15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | L'Etablissement public foncier de Poitou-Charentes, un outil pour aider les petites communes à se développer

09/07/2014 | L'Etablissement public foncier de Poitou-Charentes organise régulièrement des réunions publiques avec des élus locaux.

L'EPF de Poitou-Charentes à la rencontre d'une trentaine d'élus locaux.

L'Etablissement public foncier est un formidable outil d'Etat. Mais, méconnu. Or, en ces temps de crise budgétaire, les petites collectivités locales se sentent souvent seules et impuissantes pour se développer et satisfaire aux attentes d'une population de plus en plus exigeante en termes de services. Récemment, l'Etablissement public foncier de Poitou-Charentes a organisé une réunion publique à Châtellerault avec des élus locaux pour expliquer comment il pouvait les aider notamment à produire du logement plus abordable, à accompagner le développement économique sur leur territoire, à rénover leur centre-bourg.

Pas moins d'une trentaine de maires ont répondu à l'invitation de l'Etablissement public foncier (l'EPF) de Poitou-Charentes à Sénillé, dans le pays châtelleraudais, en Haute-Vienne. L'objectif de cette réunion était de montrer aux élus locaux comment, en ces périodes budgétaires difficiles, l'EPF pouvait les aider à donner corps à leurs projets immobiliers ou économiques dans leurs communes. C'est à dire produire du logement plus accessible aux ménages, réhabiliter du bâti ancien, des commerces, favoriser le développement ou l’implantation d’entreprises, requalifier les bourgs, ou encore réussir la transition écologique et ainsi créer de l’emploi sur leurs territoires. "Derrière, l'idée est de permettre aux petits villages, communes, de préserver leur identité et de s'embellir pour continuer à séduire", a expliqué Gérard Pérochon, vice-président de la Communauté d'agglomération du Pays Châtelleraudais et administrateur de l'EPF.

Mixité sociale, préservation du patrimoine historique : l'EPF accompagne les maires des petites communes"Nous sommes à votre écoute", a lancé Philippe Grall, directeur général de l'EPF Poitou-Charentes aux élus. "Nous réalisons pour vous des acquisitions foncières et opérations immobilières de nature à faciliter l'aménagement, ainsi que les études et travaux nécessaires à l'accomplissement de ces missions. Mais, nous ne sommes pas un aménageur. Nous revendons les terrains à des opérateurs ensuite ou à la collectivité", a-t-il précisé. Actuellement, il existe environ dix EPF en France. Pourtant, tant en zone urbaine tendue que dans les territoires ruraux, sa mission est cruciale : maîtriser l'étalement urbain et endiguer la consommation de terres agricoles, recycler des fonciers abandonnés ou obsolètes et contribuer à la maîtrise des prix du foncier sur le territoire. "On ne peut pas continuer à perdre l'équivalent en terres agricoles d'un département tous les dix ans en France", a rappelé Jean-François Macaire, président de la Région Poitou-Charentes et président de l'EPF. L'EPF a de multiples avantages : "c'est nous qui négocions les prix du foncier pour vous. Et, tout est soumis à l’avis de Domaines de France. Nous travaillons avec les bâtiments de France, la Dréal, avec l’ensemble des opérateurs économiques (promoteurs, bailleurs sociaux ou privés..., ce qui permet d'avoir des relais et de sécuriser l'investissement. Nous essayons d’être un accélérateur de projet sur le territoire au service des collectivités", a mis en avant Philippe Grall. Plusieurs réalisations ont été présentées. A Scorbé Clairvaux (86), par exemple, l'intervention permet de préserver un patrimoine historique de 4 ha et son environnement et d'apporter davantage de mixité sociale en coeur de bourg. A Rochefort, l'EPF aide Rochefort Océan et permettre ainsi à la Sogerma d'étendre son usine pour aider à maintenir l’emploi et le développer localement. Dans la salle, les élus ont manifesté leur intérêt. "Je découvre ce que vous faîtes. Vous vous déplacez, vous pouvez venir chez moi ?", a demandé l'un d'entre eux. La réponse est "oui, bien sûr". Chaque année, cet EPF acquiert pour l'équivalent de 16 à 25 millions d'euros de terrains pour les communes. En 5 ans, c’est plus de 90 millions d’euros qui ont été investis sur le territoire régional auprès d’une centaine de collectivités. Cette soirée a été fructueuse. Bon nombre d'élus se disent prêts à faire intervenir l'EPF sur leurs communes. Preuve qu'il existe encore des leviers en ces temps de crise pour les élus, mais qu'il faut mieux faire connaître.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : EPF Poitou-Charentes

Partager sur Facebook
Vu par vous
4244
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !