18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | "L'étrange capitulation" ou le réquisitoire de Laurent Mauduit sur la présidence Hollande

02/06/2013 | Le journaliste de Mediapart est venu présenter son livre aux Bordelais ce mercredi 29 mai à La Machine à Lire devant un public conquis.

Laurent Mauduit à La Machine à Lire de Bordeaux

Alors que les chiffres du chômage ont une nouvelle fois atteint des sommets en avril dernier, l'action de l'actuel chef de l'Etat est en ce domaine fortement remise en cause. Et ce n'est pas le dernier ouvrage du journaliste Laurent Mauduit, « L'étrange capitulation », qui dira le contraire. Invité par la librairie bordelaise La Machine à lire, le co-fondateur de Mediapart a débattu des (non) promesses de François Hollande ce mercredi 29 mai en présence de Pierre Hurmic, président du Groupe des élus Verts au conseil municipal de Bordeaux et Gérard Boulanger, du Front de Gauche.

C'est dans l'atmosphère feutrée de la librairie indépendante La Machine à Lire, nichée au coeur du vieux-Bordeaux, que Laurent Mauduit a présenté son nouvel ouvrage, L'étrange capitulation, à une petite cinquantaine de curieux, qui, au vu de leur hochement de tête durant l'échange, semblaient plutôt convaincus du constat dressé par le journaliste.

Publié le 5 avril, L'étrange capitulation s'inspire de l'oeuvre de l'historien Marc Bloch, L'étrange défaite, qui se borne à démontrer que la capitulation de juin 1940 est avant tout une défaite française, « due à l’arrogance et à la nullité de l’état-major mais aussi à la crise morale des élites françaises qui étaient déjà du côté des futurs vainqueurs, avant même la bataille » écrit ainsi Laurent Mauduit sur son blog. En s'inspirant de ce constat, l'auteur a donc souhaité créer un parallèle avec le bilan de l'action du président François Hollande, qui ne serait que « reniements à n'en plus finir » de ses promesses de campagne, notamment sur le volet économique.

« Hollande a baissé les bras le jour où il est arrivé au pouvoir »

Avec simplicité mais vigueur, Laurent Mauduit est venu dresser un bilan logiquement sombre de l'action d'Hollande, qu'il décrit comme une histoire inédite, en comparaison avec les autres gouvernements de gauche. « Normalement, il y a d'abord un temps de réforme, une période d'euphorie et après le souffle retombe » avance-t-il. Citant les réformes sociales de Léon Blum avant l'annonce d'une « pause » en 1937 ou encore la dérive du programme socialiste de Jospin, qui sera finalement « le premier ministre qui privatise le plus », le journaliste constate qu'avec « Hollande, ils ont baissé les bras dès le départ ». Expliquant l'avènement d'un capitalisme anglo-saxon « beaucoup plus violent que le capitalisme de compromis des Trente Glorieuses », l'auteur de l'ouvrage avance qu'une confrontation « plus rugueuse » entre l'Etat et cette doctrine libérale est désormais nécessaire. Ce que la présidence Hollande n'a visiblement pas fait. Et au journaliste de pointer "la poursuite de la politique économique néo-libérale de Sarkozy" du président socialiste, où l'austérité a dominé, la réforme fiscale  "disparu" et le chômage explosé. Citant les râtés de la taxe à 75% pour les plus riches ou encore de l'encadrement des salaires des grands patrons du privé, mais aussi la fermeture de l'usine Florange alors même qu'il avait promis de la sauver, le journaliste constate que le coeur du problème, "c'est d'avoir cédé à la finance". Il se réfère d'ailleurs avec amertume au discours du Bourget de Hollande durant lequel il avait affirmé "mon ennemi, c'est la finance". 

Un petit cercle d'économistes "corrompus par la finance"

Du côté du Front de Gauche, Gérard Boulanger souligne que la question est bien de savoir "pourquoi a-t-on renoncé d'emblée?". Sans donner vraiment de réponse, il pointe un "changement de doctrine" des socialistes sans qu'un débat démocratique avec les militants n'ait eu lieu et s'emporte sur la domination de la spéculation financière, qui représente "50 fois la masse des échanges non spéculatifs". Du côté des écologistes, Pierre Hurmic renchérit en citant un chapitre du livre dénonçant la "porosité entre l'oligarchie financière et politique", mais regrette l'absence d'analyse sur les élites intellectuelles, quasi absentes aujourd'hui du débat politique selon lui.

Avec un petit sourire, Laurent Mauduit confie "aimer ce débat" et répond en affirmant que "le nez dans le guidon, nous n'avons peut-être pas le recul pour voir ces élites intellectuelles". Il ne manque toutefois pas de dénoncer une "petite oligarchie parisienne" d'économistes "corrompus par la finance et préemptés par François Hollande" (il a d'ailleurs écrit Les imposteurs de l'économie à ce sujet). 

Une nouvelle forme de contestation autour de l'écologie

Enfin, le débat se tourne sur la question du "peuple de gauche". Patrick Rödel, qui anime le débat, déplore aujourd'hui qu'il n'y a pas "de peuple de gauche pour aller gueuler dans la rue comme en 36" et s'interroge même sur son existence. Si pour Pierre Hurmic, la chute du mur de Berlin peut expliquer cette disparition, puisque capitalistes et communistes ne sont désormais plus ennemis, Laurent Mauduit pointe lui que le défi de la gauche est justement la reconquête des travailleurs. Plus optimiste, un spectateur fait toutefois remarquer que : "des mouvements de protestation autour de l'écologie [se structurent], et sont peut-être une autre forme de résistance", citant les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le Vert Pierre Hurmic ne peut qu'opiner : "ce sont des contestations structurées autour de thèmes ponctuels mais qui sont de véritables contre-pouvoirs". Et si pour l'instant l'Etat n'a encore rien cédé, la protestation au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est toutefois un bel exemple de résistance "verte" qui s'oppose avant tout à un modèle de société que ces contestataires refusent.

L'étrange capitulation : le changement c'était maintenant, de Laurent Mauduit, édition Gawsewitch, 20,90 €.

Elodie Souslikoff
Par Elodie Souslikoff

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1153
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Gilles Savary Politique | 22/10/2017

Interview: Gilles Savary : il n'y a pas que le parlement pour faire de la politique

La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques