aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

26/05/16 : Ce matin, prologue à la manifestation de protestation contre la loi El Khomri, une centaine de militants de la CGT ont bloqué le port de Bayonne avant de rejoindre la manifestation pour asphyxier le rond point Saint- Léon, axe stratégique de la ville

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/05/16 | Chômage ALPC: + 0,4% en avril , France:-0,6%

    Lire

    En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit à 301 961: +0,4 %/mars (+1 329 ) (- 0,4 % sur 3 mois et + 0,1 % sur un an). France métropolitaine:- 0,6 %/mars - 1,2 % sur trois mois et de 0,6 % sur un an. En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, en avril 2016, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,4 % pour les moins de 25 ans (–0,2 % sur 3 mois et –6,7 % sur un an), de 0,5 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–0,6 % sur 3 mois et –0,3 % sur un an) et de 0,3 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,1 % sur 3 mois et +5,8 % sur un an).

  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr , ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Jean-Pierre Limousin, nouveau Président du CESER : "Nous ne sommes pas là pour reconduire les programmes et les politiques anciennes"

04/02/2016 | Jean-Pierre Limousin a été élu fin janvier nouveau président du Conseil économique, social et environnemental de la grande région. Il présente ses objectifs.

Jean-Pierre Limousin

Le 29 janvier dernier, Jean-Pierre Limousin, ancien Président du Ceser Limousin depuis 2007, a été élu à 141 voix contre 90 à la tête de l'assemblée transitoire du Conseil Economique Social et Environnemental de la grande région. Pendant les deux prochaines années, il aura pour objectif d'y installer une nouvelle politique, qui devra composer avec l'agrandissement du territoire régional. Au moment crucial ou le chantier du nouveau nom de cette région devient une priorité de la nouvelle assemblée d'élus, les 266 conseillers pilotés par Jean-Pierre Limousin devront eux aussi apporter leur contribution. Entretien.

@qui! - Il règne encore un certain flou sur le futur nom de cette grande région, qui sera statué pas l'Assemblée régionale en juillet avant d'être adopté par décret avant le 1er octobre prochain. Dans quelle mesure le nouveau CESER va-t-il participer à son choix ? 

Jean-Pierre Limousin - C’est un des premiers sujets que nous allons traiter dès cette semaine, puisque ni le groupe d’assistance technique à la gestion du CESER ni l’assemblée plénière ne se sont encore réunis. Je vais saisir mon assemblée de façon tout à fait prioritaire pour que l’on puisse apporter notre obole, que l’on donnera dans les délais et pas au dernier moment. Il faut le faire suffisamment en amont pour que cela puisse être l’objet d’une maturation et d’un deuxième débat. Cette contribution n’est pas encore arrêtée : elle pourra être unique ou donner un choix, nous ne sommes pas obligés de nous arrêter sur un seul nom. Des intérêts économiques, sociaux, de lisibilité internationale peuvent préconiser plusieurs noms selon le point que privilégiera l’autorité politique par rapport à d’autres. 

Il faut que le nom en question ait une visibilité internationale, c’est essentiel. Il ne faut pas aller construire un néologisme qui serait très long et très coûteux à pouvoir diffuser ni aller mettre trop de mots les uns après les autres qui seraient difficilement traduisibles dans des langues étrangères essentielles. Le but, c’est d’assurer la promotion de la région, de ses atouts et de ses qualités. Il faut donc que ce nom soit à la fois facilement mémorisable et facilement formulable. 

Ca me paraît également tout à fait évident que la consultation soit bien plus large que celle du seul CESER. Les pays peuvent avoir leur contribution à faire, on peut envisager un genre de référendum ou des sondages. Nous allons passer par plusieurs filtres successifs, le premier étant une consultation la plus large possible et le deuxième l’expression de toutes les collectivités locales. Le CESER sera consulté en troisième position, avant la décision du Conseil régional. C’est sans doute l’esquisse d’une démarche qui me paraîtrait convenable. 

@qui! - A échéance de 2018, le Ceser va devoir se réorganiser en interne, passant de 266 à 180 membres. Cette transition va-t-elle être une priorité de votre mandature ? 

J.P.L - Le challenge des deux années qui viennent, c’est déjà de fonctionner à 266 membres. Tout notre travail dans l’organisation des commissions, des groupes de travail, des commissions mixtes avec le Conseil régional doivent tendre à faire en sorte que l’on se soit organisés pour fonctionner parfaitement à 180 quand nous serons arrivés au 1er janvier 2018. Mais la priorité n’est pas vraiment l’organisation interne du CESER. Ce que nous devons d'abord tenter de faire, c’est donner confiance à ces trois territoires d’origine pour les faire passer d’une situation de relative défiance les uns à l’égard des autres à une situation de confiance en se découvrant mutuellement. Une des responsabilités du Conseil Économique, Social et Environnemental, c’est de faire en sorte que ces trois régions aient vocation à découvrir leurs atouts, leurs potentialités, les expériences réussies pour qu’elles aient le sentiment que toutes les trois aient à s’enrichir les unes des autres. La cuisine interne est une modalité, pas un objectif. 

@qui! - Quels seront les premiers grands objectifs de ce Ceser XXL ?  

J.P.L - Les objectifs de la nouvelle politique du CESER, c’est avant tout que tout le monde ait envie de s’intéresser aux problèmes de tout le monde. Comment le Limousin a intérêt à se pencher sur l’avenir de la façade atlantique vers laquelle penche manifestement le territoire de cette région. Comment la région Atlantique devrait s’intéresser aux territoires de montagnes qui sont pour elle une "terra incognita"-mis à part les Pyrénées-Atlantiques. Comment faire en sorte que les gens, au final, aient le sentiment de participer à un nouvel ensemble, que nous ne sommes pas en train de gérer trois ensembles juxtaposés. Cela permettra d’apporter un oeil neuf et une analyse innovante sur un certain nombre de sujets et d’aller construire des politiques nouvelles. Nous ne sommes pas là pour reconduire les programmes et les politiques anciennes mais pour aller en construire des nouvelles à la dimension de cette nouvelle région, avec ses atouts et ses contradictions. Nous avons donc deux ans pour passer de régions qui se regardent à des régions qui regardent ensembles. 

Pour faire tout ça, il faudra d’abord se tourner vers l’innovation et promouvoir l’expérimentation. L’innovation technologique mais aussi sociale, culturelle, sportive, environnementale. Il faut essayer de toujours aller chercher des solutions nouvelles puisque la dimension de la région fait que les solutions anciennes ne seront plus du tout adaptées. L’expérimentation ensuite, car nous sommes un territoire pour partie disparate auquel il faut donner de l’unité. Mais si nous arrivons à expérimenter, nous aurons des solutions nouvelles dans chaque domaine qui ne seront pas forcément intra-régionales mais qui pourraient être aussi exportées vers les autres régions françaises ou européennes. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3834
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !