Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/05/20 : La crise sanitaire est passée par là: la Commission et sa présidente Mme Von der Leyen annoncent un plan de relance de 750 milliards empruntés sur les marchés pour renforcer le budget de l'Union.Préalable: obtenir l'accord des 27 pour ce New Deal "fédéral

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

  • 30/05/20 | Plus de 48 000 salariés périgourdins en activité partielle

    Lire

    En Dordogne, 7390 entreprises ont établi une demande de chômage partielle, ce qui concerne 48 572 salariés actuellement. 1045 entreprises ont demandé des reports de charges fiscales, cela correspond à un montant de 9,4 millions d'euros. 14 487 entreprises ont sollicité le fonds de solidarité, cela représente une somme globale de 24,2 millions d'euros. Sur ces demandeurs, 64 % sont des entreprises individuelles et 24 % sont des SARL.

  • 30/05/20 | Bordeaux Métropole : des mesures pour le tourisme

    Lire

    Bordeaux Métropole vient d'adopter 11 mesures (550 000€) pour soutenir la filière tourisme, parmi lesquelles le financement (à 50%) du déficit d'exploitation "à venir" de l'Office de Tourisme et d'une campagne de promotion de la "destination Bordeaux", une réduction du prix du stationnement dans certains parkings souterrains pour les clients des hôtels, un délai de reversement de la taxe de séjour (dont la redevance passe de 2,5 à 5%) pour les hébergeurs ou l'exonération de "tout ou partie" des redevances d'occupation des pontons pour le tourisme fluvial.

  • 30/05/20 | Fonds d'urgence : 2154 dossiers pour Bordeaux métropole

    Lire

    Ce vendredi, dans un point consacré à l'économie, Bordeaux Métropole a précisé que 2154 dossiers avaient été traités dans le cadre de son fonds d'urgence (15,2 millions d'euros) aux entreprises de 1 à 5 salariés, pour un montant total distribué de 4,313 millions d'euros. Ils l'ont été principalement à des entreprises de services (39%), des cafés/hôtels et restaurants (30%) et des commerces (20%). L'essentiel de ces dossiers (1107) a été déposé par des entreprises bordelaises. Les entreprises peuvent encore déposer une demande d'aide jusqu'au 30 juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | L'Europe de proximité fonctionne-t-elle en Nouvelle-Aquitaine ?

29/01/2020 | « Europe de proximité : quels apports ? » La conférence organisée par des mouvements europhiles ce mardi 28 janvier à l'Athénée municipale a réuni une soixantaine de personnes.

A l'initiative de quatre associations europhiles, la conférence-débat autour de la pertinence de l'Europe de proximité a eu lieu mardi 28 janvier à l'Athénée municipale à Bordeaux.

Europe direct Aquitaine, le Mouvement Européen Gironde, les Jeunes Européens de Bordeaux et Sauvons l'Europe se sont réunis pour proposer un temps de présentation suivi d'un temps d'échanges pour discuter de l'efficacité de l'Europe de proximité. Après une année 2019 rythmée par les élections européennes, les soubresauts du Brexit, la prise de fonctions de la nouvelle Commission Von der Leyen et le lancement du Green Deal, la conférence-débat tombe à point nommé. Toute l'Europe se joue-t-elle uniquement à Bruxelles ?

« Nous souhaitons attirer l'attention sur l'impact de l'Europe pour les territoires » lance d'emblée Adina Revol, conseillère économique à la représentation de la Commission européenne en France. Premier exemple concret : sur la période 2014-2020, l'Union Européenne a accordé 2,5 milliards d'euros à la Nouvelle-Aquitaine. La somme représente le budget annuel de la grande région. Mais surtout, les financements ne sont pas centralisés à Bruxelles : la collectivité régionale gère elle-même les 2,5 milliards alloués. « Les territoires apportent leurs visions et leurs idées » note Adina Revol. Résultat, plus de 100 000 projets ont été soutenus par la région. Parmi eux, la rénovation de la Salle des fêtes du quartier du Grand Parc à Bordeaux.

Salle des fêtes du Grand Parc : un financement européen pour aller plus loin
La structure était devenue mythique après avoir accueilli les groupes The Cure, Metallica, Noir Désir ou encore Les Rita Mitsouko entre les années 1970 et 80. Mais surtout, le lieu était fermé et désaffecté depuis 1993. Un groupe d'habitants et d'associations du quartier s'enquiert alors, au début des années 2010, de la rénovation de la salle. La Ville de Bordeaux envisageait de porter le projet à elle seule. Du moins jusqu'à ce que l'Europe vienne y mettre son grain de culture. Le projet rentre en effet dans le cadre des droits culturels des personnes dans un quartier pauvre et encore enclavé à l'ouest de Bordeaux. « L'Union Européenne veut jouer sur les disparités de développement » rappelle Samuel Brossard, délégué régional aux affaires européennes au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Et encore plus dans une région où le PIB par habitant est en deçà de la moyenne européenne.

En complément des 3,8 millions engagés par la ville de Bordeaux, l'Europe ajoute ainsi 1,2 million pour la Salle des fêtes du Grand Parc. Plus qu'il n'en faut. Alors le financement permet d'aller plus loin. « Nous avons pu créer du lien avec les habitants et les associations du quartier » se remémore Yohan Delmeire, chef de service quartiers, projets de territoire et médiation à la mairie de Bordeaux. La programmation culturelle de la Salle des fêtes du Grand Parc est ainsi co-décidée entre des centaines d'habitants relayés par les associations. Un exemple de réussite d'humanisme culturel permis par l'Europe.

Eurorégion et projet pharaonique

« L'Union Européenne doit beaucoup aux territoires » affirme Henri Lastenousse, secrétaire général de l'association Sauvons l'Europe. Pour une majorité des 450 millions (après Brexit) de citoyens européens, ce n'est pas Bruxelles mais les équipes de proximité qui symbolisent l'action continentale concrète. L'identité européenne se construit avant tout sur le terrain. Pour pousser cette dynamique, Henri Lastenousse a une idée derrière la tête : « un Erasmus des territoires ».

Le principe est de favoriser les échanges internationaux entre équipes de proximité. Échange des pratiques, des initiatives et des compétences, en accord avec l'esprit européen. En Nouvelle-Aquitaine, l'expérience est déjà tentée. La région, déjà large en superficie et forte de 6 millions d'habitants, forme une eurorégion plus grande encore avec le Pays Basque et la Navarre espagnole. Y émergent des projets de coopération communs sur le long terme. En 2025, le projet Golfe de Gascogne devrait par exemple voir le jour. Il s'agit d'une ligne électrique sous-marine reliant Bilbao à Bordeaux par le tortueux Golfe de Gascogne. Le projet pharaonique est le plus gros jamais porté par l'Europe dans le secteur énergétique : 1,5 milliard d'euros au total, financé à plus d'un tiers par l'Europe, pour fournir l'électricité à 5 millions de personnes. « Les structures énergétiques espagnoles et françaises sont complémentaires » démontre Adina Revol. Les attentes sont donc importantes des deux côtés, surtout dans un temps où EDF se reconfigure et demande à vendre son électricité à meilleur prix qu'elle ne le fait avec ses concurrents.

« L'Europe n'efface pas mais fait vivre les identités » intervient Étienne Boutonnet, conseiller municipal de Bayonne. L'exemple est fait pour sa ville et le jumelage avec l'espagnole Pampelune. Grâce à un fonds de coopération transfrontalière, les jumelles ont pu définir une programmation et des projets culturels partagés. « Nous créons un récit et une histoire commune » renchérit-il.

 

Adina Revol, conseillère économique à la représentation de la Commission européenne en France, présente les actions de l'Union Européenne en Nouvelle-Aquitaine. De gauche à droite : Samuel Brossard, Henri Lastenousse et Yohan Delmeire.

Mais où est passé mon député ?

Alors diable pourquoi l'Europe est-elle tant décriée, défiée ? Le Brexit menace de donner des idées à d'autres nationalismes déjà forts de leur position en Pologne, en Hongrie ou en France. Les élections européennes ont fait apparaître bien d'autres dynamiques que le seul clivage libéraux/nationalistes voulu par Emmanuel Macron. Avec une poussée relative des Verts (74 sièges) au même niveau que l'extrême droite, la droite conservatrice domine (182) toujours le Parlement suivie par les sociaux-démocrates (154). La coalition Renew Europe des libéraux dont LREM fait partie a glané 108 sièges. « Et dans tout ça, où est le député européen de ma circonscription ? » demande un spectateur bordelais lors de la conférence. Il n'y en a plus, et pour cause le mode de scrutin a changé entre les élections européennes de 2014 et 2019.

Il n'y a plus 8 circonscriptions régionales en France mais une seule. 79 députés européens sont élus, ne représentant pas un territoire en particulier mais un groupe politique. Un problème d'identification pour nombre de citoyens. La figure de terrain et de proximité nécessaire à la construction du sentiment européen a disparu. Les ordres paraissent donc descendre directement de Bruxelles. Dernier exemple en date : le Green Deal européen proposé par la nouvelle présidente de la Commission, l'allemande Ursula von der Leyen. Le programme pluriannuel prévoit 100 milliards d'euros sur 10 ans pour glisser vers la neutralité carbone en 2050. Des efforts seront demandés aux territoires avec un accompagnement spécial pour les économies des énergies fossiles carbonées. La consigne est parfois difficilement compréhensible au niveau local quand on sait que l'Union Européenne représentera seulement 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre en 2030. Les agriculteurs, au cœur du projet, sont parfois pointés du doigt sur les questions environnementales. « Il n'y a pas une exploitation agricole ou fermière en Europe qui ne soit pas aidée par l'Union » brandit Henri Lastenousse.

Outre les enjeux environnementaux, le secteur numérique est également un terrain à conquérir, dans un monde dominé par les GAFA (Google, Facebook, Amazon, Apple), tous quatre étasuniens. Le nouveau cycle européen ouvert par la constitution de la Commission von der Leyen est donc crucial pour ramener l'Europe sur le terrain des citoyens. Une convention citoyenne européenne aura d'ailleurs lieu à Dubrovnik en Croatie le 9 mai. Le but étant pour les institutions européennes d'écouter l'avis des européens et leurs idées pour une Europe plus représentative. Adina Revol promet que l'institution prendra en compte et fera suite aux doléances émises.

Maxime Giraudeau
Par Maxime Giraudeau

Crédit Photo : Maxime Giraudeau

Partager sur Facebook
Vu par vous
3371
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !