Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

18/02/18 : La Rochelle : ce 19 fevrier à midi, le public est convié au lancement du voyage de L'Hermione 2018, sur le thème Libres Ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée, quai Senac de Meilhan. Le globe de la Francophonie, tout juste restauré, sera dévoilé.

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

  • 16/02/18 | Internet: 16 collectivités de la région récompensées

    Lire

    Le 8 février dernier, dans le cadre de la 19ème Cérémonie de remise du label national Territoire, Villes et villages internet, la Nouvelle-Aquitaine a vu 16 de ces collectivités récompensées pour leur action dans des politiques publiques numériques engagées. Six d'entre elles se sont particulièrement illustrées en matière de production de services publics numériques locaux, décrochant les 5 @, la plus haute des récompenses. Il s'agit d'Agen (47), de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine (79), de Bassens (33), Bayonne (64), Boé (47) et Mérignac (33).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | "L'étrange capitulation" ou le réquisitoire de Laurent Mauduit sur la présidence Hollande

02/06/2013 | Le journaliste de Mediapart est venu présenter son livre aux Bordelais ce mercredi 29 mai à La Machine à Lire devant un public conquis.

Laurent Mauduit à La Machine à Lire de Bordeaux

Alors que les chiffres du chômage ont une nouvelle fois atteint des sommets en avril dernier, l'action de l'actuel chef de l'Etat est en ce domaine fortement remise en cause. Et ce n'est pas le dernier ouvrage du journaliste Laurent Mauduit, « L'étrange capitulation », qui dira le contraire. Invité par la librairie bordelaise La Machine à lire, le co-fondateur de Mediapart a débattu des (non) promesses de François Hollande ce mercredi 29 mai en présence de Pierre Hurmic, président du Groupe des élus Verts au conseil municipal de Bordeaux et Gérard Boulanger, du Front de Gauche.

C'est dans l'atmosphère feutrée de la librairie indépendante La Machine à Lire, nichée au coeur du vieux-Bordeaux, que Laurent Mauduit a présenté son nouvel ouvrage, L'étrange capitulation, à une petite cinquantaine de curieux, qui, au vu de leur hochement de tête durant l'échange, semblaient plutôt convaincus du constat dressé par le journaliste.

Publié le 5 avril, L'étrange capitulation s'inspire de l'oeuvre de l'historien Marc Bloch, L'étrange défaite, qui se borne à démontrer que la capitulation de juin 1940 est avant tout une défaite française, « due à l’arrogance et à la nullité de l’état-major mais aussi à la crise morale des élites françaises qui étaient déjà du côté des futurs vainqueurs, avant même la bataille » écrit ainsi Laurent Mauduit sur son blog. En s'inspirant de ce constat, l'auteur a donc souhaité créer un parallèle avec le bilan de l'action du président François Hollande, qui ne serait que « reniements à n'en plus finir » de ses promesses de campagne, notamment sur le volet économique.

« Hollande a baissé les bras le jour où il est arrivé au pouvoir »

Avec simplicité mais vigueur, Laurent Mauduit est venu dresser un bilan logiquement sombre de l'action d'Hollande, qu'il décrit comme une histoire inédite, en comparaison avec les autres gouvernements de gauche. « Normalement, il y a d'abord un temps de réforme, une période d'euphorie et après le souffle retombe » avance-t-il. Citant les réformes sociales de Léon Blum avant l'annonce d'une « pause » en 1937 ou encore la dérive du programme socialiste de Jospin, qui sera finalement « le premier ministre qui privatise le plus », le journaliste constate qu'avec « Hollande, ils ont baissé les bras dès le départ ». Expliquant l'avènement d'un capitalisme anglo-saxon « beaucoup plus violent que le capitalisme de compromis des Trente Glorieuses », l'auteur de l'ouvrage avance qu'une confrontation « plus rugueuse » entre l'Etat et cette doctrine libérale est désormais nécessaire. Ce que la présidence Hollande n'a visiblement pas fait. Et au journaliste de pointer "la poursuite de la politique économique néo-libérale de Sarkozy" du président socialiste, où l'austérité a dominé, la réforme fiscale  "disparu" et le chômage explosé. Citant les râtés de la taxe à 75% pour les plus riches ou encore de l'encadrement des salaires des grands patrons du privé, mais aussi la fermeture de l'usine Florange alors même qu'il avait promis de la sauver, le journaliste constate que le coeur du problème, "c'est d'avoir cédé à la finance". Il se réfère d'ailleurs avec amertume au discours du Bourget de Hollande durant lequel il avait affirmé "mon ennemi, c'est la finance". 

Un petit cercle d'économistes "corrompus par la finance"

Du côté du Front de Gauche, Gérard Boulanger souligne que la question est bien de savoir "pourquoi a-t-on renoncé d'emblée?". Sans donner vraiment de réponse, il pointe un "changement de doctrine" des socialistes sans qu'un débat démocratique avec les militants n'ait eu lieu et s'emporte sur la domination de la spéculation financière, qui représente "50 fois la masse des échanges non spéculatifs". Du côté des écologistes, Pierre Hurmic renchérit en citant un chapitre du livre dénonçant la "porosité entre l'oligarchie financière et politique", mais regrette l'absence d'analyse sur les élites intellectuelles, quasi absentes aujourd'hui du débat politique selon lui.

Avec un petit sourire, Laurent Mauduit confie "aimer ce débat" et répond en affirmant que "le nez dans le guidon, nous n'avons peut-être pas le recul pour voir ces élites intellectuelles". Il ne manque toutefois pas de dénoncer une "petite oligarchie parisienne" d'économistes "corrompus par la finance et préemptés par François Hollande" (il a d'ailleurs écrit Les imposteurs de l'économie à ce sujet). 

Une nouvelle forme de contestation autour de l'écologie

Enfin, le débat se tourne sur la question du "peuple de gauche". Patrick Rödel, qui anime le débat, déplore aujourd'hui qu'il n'y a pas "de peuple de gauche pour aller gueuler dans la rue comme en 36" et s'interroge même sur son existence. Si pour Pierre Hurmic, la chute du mur de Berlin peut expliquer cette disparition, puisque capitalistes et communistes ne sont désormais plus ennemis, Laurent Mauduit pointe lui que le défi de la gauche est justement la reconquête des travailleurs. Plus optimiste, un spectateur fait toutefois remarquer que : "des mouvements de protestation autour de l'écologie [se structurent], et sont peut-être une autre forme de résistance", citant les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le Vert Pierre Hurmic ne peut qu'opiner : "ce sont des contestations structurées autour de thèmes ponctuels mais qui sont de véritables contre-pouvoirs". Et si pour l'instant l'Etat n'a encore rien cédé, la protestation au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est toutefois un bel exemple de résistance "verte" qui s'oppose avant tout à un modèle de société que ces contestataires refusent.

L'étrange capitulation : le changement c'était maintenant, de Laurent Mauduit, édition Gawsewitch, 20,90 €.

Elodie Souslikoff
Par Elodie Souslikoff

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1274
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !