Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/21 : Le 17 septembre, Lionel Niedzwiecki a été nommé directeur général du Festival Arte Flamenco dont les missions seront notamment de contribuer au développement territorial d’Arte Flamenco, de soutenir la création et l’émergence de nouveaux talents.

23/09/21 : Mascaret, le festival occitan de Bordeaux et de la Gironde se lance ce 25 septembre à Bordeaux, avec la projection de deux documentaires de Patric La Vau sur notamment la fondation de l’occitanisme moderne. 20 rdv à découvrir jusqu'au 14 novembre !+ d'info

22/09/21 : Samedi 25 septembre, la ludo-médiathèque de Cenon organise sa vente de documents retirés des collections : des livres adultes et jeunesse au tarif de 1€ ! Rendez-vous au Château Palmer à partir de 11h.

21/09/21 : Le pont d'Aquitaine sera fermé pour des travaux de maintenance dans les 2 sens de circulation entre les échangeurs 2 et 4 le 22 septembre de 21h au 23 septembre 6h ainsi que le 23 septembre 21h au 24 septembre 6h.

17/09/21 : L'Agglo de Pau vient de se voir remettre par l'ADEME et le Ministère de la transition énergétique le Label, encore expérimental, Economie circulaire. Attribué pour 4 ans, il mesure les avancées et orientations des actions de la collectivité en la matière

14/09/21 : Bègles - Soirée festive le 24 septembre au Musée de la Création Franche pour le lancement d'une campagne de dons pour restaurer l'oeuvre totem du Musée, la sculpture Au crépuscule d’un automne, de Louis Chabaud installée en 1993 dans le parc.+ d'info

10/09/21 : A Bordeaux, l'I-Boat fête (déjà!) ses 10 ans les 1er ,2 et 3 octobre avec une programmation internationale pour 3 jours de fête en plein air. Un mini festival avec le DJ Ricardo Villalobos,le producteur Palms Trax ou encore Voilaaa Sound System+ d'info

03/09/21 : A partir du 6 septembre, et pour le mois, le Département de la Gironde aménage la piste cyclable de la RD 806, qui traverse Bernos-Beaulac, afin de créer un rampe pour les cyclistes et les cavaliers.

03/09/21 : La 11ème édition des Tribunes de la presse se tient du 14 au 16 octobre à Bordeaux, sur le thème "Que peut le politique?", et en présence de Cédric Villani, Asma Mahlla, Jean-Claude Mailly, Lucile Schmid, de Flore Vasseur, Elie Barnavi, Manuel Valls.

01/09/21 : Charente-Maritime : Madame Anne WINKOPP-TOCH, nouvelle sous-préfète de Saint-Jean-d’Angély, prendra ses fonctions officiellement lors d’une cérémonie lundi 06 septembre à 11h30, aux Monuments aux Morts, à Saint Jean d’Angély.

01/09/21 : La piscine municipale de Billère (64) met en place une nouvelle activité à destination des enfants de 4 et 5 ans, le Jardin aquatique. Objectif: initier, découvrir et sensibiliser au milieu aquatique. Renseignements: 05 59 77 48 05

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/09/21 | D. Farrugia récompense les enfants du Village Action Enfance de Sablon

    Lire

    Le 20 septembre, la Fondation Action Enfance a remis les prix de son concours « Action Enfance fait son cinéma » dont Aqui en avait fait écho . Le court-métrage« Packtack » réalisé par le Village d'Enfants et d'Adolescents de Sablons en Gironde, avec, devant la caméra, les enfant du Village et, derrière la caméra, Rémi Bordin et Jean-Emile Mathis (étudiants à l'EICAR) s'est vu remettre le « Prix du Jury » par Dominique Farrugia, président d'un jury de professionnels du cinéma. Bravo à eux !

  • 23/09/21 | Poitiers : 1ère édition de la Science Battle

    Lire

    A l'occasion de la Nuit européenne des chercheurs le 24 septembre prochain, l'Université de Poitiers organise une Science Battle. Dès 15h, 3 équipes de 6 chercheuses et chercheurs des universités de Poitiers, Turku (Finlande) et Pavie (Italie) vont s'affronter simultanément sur des questions scientifiques et sociétales posées par le public. Ils seront évalués sur la base de plusieurs critères comme la justesse du raisonnement et leur esprit d'équipe. Les personnes souhaitant encourager l'équipe poitevine ont rendez-vous à la Maison des étudiants.

  • 23/09/21 | La Dordogne enregistre une forte hausse des accidents de la route

    Lire

    Les indicateurs sont au rouge en Dordogne concernant la sécurité routière. « Très préoccupants », comme l’a souligné le préfet Frédéric Perissat lors de son point de rentrée. 25 personnes ont trouvé la mort sur les routes depuis janvier. Soit 12 de plus qu’à la même période en 2020. Les 154 accidents corporels comptabilisés (+35) ont par ailleurs fait 207 blessés (+55). Il faut remonter à 2018 pour voir un bilan aussi terrible à cette date. En cause, de comportements irresponsables, en majorité.

  • 22/09/21 | Limoges Métropole recrute à Paris

    Lire

    Dans le cadre du mois de Limoges Métropole à la Maison de la Nouvelle-Aquitaine à Paris, Limoges Métropole et Laou, expert de l'attractivité territoriale, organisent un Job Dating le 23 septembre. Au travers de cette journée, la métropole a pour volonté de recruter de nouveaux professionnels sur son territoire. Quatre des filières d'excellence seront représentées : la santé, l'eau, la céramique et le Pôle Alpha RLH pour représenter l'électronique, l'hyper fréquence, le photonique et le laser.

  • 22/09/21 | La semaine européenne du développement durable à Poitiers

    Lire

    Du 18 septembre au 8 octobre, Grand Poitiers participe à la semaine européenne du développement durable. A cette occasion une vingtaine d'évènements vont être organisés comme des visites, des ateliers ou encore des projections. Parmi les temps forts de la semaine, le public pourra visiter le 23 septembre, la chaufferie communale de Bonnes ou encore le Pôle d'échange multimodal de Grand Poitiers. Toutes les informations et les inscriptions sont à retrouver sur le site de Grand Poitiers.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Charente-Maritime veut garder la main sur son développement durable

21/12/2020 | Le Departement 17 vient de se doter d'un schéma qui encadre les projets de développement durable

Le premier vice-président du Département 17 Lionel Quillet montrant une carte avec la répartition des éoliennes en Nouvelle-Aquitaine. Le Département veut maîtriser leur implantation.

Après la création d’un Observatoire de l’éolien en 2018, la Charente-Maritime poursuit ses démarches dans sa volonté de maîtriser le développement de son territoire en matière de développement durable, de la préservation des espaces ruraux à la transition énergétique. Après un an et demi d’études et de diagnostic, le Département 17 vient d’adopter son schéma dédié, au cours de la session d’hiver de l’assemblée, le 18 décembre 2020. Il s’articule en un plan d’actions sur 6 grandes thématiques, à partir de juin 2021 pour dix ans. Le premier vice-président Lionel Quillet nous en parle.

@qui! : Ce schéma du développement durable, c’est pour quand exactement ? Qu’est-ce qu’il y a dedans ?

Lionel Quillet : L’objectif, c’est de l’avoir le plus rapidement possible, pour la fin du mandat départemental, afin que la nouvelle mandature puisse travailler à sa mise en place. Elle reprend plusieurs axes comme le développement d’un mix énergétique, améliorer les performances énergétiques des bâti, l’aménagement de l’espace, la préservation des paysages et notre environnement en général, comme les Espaces naturels sensibles… Sans oublier les pratiques internes du Département, avec tout un volet social pour accompagner les plus fragiles et favoriser l’accès à l’emploi. L’idée, c’est de faire le liant entre les 13 EPCI de Charente-Maritime, qui ne nous ont pas attendues pour mettre un certain nombre de projets en place ; ce schéma permettrait d’harmoniser à l’échelle du territoire et de faire un effet de levier. Nous ne sommes pas inquiets sur sa mise en application sur le littoral, mais nous le sommes plus sur la ruralité. C’est dans les zones rurales que nous comptons mettre le plus d’efforts financiers pour les habitants puissent se dire un jour qu’il est aussi agréable de vivre sur la côte qu’à la campagne car il y a des services, une mobilité, une solution énergétique, un accès à internet… similaires. Cette période de Covid-19 a engendré une très forte demande d’installation dans le département.  Mais il n’est pas utile que tout le monde aille sur le littoral. La côte a aussi ses défauts, alors qu’il y a des coins extraordinaires en Charente-Maritime.

@! : La gestion du littoral fait justement partie du schéma de développement durable. Où en est-on dans les chantiers des Plans de protection contre les inondations (PAPI) ?

L.Q.: On est en à 65% de réalisations, pour un budget de 300 millions d’euros en Charente-Maritime, de 2010 à 2030. On est toujours uniquement sur de la remise en état de l’existant : refaire des digues, des enrochements, etc. sur 250 km de côte. Il y a des disparités selon les bassins de vie. Il y a les « littoraux » lancés les plus tôt en 2011 et 2012 qui sont bien avancés, voire quasi terminés : Oléron, La Rochelle, la baie d’Yves, Chatelaillon. D’autres sont toujours en cours. Maintenant, c’est au tour des PAPI dit fluviaux, qui concernent notamment l’estuaire de la Gironde, qui ont démarré plus tard car les accords de l’Etat n’ont été donnés qu’en 2018, 2019. Pour rappel, ce sont les collectivités qui font les projets, le Département les accompagne, financièrement (20% des budgets) et en ingénierie. Depuis deux ans, on attend toujours une réponse de la Région. Elle nous a suivis sur la première génération des PAPI, en finançant à hauteur de 20%, comme cela avait été acté par la Région Poitou-Charentes à l’époque. Elle ne nous répond pas sur la suite, à savoir les avenants aux premiers chantiers et sur les nouveaux PAPI. Sans la Région, ça va être une vraie problématique financière, certaines collectivités pourraient ne pas lancer leur projet car le financement serait trop lourd. La Région est bien sûr maître de ses choix, mais qu’elle accompagne au moins sur la sécurité des Charentais-Maritimes. Certaines zones restent exposées, comme les bords de l’estuaire de la Gironde.

@! : Le schéma prévoit d’augmenter sa part d’énergie renouvelable à travers un « mix énergétique équilibré et respectueux de l’environnement ». L’éolien est de plus en plus problématique sur le département. Comment envisagez-vous son implantation à terme, et des énergies vertes en général ?

L.Q.: L’éolienne en soit est une énergie intéressante mais il ne faut pas qu’elle soit toujours au même endroit et toujours pour les mêmes – L’Observatoire de l’éolien vient de donner un avis favorable à deux projets, à Andilly et à Doeuil-sur-le Mignon, car il n’y avait aucune contre-indication par ailleurs. Mais on a aujourd’hui une centaine d’éoliennes sur le département, qui représentent 88% de l’éolien en Nouvelle-Aquitaine, en sachant que les 4 départements de l’ex Poitou-Charentes ont quasiment l’intégralité des parcs de la région. On arrive à saturation. Actuellement, il y a des projets en cours pour 400 éoliennes, de 5 opérateurs différents. Comme ils sont en concurrence, il arrive que certains proposent le même projet au même endroit ! Un nouveau problème émerge : les éoliennes sont de plus en plus grandes, aujourd’hui on a des projets avec des mâts de 200 m de haut, on n’est pas loin de la Tour Eiffel (324 mètres, antenne incluse, NDLR) ! Le problème, c’est que la loi concernant le périmètre de leur implantation n’a pas changé, on est toujours à minimum 600 m des maisons. Et c’est toujours la ruralité qui prend. Dans certains villages, les maisons sont entourées par les éoliennes des trois côtés. Qui va vouloir continuer à y habiter ? Le permis de construire n’étant plus obligatoire, l’acceptation du projet passe par l’enquête publique, qui est ensuite soumise au préfet… Lequel a des objectifs fixés par le gouvernement en matière d’implantation, même si son feu vert n’est pas systématique. Bref, aujourd’hui on peut installer une éolienne n’importe où sans permis de construire et ça devient vraiment problématique. Ca l’est d’autant plus qu’il n’y a plus de schéma de l’éolien ou des énergies vertes pour encadrer tout ça, il y a bien un schéma régional (le SRADDET, lui-même contesté par de nombreuses associations, NDLR) mais il n’impose rien. Les projets s’enchaînent les uns après les autres, il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau dossier se présente. On arrive à saturation. Il finit par y avoir un rejet total des éoliennes des populations. Le problème, c’est qu’à force, c’est tout le projet de développement durable qui est remis en cause. Dès qu’on va vouloir venir avec des projets de mix-énergétiques comme le solaire ou la méthanisation, ça va être une levée de boucliers. Avec ce schéma, on voudrait être là pour rééquilibrer le territoire, et faire en sorte que les opérateurs ne se ruent pas toujours sur les mêmes zones rurales.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
6129
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !