Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

  • 21/06/18 | L'Orchestre de Pau fête la musique à Paris

    Lire

    A l'invitation de la Philharmonie de Paris, c'est dans ce site prestigieux dédié à la musique, que l'Orchestre de Pau se produira ce 21 juin pour la Fête de la musique. Une reconnaissance rare à laquelle l'OPPB associe les 130 jeunes musiciens de El Camino : ils ouvriront le concert en interprétant « Oye como va » de Tito Puente. L'OPPB donnera ensuite un concert festif aux accents hispaniques et accompagnera Lucero Tena, virtuoses des castagnettes. Le Maire de Pau F. Bayrou, et ses adjoints J. Lacoste, C. Johnson Le Loher et J. Poueyto, assisteront à l'évènement.

  • 20/06/18 | Carte judiciaire : échappée Paloise

    Lire

    La Cour d'appel de Pau échappera visiblement au recalibrage de la carte des cours d'appel sur celles des régions administratives prévues dans le projet de loi de programmation pour la justice, examiné au Sénat en octobre, selon une information délivrée par une délégation du ministère de la Justice. Traduction : elle continuera à traiter les affaires des Hautes-Pyrénées, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Le tribunal d'instance d'Oloron, lui, fusionnera et deviendra une chambre délocalisée de Pau, perdant ainsi l'autonomie de sa juridiction.

  • 20/06/18 | Marché et pique-nique de producteurs à Lormont

    Lire

    Dimanche 24 juin de 10h à 17h les producteurs du Drive Fermier Gironde organisent leur 2ème marché au Château de Valmont: vente directe de produits fermiers locaux, restauration dans un esprit pique-nique, baptêmes de poneys (10h-12h) et animaux de la ferme (14h-16h)! Au menu : canard ou burgers de la Ferme Gauvry, assiettes de légumes et samoussas du Jardin des Demoiselles, salades de pâtes et sandwiches de la Ferme de Fontaud, pâtisseries de la Ferme de Martineaux, cerises et jus de fruits des Coteaux des Fargues, bières et limonades de la Brasserie Saint-Léon et les vins du Château Marceaux.

  • 20/06/18 | Un nouveau topoguide de randonnée pour la Charente-Maritime

    Lire

    Charente Maritime Tourisme vient d'éditer une nouvelle version de son topoguide de randonnée. Avec la Fédération française de randonnée, elle a sélectionné 37 chemins les plus emblématiques du département, sur les 350 circuits existants (soit 3500 km balisés). Le territoire est notamment traversé par 5 itinéraires de Grandes Randonnées (GR), les GR36, 360, 4 et 655, ce dernier étant une chemin de Compostelle. Le GR8, de l'Estonie au Portugal, y sera bientôt prolongé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Jean Grenet : rude bataille républicaine à Bayonne

28/05/2012 | Le maire de Bayonne, fils de Henri Grenet ancien président du Parlement de Navarre, part perdant dans son fief, mais il ira jusqu'au bout par conviction jusqu'au bout par conviction.

Jean Grenet, député-maire de Bayonne

La 5ème circonscription des Pyrénées-atlantiques a voté à 56,76 % pour François Hollande, ou... contre Nicolas Sarkozy... Jean Grenet qui y affronte, notamment, Colette Capdevielle candidate du PS, n'a pas tardé à annoncer la couleur : « Je suis centriste les deux pieds à droite, mais dans l'aile gauche de l'UMP. » Le député-maire de Bayonne ne se cache pas d'avoir soutenu le gouvernement Fillon, mais revendique avoir été opposé à la droitisation de l'UMP, lui qui se définit d'abord comme humaniste. Ensuite c'est l'expérience, la connaissance des rouages, l'homme de réseau qui parle. Le vrai centriste, copain avec les ministres, de droite comme de gauche.

Il sait que sa réélection va être difficile, mais il n'est pas Nicolas Sarkozy. « On n'a pas été nombreux à se lever contre le bouclier fiscal », lance-t-il avant d'énumérer les lois pour lesquelles il voterait volontiers, comme une réforme territoriale qui irait dans le sens de la décentralisation, et des principes sur lesquels il ne reviendra pas : le vote des étrangers ou la remise en question des tribunaux pour les mineurs délinquants. Républicain il est, comme son père. À la différence près qu'Henri Grenet ne voulait pas entendre parler de l'enseignement de la langue basque. Jean, quant à lui, porte des projets de loi à l'Assemblée pour la reconnaissance des langues régionales. Il a toujours été opposé à un département basque, mais il travaille à la construction d'une gouvernance basque via l'élaboration d'une "collectivité locale spécifique". Une coquille vide pour l'instant.

 Il assure avoir relevé le défi par conviction au moment où la Droite va à volo. « Je ne suis pas un déserteur », clame-t-il. Investi par le Parti radical Valoisien, le Nouveau Centre, la Gauche Moderne et l'UMP, il raconte comment JF Copé lui a dit « Si tu ne gagnes pas, personne ne gagnera. ». L'ombre du père plane sur son choix. Quand il parle de ses convictions il fait référence à son père. « Mon père m'a insufflé l'amour de la vie politique.» Mais il nie avoir eu un plan de carrière durant sa vie. « Je n'ai pas été chirurgien, puis président de l'Aviron bayonnais pendant 14 ans pour devenir député... Si à 20 ans on m'avait dit ce que j'allais devenir, j'aurais explosé de rire. »

Face au défi, Jean Grenet a hésité. Il ne s'était prononcé avant le résultat de la présidentielle. Lorsqu'il veut parler du "score" dans sa circonscription le mot "choc" a envie de sortir de ses lèvres. Il contient le lapsus. Jean Grenet aura du mal à battre la vague rose qui doit le sanctionner pour ce qu'il n'est pas, un sarkoziste. Il confie avoir beaucoup d'amis à gauche avec qui déjeuner à l'assemblée, ainsi que certains ministres dans le gouvernement actuel dont il préfère taire les noms. «Je n'irai pas à l'Assemblée avec une kalachnikov ! », conclut-il. Car Jean Grenet n'est fâché avec personne.

Après le souci de son élection, son principal sujet d'inquiétude est l'inexpérience du nouveau gouvernement auquel il devrait avoir affaire le cas échéant. 29 des 34 ministres ne l'ont jamais été. Ni le président, François Hollande, ni le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, n'avaient assisté à un Conseil des ministres. « Je peux vous dire que lorsqu'une personne n'a pas l'expérience ou la compétence demandée, c'est l'administration des technocrates qui se charge des dossiers, un balai de petits marquis comme des palissades... »

Des palissades plus hautes que celles de l'époque où son ami et ancien sous-préfet de Bayonne, Pierre-André Durand, était directeur de cabinet de Christian Estrosi, ministre de l'industrie. « Les dossiers étaient examinés... », glisse-t-il. Avec des socialistes au gouvernement, ses réseaux pourraient être bloqués. Mais Jean Grenet assure qu'il ne sera pas paralysé. « Ils ne me prennent pas pour un fou furieux, nous avons un socle commun : nous sommes des républicains.»  

« Je vais devant les ministres pour convaincre et obtenir des subventions » 
Jean Grenet n'a pas honte de dire qu'il est un homme de lobbying. Il sait que sa ville est connue pour sa convivialité, et depuis 2002, il s'est constitué un réseau à Paris, . Un monde qu'il juge impitoyable.  « Il faut avoir beaucoup d'entregent, connaître des personnes du système pour entrer dedans. Si t'es envoyé par un parti, tu fais une voix de plus pour lui et puis c'est tout... »

Sous son mandat, le Tribunal de Bayonne est devenu pôle d'instruction. Il reconnait que son amitié avec Rachida Dati n'y est pas pour rien. François Fillon, dont la mère est de Mauléon, « un ami » dit-il, a tranché à l'époque où il n'aurait dû rester qu'une succursale de la Banque de France dans les Pyrénées-atlantiques. Même cas pour la CAF de Bayonne qui devait être démantelée au bénéfice de celle de Pau. « Nadine Morano a été très courageuse pour convaincre les dirigeants nationaux de conserver deux CAF dans le même département. C'est un cas unique en France ! » , raconte-t-il avec beaucoup de reconnaissance.

« Sûr que je ne suis pas un sémaphore à l'assemblée, présent uniquement pour voter les lois ! , tempête-t-il avec la force de son tempérament. Et que celui qui a écrit que j'étais le grand absent de l'Assemblée vienne me le dire en face ! Je vais devant les ministres pour convaincre et obtenir des subventions. Il faut aller soutenir les projets auprès de l'Etat et je pèse de tout mon poids pour que les communes de ma circonscription ne soient pas oubliées. »

Olivier Darrioumerle
Par Olivier Darrioumerle

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1324
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !