18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | L'Etat et les Régions devraient s'engager le 29 septembre sur le financement de la LGV

24/09/2008 |

Bordeaux à 2h05 de Paris à l'horizon 2016

Les 52 collectivités locales qui participeront - en principe - au financement des LGV Paris-Bordeaux, Bordeaux-Espagne, Bordeaux-Toulouse et Poitiers-Limoges, doivent se réunir lundi 29 septembre à Bordeaux, autour du secrétaire d'Etat aux transports, Dominique Bussereau, afin de signer un "protocole d'intention" mentionnant la hauteur de leur participation financière. Il y a encore de la grogne dans l'air. Ségolène Royal s'en est pris vivement, lundi, à Dominique Bussereau.

On voit mal comment elles pourraient ne pas y aller. Mais jusqu'où iront-elles? Ou plutôt jusqu'à combien? Les discussions entre l'Etat et les collectivités locales , amenées par principe à assurer la moitié du financement public, à égalité avec l'Etat,des lignes à grande vitesse Tours-Bordeaux, Bordeaux-Espagne et Bordeaux-Toulouse, ne sont pas terminées. Les Préfets des cinq régions c oncernées, et notamment celui de Poitou-Charentes, mouillent encore leurs chemises pour tenter de rapprocher les points de vue et boucler ce tour de table financier qui met aux prises des élus locaux, qui sont pour beaucoup situés à gauche, et l' Etat dont la politique est coduite par la droite.
Lundi 29 septembre le secrétaire d'Etat aux Transports,Dominique Bussereau, doit présider une grand-messe interrégionale sur le sujet à Bordeaux. Il souhaite amener les régions Aquitaine, Poitou-Charentes, Centre, Midi-Pyrénées et Limousin, et les quelques cinquantes départements et communautés d'agglomération traversées sur ce grand territoire, à faire un pas de plus en ratifiant un " protocole d'intention pour la réalisation des LGV Sud-Ouest Atlantique " ( SEA).
Quatreitinéraires sont concernés: Bordeaux-Tours en premier, dont devraient découler ensuite Bordeaux-Espagne, Bordeaux-Toulouse, et enfin le tronçon Poitiers-Limoges, important notamment pour rapprocher la Dordogne très enclavée, de Paris.
Jeudi 18 septembre encore, le préfet de Poitou-Charentes Bernard Fragneau, a réuni les représentants des collectivités concernées par Tours-Bordeaux, et il a pu constater que les conseils généraux des Deux-Sèvres et de la Vienne manifestaient des réserves.
La Région Poitou-Charentes n'est pas en reste.

Un emprunt auprès de la Caisse des Dépôts?
Lundi, sa présidente Ségolène Royal est encore vivement montée au créneau, lors d'une réunion de la commission permanente du conseil régional, contre le secrétaire d'Etat aux Transports, par ailleurs président du conseil général de Charente-Maritime: " s'il avait un minimum de considération pour le Poitou-Charentes qui est une région pauvre, il interviendrait pour débloquer les fonds"- ceux de l'Etat.
Une nouvelle proposition aurait toutefois apaisé les craintes des élus. L'Etat avance l'idée d'un emprunt auprès de la Caisse des Dépôts et Consignation, dont le remboursement par les collectivités pourrait s'étaler sur quarante ans. Une façon de rendre la note un peu moins douloureuse à court terme pour les finances locales, déjà malmenées par le désengagement de l'Etat dans plusieurs domaines.
Que va t-il se passer lundi, compte-tenu de ce climat encore tendu? Personne ne semble décidé à boycotter la réunion interrégionale. Celle-ci servira t-elle alors de tribune de mise en garde, de la part des collectivités les plus réticentes?
Le document qui doit être signé n'est qu'un protocole "d'intention"qui prend bien soin de laisser la porte ouverte en précisant que "l'Etat, Réseau Ferré de France et les collectivités territoriales poursuivront leurs discussions en vue de finaliser un accord sur la répartition de leur participation".
Mais c'est, symboliquement, un pas important. Une sorte de manifeste de volonté politique commune à réaliser le futur TGV , qui, pour un coût estimé aujourd'hui à 5,6 milliards d'euros, mettra Bordeaux à 2h05 de Paris à l'horizon 2016.

Marie-Paule Mémy

 

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
407
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
RICHERT Philippe | 16/11/2008

UN REEL AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET UN VERITABLE SERVICE PUBLIC VOYAGEURS ET FRET

POUR LE CENTRE DE LA FRANCE ET DONC POUR LE LIMOUSIN




CE N'EST EN AUCUN CAS : La Ligne à grande vitesse LGV Limoges Poitiers, ligne nouvelle uniquement voyageurs de 115 Km dont 80Km de voie unique (donc une paralysie totale de la ligne en cas de panne, la ligne du Haut Bugey se pose déjà cette question pour une ouverture fin 2009), la seule gare desservie est Limoges puisque Poitiers est déjà desservie. Le coût de la ligne est de près de 2 milliards d??, financé à 50% par les Régions Limousin et Poitou-Charentes (Le Limousin devra financer en plus de la LGV Limoges Poitiers, la portion de ligne Tours Bordeaux, à hauteur de 0,89 %, soit 64 M?). Seules 2 circulations seront directes Paris pour un temps de parcours de 2H00 environ, les autres rames seront raccordées aux rames de La Rochelle (perte de temps 15 minutes) avec un temps de trajet de 2H15 environ.

Rappelons que ce projet n'est pas inscrit au plan Borloo 2010/2020 et ne figure qu?en dernière position du plan 2020/2030, donc dans un délai de 25 ans environ.

C?EST OBLIGATOIREMENT : Le projet POLLT Paris Orléans La Souterraine Limoges Toulouse, c'est 713 Km de double voie rénovées (donc 1426 Km de voies), voyageurs et Fret avec 18 gares desservies (Toulouse, Montauban, Caussade, Cahors, Gourdon, Souillac, Brive, Uzerche, Limoges, St Sulpice Laurière, La Souterraine,
St Sébastien, Argenton/Creuse, Châteauroux, Issoudun, Vierzon, Les Aubrais et Paris Austerlitz. Le coût de ce projet est de 500 millions d'?, seul le surcoût éventuel est financé par les trois Régions Midi-Pyrénées, Limousin et Centre. Le temps de parcours serait pour Toulouse de moins de 5H00, pour Brive de 3H20, pour Limoges de 2H30, pour La Souterraine de 2h10 et pour Châteauroux de 1h45.




Après le simulacre de démocratie de la réunion finale sur la LGV à Limoges où le Maire de Limoges avait dit «vous les Creusois vous avez la chance d'avoir la ville de Limoges pour vous permettre de vivre à la campagne», notre inquiétude se porte sur le dernier édito du Président du Conseil Régional dans lequel il dit «L'électrification de Limoges-Guéret, essentielle pour constituer un axe transversal de l'Atlantique à l'Oural, et qui donne tout son sens au barreau Limoges-Poitiers»

Nous tenons à préciser à la CGT que la portion de ligne Limoges St Sulpice-Laurière est déjà électrifiée (ligne Paris Toulouse), et que la partie de ligne limitée à 60 Km/h,  entre St Sulpice-Laurière et Guéret ne l'est pas, et même si elle l'était les trains rouleraient toujours à la même vitesse, rappelons que ce ne sont que 45 Km de voie, alors entre l'Oural et l'Atlantique? (Ce discours là, c?est le leurre pour les Creusois, afin d'accepter la LGV).

Le samedi 11 octobre 2008, lors de la réunion des 260 maires de la Creuse à Guéret, nous avons distribué 400 tracts afin de connaitre le positionnement des sénateurs, des députés et des maires de notre Département, sur le choix de la LGV Limoges Poitiers, qui finirait de désertifier notre Département, et pourquoi pas sous forme de motion, nous aimerions également connaitre la position des partis politiques creusois.

UN PROJET AMBITIEUX SERAIT : L'électrification de Bordeaux Lyon et la modification de son infrastructure, en double voie, sur 639 km, desserte voyageurs et Fret,
15 gares sont concernées (Bordeaux, Libourne, Coutras, Mussidan, Périgueux, Limoges, St Sulpice-Laurière, Guéret, Montluçon, Commentry, Gannat, St Germain des Fossés, Roanne, Lyon Part Dieu, Lyon Perrache) et cette solution délesterait l'axe Rhodanien qui arrive à saturation, projet essentiel et pertinent pour constituer un axe transversal entre l'Atlantique et l'Oural, et qui donnerait tout son sens à un réel aménagement du territoire et à un véritable service public.

L'évolution de La gare de La Souterraine est intéressante puisque, après nos luttes pour maintenir et augmenter les arrêts, en 2000 c?était 100 000 voyageurs par an qui empruntaient notre gare, 125 000 en 2006, et plus de 150 000 en 2008, rappelons que les trains se remplissent avec les gares intermédiaires de St Sulpice, La Souterraine, (correspondance Guéret , Le Dorat, Bellac), St Sébastien, Argenton, Châteauroux, Issoudun, Vierzon,(correspondance de Montluçon, Bourges, Tours), Les Aubrais.
Qu?en sera-t-il demain avec la LGV puisque les TGV se rempliront avec les usagers de la Gare de Limoges (correspondance Uzerche, Allassac, Brive et au-delà) soit à peine 50% de taux d?occupation.

Aujourd?hui le temps de parcours entre La Souterraine et Paris est de 2H40 et le prix du billet est de 43?90, pour 340 km, demain si il fallait rejoindre la LGV par Limoges le temps de parcours serait de 3H05 et le prix du billet serait de 79?50 pour 506 km. Aujourd?hui le temps de parcours entre Guéret et Paris via La Souterraine est de 3h20 et le prix du billet est de 48 ? pour 380 Km, demain si il fallait rejoindre la LGV par Limoges le temps de parcours serait de 3h40 et le prix du billet serait de 82 ? pour 527 Km.

Fait à La Souterraine, le dimanche 16 novembre 2008

Philippe RICHERT : Secrétaire des cheminots UFCM/CGT de La Creuse Mail : phyle23@orange.fr Portable : 06 09 31 14 59

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !