Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | L'école : le bilan un brin désabusé de François Dubet

01/10/2008 |

François Dubet

François Dubet se penche depuis trente ans sur cette école que l'on éreinte mais dont on attend tout - et souvent son contraire. Il a aimé le film "Entre les murs" de Bertrand Cantet. Il publie "Faits d'école", une reprise de ses travaux, ne cache pas un sentiment "tristounet", quelque chose d'un peu "désabusé". Changer l'école demanderait aux plus riches, riches de par leur fortune mais aussi et surtout de par leur position dans la hiérarchie sociale, la courtoisie de laisser un peu de places aux plus pauvres. Il sent, Dubet, que l'on n'y est pas vraiment prêt. "On demande trop à l'école" mais surtout, au fond, on n'a pas trop envie d'y toucher.

« Pour savoir ce que fait véritablement l'école, il faut savoir ce qu'elle fait aux élèves et aux enseignants et ce que, à leur tour, les élèves et les enseignants font à l'école. » Comment on apprend, comment on stresse, comment on se sent respecté ou au contraire méprisé. Florilège de paroles entendues chez Mollat où François Dubet présentait son dernier livre "Faits d'école"

Le mérite est une fiction dont on ne peut se dispenser.
Est-ce que vraiment le mérite, ça existe? Suis-je plus responsable de mon goût pour les mathématiques que de mon goût pour la sieste? Je crois que le mérite est une fiction dont on ne peut pas se dispenser. Il faut des fictions; mais tout construire sur une fiction comme le mérite, c'est dangereux. Il y a des élèves qui travaillent beaucoup pour peu de résultats et inversement. Et dans un système très méritocratique, tout le monde est en guerre contre tout le monde.

Est-il juste que le talent scolaire détermine les positions sociales?
Est-ce que je dois être mieux payé parce que j'étais bon à l'école? J'ai envie de dire " oui" ... mais pas trop! Bourdieu disait que les diplomes sont des biens de salut. Des sacrements. L'école est notre église! Dieu a fait une première distribution des cartes, l'école en fait une autre; elle fabrique une deuxième hiérarchie dont on considère qu'elle est plus juste. Oui mais... Il serait encore plus juste de faire une troisième, une quatrième distribution, pouvoir travailler, revenir se former. Comme au poker: plus il y a de parties, plus il y a de répartition.

L'école en France est affaire de religion
L'école française a été construite comme une contre-église afin que la République arrache les enfants - les filles notamment - à l'influence de l'Eglise anti-républicaine. Du coup, l'école au eu d'emblée le même statut que l'église. Durkheim - dont par parenthèse aucune rue ne porte le nom à Bordeaux et je trouve ça assez minable - il disait, donc, que l'instituteur est aussi sacré que le prêtre. Ce sont des sanctuaires, qui affirment l'un et l'autre: si tu veux te libérer, il faut te soumettre. Prie et tu obtiendras le salut. Apprends tes leçons, et tu réussiras. L'école a donc eu une incroyable légitimité. Prenez le bac: si vous touchez au bac, vous touchez au symbole de l'unité de la nation. Donc on n'y touche pas! Prenez les études supérieures dont on dit qu'elles sont gratuites. Tout le monde sait qu'elles ont un coût, ce n'est pas gratuit. Mais on est là encore dans le religieux!

Nous avons trop tendance à croire que l'école est éternelle
Elle aurait atteint sa perfection sous Jules Ferry et depuis serait envahie par des gens qui n'ont rien à y faire, nuls, sauvages, barbares. Quand vous passez de 6% de bacheliers dans les années 50, à 15% en 65, puis 35% en 85 puis 70% aujourd'hui, ce n'est plus un pique-nique familial, c'est une cantine.
L'école s'est massifiée et ça change tout. Elle était perçue comme un monde assez juste dans une société très injuste; ceux qui n'y entraient pas critiquaient le fait de ne pouvoir y accéder; alors qu'aujourd'hui,elle est critiquée de l'intérieur. L'injustice était en dehors de l'école, elle est aussi maintenant dans l'école.La massification a en quelque sorte désenchanté l'école. Que disent les jeunes qui brûlent l'école? Cette machine nous intégre pour nous dire qu'on est nuls et qu'on n'y a pas notre place.

Que serait une école juste?
Tous ces changements ne constituent pas une crise de l'école. On dit, l'école pourrait fonctionner mieux. Que serait une école juste? Une école, ça fabrique des inégalités, ça classe, ça range, ça hiérarchise. La question est de savoir dans quelle mesure ces inégalités sont justes. On dénonce les inégalités soclaires qui reproduisent les inégalités sociales. On se rend compte que la promesse d'égalité soclaire est une blague. L'école ne parvient pas à neutraliser l'origine sociale. On se rend compte aujourd'hui que les sociétés qui ont l'école la moins inéglitaire sont celles qui sont, globalement, les moins inégalitaires. Demander à l'école de compenser les inégalités sociales , c'est très difficile. Moi je pense qu'l faut un système qui traite mieux les faibles que les bons. Aujourd'hui, c'est le contraire qui se passe. Les profs les plus expérimentés sont dans les établissements socialement favorisés. Les pauvres paient pour les riches.
Si nous n'avons pas la capacité politique à organiser le jeu, les lois de la nature sociale s'en chargeront. Et ces lois sont celles du libéralisme et de la concurrence. Le discours républicain devient alors une sorte de décors dans lequel personne, véritablement, ne croit.

Je suis inquiet de certaines dérives
Les propos de Xavier Darcos sur la maternelle? Ce n'est pas malin et je serais plus nuancé. Mais je suis aussi inquiet d'une dérive qui consiste à scolariser trop tôt. Un enfant de deux ans, c'est un bébé. Laissons les enfants être des enfants, ils seront bien assez tôt des élèves. Les propos de Darcos ont soulevé un tollé, moi j'aurais aimé que le monde enseignant s'indigne beaucoup plus sur la semaine de quatre jours. Il a pris le cadeau sans broncher. On concentre les apprentissages sur 140 jours de classe. Ceux auxquels on va coller deux heures supplémentaires de soutien vont se trouver étiquetés. C'est indigne. Je suis également très inquiet de cette évolution qui prétendrepérer dès la maternelle, voire avant, les comportements asociaux. Moi j'étais un bagarreur, un teigneux, un asocial; il aurait fallu me piquer! Je suis inquiet de cette tendance.
Quant à l'ancienne "y'a du laisser aller" à la manière de mon ennemi intime Alain Finkelkraut, je dis non. Du laisser aller? Mais il n'y a jamais eu une telle pression sur les élèves. La réussite scolaire! Une famille sur deux a recours à de l'aide scolaire en s'adressant au secteur privé pour ceux qui peuvent, aux mairies et associations pour ceux qui n'ont pas les moyens de payer.

Au fond, on ne veut pas toucher à l'école
Le fait que l'école soit plus favorable aux favorisés fait que ceux qui y réussissent n'ont pas intérêt à ce que ça bouge.La courtoisie des gens d'en haut à faire de la place à ceux d'en bas n'existe pas. Et ceci tout au long de la chaîne. La France est un pays qui dit aux gens: ce qui fait que vous serez employés, ou ouvriers, c'est que vous êtes intellectuellement nuls. Alors on bourre des filières générales - au lycée - d'élèves moyens dont on sait qu'ils ne vont pas trouvger leur voie. Mais on est persuadé qu'on sauve leur dignité! Si ce n'est pas de la religion, ça...Ce monde est compétitif, cruel, vachard; les vaincus de l'école , qui ne méritent pas le sort que leur fait la société, ont intériorisé leur infériorité, et ils considèrent souvent qu'ils n'ont pas leur mot à dire.
Alors tout le monde est d'accord pour dire que le système ne va pas. Mais lorsque vous voulez changer, tout le monde est d'accord pour ne pas toucher au Mikado! C'est là un bilan, j'en conviens, un peu tristounet sur le système scolaire".

Photos MPMémy
Faits d'école, collection Cas de Figure, aux éditions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales;16 euros

Recueilli par Marie-Paule Mémy

Partager sur Facebook
Vu par vous
724
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Trento | 02/10/2008

Voilà un constat bien lucide; mais doit on pour cela se résigner ?
Les enjeux sont énormes et les risques de voir une partie des classes moyennes se "désespérer" du système éducatif, me parait destabilisateur pour la société et donc indirectement pour les élites.
Face à ce danger peût être que des esprits éclairés faciliteront une réforme de fond de notre système scolaire qui met de plus en plus la pression sur les élèves sans avoir de solutions alternatives à proposer.
Un parent d'élève de terminale.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !