13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | L'union Méditerrannéenne: l'avenir de l'Europe?

07/05/2008 |

Emmanuel Espagnol et Béatrice Patrie

Le 6 mai, jour anniversaire de l'accession au pouvoir de Nicolas Sarkozy, Béatrice Patrie, député européenne et Emmanuel Espanol, expert du Proche Orient donnaient une conférence chez Mollat sur leur dernier livre : « Méditerranée : Adresse à Nicolas Sarkozy ». Si la date est une coïncidence, les deux auteurs s'attaquent au premier projet de Nicolas Sarkozy : l'Union Méditerranéenne. Leur ambition : refonder l'utopie européenne. Les deux auteurs oeuvrent pour la création d'ici 60 ans d'un pôle euro-méditerranéen capable de rivaliser avec les autres grandes puissances.

Le projet d'union méditerranéenne soulève aujourd'hui de nombreuses questions : quelle avenir pour l'Europe ? Faut-il intégrer la Turquie dans l'UE ? Comment y répondre? Emmanuel Espanol, expert du Proche Orient au Parlement Européen et Conseiller régional d'Aquitaine et Béatrice Patrie députée européenne, présidente de la délégation Mashrek du Parlement européen proposent une alternative au discours présidentiel. Les auteurss'interrogent sur l'avenir de L'Union Européenne dans leur ouvrage, « Méditerrannée : Adresse au président de la République ». « Le titre est volontairement polémique » explique à la tribune Béatrice Patrie, « Nous critiquons vertement le projet du président. Mais nous développons aussi notre vision ».

L'Union Méditerrannéenne

« Le premier projet de Nicolas Sarkozy présenté était à géographie variable, puisqu'il comprenait la Turquie et uniquement le Maghreb. » rappelle Emmanuel Espanol. « Ce projet a tout de suite créé un malaise au sein de l'Union Européenne. Angela Merkel s'y est opposée pour éviter de casser virtuellement l'Europe en deux. » Une deuxième monture a donc été présentée. Cette fois-ci, elle intégrait les 27 pays de l'Union Européenne et l'Egypte. Nicolas Sarkozy voulait ainsi se débarrasser de la question de l'adhésion turque. Pourquoi la Turquie aurait-elle besoin d'adhérer, puisqu'elle ferait partie de ce pôle méditerranéen ?« L'Europe n'est plus "européenne" depuis longtemps "explique Emmanuel Espanol "Nous avons déjà intégré des pays non européen Malte et Chypre, qui sont respectivement plus proches des rives de Tunis et de la Turquie et du Liban. » Les deux auteurs se prononcent sans équivoque pour l'adhésion de la Turquie dans l'Union européenne. Ils insistent bien sur un élément, ce doit être le fruit d'un long processus. Emmanuel Espanol et Béatrice Patrie s'interrogent : « Le 13 juillet Nicolas Sarkozy réunira tous ses chefs d'Etat autour de lui pour son projet d'Union Méditerrannéenne, mais que restera-t-il après la photo ? »

L'échec du Processus de Barcelone

Le processus de Barcelone était inconnu du grand public il y a quelques mois. Cette idée nait dans les années 90, après la première guerre du Golfe. « L'Europe a soudain peur du sud, porteur de déstabilisation » relate Emmanuel Espanol. Le processus de Barcelone est né de cette peur. « Ce processus prévoyait un volet économique, un volet politique et un volet humain. Lors qu'on a fêté ses dix ans en 2005, ce fut un fiasco » rappelle Béatrice Patrie. « La plupart des chefs d'Etat africains ne se sont pas déplacés ». L'objet du litige ? L'Europe avait une vision essentiellement sécuritaire.

Une nouvelle utopie

«En 1945, l'Europe était une utopie explique Béatrice Patrie. Nous pensons qu'il faut refonder cette utopie en créant d'ici 60 ans un pole Euro-méditerrannéen, capable de peser sur la scène internationale ». Pas question pour autant de transiger avec les droits de l'Homme. C'est aussi l'un des points d'achoppement avec le président de la République. Nicolas Sarkozy répondrait à un chantage simple : les régimes autoritaires ou les talibans. Une thèse que les deux auteurs réfutent. « Cette idée conduit à la répression des forces progressistes et des forces politiques libérales » protestent Béatrice Patrie, rappelant : « L'Europe est restée trop longtemps le partenaire silencieux de la démocratie et des droits de l'Homme ». Leur objectif : Battre des idées simples ou simplistes. « On considère que la religion chrétienne est une religion occidentale. Mais en réalité, elle est orientale. Nous avons essayé de rétablir des éléments de complexité et de réalité » précise Emmanuel Espanol.

Charlotte Lazimi

Partager sur Facebook
Vu par vous
480
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
COLPIN Didier | 13/05/2008

EUROPE ET TURQUIE

Le « Non » au Traité constitutionnelle est encore dans toutes les mémoires. Mais est-ce pour autant l? « Europe » qui a été ainsi rejeté ? Non, tout le monde en convient ! L?a été une certaine vision, compréhension, conception de l?Europe. Le fameux « sens des mots », trop souvent source d?incompréhension, de confusion ... Et au sein des causes de ce rejet figurent en bonne place la Turquie !
Alors, ce pays, européen ou pas ?
Remarquons que répondre par la positive, reviendrait à admettre que l?Iran et l?Irak ont une frontière commune avec le vieux continent... Tout de même estomaquant...
Décortiquons, autant que faire ce peux en quelques lignes obligatoirement réductrices. Certains mettront en avant le fait que la Turquie est laïque, et que son alphabet est le latin ! Pourquoi donc ne pas l?accepter ?
Notons d?abord que cette position indique que les frontières (ou leurs absences) ne sont pas que géographiques, elles peuvent également être culturelles.
Commençons par les géographiques. La formule de Gaule est connue : l?Europe s?étend de l?Oural à l?atlantique et s?arrête au Bosphore. Cohérent. Mais, en rapport avec notre question, il y a un « hic »... La Turquie se jette sur des deux rives du Bosphore, et les puissances victorieuses du premier conflit mondial qui ont redessinée, avec un trait de plume parfois malheureux, les frontières ont validé cet existant. Aussi, de quel côté faire pencher la balance ? Et si l?ont prenait tout simplement comme unité de mesure le km2 ? Où en trouvent-on le plus ? En Europe ou en Asie ? Evident, non...
Frontières culturelles. Comme « nous », n?est-elle pas laïque, et si l?écriture est un des éléments constituant la culture d?un peuple, comment ne pas mettre en avant son alphabet, latin comme celui que « nous » utilisons ? Effectivement... Mais tout cela n?est que greffon au devenir incertain... Un risque réel de rejet par la souche existe...

Osons aborder à présent un sujet tabou, un sujet qui fâche, l?origine chrétienne de l?Europe, de ses valeurs, de sa culture ! Pourtant, est-ce plus choquant que de souligner le poids de l?Islam dans la culture des pays arabes ?
A la façon d?une plaque photographique classique qui renvoi une image inversée, la laïcité turque est l?inverse de la notre (occultons le fait que la laïcité française n?est pas la laïcité anglaise etc....) : L?histoire européenne du XX siècle ne manque pas d?exemples -pensons à l?Espagne de Franco- ou un pouvoir « fort » utilise la puissance de l?armée pour imposer une idéologie religieuse au mépris de la laïcité, alors qu?en Turquie, à partir des années 20, le pouvoir a utilisé la force de l?armée pour imposer la laïcité, au mépris de l?idéologie religieuse dominante... D?ailleurs le mot « laïque » est inconnu du vocabulaire arabe et le terme turc utilisé est emprunté au vocabulaire occidental... Car au delà du mot, le concept même véhiculé par « laïcité » est extérieur à l?Islam radical où le rejet de la foi (islamique) ne peut conduire l? « apostat » qu?à la mort physique ordonnée par un corps social qui en agissant ainsi se purifie... En français cela s?appelle un meurtre, un assassinat, tout comme le sont tout également les « crimes d?honneur », coutumiers en Turquie...
Revenons en France. La sérénité et le recul que donne l?écoulement du temps, permet de dire que, paradoxalement, et au-delà des déchirements consécutifs à la loi de 1905 sur la séparation de l?Eglise et de l?Etat, et à l?opposition des « culs bénis » et des « bouffeurs de curés », la laïcité est aussi fille de la célèbre parole christique « Rendez les choses de César à César et les choses de Dieu à Dieu »... Dans la même veine, pourquoi les « Droits de l?homme » peinent-ils tant à s?imposer et à prospérer en pays musulmans ? Car ils ont été conceptualisés sur le terreau fertile des valeurs chrétiennes, de l?humanisme chrétien, pour devenir l?expression d?un christianisme déchristianisé, d?une foi chrétienne désacralisée, laïcisée...
Ouvrons une parenthèse. Ne confondons pas tolérance et laïcité. Nous parlions à l?instant de « bouffeurs de curé », terme né à une époque ou le paysage religieux français métropolitain était majoritairement occupé par le catholicisme. Aujourd?hui existe toujours des « Talibans de la laïcité » qui prônent l?athéisme comme Vérité révélée et rêvent de marginaliser les citoyens qui ont pour défaut d?être croyants et de le dire ! Espagne mauresque : L?arrivée des arabes en Espagne au VIII° siècle mit fin à la persécution dont les juifs étaient victimes de la part des Wisigoths qui avaient abandonnés l?arianisme pour le catholicisme. Et pendant de nombreux siècles sous domination musulmane, l?Espagne a été une terre de paix et de tolérance pour les trois religions monothéistes ! Comme quoi, Islam n?est pas toujours synonyme de fanatisme et d?intolérance...
Fermons la parenthèse.
Quand-à l?alphabet latin, il est entré en Turquie à la même époque que la laïcité et lui aussi au forceps, l?Empire ottoman utilisant l?alphabet arabe, c?est-à-dire il y a moins d?un siècle. Alors que « chez nous », déjà avant les premiers écrits en « français » du XV° siècle, les lettrés qu?étaient les clercs, écrivaient évidement et depuis « toujours » en latin !
Aussi, tant pour des raisons géographiques que culturelles, il me semble difficile de prétende que la Turquie puisse avoir vocation à intégrer l?Europe ou la communauté européenne, notions qui sont différentes (La Suisse appartient à la première mais pas à la seconde). Et, pour prétendre le contraire, que l?on ne mette pas en avant un quelconque partenariat économique ! L?Europe peut commercer si elle le souhaite avec l?Afrique du sud sans pour autant que ce pays entre dans l?Europe ! Identique pour la Turquie !
Prétendrais-je que ce rejet affirmé, que cette position est vérité, réalité objective ? Non...
Pour prendre conscience de la relativité des certitudes, également des certitudes géographiques, transportons-nous au temps de Rome.
Si l?Empire romain prétendait à l?universalité, dans les faits, des frontières se sont imposées : Au nord, l?Ecosse (le mur d?Hadrien). A l?ouest, évidement l?atlantique. Au nord/est le Rhin et le Danube. Au sud l?Afrique noire (les pays de Maghreb étaient partie intégrante de l?Empire -neutralisons Carthage-) Au sud/est le Tigre et l?Euphrate. Cela pour souligner que si la géographie peut dire ce qu?est l?Europe, cette définition ne vaut que pour « aujourd?hui » (au sens de l?Histoire). Si nous demandions à nos contemporains européens où se trouve le centre géographique de l?Europe, qui citerait la capitale de l?Italie ? Personne ! Mais l?Empire s?est construit autour de la Méditerranée avec en son centre cette ville, Rome, elle même située sur cette péninsule, cet appendice pénétrant ce « centre du monde » qu?était la « Grande mer », comme on l?appelait alors. Toujours à cette époque, le civilisé, était logiquement de type méditerranéen, c?est-à-dire pas très grand, brun et basané. Et le barbare, lui était grand, blond et à la peau très blanche... Relativité des concepts, disions-nous... Et parmi ces barbares, il est des tribus germaniques qui allaient nous devenirs « chers » à nous français, celles des Francs...
Le rapport avec notre sujet ? Dans le monde romain, la région nommée de nos jours Turquie ne posait pas de problème : elle appartenait à l?Empire, tant pour des raisons géographiques que culturelles ! Et elle n?était même pas en zone frontière ! Et le latin, comme ailleurs, y était aussi la langue officielle, administrative ! Mais cela était il y a « deux milles ans »...
Certitudes, avez-vous un socle digne de ce nom ?
Pour conclure, maniant le paradoxe, clin d??il à Edmond Wells et à son Encyclopédie du savoir absolu relatif, je dirais que la Turquie ne fait pas partie de l?Europe et qu?il s?agit là d?une position objective élaborée au sein d?un concept qui lui, ne l?est pas... Cette affirmation découle d?une prise de conscience selon laquelle il n?y a pas une vision du monde mais plusieurs, indissociables de grilles de lecture, parfois inconscientes, qui sont autant de filtres. Et la pseudo objectivité de la de la stricte géographie s?efface devant le poids de la géopolitique qui elle-même s?efface devant celui de la géoculture, autant de réalités subjectives dans leurs valeurs.

COLPIN Didier

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !