Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/21 : L'Agglo de Pau vient de se voir remettre par l'ADEME et le Ministère de la transition énergétique le Label, encore expérimental, Economie circulaire. Attribué pour 4 ans, il mesure les avancées et orientations des actions de la collectivité en la matière

27/09/21 : Mascaret, le festival occitan de Bordeaux et de la Gironde se lance ce 25 septembre à Bordeaux, avec la projection de deux documentaires de Patric La Vau sur notamment la fondation de l’occitanisme moderne. 20 rdv à découvrir jusqu'au 14 novembre ! Plus d

27/09/21 : Le 17 septembre, Lionel Niedzwiecki a été nommé directeur général du Festival Arte Flamenco dont les missions seront notamment de contribuer au développement territorial d’Arte Flamenco, de soutenir la création et l’émergence de nouveaux talents.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/21 | Coquelicontes en Creuse et en Corrèze

    Lire

    La 24ème édition du festival Coquelicontes se déroulera du 28 septembre au 10 octobre. Itinérant entre la Creuse et la Corrèze, ce sont près de 74 rendez-vous dans 57 communes qui attendent les spectateurs. Au programme : des balades, des goûters ou encore des veillées autour du conte. L'inauguration se fera le 28 septembre à 20h à la Cité de la Tapisserie d'Aubusson avec le spectacle « Chroniques des bouts du monde » de Kwal. Programme

  • 27/09/21 | Une soirée pour découvrir la Jeune Chambre Economique

    Lire

    Le 28 septembre à 19h30, la Fédération des Jeunes Chambres Economiques de Nouvelle-Aquitaine organise une soirée de présentation de l'association à destination des jeunes de 18 à 40 ans. A Agen, Bergerac, Bordeaux et Niort, la soirée se fera en présentielle mais elle aura également lieu en version dématérialisée. Billetterie et inscription

  • 27/09/21 | Girl's day à Bressuire (79)

    Lire

    Dans le cadre du plan « 1jeune, 1solution » et à l'occasion de la journée de la mixité dans l'emploi, la maison de l'emploi du Bocage dans les Deux-Sèvres, en partenariat avec la SNCF, organise mardi 28 septembre un « Girl's day : journée de la mixité ». Lors de cette journée, toutes les femmes sont invitées à la Cité de la Jeunesse et des Métiers pour découvrir les métiers de la SNCF notamment techniques, souvent considérés comme des métiers « masculins ».

  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | L’attractivité pour lancer la Nouvelle-Aquitaine

02/04/2019 | Deux cents personnes ont assisté au premier forum de l'attractivité. A l'occasion, un club de l'attractivité en Nouvelle-Aquitaine a même été lancé.

1

Le premier forum de l’attractivité en Nouvelle-Aquitaine s’est déroulé ce jeudi 28 mars au vaisseau Moëbius d’Angoulême. Deux cents personnes, représentants de collectivités, acteurs économiques et touristiques, membres d’association, de start-up, d'établissements de formation, d'universités ont participé à cette journée entre tables rondes et conférences. Ce fut également l’occasion de définir une ligne directrice à mener sur le rayonnement de la Nouvelle-Aquitaine. Un club de l’attractivité a aussi été lancé.

La salle Némo, du vaisseau Moëbius d’Angoulême se remplit peu à peu. Des acteurs de l’attractivité en Nouvelle-Aquitaine ont répondu présents. L’attractivité, une notion qui tient au coeur de Christelle Pieuchot; la conseillère régionale est déléguée à l’attractivité du territoire. « On se réunit aujourd’hui pour parler de l’attractivité dans sa globalité. L’objectif est de faire du lien, dans un esprit fédéral pour créer la communauté des Néo-Aquitains », explique-t-elle. Elle met en avant finalement une volonté de co-construire avec tous les acteurs. « Il faut défendre la Nouvelle-Aquitaine à l’échelon européen, voire international, en impulsant une dynamique de territoire en les fédérant autour de valeurs qui les rassemblent, telles que la qualité de vie ou encore l’innovation. »

Découverte de la Nouvelle-Aquitaine

Sophie De Paillette, experte en identité des territoires et des marques, a dressé un portrait identitaire de la Nouvelle-Aquitaine. Un travail qu’elle a mené pendant deux ans et demi avant la fusion des régions, sur le Limousin, l’Aquitaine et le Poitou-Charentes. Elle a mis en avant quatorze thématiques, qui allaient des couleurs, des minéraux, des paysages, de la politique, au social, jusqu’à la culture et la gastronomie. « Un contributeur me disait que les Néo-Aquitains se retrouvaient sur le gras ».

La qualité de vie, il en était question dans la conférence animée par Camille Chamard de l’IAE Pau-Bayonne : « Une région à vivre : comment préserver notre qualité de vie tout en développant notre attractivité ? ». « Pourquoi des gens viennent, pourquoi d’autres ne viennent pas en Nouvelle-Aquitaine ? », interroge-t-il en introduction. Après avoir défini ce qu’était la qualité de vie, il a évoqué la démographie. « Il y a une augmentation naturelle sur la côte Atlantique et au sud de la Nouvelle-Aquitaine. Elle sera positive, mais pas équitable selon les territoires de la région » avertit-il. Selon lui, il faut développer dans la région à la fois l’attractivité (les gens qui viennent) et l’hospitalité (les gens qui restent). « La qualité de vie est un trait d’union que la Nouvelle-Aquitaine doit travailler pour instaurer une situation pérenne, pour gagner en population et pour que les gens restent ici », résume Camille Chamard.    

Une deuxième conférence a abordé la stratégie d’attractivité. Elle était animée par Jean-Marc Devanne, directeur de CoManaging, expert en marketing territorial. « Le projet d’attractivité  est quelque chose d’opérationnel, comme apporter de la valeur ajoutée à chacun. Un territoire propose des modes de vie : « reconnaissance de ce que nous sommes auprès de nos concitoyens. » Il distingue cinq enjeux de l’attractivité : l’esprit fédéral, le cercle vertueux de l’attrait auprès des talents et des créatifs, rester champion de la qualité de vie, un soft power néo-aquitaine pour l’international, des territoires forts au bénéfice de tous. « il ne faut pas omettre de dire en Nouvelle-Aquitaine. Il faut s’approprier la Nouvelle-Aquitaine : la citer. »

La diversité des expériences

Ensuite, deux tables rondes ont été organisées pour que les acteurs de l’attractivité dans la région puissent livrer leurs témoignages et partager leurs expériences. La première revient sur « les démarches d’attractivité, vecteur de développement pour les territoires. Le premier à s’exprimer est Aurélien Charpille, directeur général de Brive Tourisme (Corrèze). Il est venu parler de la marque 100% Gaillard mise en place par l’office de tourisme. « Nous avions une difficulté, Brive n’est pas une grande métropole, ni une capitale, il était nécessaire de lui créer une notoriété, une fierté d’appartenance. » Les collectivités ont suivi, la marque n’est pas seulement briviste, elle se développe sur les 47 communes et plus de 110 000 habitants. La boutique de seulement 20m2 présente un bilan encourageant avec 180 000 euros de chiffre d’affaires. « 100% Gaillard ne nous rapporte pas beaucoup, mais elle ne nous coûte rien ». Pascal Laperche, vice-président en charge du marketing territorial, a évoqué lui les 43 communes autour de Marmande (Lot-et-Garonne). « Nous devons essayer de valoriser ensemble notre territoire. Le moteur du développement reste l’économie pendulaire. » Avec de la proximité de la métropole bordelaise, beaucoup de personnes vivant à Marmande vont travailler à Bordeaux et consomment plutôt en Lot-et-Garonne qu’en Gironde. Autre exemple, celui de Poitiers, Jean-Marc Maréchal, directeur général de l’attractivité et du développement économique de Grand Poitiers rappelle que la ville a « perdu le statut de capitale régionale ». Elle souffre d’un déficit d’images malgré son CHU à la pointe ou encore son université et ses atouts. « Nous avons besoin de travailler collectivement sur l’attractivité et faire une synthèse. » Grand Poitiers envisage aussi de lancer sa marque. Mais Jean-Marc Maréchal a préféré garder le secret pour une annonce qui se fera d’ici peu. Bordeaux aussi travaille sur son attractivité. Mathieu Roussennac est le directeur de la mission Magnetic Bordeaux à Bordeaux Métropole « Bordeaux est attractive, mais cette attractivité, elle ne la fait pas toute seule.  Le magnétisme ne prend pas compte de l’attraction, mais aussi du rayonnement. » Il a rappelé que Bordeaux était une marque avec une notoriété surtout connue dans le domaine de vin et un peu moins dans l'industrie aéronautique ou encore le laser, deux domaines où elle excelle. « Bordeaux doit s’inscrire dans une démarche locomotive plus qu’aspirateur. Il y a des coopérations qui sont mises en place en dehors de la métropole. Je pense que c’est une chance pour la Nouvelle-Aquitaine », conclut Mathieu Roussenac. 

La deuxième table ronde a abordé le fait d’entrer dans une dynamique collective : un atout pour tous les acteurs de la région. Certaines entreprises y sont favorables. C’est le cas de Legrand à Limoges. Delphine Camilleri, directrice de la communication interne et relations extérieures, a mis en avant son intérêt pour le « projet d’attractivité dans le recrutement des talents, tout en faisant attention à la mixité. » Elle a également rappelé le phénomène d’enclavement à la fois ferroviaire et autoroutier de Limoges. Autre exemple, celui de la PME située à Poitiers, Goulibeur. Brigitte Arnaud-Boué, est la présidente de cette entreprise du patrimoine vivant depuis 2016. Cela fait 42 ans et demi qu’elle confectionne des Broyés du Poitou. « Je porte ce produit. C’est culturel. J’ai envie de le faire connaître en Nouvelle-Aquitaine ». Une belle ambition. La technopole de territoire de la Charente, Eurekatech a également été évoquée par Joël-Denis Lutard qui la préside dans « un esprit fédérateur ». Une association qui poursuit son évolution un peu plus d’un an après sa mise en place. 

Le Lancement du club de l’attractivité

Ce premier forum a été surtout l’occasion de lancer le club de l’attractivité en Nouvelle-Aquitaine. « Tous les acteurs vont pouvoir parler d’une seule voix, défendre des valeurs communes, infuser quelque chose de transverse », explique Christelle Pieuchot, conseillère régionale déléguée à l’attractivité du territoire. Ce club sera ouvert à tous les acteurs économiques, touristiques, associatifs et institutionnels de la Nouvelle-Aquitaine. Pour y adhérer, il suffit de se rendre sur la page www.naqui.fr/attractivité. Il fonctionnera autour d’ateliers thématiques  (convaincre, valoriser, recruter, rayonner, accueillir, communiquer). Ils seront co-animés par l’ADI, CRT, L’ANA. « Ce seront des échanges sur des bonnes pratiques, voire les besoins des différents acteurs du territoire et mutualiser les forces ». Les première actions auront lieu dès cette année et déboucheront peut-être sur un salon du "made in Nouvelle-Aquitaine."

Ce club disposera d’un outil. Il s’agit d’un carnet d’inspiration. « C’est une sorte de guide des bonnes pratiques qui nous aidera à tous à avoir un même discours. Un espace de ralliement pour porter le territoire ». La région cite souvent en exemple le CES de Las Vegas où elle organise une véritable formation. « Après La Poste, nous sommes la deuxième marque française la plus visible sur le salon », rappelle Christelle Pieuchot. 

La région Nouvelle-Aquitaine « pose les premiers jalons » de ce club et ne veut pas forcément en garder les rênes. « On veut que chacun puisse l’alimenter, y participer. » Le premier rendez-vous fixé par le club attractivité est le 17 mai prochain. Le lieu reste pour l’instant à déterminer.

 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : 4111111111111111

Partager sur Facebook
Vu par vous
5427
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !