18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | La Catalogne (II): Le référendum prévu le 9 novembre agite la classe politique

17/06/2014 | 86% des élus à la Chambre des députés ont rejeté une proposition du Parlement catalan qui demandait de déléguer à la Catalogne la compétence de convoquer un référendum d'autodétermination

Artur Mas (CiU), président de la Catalogne, et Oriol Junqueres (ERC)

La Chambre des députés espagnole nie que le Parlement catalan puisse convoquer un référendum d'autodétermination demandé par une majorité en Catalogne, y compris le gouvernement régional. Les souverainistes ont déjà fixé une date pour la consulte: le 9 novembre 2014. Toutefois, l’exécutif catalan pense également à des élections régionales comme une "alternative". Le PSOE défend aujourd’hui –non historiquement- une réforme de la Constitution pour adopter le fédéralisme, bien que le Parti Populaire (au gouvernement avec une majorité absolue) rejette cette option. Bruxelles signale que la Catalogne ne ferait pas partie de l'UE suite à son indépendance. Son admission dépendrait d'un processus de négociation. Dans l'intervalle, l'économie catalane souffrirait.

Le mardi 8 avril, 86% des élus à la Chambre des députés espagnole ont rejeté une proposition du Parlement catalan qui demandait de déléguer à la Catalogne la compétence de convoquer un référendum d'autodétermination. Celui-ci serait non contraignant, bien qu'une négociation doive se produire entre l’État et la Catalogne suite au référendum, pour transformer le résultat en "réalité juridique", affirmait la proposition.

Les deux partis majoritaires au Congreso, le Parti Populaire (PP) --qui gouverne avec une majorité absolue-- et le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE), ont été décisifs. Leurs 295 députés, sur un total de 350, ont voté en faveur du "non", en soulignant que la Constitution empêche le référendum et qu'il s'agit d'un sujet qui concerne la totalité des espagnols. Ils ont reçu l'appui d'autres groupes avec peu de poids politique à la chambre. Toutefois, parmi ceux-ci il y a l'UPyD, une formation antinationaliste qui aujourd’hui est la quatrième force politique à la Chambre de Deputés, mais qui a descendu à la cinquième position lors des récentes élections européennes. 

CiU, le parti nationaliste catalan de tradition de centre-droit et au gouvernement régional depuis 2010, a voté en faveur de la proposition, avec l'appui des nationalistes basques, galiciens et aragonais. Dans le même sens de la votation, d'autres appuis sont remarqués. D'un côté, le groupe de la Gauche Plurielle, où on retrouve IU, parti historique de la gauche et le troisième en nombre de voix dans l'ensemble de l’État.

De l'autre côté, l'ERC, un parti de tradition de gauche et indépendantiste, qui maintenant est à la fois l’allié de la CiU en Catalogne et son sérieux rival pour lui disputer la majorité politique. En fait, lors des élections au Parlement Europeen ERC a ramporté la majorité des voix en Catalogne pour la première fois en démocracie. Toutes ces formations ont revendiqué que le texte constitutionnel permet la tenue du référendum et ont défendu le « droit à décider » des catalans. Il a été souligné, en plus, que le processus pour décider l'avenir des catalans est "irréversible".(Pour connaître en bref le contexte historique, les derniers mouvements sociaux et les stratégies politiques récentes en Catalogne, voire la premier partie de l'article sur le context du souverainisme en la région).Date et questions prévuesCette détermination des souverainistes semble sérieuse du moment où ils ont fixé la date et la double question du référendum avant de demander une autorisation à Madrid. A la mi-décembre 2013, le président du gouvernement catalan et les représentants des autres trois partis favorables à la consulte d'autodétermination –ces quatre forces ont 87 sur 135 élus au Parlement catalan, presque les deux tiers-- ont annoncé que celui-ci aura lieu le 9 novembre 2014, et qu'il posera les suivantes questions : "Voulez-vous que la Catalogne soit un État ? Dans l'affirmative, voulez-vous que cet État soit indépendant ?".

La formule de la double question ouvre la porte à ceux qui souhaitent une Espagne fédérale ou confédérale, en votant "oui" à la première question et "non" à la seconde. L'option fédérale a été notamment défendue chez le PSOE et sa filiale catalane, le PSC, qui ont convenu en juillet 2013 de défendre la réforme de la Constitution pour y fixer un statut fédéral. Toutefois, le fédéralisme n'a été pas une revendication historique du PSOE, comme l'a signalé le politologue Daniel Guerra Sesma au journal numérique eldiario.es. En plus, le PP n'accepte pas cette option, et il peut empêcher la modification de la Constitution avec sa majorité absolue au Congreso.

En tout cas, les socialistes s'opposent au référendum proposé par les souverainistes, ce qui a provoqué la prise de distance d'un secteur du PSC. Les socialistes catalans souffrent d'ailleurs d'une grave crise de résultats, relégués à la troisième positon en nombre d'élus au Parlement catalan, et ils ont perdu le pouvoir à la Mairie de Barcelone en 2011 en faveur de CiU pour la première fois en démocratieCritiques

Manifestation contre les coups budgétaires en politiques socialesEntre les deux dernières législatures à la région, CiU a négocié paradoxalement avec le PPC (le PP catalan) les budgets régionaux de 2011 et 2012 (ce dernier prorogé en 2013), qui ont introduit de profondes réductions sociales. Cette année, ERC a accepté de négocier un budget avec CIU en contrepartie à la convocation du référendum. Ces comptes ne prévoient pas des nouvelles réductions des dépenses publiques, bien qu'ils fixent des revenus d'un montant de 2 Mds3 d'euros en privatisations et mises en concessions diverses.

Pour cela, le gouvernement régional a été accusé par certains secteurs de cacher la réduction en prestations publiques avec le plan du référendum, tandis que la large couverture du sujet souverainiste par les médias publics a été aussi remise en cause. La réponse de CiU a été de remarquer que ses politiques ont été la conséquence des objectifs de déficit imposés par Madrid et également du manque de financement à la région de la part de l’État.
Future à moyen termeEn revenant au présent, à la sortie du débat sur le référendum au Congreso, les partisans de la consultation sont en train de créer une loi catalane pour organiser la consultation du 9 novembre. Pourtant, le président catalan, Artur Mas, a admis qu'il pense à des élections régionales comme l'alternative la plus probable : "S'il n'y a pas d'autre possibilité , nous transformerons le scrutin en référendum", a-t-il affirmé lors d 'une interview au Figaro en avril.

Le scénario d'élections régionales n'est pas désiré par les autres partis qui défendent en ce moment le référendum. CiU a été historiquement un allié de la droite à Madrid. Son pacte avec José María Aznar en 1996 pour garantir l'arrivée du PP au gouvernement de l’État avec un meilleur financement pour la Catalogne en échange en est un exemple paradigmatique. En plus, la composition interne du parti de Mas (en réalité une fédération avec deux partis, l'un desquels plus proche à Madrid) empêche d'écarter des scénarios alternatifs au reférendum. 

Nouveaux acteursUn dernier donné remarquable est l'irruption de deux nouvelles formations politiques de gauche qui s'opposent clairement au statu quo économique et politique, et qui sont à faveur du référendum d'autodétermination catalan. D'un côté, la CUP, en Catalogne, une formation assembleaire, indépendantiste et fidèle à l'activisme de base. Depuis 2012, elle a trois élus au Parlement catalan, et les derniers sondages pronostiquent qu'aujourd'hui elle doublerait cette représentation (la CUP ne s'est pas présenté aux élections européennes). C'est l'une des formations qui a negocié la convocatoire du référendum.

De l'autre coté on retrouve Podemos, créé il y a cinq mois à peine, une enorme souprise lors des élections éuropéennes, en ayant obtenu 5 élus et 1,2 million de voix. Pablo Iglesias, leader de Podemos, a appuié la consultation catalane: "J'espère que les catalans pourront voter, et tout democrat doit respecter la décision de la citoyenneté de la Catalogne".

Par contre, le parti Ciutadans, qui est arrivé au Parlement catalan en 2010 avec 3 élus et en a obtenu 9 en 2012, s'oppose de front au référendum et au nationalisme catalan. Lors des élections européennes, Ciutadans a obtenu 2 europarlamentaires et a été la huitième formation la plus voté à l'Etat avec 500.000 voix.
Europe et économieCe contexte politique implique sans doute aussi le débat sur la viabilité d'une hypothétique Catalogne indépendante, par rapport à son économie et ses possibilités de faire partie de l'UE. D'abord, en tant que nouvel État, elle ne ferait pas partie de la UE, et son admission dépendrait d'un processus de négociation pas facile pour les catalans, selon les affirmations répétées par Bruxelles.

Selon une étude du gouvernement espagnol, les exportations d'une Catalogne indépendante descendraient le 13%, c'est-à-dire, le 3,8% du PIB catalan. Selon cette même étude, le 45% des recettes "d'exportations" sont des ventes en Espagne. En revanche, la Chambre de Commerce de Barcelone affirme que, si la Catalogne serait admise dans l'UE, elle aurait d'abord un déficit du 2,4% de son PIB, mais, à long terme, des excédents du 7%.

A lire également : La Catalogne (I): la montée en puissance du souverainisme

Pau Dachs
Par Pau Dachs

Crédit Photo : CiU

Partager sur Facebook
Vu par vous
4217
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs