aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

21/03/17 : Décès d'H.Emmanuelli."La France perd aujourd’hui un grand homme, le Lot-et-Garonne un voisin bienveillant sur lequel il pouvait compter, les élus et militants socialistes un camarade et un ami." Jacques Bilirit, vice-psdt du CD47.

21/03/17 : Vive émotion ce matin au Conseil départemental des Landes où vient d'être annoncée la mort de son président et ancien ministre Henri Emmanuelli.

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département

15/03/17 : La Rochelle va accueillir la 1ère étape de l’#intercoTOUR, tour de France des villes interconnectées, le 23 mars au Musée maritime, de 9h à 18h. Elus, experts et public échangeront sur la modalités et avantages de l’Opendata pour les territoires.

14/03/17 : Quoi de neuf en 2017 pour transmettre son exploitation agricole ? La Chambre d’agriculture47 organise la 13ème journée de la transmission dans le cadre de la 15aine de la transmission en Nouvelle Aquitaine lundi 20 mars à 15h dans ses locaux à Agen.

12/03/17 : Saint-Jean-Pied-de-Port, étape basque incontournable du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, capitale de la Basse Navarre, aux 55 000 touristes/l'an, a été désigné 154e Village plus beau de France. A voir, sa citadelle dessinée par Vauban.

10/03/17 : L'aéroport de Bergerac Dordogne Périgord a enregistré 305 323 passagers en 2016, soit une progression de 8,48 % par rapport à 2015. L'infrastructure figure désormais à la 27e place des aéroports les plus fréquentés en France, gagnant deux places.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d' entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

  • 19/03/17 | La Rochelle : début de chantier pour un futur centre de performance sportif

    Lire

    La Rochelle aura bientôt un centre de performance sportif pour son équipe de rugby, le Stade Rochelais. A la fois lieu de formation, d’entraînement, de vie du club et pôle santé, il accueillera d’autres sports comme le Pole France Voile ou le rugby fauteuil. La première pierre a été posée le 18 mars, en présence du secrétaire d’Etat aux sport Thierry Braillard.Les joueurs ont signé à cette occasion un partenariat avec la préfecture pour mener des actions de prévention routière auprès des jeunes.

  • 18/03/17 | Week-end musées Télérama en Dordogne

    Lire

    Les 18 et 19 mars, le site-musée Vesunna et le Musée d’art et d’archéologie du Périgord à Périgueux participent à l'opération « Week-end musées Télérama ».Au Musée d’art et d’archéologie du Périgord : accès aux collections et à l'exposition temporaire d'Anne Slacik "L'eau et les rêves", jeux de piste, jeux de société. A Vesunna, accès au site et à 15 h, dernières visites commentées de l’exposition" Ils sont Food ces Romains!" avant démontage. Entrée libre pour 4 personnes sur présentation du « pass » présent dans « Télérama » des 8 et 15 mars.

  • 16/03/17 | 20 000 € pour le gagnant du premier Hackathon de La Rochelle

    Lire

    La Ville de La Rochelle organise son premier Hackathon du 21 au 23 mars au Musée maritime. Il réunira une soixantaine de participants individuels, développeurs, universitaires et entreprises. Ils auront 48 heures pour créer une application informatique de représentation graphique et cartographique des informations de l’Open Data de la Ville. Le lauréat recevra 20 000 euros pour transformer le prototype en application opérationnelle. Il sera accompagné jusqu’à la réalisation finale du projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Jean-Luc Mélenchon remplit le théâtre Fémina

30/11/2016 | Le candidat d'extrême gauche à la présidentielle était présent pour une réunion publique aux allures de meeting présidentiel qui a visiblement fait carton plein

Jean-Luc Mélenchon Bordeaux

Nous ne sommes pas restés jusqu'à la Marseillaise de fin, mais on avait quand même envie de voir ce qu'allait dire Jean-Luc Mélenchon lors de la réunion publique organisée ce mardi 29 novembre au théâtre Fémina de Bordeaux, à quelques centaines de mètres du fief d'Alain Juppé, grand perdant ce dimanche de la primaire à droite, mais accueilli sous les vivats au retour dans sa mairie. On savait déjà que sa campagne s'était un peu modernisée, qu'elle avait pris d'autres élans, mais on attendait de voir. Autant vous le dire, on n'a pas été déçus. Ambiance dans les murs.

Le public est là, venu nombreux. Plusieurs enceintes sont disposées devant le théâtre Fémina, à Bordeaux, et une partie des courageux restent dehors dans le froid à écouter le discours. Peu avant le début, il apparaît derrière les barrières et parle à la foule, les remerciant d'être venus si nombreux pour l'écouter. Ca ressemble à une campagne présidentielle, et ça en est une. Mardi soir, Jean-Luc Mélenchon s'est invité dans le bastion du maire de Bordeaux, grand perdant du deuxième tour de la primaire à droite et dernièrement accueilli en héros dans "sa" ville. Tout un symbole qu'il n'a pas manqué de souligner via un panorama de unes de journaux projeté sur le mur de la salle et une évocation de Montaigne. Pour le reste, il restera relativement silencieux, si ce n'est un mot toujours gentil pour "les ballots qui sont allés donner deux euros deux fois de suite". A l'intérieur, les quelques 1200 places sont toutes remplies. Comme le veut l'usage, quelques représentants de la "société civile" sont présents sur scène : de ce côté là, on la joue à l'ancienne, à qui l'on dit "salut les petits" en entrant, le poing brandi.  

Un Mélenchon nouveau

Pour le reste, tout est plus moderne. On a parfois davantage l'impression d'assister à un one-man show qu'à une tribune politique : tout y est vif, les blagues se répondent tout en soulignant les urgences. Le discours est rodé, la parole virulente et les invectives souvent applaudies. Derrière Jean-Luc Mélenchon depuis quelques mois déjà, il y a une équipe, un petit vent de modernité qui le font parler régulièrement sur Youtube dans une tribune en réaction à l'actualité. Il y a aussi dans le discours quelques changements. Au contraire de tout ce que l'on a pu voir dans la personnification du pouvoir lors de ces dernières primaires, Mélenchon pose les bases dès le début : "ce soir nous ne sommes pas en train de célébrer un homme, candidat mais des idées et nous sommes en train d'en faire une démonstration de force", dit-il avec force en guise d'introduction. Le décor est planté, reste à dérouler l'argumentaire. Au rayon des moments forts, on retiendra le "coup d'État social" du programme de François Fillon et un taillage à la serpe d'un "passage en force et d'une guerre éclair". 

Évidemment, Mélenchon ne s'est pas gardé d'utiliser quelques marottes habituelles pour mettre le public dans sa poche : la séparation du Medef et du gouvernement, le vote nécessaire opposé au vote utile et quelques mots forts et appuyés sur un pays soumis à un problème urgent, le "nous" contre "ceux". La majeure partie de son "discours" bordelais, il l'a réservé à l'écologie, dont il compte faire l'un de ses grands sujets de campagne. "50% des espèces vertébrées de la planète ont disparue, et on voudrait nous faire croire que la question la plus importance, c'est celle de l'ISF ?". Pêle-mêle, quelques propositions sortent du lot : 1,5 millions d'emplois dans trois domaines : la transition énergétique (900 000 emplois), l'économie de la mer (300 000) et l'agriculture biologique et paysanne (300 000). Dénoncant un "grand gaspillage dans lequel 40% de la production agricole est mise à la poubelle", il a dénoncé un scandale, selon lui, plus grand encore : "pas un mot des candidats de la primaire pour parler des problèmes de la planète". On parle aussi d'un "plan mer" et d'un objectif 100% d'énergies renouvelables à l'horizon 2050, une relance écologique de l'activité économique. "C'est parce que nous sommes écologistes que nous sommes socialistes", a-t-il tranché. 

Un public militant ?

Mélenchon n'a rien oublié, même pas l'économie et la fin du principe de précaution, quelques mots sur l'objectif de 500 000 apprentis et les 1000 euros donnés par embauche à l'employeur dont il n'a pas une seconde hésité à critiquer le résultat : "il y a moins d'apprentis qu'avant". La privatisation du réseau SNCF et sa potentielle "supression de lignes, remplacées par des bus Macron", n'a elle non plus pas été oubliée. Pendant plus d'une heure et demie, le candidat leader de son propre mouvement, "La France insoumise" (qui revendiquait 160 564 le 27 novembre dernier), n'a oublié personne et n'a pas trahi ses multiples courants, autant le socialisme vert que l'anticapitalisme et le joliment appelé "populisme de gauche". Suppression de la loi El Khomri, rétablissement des 35 heures et de la retraite à 60 ans... tout ou presque y était. Les applaudissements l'ont prouvé, eux : le public n'était visiblement pas venu simplement parce que la porte était ouverte. Et si vous ne nous croyez pas, il reste les preuves...

Reste une note d'intention lancée à l'égard d'un François Fillon qui "a l'air d'être prêt à assumer ses positions" : "Je serais heureux s'il acceptait le débat que je lui propose devant tout le monde pour que l'on entende au moins un soir le choc des deux visions du monde". Les prochaines semaines nous en diront sûrement davantage. A la sortie, du théâtre, beaucoup de gens sont encore là, agglutinés devant les barrières où le discours est retransmis comme pour un match de foot à la terrasse d'un café. On applaudit moins, mais on écoute pas mal.  Dans la ville d'Alain Juppé en tout cas, Jean-Luc Mélenchon a fait carton plein.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5980
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 08/12/2016

Vous semblez découvrir pas mal de chose chez Jean Luc Mélenchon, notamment son refus de la personnalisation. Voila quelque chose qui n'a rien de nouveau, quoique est ou en dire vos confrères jusque là.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !