Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Catalogne (I): la montée en puissance du souverainisme

16/06/2014 | En Catalogne, le souverainisme est majoritaire et l’indépendantisme gagne du terrain

La chaîne humaine pour l'indépendance de la Catalogne le dernier 11 septembre

Les sondages l'indiquent, des manifestations massives le reflètent: le souverainisme est majoritaire en Catalogne et l’indépendantisme gagne du terrain. Dans le contexte, une tradition historique de "catalanisme politique" et certaines décisions des pouvoirs de l’État entre 2010 et 2012. Notamment la négation de la notion juridique de nation à la Catalogne, le refus opposé à une proposition de collecte propre des impôts depuis Barcelone pour réviser la redistribution de richesse entre régions, et la remise en cause du rôle du catalan. En pleine crise économique et d'une corruption qui sévit au niveau de l'État comme en Catalogne, le souverainisme est également considéré par certains comme une voie de régénération.

Deux grandes manifestations ont eu lieu en Catalogne en faveur du souverainisme dernièrement. Le 11 septembre (festivité nationale de la région) de 2012, 1,5 million de personnes d'après la police locale et le gouvernement régional, 600.000 selon l’État, ont défilé à Barcelone convoqués lors d'une manifestation intitulée : "La Catalogne : Nouvel État de l'Europe". Un an plus tard, une chaîne humaine pour l’indépendance a couvert le littoral catalan, avec 1,6 million de manifestants, selon le gouvernement régional, 600.000 d'après l’État.

Si l'on regarde les sondages, celui du Centre de Recherche Sociologique espagnol (CIS) réalisé après les élections régionales de novembre 2012 affirmait que 40% des catalans appuient l'autodétermination. Le Centre d'Estudis d'Opinió (CEO), l'équivalent catalan du CIS, a réalisé en décembre 2013 ( à ce momen-là  les souverainistes négociaient la question du référendum) un sondage affirmant que 49% des catalans étaient absolument d'accord avec une consultation d'autodétermination, 24% assez d'accord. Finalement, un dernier sondage du CEO élaboré entre fin-mars et mi-avril assurait que 47% des catalans voteraient pour l'indépendance lors d'une consultation le 9 novembre 2014, la date fixée par le gouvernement régional. (Pour le contexte politique actuel, voire la deuxième partie de cet article).

Quant à l'opinion de la citoyenneté au niveau de l’État, selon le sondage d'avril du CIS, 35,4% des questionnés veulent un statut des autonomies comme celui existant actuellement ; 20,9% préfèrent supprimer le pouvoir des régions ; 13,4% veulent plus d'autonomie pour les régions et 9,1% envisagent qu'elles puissent devenir un État indépendant.Contexte historiqueEn Catalogne, une tradition de "catalanisme politique" a commencé à la fin du XIX siècle. Sa revendication était la récupération de l'autonomie et les institutions propres que la Catalogne avait jusqu'au début du XVIII siècle en tant qu'État de la Couronne d'Aragon, intégré au royaume d'Espagne. En 1714, le roi Philippe V, vainqueur de la Guerre de Succession du trône de l'Espagne - un conflit européen entre les dynasties des Bourbons et des Habsbourg- a puni l’appui majoritaire de la Catalogne aux Habsbourg en supprimant les institutions de celle-ci.

Lors de la II° République espagnole, la région a réussi à récupérer son institution de gouvernement, la Generalitat, et a négocié (non sans obstacles) avec le gouvernement républicain de Madrid un premier statut en 1931 qui lui reconnaît des compétences propres. Avec le coup d’État et la dictature franquiste, la Generalitat a été supprimée et la langue catalane réprimée socialement et interdite aux institutions et dans l'éducation.

Une fois terminée la dictature, la Generalitat a été restituée et un nouveau statut a été approuvé suite à un référendum en 1979. Cependant, la demande de plus d'autonomie depuis la région ne s'est pas arrêtée, notamment quant à la collecte des impôts. En ce sens-là, en 2006, suite à un long processus de négociation, un nouveau statut catalan a été approuvé aux parlements catalan et espagnol et également par un référendum en Catalogne.

De ce moment là, et de quelques décisions des pouvoirs de l’État entre 2010 et 2012, date la progression souverainiste. D'abord, une sentence de la Cour Constitutionnelle, suite à des pourvois du PP –qui était dans l'opposition--, du Defensor del Pueblo (l'ombudsman espagnol) et de cinq régions, a supprimé une partie importante du dernier statut. Parmi d'autres décisions, la Cour a nié la notion juridique de nation à la Catalogne et le rôle principal du catalan dans l'éducation, en faisant valoir que que le castillan devait avoir le même statut.


Langue et financementEn 2012 la Cour Suprême a réaffirmé ce positionnement par rapport au catalan, bien que le système d'éducation, qui fonctionne depuis la fin de la dictature en Catalogne, garantit la même maîtrise du catalan et du castillan parmi les étudiants de la région. D'ailleurs, les résultats pedagogiques démontrent que le niveau de castillan des catalans est le même que celui des citoyens de la moyenne de l'Etat.Ecole Ramon Llull à Barcelone

Également en 2012, le gouvernement catalan a proposé à celui de Madrid une proposition de collecte propre des impôts, équivalent aux modèles du Pays Basque et de la Navarre. Ces deux communautés autonomes ont ce système fiscal car la Constitution leur reconnaît des droits historiques en tant que territoires « forales». Les « fueros » étaient des statuts de droits, de privilèges et de libertés de certains territoires conférés au long de l'histoire, d'abord par les seigneurs, puis par la couronne espagnole. Après la Guerre de Succession entre les Bourbons et les Habsburg, le Pays Basque et la Navarre ont conservé leurs « fueros » grâce à leur appui à Philippe V, contrairement à la Catalogne, à la Valence et la Majorque.

Ainsi, la mesure catalane, approuvée par la majorité du Parlement régional, visait a réduire le déficit fiscal de la région par rapport à l’État, c'est-à-dire, la différence négative entre les impôts que les catalans transfèrent au pouvoir central et le financement qui revient à la région (11.000 millions d'euros prévus pour cette année, le 5% du PIB catalan). Elle proposait également un système de solidarité fiscale proportionnelle entre les régions. Selon les données publiées en 2005, la Catalogne est la troisième région quant au déficit fiscal avec l’État le plus haut, derrière les Baléares et Madrid.

Cette mesure a été rejetée par le gouvernement central, avec le Partido Popular (PP) déjà au pouvoir. En revanche, le gouvernement régional catalan a décidé de convoquer des élections anticipées en novembre 2012 et a fait du  référendum sa nouvelle stratégie. CiU, le partie nationaliste de tradition de centre-droit (au pouvoir régional entre 1980 et 2003 et depuis 2010) a revalidé sa majorité, mais avec une perte significative d'élus en faveur d'ERC, formation de gauche et indépendantiste qui est en train de récupérer le grand soutien qu'elle avait a la région pendant la II République espagnole.  

Le bond en avant de la revendication indépendantiste L'évolution des sondages du CEO set significative de la montée en puissance de la revendication indépendantiste.  Entre les années 2005 et 2010,  ils sont passés de 14% à 24% et ont fait un véritable bond pour atteindre 44% à la fin 2012.

Cette évolution a été interprétée par le politologue Lluís Orriols dans les collones du journal "El País" comme un réaction "thermostatique" des catalans à la sentence constitutionnelle qui a modifié leur statut, et également à la politique d'"annulation de facto" de l'autonomie fiscale des régions suite à la crise de la dette espagnole en 2012. L'historien Joaquim Coll, par contre, a argumenté au sein du même journal que le progrès souverainiste est le fruit d'un courant “populiste” qui offre une solution " miraculeuse " à la crise.

Au-delà des relations entre l’État et la Catalogne, le sociologue et politologue Josep Ramoneda a affirmé, également à "El Pais", que le succès de l’indépendantisme c'est le fait d'être un projet politique dans un moment où il en manque, avec des gouvernements qui "dépolitisent" la réponse à la crise, en assurant qu'il n'y a pas d'alternative à l’austérité.

A lire également : La Catalogne (II): Le référendum prévu le 9 novembre agite la classe politique

Pau Dachs
Par Pau Dachs

Crédit Photo : Núria

Partager sur Facebook
Vu par vous
6364
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jacme | 16/06/2014

soi content d'aver legit aquò ... non perqué o sabi pas, mas perqué es sobre un mèdia en region occitana. Enfin !

Pau Dachs | 17/06/2014

De gràcias per lo tieu comentari, Jacme. Cal veire coma evoluciona la reivindicacion catalana en un moment en çò qu'una part importanta de la ciutadania reclama de cambiaments prigonds en favor de la democracia a l'ensems de l'Estat espanhòl.

Merci de votre commentaire, Jacme. Il faut voir comment la revendication catalane évoluera, dans un contexte où une partie importante de la citoyenneté réclame des changements profonds en faveur de la démocratie dans l'ensemble de l'Etat espagnol.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !