Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | L’attractivité pour lancer la Nouvelle-Aquitaine

02/04/2019 | Deux cents personnes ont assisté au premier forum de l'attractivité. A l'occasion, un club de l'attractivité en Nouvelle-Aquitaine a même été lancé.

Le premier forum de l'attractivité a eu lieu ce jeudi 28 mars à Angoulême.

Le premier forum de l’attractivité en Nouvelle-Aquitaine s’est déroulé ce jeudi 28 mars au vaisseau Moëbius d’Angoulême. Deux cents personnes, représentants de collectivités, acteurs économiques et touristiques, membres d’association, de start-up, d'établissements de formation, d'universités ont participé à cette journée entre tables rondes et conférences. Ce fut également l’occasion de définir une ligne directrice à mener sur le rayonnement de la Nouvelle-Aquitaine. Un club de l’attractivité a aussi été lancé.

La salle Némo, du vaisseau Moëbius d’Angoulême se remplit peu à peu. Des acteurs de l’attractivité en Nouvelle-Aquitaine ont répondu présents. L’attractivité, une notion qui tient au coeur de Christelle Pieuchot; la conseillère régionale est déléguée à l’attractivité du territoire. « On se réunit aujourd’hui pour parler de l’attractivité dans sa globalité. L’objectif est de faire du lien, dans un esprit fédéral pour créer la communauté des Néo-Aquitains », explique-t-elle. Elle met en avant finalement une volonté de co-construire avec tous les acteurs. « Il faut défendre la Nouvelle-Aquitaine à l’échelon européen, voire international, en impulsant une dynamique de territoire en les fédérant autour de valeurs qui les rassemblent, telles que la qualité de vie ou encore l’innovation. »

Découverte de la Nouvelle-Aquitaine

Sophie De Paillette, experte en identité des territoires et des marques, a dressé un portrait identitaire de la Nouvelle-Aquitaine. Un travail qu’elle a mené pendant deux ans et demi avant la fusion des régions, sur le Limousin, l’Aquitaine et le Poitou-Charentes. Elle a mis en avant quatorze thématiques, qui allaient des couleurs, des minéraux, des paysages, de la politique, au social, jusqu’à la culture et la gastronomie. « Un contributeur me disait que les Néo-Aquitains se retrouvaient sur le gras ».

La qualité de vie, il en était question dans la conférence animée par Camille Chamard de l’IAE Pau-Bayonne : « Une région à vivre : comment préserver notre qualité de vie tout en développant notre attractivité ? ». « Pourquoi des gens viennent, pourquoi d’autres ne viennent pas en Nouvelle-Aquitaine ? », interroge-t-il en introduction. Après avoir défini ce qu’était la qualité de vie, il a évoqué la démographie. « Il y a une augmentation naturelle sur la côte Atlantique et au sud de la Nouvelle-Aquitaine. Elle sera positive, mais pas équitable selon les territoires de la région » avertit-il. Selon lui, il faut développer dans la région à la fois l’attractivité (les gens qui viennent) et l’hospitalité (les gens qui restent). « La qualité de vie est un trait d’union que la Nouvelle-Aquitaine doit travailler pour instaurer une situation pérenne, pour gagner en population et pour que les gens restent ici », résume Camille Chamard.    

Une deuxième conférence a abordé la stratégie d’attractivité. Elle était animée par Jean-Marc Devanne, directeur de CoManaging, expert en marketing territorial. « Le projet d’attractivité  est quelque chose d’opérationnel, comme apporter de la valeur ajoutée à chacun. Un territoire propose des modes de vie : « reconnaissance de ce que nous sommes auprès de nos concitoyens. » Il distingue cinq enjeux de l’attractivité : l’esprit fédéral, le cercle vertueux de l’attrait auprès des talents et des créatifs, rester champion de la qualité de vie, un soft power néo-aquitaine pour l’international, des territoires forts au bénéfice de tous. « il ne faut pas omettre de dire en Nouvelle-Aquitaine. Il faut s’approprier la Nouvelle-Aquitaine : la citer. »

La diversité des expériences

Ensuite, deux tables rondes ont été organisées pour que les acteurs de l’attractivité dans la région puissent livrer leurs témoignages et partager leurs expériences. La première revient sur « les démarches d’attractivité, vecteur de développement pour les territoires. Le premier à s’exprimer est Aurélien Charpille, directeur général de Brive Tourisme (Corrèze). Il est venu parler de la marque 100% Gaillard mise en place par l’office de tourisme. « Nous avions une difficulté, Brive n’est pas une grande métropole, ni une capitale, il était nécessaire de lui créer une notoriété, une fierté d’appartenance. » Les collectivités ont suivi, la marque n’est pas seulement briviste, elle se développe sur les 47 communes et plus de 110 000 habitants. La boutique de seulement 20m2 présente un bilan encourageant avec 180 000 euros de chiffre d’affaires. « 100% Gaillard ne nous rapporte pas beaucoup, mais elle ne nous coûte rien ». Pascal Laperche, vice-président en charge du marketing territorial, a évoqué lui les 43 communes autour de Marmande (Lot-et-Garonne). « Nous devons essayer de valoriser ensemble notre territoire. Le moteur du développement reste l’économie pendulaire. » Avec de la proximité de la métropole bordelaise, beaucoup de personnes vivant à Marmande vont travailler à Bordeaux et consomment plutôt en Lot-et-Garonne qu’en Gironde. Autre exemple, celui de Poitiers, Jean-Marc Maréchal, directeur général de l’attractivité et du développement économique de Grand Poitiers rappelle que la ville a « perdu le statut de capitale régionale ». Elle souffre d’un déficit d’images malgré son CHU à la pointe ou encore son université et ses atouts. « Nous avons besoin de travailler collectivement sur l’attractivité et faire une synthèse. » Grand Poitiers envisage aussi de lancer sa marque. Mais Jean-Marc Maréchal a préféré garder le secret pour une annonce qui se fera d’ici peu. Bordeaux aussi travaille sur son attractivité. Mathieu Roussennac est le directeur de la mission Magnetic Bordeaux à Bordeaux Métropole « Bordeaux est attractive, mais cette attractivité, elle ne la fait pas toute seule.  Le magnétisme ne prend pas compte de l’attraction, mais aussi du rayonnement. » Il a rappelé que Bordeaux était une marque avec une notoriété surtout connue dans le domaine de vin et un peu moins dans l'industrie aéronautique ou encore le laser, deux domaines où elle excelle. « Bordeaux doit s’inscrire dans une démarche locomotive plus qu’aspirateur. Il y a des coopérations qui sont mises en place en dehors de la métropole. Je pense que c’est une chance pour la Nouvelle-Aquitaine », conclut Mathieu Roussenac. 

La deuxième table ronde a abordé le fait d’entrer dans une dynamique collective : un atout pour tous les acteurs de la région. Certaines entreprises y sont favorables. C’est le cas de Legrand à Limoges. Delphine Camilleri, directrice de la communication interne et relations extérieures, a mis en avant son intérêt pour le « projet d’attractivité dans le recrutement des talents, tout en faisant attention à la mixité. » Elle a également rappelé le phénomène d’enclavement à la fois ferroviaire et autoroutier de Limoges. Autre exemple, celui de la PME située à Poitiers, Goulibeur. Brigitte Arnaud-Boué, est la présidente de cette entreprise du patrimoine vivant depuis 2016. Cela fait 42 ans et demi qu’elle confectionne des Broyés du Poitou. « Je porte ce produit. C’est culturel. J’ai envie de le faire connaître en Nouvelle-Aquitaine ». Une belle ambition. La technopole de territoire de la Charente, Eurekatech a également été évoquée par Joël-Denis Lutard qui la préside dans « un esprit fédérateur ». Une association qui poursuit son évolution un peu plus d’un an après sa mise en place. 

Le Lancement du club de l’attractivité

Ce premier forum a été surtout l’occasion de lancer le club de l’attractivité en Nouvelle-Aquitaine. « Tous les acteurs vont pouvoir parler d’une seule voix, défendre des valeurs communes, infuser quelque chose de transverse », explique Christelle Pieuchot, conseillère régionale déléguée à l’attractivité du territoire. Ce club sera ouvert à tous les acteurs économiques, touristiques, associatifs et institutionnels de la Nouvelle-Aquitaine. Pour y adhérer, il suffit de se rendre sur la page www.naqui.fr/attractivité. Il fonctionnera autour d’ateliers thématiques  (convaincre, valoriser, recruter, rayonner, accueillir, communiquer). Ils seront co-animés par l’ADI, CRT, L’ANA. « Ce seront des échanges sur des bonnes pratiques, voire les besoins des différents acteurs du territoire et mutualiser les forces ». Les première actions auront lieu dès cette année et déboucheront peut-être sur un salon du "made in Nouvelle-Aquitaine."

Ce club disposera d’un outil. Il s’agit d’un carnet d’inspiration. « C’est une sorte de guide des bonnes pratiques qui nous aidera à tous à avoir un même discours. Un espace de ralliement pour porter le territoire ». La région cite souvent en exemple le CES de Las Vegas où elle organise une véritable formation. « Après La Poste, nous sommes la deuxième marque française la plus visible sur le salon », rappelle Christelle Pieuchot. 

La région Nouvelle-Aquitaine « pose les premiers jalons » de ce club et ne veut pas forcément en garder les rênes. « On veut que chacun puisse l’alimenter, y participer. » Le premier rendez-vous fixé par le club attractivité est le 17 mai prochain. Le lieu reste pour l’instant à déterminer.

 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4928
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !