Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Jean Lassalle aux régionales : tête de liste, sinon rien

05/05/2015 | Le député Modem béarnais attend de connaitre la position de l’UMP. Candidat prêt à conduire une liste d’union, il pose cependant ses conditions

Jean Lassalle, chez lui, à Lourdios-Ichère

Jean Lassalle a le goût du terrain, dans tous les sens du terme. Ces jours derniers, le député Modem des Pyrénées-Atlantiques a décidé de faire une coupure et s’occuper de son potager de Lourdios-Ichère, la commune rurale de la vallée de Barétous dont il est le maire. Une respiration parmi les siens, c’est toujours bon à prendre. « J’ai bêché et bêché, planté et planté » dit-il. Ce qui ne l’a pas empêché de garder son téléphone à portée de main. Et d’attendre de savoir quelle position adoptera finalement l’UMP en vue des régionales. Pour lui, les choses sont claires : sans union de la droite et du centre, il n’y aura pas de salut. Mais il n’est pas question de le voir jouer les seconds rôles.

Résumé du feuilleton : candidat pour conduire une liste présentée par l’UMP et le MoDem, le parlementaire béarnais – qui avait répondu à un appel du pied effectué par les patrons girondins de ces deux formations – a eu une très mauvaise surprise en avril. En accord avec Nicolas Sarkozy, le maire de Bordeaux a en effet proposé la candidature de Virginie Calmels, son adjointe à l’économie, qui est également l’ancienne patronne d’Endemol.

« Cette dame-dont-je-ne-connais-pas-le-nom »Une élue locale que Jean Lassalle se fait un malin plaisir à appeler «cette dame dont je ne connais pas le nom », pour mieux souligner l’absence de notoriété dont elle pâtit.

Rebondissement : quelques jours plus tard, la commission nationale d’investiture de l’UMP a renaclé à adouber Virginie Calmels, qui n’avait pas sa carte de militante et dont le parcours a suscité quelques critiques.

La CNI devrait se  réunir à nouveau ce jeudi 7 mai. Il n’est pas impossible de la voir se ranger aux arguments d’Alain Juppé et du président de l’UMP, commente-t-on au sein de cette formation. Jean Lassalle, lui, attend qu’on le tienne au courant. Ce qui ne l’empêche pas de tenir bon, et de mettre quelques points sur les « i ».

« Qu’on me laisse les mains libres »Sur un territoire où le socialiste Alain Rousset est bien implanté, seule "l’union totale" de la droite et du centre peut s’avérer efficace, rappelle l'élu pyrénéen, nommé récemment par François Bayrou coordonnateur du Modem pour les régionales. Même s’il avoue, avec un sourire, ne pas trop savoir au juste à quoi correspond cette fonction.

"Je m'engage à l'unité et je ne conduirai pas d'autre liste si elle n'est pas réalisée. L'objectif est d'arriver en tête au premier tour. Ce sera difficile. Mais on peut le faire. Il faut aussi que l’on me laisse les mains libres pour mener, à la tête d’une liste d’ouverture, une campagne en faveur de cette nouvelle région qui n’a pas d’histoire. Un ensemble où il faut donner matière à rêver aux gens. Sans rester sur des schémas bloqués. Par contre, si c’est pour être numéro 2 derrière madame-je-ne-sais-plus-qui, ma réponse est non. Car cela devient impossible. ».

« Une campagne de mouvement, dans un esprit commando »Quelle région construire ? Jean Lassalle n’a pas ménagé ses critiques vis-à-vis d’un conglomérat Aquitaine/Poitou-Charentes/Limousin qui, à ses yeux, «  n’a ni queue ni tête ». « Cela va entrainer la fermeture de deux palais régionaux tout neufs, ceux du Limousin et du Poitou-Charentes. Qu’est-ce qu’on en fera ?  Il faudrait licencier près de 200 personnes, dont les tâches doublonneront. Quelle réponse trouver ?"

"  Nous devons également donner une vision du rôle que cette région peut tenir du centre de la France vers l’Espagne et Paris. Comment s’ouvre-t-on ? Voilà des questions que l’on doit poser aux habitants. En essayant de fonctionner de manière inédite, pour faire émerger des idées nouvelles."

" Lors de mes réunions (j’en ai déjà fait une quarantaine), il y a vingt minutes d’introduction. Puis je laisse la parole aux gens pendant deux heures. Cela donne des résultats très intéressants. Nous devons tenter un autre type de campagne, du style AG ouverte. Même si la formule peut m’attirer des critiques."

" Face à un Alain Rousset qui a une vision un peu technocratique des choses, j’envisage de mener une campagne de mouvement, dans un esprit commando, en donnant largement la parole aux personnes concernées. Cela peut être le début d’une réponse à la non-existence, à la non-homogénéité, à la non-réalité de cette région. Pour moi, l’idée, c'est finalement  de proposer un laboratoire ».

« Le décalage avec nos compatriotes »Par contre, l’hypothèse consistant à créer un tandem de dirigeants régionaux où une urbaine (Virginie Calmels) serait associée à un rural (Jean Lassalle) est écartée d’un revers de manche. « J’ai rempli des salles dans des banlieues. J’ai été reçu par des maires de grandes villes » rappelle le parlementaire, qui a parcouru 5 000 kilomètres à pied à la rencontre des Français, et qui se fait fort des scores déjà obtenus sur son nom aux précédentes élections, y compris en milieu urbain.

Attaché à son indépendance d’esprit, le député Modem souhaite par ailleurs faire comprendre à des habitants désabusés par le comportement de la classe politique qu’une autre voie peut être suivie. « En menant cette candidature jusqu’à son terme, je veux démontrer par l’absurde le décalage qui existe entre les grands partis et nos compatriotes qui oublient désormais d’aller aux urnes et qui, pour la moitié d’entre eux, votent de façon désespérée, ou bien votent blancs ».

Quoi, les compétences ?Quant aux réserves formulées sur ses compétences économiques - un domaine dans lequel la Région joue un rôle important  -  alors que Virginie Calmels bénéficie de son statut de chef d’entreprise… Là encore, la réponse est vite trouvée. « Lorsque j’ai cessé d’être berger, j’ai créé ma propre entreprise d’ingénieurs-conseils et je l’ai fait fonctionner pendant plus de 30 ans. J’ai travaillé dans toute la France et en Espagne, en réalisant l’assainissement de la moitié de la ville de Bilbao ».

«  Si Mme Je-ne-sais-qui est un bon chef d’entreprise, qu’elle le reste. Mais si elle veut se lancer dans la politique, elle va se rendre compte qu’elle ne peut pas mener les deux choses de front. Sauf à devenir M. Dassault ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
2974
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !