Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

  • 17/10/18 | Les Foulées littéraires sportives

    Lire

    La 8ème édition des Foulées Littéraires auront lieu les 23 et 24 novembre au Pôle culturel et sportif du Bois Fleuri à Lormont avec pour thème "sport et humour". Vincent Clerc, ancien rugbyman, et Michel Iuttria, dessinateur de presse, en seront les invités d’honneur. Dès le 13 novembre le public pourra découvrir une grande rétrospective consacré à l’oeuvre de Michel Iturria et tout au long du Salon de nombreuses animations et temps forts sont attendus. Entrée gratuite.

  • 17/10/18 | Rochefort : lancement d'une souscription pour la Maison de Pierre Loti

    Lire

    Suite à un premier apport financier du loto du patrimoine, la Fondation du Patrimoine et la Ville de Rochefort lancent un appel à souscription national en faveur de la maison de Pierre Loti. Cet appel aux dons porte sur la restauration de la totalité de l’édifice, de ses collections et de son jardin. Le coup d'envoi de la souscription sera donné à Paris, au carrousel du Louvre à Paris, le samedi 27 octobre à 16h.

  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Jean Grenet, le maire de Bayonne appelle les élus à communiquer massivement pour faire avancer la LGV

27/02/2011 |

Jean Grenet

C'est peu dire que la contestation est vive au Pays Basque contre la LGV. Habitants et élus ont manifesté ensemble ces derniers mois par milliers leur hostilité à ce projet. Un certain nombre privilégient l'utilisation des voies existantes et craignent que la LGV ne se fasse au détriment du réseau secondaire, dont la fiabilité laisse déjà à désirer. Pour Jean Grenet, le maire de Bayonne, c'est au contraire une nécessité pour développer et dynamiser l'économie du territoire. Sans quoi, selon lui, il s'isolera. Interview exclusive pour Aqui!fr d'un de ceux que l'on appelle, volontiers, au Pays Basque les grands élus. Interview sans langue de bois.

@qui! Ces derniers mois, les déclarations contradictoires des ministres  au sujet de la LGV au Pays Basque se sont multipliés. Certains se sont dits favorables à l'utilisation des voies existantes au Pays Basque, pensez-vous que cela participe d'une certaine confusion, de la difficulté à avancer sur ce grand projet ?
Jean Grenet : Cela entretient de la confusion. Ceci étant, Bruno Le Maire ministre de l'agriculture et de l'aménagement du territoire, que j'apprécie, vit épisodiquement ici, à Saint-Pée-sur-Nivelle, où il a une résidence. Il en est de même pour Michèle Alliot-Marie. Il faut se recentrer sur la problématique de fond et non pas sur telle ou telle déclaration de ministres sous-tendus par tel ou tel intérêt... Aujourd'hui, j'ai le sentiment qu'un territoire qui n'est pas irrigué par des infrastructures routières et ferroviaires modernes est un territoire qui s'isole, se replie sur lui-même et programme, lui-même, sa régression.

@! : Comment expliquez-vous que la contestation soit aussi vive au Pays Basque ?
J.G : Il y a beaucoup de réticences au Pays Basque, car on entend toujours ceux qui sont contre, jamais ceux qui sont pour. S'agissant du Grand Projet Sud Ouest (GPSO) si on avait lancé une grande communication en montrant ceux qui sont pour, d'un côté et ceux qui sont contre de l'autre, ça relativiserait complètement l'importance de ceux qui se battent contre la LGV. L'immense majorité de nos concitoyens y est favorable. D'ailleurs, les dernières élections régionales, qui ont été une promenade de santé pour Alain Rousset, montrent bien que la population, dans son immense majorité, est pour la LGV. Et s'il y en a bien un en Aquitaine qui porte ce projet, c'est lui. La question est de savoir si nous voulons nous lancer résolument dans le XXIème siècle. Dans le Pays Basque espagnol, ils ne se sont pas posé mille questions et la LGV va arriver à Astigarraga, à la frontière. Pourtant, le paysage y est beaucoup plus accidenté. Et, nous on nous dit qu'il faut que la LGV s'arrête à Bayonne et que l'on utilise les voies actuelles ! C'est un tortillard qui traverse Bayonne, Bidart, Guéthary, Saint-Jean-de-Luz pour arriver à Hendaye, en centre-ville à chaque fois. Je vois beaucoup de faux arguments. Avec un peu d'argent, on pourrait créer une LGV qui irait jusqu'à Astigarraga rejoindre la LGV espagnole. Si ça ne se fait pas, la LGV s'arrêtera à Bordeaux. Economiquement parlant, ils ne vont pas faire une nouvelle voie jusqu'à Bayonne pour arriver dans un sablier. Bayonne-Madrid en 2h15, ce n'est pas neutre. Tout le monde nous dit que le fret ne fait qu'augmenter sur la route (+3% par an) et on nous dit, aussi, que les énergies fossiles s'épuisent. Le jour où ça s'arrête, par où fait-on transiter tout cela si l'on n'a pas de LGV fret ? On nous dit que la vitesse, c'est dépassé, ce n'est pas vrai.

@:! Les opposants à la LGV font valoir que ce projet se fera au détriment du réseau local ?
J.G : Pas du tout. L'arrivée des voies nouvelles va permettre d'établir, sur les voies actuelles, du transport cadencé entre Bayonne, voire Dax, et Saint Sebastien qui va desservir toutes les communes littorales avec tram-train cadencé. Ainsi, on évitera de prendre la voiture et cela créera des échanges entre Bayonne,Saint Sebastien et même Tyrosse et Dax. Sans compter, qu'il y aura des TER rapides sur les voies nouvelles. Sans les voies nouvelles, tout cela ne sera pas possible. On se doit d'être ambitieux. A mon âge, si je n'avais pas d'ambitions, je ne serai pas là. Il y a de faux-débats sur la saturation. Tout le monde est capable de faire une étude pour entendre ce que l'on a envie d'entendre. L'Etat, seul avec l'Europe, n'a plus les moyens de financer ces infrastructures; c'est normal que les collectivités territoriales participent.

@! : Etes-vous inquiet par rapport aux jeux politiques, aux réticences autour de la LGV ?
J.G : Non, le problème est qu'il faut maintenant aller de l'avant. C'est un projet transfrontalier, international, ciblé parmi les priorités au niveau européen. Ce n'est pas parce qu'une minorité veut l'interdire qu'il faut s'arrêter. Les sondages se poursuivent. C'est un axe prioritaire entre Paris et Madrid. Si on attend l'unanimité pour faire un projet, on peut attendre longtemps. Le problème que l'on a aujourd'hui, je l'ai dit à Alain Rousset et Alain Juppé, c'est la communication. Je leur ai demandé ce qu'ils attendaient pour lancer une grande communication en Aquitaine et en Midi-Pyrénées sur les différents supports médias, en recensant les élus contre et ceux qui sont pour. Ils ne veulent pas le faire, car les uns et les autres ont les écologistes qui les tarabustent sur ces sujets là. Il y a un effort de communication à faire pour que l'on cesse de n'entendre que les opposants. Je suis même prêt à participer au financement au niveau de la communauté d'agglomération. A titre personnel, je n'ai que des coups politiques à prendre à porter la LGV, mais j'estime que c'est l'honneur d'un politique de défendre ses convictions. Si le Pays basque refuse la LGV, ce sera un pas en arrière. N'oublions pas que partout où une LGV est passée, elle a dynamisé les territoires.
Photo : Nicolas César

                                                                                                         Interview : Nicolas César


Partager sur Facebook
Vu par vous
422
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !