Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Du Béarn au Pays Basque, avant les élections législatives Jean Lassalle et François Maïtia battent la campagne

30/05/2012 | Dans la 4ème circonscription des Pyrénées-atlantiques le député sortant et le candidat socialiste se livrent une bataille sur le terrain des collectivités locales

Jean Lassalle, député des Pyrénées-atlantiques

Le Béarnais de droite, Jean Lassalle, et le Basque de gauche, François Maïtia, arpentent l'immense 4ème circonscription à la rencontre des maires et conseillers municipaux des 221 communes basques et béarnaises. Jean Lassalle sait parler aux maires des villages, eux qui sont les responsables politiques préférés des Français. « La France est un pays exceptionnel qui a la chance d'être administrée par cinq cent mille bénévoles élus au suffrage universel. » La citation est de François Mitterrand, mais il se l'est appropriée. François Maïtia surfe sur la vague rose et tient la ligne du PS.

Il n'est pas inquiet. De sa haute stature, le député emblématique de la vallée d'Aspe, qui brigue un troisème mandat, semble invincible, même s'il a l'air plus nerveux que d'habitude. « Je suis dans une situation précaire, mais j'ai envie de gagner », lance Jean Lassalle qui avoue vivre une campagne très difficile. Dans la 4ème circonscription François Hollande s'est imposé au premier tour avec 29,47%, Nicolas Sarkozy totalisait 21,13% et François Bayrou 17,81%. Le socialiste a obtenu 59,69% au second tour, contre 40,31% à Sarkozy.

Jean Lassalle a toujours réussi à se sortir des situations électorales périlleuses. Ce qui lui a valu d'être surnommé "le Fakir" par François Bayrou. Un ami de longue date qui ne lui a pas facilité les choses en votant Hollande au deuxième tour des élections présidentielles,. « Ça ne lui ressemble, glisse-t-il. François Bayrou est mon ami depuis 40 ans, il aurait dû me parler de sa décision avant d'agir car il m'a mis en difficulté pour les législatives.» François Maïtia espère bien profiter de cette aubaine. « Le Béarn vote à gauche, on le sait bien... » Les votes basques, plutôt à droite, s'orienteront-ils pour le Béarnais de Lourdios-Ichère ? François Maïtia prédit déjà une victoire les 10 et 17 juin prochains.

Jean Lassalle ne croit pas aux sondages qui le donnent perdant, misant sur sa connaissance du territoire et son expérience de député. Pris entre deux feux, le député sortant défend son autonomie. « Je n'ai jamais voté PS et Marc Oxibar, le candidat UMP, prétend que j'ai trahi. Je n'ai jamais trahi personne, dit-il dans une langue française qui roule sur des cailloux. J'ai toujours expliqué mes choix. Je suis un citoyen et un député patriote et je ne vais pas faire de systématisme contre Hollande. Je voterai en fonction de ce que juge bon pour le Pays. »

Les maires du Béarn et du Pays-basque examinent leurs candidats
Pour le candidat socialiste, une communauté de communes doit d'abord être « un espace de solidarité ». Il prend l'exemple des transports scolaires que les communes peuvent mutualiser. Il appelle alors à un nouvel acte de la décentralisation avec une péréquation horizontale entre les territoires riches et les territoires pauvres. « Il faut voir dans la Soule et le Pays-basque certains villages qui ont à peine de quoi entretenir la voirie », se plaint-il. Le candidat socialiste a bien conscience que le monde des collectivités locales n'est pas un monde de gaspillage. Mais les collectivités locales ne sont plus des emprunteurs sûrs pour les banques car la fiscalité a été rassemblée au niveau de l’État. 

Auprès des maires du Pays-basque Jean Lassalle s'adapte. «  Je comprends le basque lorsqu'on dit du mal de moi. » On pourrait voir dans cette formule une pique adressée à François Maïtia, notamment président de l'Office Public de la Langue Basque. Mais plutôt que son adversaire politique le député sortant préfère attaquer la réforme territoriale et particulièrement le développement des intercommunalités chères aux socialistes. Le maire de St Gladie témoigne : « ici on est pas mille six cent. On est obligé de se regrouper avec d'autres communes, mais on ne sait pas avec qui aller... »

Jean Lassalle a la réponse. Les bras tendus, il invite les petites communes à prendre leur destin en main, elles qui, selon lui, ne pourront plus décider de leur politique à l'horizon 2020. « Les dernières élections sont en 2014, après c'est fini, prédit-il. Il y aura un maire et un délégué à l'intercommunalité. Avec cette loi les socialistes vont éteindre vingt cinq mille communes de moins de mille habitants.» Jean Lassalle n'a pas peur de passer pour un député vieille France face à un François Maïtia tenu à la ligne de son Parti.

Olivier Darrioumerle
Par Olivier Darrioumerle

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
875
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !