Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Jean-Pierre Limousin, nouveau Président du CESER : "Nous ne sommes pas là pour reconduire les programmes et les politiques anciennes"

04/02/2016 | Jean-Pierre Limousin a été élu fin janvier nouveau président du Conseil économique, social et environnemental de la grande région. Il présente ses objectifs.

Jean-Pierre Limousin

Le 29 janvier dernier, Jean-Pierre Limousin, ancien Président du Ceser Limousin depuis 2007, a été élu à 141 voix contre 90 à la tête de l'assemblée transitoire du Conseil Economique Social et Environnemental de la grande région. Pendant les deux prochaines années, il aura pour objectif d'y installer une nouvelle politique, qui devra composer avec l'agrandissement du territoire régional. Au moment crucial ou le chantier du nouveau nom de cette région devient une priorité de la nouvelle assemblée d'élus, les 266 conseillers pilotés par Jean-Pierre Limousin devront eux aussi apporter leur contribution. Entretien.

@qui! - Il règne encore un certain flou sur le futur nom de cette grande région, qui sera statué pas l'Assemblée régionale en juillet avant d'être adopté par décret avant le 1er octobre prochain. Dans quelle mesure le nouveau CESER va-t-il participer à son choix ? 

Jean-Pierre Limousin - C’est un des premiers sujets que nous allons traiter dès cette semaine, puisque ni le groupe d’assistance technique à la gestion du CESER ni l’assemblée plénière ne se sont encore réunis. Je vais saisir mon assemblée de façon tout à fait prioritaire pour que l’on puisse apporter notre obole, que l’on donnera dans les délais et pas au dernier moment. Il faut le faire suffisamment en amont pour que cela puisse être l’objet d’une maturation et d’un deuxième débat. Cette contribution n’est pas encore arrêtée : elle pourra être unique ou donner un choix, nous ne sommes pas obligés de nous arrêter sur un seul nom. Des intérêts économiques, sociaux, de lisibilité internationale peuvent préconiser plusieurs noms selon le point que privilégiera l’autorité politique par rapport à d’autres. 

Il faut que le nom en question ait une visibilité internationale, c’est essentiel. Il ne faut pas aller construire un néologisme qui serait très long et très coûteux à pouvoir diffuser ni aller mettre trop de mots les uns après les autres qui seraient difficilement traduisibles dans des langues étrangères essentielles. Le but, c’est d’assurer la promotion de la région, de ses atouts et de ses qualités. Il faut donc que ce nom soit à la fois facilement mémorisable et facilement formulable. 

Ca me paraît également tout à fait évident que la consultation soit bien plus large que celle du seul CESER. Les pays peuvent avoir leur contribution à faire, on peut envisager un genre de référendum ou des sondages. Nous allons passer par plusieurs filtres successifs, le premier étant une consultation la plus large possible et le deuxième l’expression de toutes les collectivités locales. Le CESER sera consulté en troisième position, avant la décision du Conseil régional. C’est sans doute l’esquisse d’une démarche qui me paraîtrait convenable. 

@qui! - A échéance de 2018, le Ceser va devoir se réorganiser en interne, passant de 266 à 180 membres. Cette transition va-t-elle être une priorité de votre mandature ? 

J.P.L - Le challenge des deux années qui viennent, c’est déjà de fonctionner à 266 membres. Tout notre travail dans l’organisation des commissions, des groupes de travail, des commissions mixtes avec le Conseil régional doivent tendre à faire en sorte que l’on se soit organisés pour fonctionner parfaitement à 180 quand nous serons arrivés au 1er janvier 2018. Mais la priorité n’est pas vraiment l’organisation interne du CESER. Ce que nous devons d'abord tenter de faire, c’est donner confiance à ces trois territoires d’origine pour les faire passer d’une situation de relative défiance les uns à l’égard des autres à une situation de confiance en se découvrant mutuellement. Une des responsabilités du Conseil Économique, Social et Environnemental, c’est de faire en sorte que ces trois régions aient vocation à découvrir leurs atouts, leurs potentialités, les expériences réussies pour qu’elles aient le sentiment que toutes les trois aient à s’enrichir les unes des autres. La cuisine interne est une modalité, pas un objectif. 

@qui! - Quels seront les premiers grands objectifs de ce Ceser XXL ?  

J.P.L - Les objectifs de la nouvelle politique du CESER, c’est avant tout que tout le monde ait envie de s’intéresser aux problèmes de tout le monde. Comment le Limousin a intérêt à se pencher sur l’avenir de la façade atlantique vers laquelle penche manifestement le territoire de cette région. Comment la région Atlantique devrait s’intéresser aux territoires de montagnes qui sont pour elle une "terra incognita"-mis à part les Pyrénées-Atlantiques. Comment faire en sorte que les gens, au final, aient le sentiment de participer à un nouvel ensemble, que nous ne sommes pas en train de gérer trois ensembles juxtaposés. Cela permettra d’apporter un oeil neuf et une analyse innovante sur un certain nombre de sujets et d’aller construire des politiques nouvelles. Nous ne sommes pas là pour reconduire les programmes et les politiques anciennes mais pour aller en construire des nouvelles à la dimension de cette nouvelle région, avec ses atouts et ses contradictions. Nous avons donc deux ans pour passer de régions qui se regardent à des régions qui regardent ensembles. 

Pour faire tout ça, il faudra d’abord se tourner vers l’innovation et promouvoir l’expérimentation. L’innovation technologique mais aussi sociale, culturelle, sportive, environnementale. Il faut essayer de toujours aller chercher des solutions nouvelles puisque la dimension de la région fait que les solutions anciennes ne seront plus du tout adaptées. L’expérimentation ensuite, car nous sommes un territoire pour partie disparate auquel il faut donner de l’unité. Mais si nous arrivons à expérimenter, nous aurons des solutions nouvelles dans chaque domaine qui ne seront pas forcément intra-régionales mais qui pourraient être aussi exportées vers les autres régions françaises ou européennes. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5988
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !