Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

17/01/19 : Vendredi 18 janvier, EDF/Dalkia signera un partenariat avec la Ville de Poitiers pour Traversées, l'évènement artistique et culturel du Palais. La signature se fera à 10h en présence du maire de Poitiers et des représentants régionaux d'EDF/Dalkia.

17/01/19 : La Rochelle Université ouvre ses portes samedi 2 février, de 9h30 à 17h. L’accueil de la journée se déroulera au Technoforum (23 avenue Albert Einstein, La Rochelle). avec des stands d’informations de l’Université et de ses partenaires (CROUS, CDIJ, Yélo,

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/01/19 | Eco-Campus : Poitiers exemplaire

    Lire

    L'Université de Poitiers mise en valeur par le ministère de l'Enseignement Supérieur. Dans le cadre d'un séminaire dédié à la valorisation et la vie de campus, le ministère a invité l'Université de Poitiers à présenter son réseau de chaleur. Cette installation a permis une baisse de 500.000 euros de la facture énergétique. L'établissement poitevin est engagé dans une stratégie de développement durable récompensée par l'obtention du label Développement Durable et Responsabilité Sociétale en 2016.

  • 17/01/19 | Gilet jaunes : quel impact sur les commerces girondins ?

    Lire

    Dans une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie Bordeaux Gironde sur l'évolution de a fréquentation des commerçants girondins sur les samedi du 15 décembre au 5 janvier auprès de 310 d'entre eux, on apprend que 93% des commerçants bordelais ont enregistré une baisse de fréquentation (supérieure à 50% pour plus d'un quart) par rapport à l'an passé et 90% une baisse de leur chiffre d'affaire (supérieure à 50% pour près d'un quart). Sur le reste du département, 69% ont enregistré une baisse de fréquentation et 66% du chiffre d'affaire, avec une Haute Gironde jugée "très fortement impactée".

  • 17/01/19 | Habitat 17 : des actions pour rompre l'isolement des retraités

    Lire

    Afin de rompre l'isolement des personnes âgées, l'association Voisins Solidaires et l'office public Habitat 17 viennent de créer un programme d'actions sur le département, allant du service rendu ponctuel à l'organisation d’événements de voisinage (type fête des voisins), reposant sur un réseau de voisins. 160 seniors isolés de 80 ans et + ont été identifiés. Avec cette action, l'office s'est vu renouveler le label européen du "bailleur social et solidaire", déjà obtenu en 2016 pour trois ans.

  • 17/01/19 | Mérignac : 4e édition de l’opération "Mon sang pour les autres"

    Lire

    Le Rotary Club de Mérignac et l'Association pour le don du sang bénévole de Mérignac s‘unissent au côté de l’Etablissement français du sang (EFS) Nouvelle-Aquitaine en organisant vendredi 18 janvier toute la journée et samedi 19 janvier au matin à la Maison des associations des journées pour donner son sang. Pour ce faire, il suffit d’être majeur et en bonne santé. L’objectif est de mobiliser 180 donneurs lors de cette collecte. Toutes les informations sont à retrouver ici.

  • 17/01/19 | Charente : une nouvelle Maison de Santé en zone rurale

    Lire

    Une nouvelle Maison de Santé sera inaugurée ce samedi à Barbezieux-Saint-Hilaire (23 avenue Charles-Virolleau), sur un territoire en désertification médicale. La MSP de Barbezieux-Saint-Hilaire regroupera 11 professionnels de santé aux fonctions complémentaires : deux médecins, un dermatologue, une sage-femme, deux cabinets d'infirmières, deux ostéopathes, une diététicienne, un psychologue et un réflexologue. Un projet soutenu pat la Région (150 000€) et l'Europe (200 000€).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview: Jean-Charles Leygues : "l'intégration européenne n'est pas la priorité des États de l'UE"

23/06/2015 | La section gironde du Mouvement Européen organisait une conférence débat ouverte à tous à l'Institut Cervantès de Bordeaux, pour parler des sujets d'actualité

Jean-Charles Leygue a exercé une grande partie de sa carrière dans les institutions européennes

La section girondine du Mouvement européen a tenu une conférence débat ce lundi 22 juin à l'institut Cervantès de Bordeaux. Alors que des milliers (1770 depuis janvier) de migrants meurent en Méditerranée et que les réflexions semblent au point mort (sauf pour la chef de la diplomatie européenne qui a dévoilé un plan pour éliminer les passeurs), l'Union Européenne est plus que jamais au coeur de l'actualité. Jean-Charles Leygues, ancien directeur de la politique régionale à la Commission Européenne et ex-conseiller de Jacques Delors, dresse le bilan des enjeux autour de l'Europe des 28.

@qui ! - Il y a deux mois, 900 migrants mouraient dans le naufrage d’un chalutier au large de la Libye. Depuis, les drames se sont multipliés, et l’Europe semble impuissante. Existe-t-il une « solution européenne ? »
Jean-Charles Leygues
 - Le drame actuel qui se déroule en méditerranée mélange à la fois l’immigration régulière pour des raisons économiques et les gens qui fuient des zones de guerre, notamment dans le Moyen-Orient (Irak, Afghanistan, Pakistan, Erythrée, Syrie). L’Union Européenne n’a pas de compétence institutionnelle en matière de droit d’asile. Le traité n’autorise pas à dire qui relève du droit d’asile et qui n’en relève pas. La compétence va à chacun des gouvernements nationaux, qui décident de la quantité de personnes qu’ils prennent ou pas. Ca n’a pas empêché la commission de Mr Juncker, il y a quelques semaines, pour essayer de se coordonner avec les gouvernements, de proposer qu’il y ait une répartition (ou un quota) la plus équilibrée en fonction de la richesse de chacun des pays, de leurs traditions, etc. Cette discussion a été refusée car d’ordre politique. La France et l’Allemagne ont dit « occupez vous de ce qui vous regarde ». La négociation a évolué ces derniers jours, et la Commission devrait arriver à un consensus, à une acceptation de prise en charge, avec des critères qui seront certainement ajustés. Mais il faut savoir que les critères sont déjà très stricts. En France, la Cour de Justice spécialisée qui statue sur les droits d’asile en accorde deux sur dix personnes qui entrent dans le pays. L’Allemagne est un peu plus ouverte, de même que les pays scandinaves, mais ça va changer. Un accord politique, et non pas juridique, est cependant en train de se réaliser. 

@! - Le fait que l’accord soit politique et non pas juridique, c’est donc une faiblesse pour vous ?
J-C L.
- C’est évidemment une faiblesse majeure. L’Union Européenne n’existe que lorsqu’il y a du droit et des règles qui s’appliquent ; des règles qui ont été décidées par les Etats voire par le Parlement Européen. Comme pour le cas de la zone euro, tant qu’aucune règle juridique n’engage chacun des États, c’est évidemment plus difficile d’appliquer les décisions. L’Union n’a pas non plus de compétence militaire ou de police. Cependant, l’agence Frontex, incluse dans l’Espace Shengen, a été créée pour aider les administrations des États et les accompagner dans le contrôle et intervenir en accompagnement de ce que font les administrations de chaque pays. L’Union a donc un pouvoir très limité. Jean-Claude Juncker, dans sa répartition, s’est adressé uniquement aux gens relevant du droit d’asile, soit le nombre le plus faible de migrants. C’était évidemment volontaire : il s’agit d’un grand élément de sensibilisation par rapport à nos valeurs et c’est plus facile d’organiser de la coopération pour un nombre de personnes limité qui sont incontestables par rapport aux droits qu’ils portent. Concernant la migration irrégulière, elle dépend essentiellement de l’évolution économique et démocratique des pays dont les migrants sont originaires. 

@! - Frontex a récemment renforcé sa surveillance en Méditerranée d’ici l’été. Mais Frontex a-t-elle un pouvoir réel sur la situation ?
J-C L. 
- Simple image : regardez la dimension territoriale des frontières extérieures de l’Union : elle est de l’ordre d’environ 60 000 kilomètres, et environ 20 000 kilomètres pour la seule partie sud. Le budget de Frontex, à l’origine, était de 60 millions d’euros par an pour accompagner les gardes frontières avec quelques hélicoptères civils. Devant le drame, les Etats membres ont décidé d’en tripler le budget, en le passant à un peu moins de 200 millions d’euros par an (le budget mensuel est en effet passé de 3 à 9 millions en avril dernier sous l’impulsion de l’Union Européenne). Il leur a été alloué, via des accords avec les administrations nationales. Finalement, Frontex finance aussi l’intervention des Etats pour soutenir leur action budgétaire. Parler de son échec, c’est très facile pour les hommes politiques ou les médias, mais la compétence principale relève de l’armée et de la police de chaque état frontalier extérieur. Dans cette situation, Frontex n’est malheureusement qu’une petite goutte d’eau…

@! - Pourquoi ce rôle si mineur, avec la situation actuelle, où près de 2000 personnes ont perdu la vie en Méditerranée depuis janvier dernier ?
J-C L. - La réponse est malheureusement assez simple. Pour l’instant, nos États font le choix politique de dire que l’intégration européenne n’est pas leur priorité, en tout cas moins que leur souveraineté nationale. Schengen a prévu qu’en cas de crise, chacun des pays membres peut refermer sa frontière pour des immigrations irrégulières… Comme toujours, la politique ne donne des choses concrètes que lorsqu’il y a des règles. Pour l’instant, aucune décision stratégique n’a été prise par la Commission Européenne. Nous sommes débordés par l’effet de masse, comme c’est le cas dans le sud de l’Italie. Nous faisons également face à un débat idéologique souvent nauséabond… La situation invoque une émotion légitime et interpelle les opinions publiques, notamment en France, sur la réelle détermination du pays d’accueillir les gens ou à les mettre dehors. 

L'info en plus : Une rencontre est prévue fin novembre au sein de Sciences Po Bordeaux pour la cinquième année consécutive, autour d'un grand sujet de débat dans l'actualité européenne. Pour l'édition 2015, le thème choisi est bien évidemment... l'espace Schengen. 

M.A.J : Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne a lancé ce lundi 22 juin une opération "EU Navfor Med", mission navale de lutte contre les passeurs. Écouter et analyser les mouvements des trafiquants, et détruire à termes les embarcations principales, aussi appelés "bateaux mères" qui servent à tracter les radeaux de fortune. La Navfor pourra intervenir au sein même des eaux territoriales lybiennes, "soit via l'autorisation de l'ONU soit via celle du gouvernement lybien", selon le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian. On  n'exclue pas ainsi des frappes aériennes visant directement les caches des passeurs.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2811
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !