. Depuis, les drames se sont multipliés, et l’Europe semble impuissante. Existe-t-il une « solution européenne ? »
Jean-Charles Leygues
 - Le drame actuel qui se déroule en méditerranée mélange à la fois l’immigration régulière pour des raisons économiques et les gens qui fuient des zones de guerre, notamment dans le Moyen-Orient (Irak, Afghanistan, Pakistan, Erythrée, Syrie). L’Union Européenne n’a pas de compétence institutionnelle en matière de droit d’asile. Le traité n’autorise pas à dire qui relève du droit d’asile et qui n’en relève pas. La compétence va à chacun des gouvernements nationaux, qui décident de la quantité de personnes qu’ils prennent ou pas. Ca n’a pas empêché la commission de Mr Juncker, il y a quelques semaines, pour essayer de se coordonner avec les gouvernements, de proposer qu’il y ait une répartition (ou un quota) la plus équilibrée en fonction de la richesse de chacun des pays, de leurs traditions, etc. Cette discussion a été refusée car d’ordre politique. La France et l’Allemagne ont dit « occupez vous de ce qui vous regarde ». La négociation a évolué ces derniers jours, et la Commission devrait arriver à un consensus, à une acceptation de prise en charge, avec des critères qui seront certainement ajustés. Mais il faut savoir que les critères sont déjà très stricts. En France, la Cour de Justice spécialisée qui statue sur les droits d’asile en accorde deux sur dix personnes qui entrent dans le pays. L’Allemagne est un peu plus ouverte, de même que les pays scandinaves, mais ça va changer. Un accord politique, et non pas juridique, est cependant en train de se réaliser. 

@! - Le fait que l’accord soit politique et non pas juridique, c’est donc une faiblesse pour vous ?
J-C L.
- C’est évidemment une faiblesse majeure. L’Union Européenne n’existe que lorsqu’il y a du droit et des règles qui s’appliquent ; des règles qui ont été décidées par les Etats voire par le Parlement Européen. Comme pour le cas de la zone euro, tant qu’aucune règle juridique n’engage chacun des États, c’est évidemment plus difficile d’appliquer les décisions. L’Union n’a pas non plus de compétence militaire ou de police. Cependant, l’agence Frontex, incluse dans l’Espace Shengen, a été créée pour aider les administrations des États et les accompagner dans le contrôle et intervenir en accompagnement de ce que font les administrations de chaque pays. L’Union a donc un pouvoir très limité. Jean-Claude Juncker, dans sa répartition, s’est adressé uniquement aux gens relevant du droit d’asile, soit le nombre le plus faible de migrants. C’était évidemment volontaire : il s’agit d’un grand élément de sensibilisation par rapport à nos valeurs et c’est plus facile d’organiser de la coopération pour un nombre de personnes limité qui sont incontestables par rapport aux droits qu’ils portent. Concernant la migration irrégulière, elle dépend essentiellement de l’évolution économique et démocratique des pays dont les migrants sont originaires. 

@! - Frontex a récemment renforcé sa surveillance en Méditerranée d’ici l’été. Mais Frontex a-t-elle un pouvoir réel sur la situation ?
J-C L. 
- Simple image : regardez la dimension territoriale des frontières extérieures de l’Union : elle est de l’ordre d’environ 60 000 kilomètres, et environ 20 000 kilomètres pour la seule partie sud. Le budget de Frontex, à l’origine, était de 60 millions d’euros par an pour accompagner les gardes frontières avec quelques hélicoptères civils. Devant le drame, les Etats membres ont décidé d’en tripler le budget, en le passant à un peu moins de 200 millions d’euros par an (le budget mensuel est en effet passé de 3 à 9 millions en avril dernier sous l’impulsion de l’Union Européenne). Il leur a été alloué, via des accords avec les administrations nationales. Finalement, Frontex finance aussi l’intervention des Etats pour soutenir leur action budgétaire. Parler de son échec, c’est très facile pour les hommes politiques ou les médias, mais la compétence principale relève de l’armée et de la police de chaque état frontalier extérieur. Dans cette situation, Frontex n’est malheureusement qu’une petite goutte d’eau…

@! - Pourquoi ce rôle si mineur, avec la situation actuelle, où près de 2000 personnes ont perdu la vie en Méditerranée depuis janvier dernier ?
J-C L. - La réponse est malheureusement assez simple. Pour l’instant, nos États font le choix politique de dire que l’intégration européenne n’est pas leur priorité, en tout cas moins que leur souveraineté nationale. Schengen a prévu qu’en cas de crise, chacun des pays membres peut refermer sa frontière pour des immigrations irrégulières… Comme toujours, la politique ne donne des choses concrètes que lorsqu’il y a des règles. Pour l’instant, aucune décision stratégique n’a été prise par la Commission Européenne. Nous sommes débordés par l’effet de masse, comme c’est le cas dans le sud de l’Italie. Nous faisons également face à un débat idéologique souvent nauséabond… La situation invoque une émotion légitime et interpelle les opinions publiques, notamment en France, sur la réelle détermination du pays d’accueillir les gens ou à les mettre dehors. 

L'info en plus : Une rencontre est prévue fin novembre au sein de Sciences Po Bordeaux pour la cinquième année consécutive, autour d'un grand sujet de débat dans l'actualité européenne. Pour l'édition 2015, le thème choisi est bien évidemment... l'espace Schengen. 

M.A.J : Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne a lancé ce lundi 22 juin une opération "EU Navfor Med", mission navale de lutte contre les passeurs. Écouter et analyser les mouvements des trafiquants, et détruire à termes les embarcations principales, aussi appelés "bateaux mères" qui servent à tracter les radeaux de fortune. La Navfor pourra intervenir au sein même des eaux territoriales lybiennes, "soit via l'autorisation de l'ONU soit via celle du gouvernement lybien", selon le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian. On  n'exclue pas ainsi des frappes aériennes visant directement les caches des passeurs.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1945
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs