Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Charente-Maritime veut garder la main sur son développement durable

21/12/2020 | Le Departement 17 vient de se doter d'un schéma qui encadre les projets de développement durable

Le premier vice-président du Département 17 Lionel Quillet montrant une carte avec la répartition des éoliennes en Nouvelle-Aquitaine. Le Département veut maîtriser leur implantation.

Après la création d’un Observatoire de l’éolien en 2018, la Charente-Maritime poursuit ses démarches dans sa volonté de maîtriser le développement de son territoire en matière de développement durable, de la préservation des espaces ruraux à la transition énergétique. Après un an et demi d’études et de diagnostic, le Département 17 vient d’adopter son schéma dédié, au cours de la session d’hiver de l’assemblée, le 18 décembre 2020. Il s’articule en un plan d’actions sur 6 grandes thématiques, à partir de juin 2021 pour dix ans. Le premier vice-président Lionel Quillet nous en parle.

@qui! : Ce schéma du développement durable, c’est pour quand exactement ? Qu’est-ce qu’il y a dedans ?

Lionel Quillet : L’objectif, c’est de l’avoir le plus rapidement possible, pour la fin du mandat départemental, afin que la nouvelle mandature puisse travailler à sa mise en place. Elle reprend plusieurs axes comme le développement d’un mix énergétique, améliorer les performances énergétiques des bâti, l’aménagement de l’espace, la préservation des paysages et notre environnement en général, comme les Espaces naturels sensibles… Sans oublier les pratiques internes du Département, avec tout un volet social pour accompagner les plus fragiles et favoriser l’accès à l’emploi. L’idée, c’est de faire le liant entre les 13 EPCI de Charente-Maritime, qui ne nous ont pas attendues pour mettre un certain nombre de projets en place ; ce schéma permettrait d’harmoniser à l’échelle du territoire et de faire un effet de levier. Nous ne sommes pas inquiets sur sa mise en application sur le littoral, mais nous le sommes plus sur la ruralité. C’est dans les zones rurales que nous comptons mettre le plus d’efforts financiers pour les habitants puissent se dire un jour qu’il est aussi agréable de vivre sur la côte qu’à la campagne car il y a des services, une mobilité, une solution énergétique, un accès à internet… similaires. Cette période de Covid-19 a engendré une très forte demande d’installation dans le département.  Mais il n’est pas utile que tout le monde aille sur le littoral. La côte a aussi ses défauts, alors qu’il y a des coins extraordinaires en Charente-Maritime.

@! : La gestion du littoral fait justement partie du schéma de développement durable. Où en est-on dans les chantiers des Plans de protection contre les inondations (PAPI) ?

L.Q.: On est en à 65% de réalisations, pour un budget de 300 millions d’euros en Charente-Maritime, de 2010 à 2030. On est toujours uniquement sur de la remise en état de l’existant : refaire des digues, des enrochements, etc. sur 250 km de côte. Il y a des disparités selon les bassins de vie. Il y a les « littoraux » lancés les plus tôt en 2011 et 2012 qui sont bien avancés, voire quasi terminés : Oléron, La Rochelle, la baie d’Yves, Chatelaillon. D’autres sont toujours en cours. Maintenant, c’est au tour des PAPI dit fluviaux, qui concernent notamment l’estuaire de la Gironde, qui ont démarré plus tard car les accords de l’Etat n’ont été donnés qu’en 2018, 2019. Pour rappel, ce sont les collectivités qui font les projets, le Département les accompagne, financièrement (20% des budgets) et en ingénierie. Depuis deux ans, on attend toujours une réponse de la Région. Elle nous a suivis sur la première génération des PAPI, en finançant à hauteur de 20%, comme cela avait été acté par la Région Poitou-Charentes à l’époque. Elle ne nous répond pas sur la suite, à savoir les avenants aux premiers chantiers et sur les nouveaux PAPI. Sans la Région, ça va être une vraie problématique financière, certaines collectivités pourraient ne pas lancer leur projet car le financement serait trop lourd. La Région est bien sûr maître de ses choix, mais qu’elle accompagne au moins sur la sécurité des Charentais-Maritimes. Certaines zones restent exposées, comme les bords de l’estuaire de la Gironde.

@! : Le schéma prévoit d’augmenter sa part d’énergie renouvelable à travers un « mix énergétique équilibré et respectueux de l’environnement ». L’éolien est de plus en plus problématique sur le département. Comment envisagez-vous son implantation à terme, et des énergies vertes en général ?

L.Q.: L’éolienne en soit est une énergie intéressante mais il ne faut pas qu’elle soit toujours au même endroit et toujours pour les mêmes – L’Observatoire de l’éolien vient de donner un avis favorable à deux projets, à Andilly et à Doeuil-sur-le Mignon, car il n’y avait aucune contre-indication par ailleurs. Mais on a aujourd’hui une centaine d’éoliennes sur le département, qui représentent 88% de l’éolien en Nouvelle-Aquitaine, en sachant que les 4 départements de l’ex Poitou-Charentes ont quasiment l’intégralité des parcs de la région. On arrive à saturation. Actuellement, il y a des projets en cours pour 400 éoliennes, de 5 opérateurs différents. Comme ils sont en concurrence, il arrive que certains proposent le même projet au même endroit ! Un nouveau problème émerge : les éoliennes sont de plus en plus grandes, aujourd’hui on a des projets avec des mâts de 200 m de haut, on n’est pas loin de la Tour Eiffel (324 mètres, antenne incluse, NDLR) ! Le problème, c’est que la loi concernant le périmètre de leur implantation n’a pas changé, on est toujours à minimum 600 m des maisons. Et c’est toujours la ruralité qui prend. Dans certains villages, les maisons sont entourées par les éoliennes des trois côtés. Qui va vouloir continuer à y habiter ? Le permis de construire n’étant plus obligatoire, l’acceptation du projet passe par l’enquête publique, qui est ensuite soumise au préfet… Lequel a des objectifs fixés par le gouvernement en matière d’implantation, même si son feu vert n’est pas systématique. Bref, aujourd’hui on peut installer une éolienne n’importe où sans permis de construire et ça devient vraiment problématique. Ca l’est d’autant plus qu’il n’y a plus de schéma de l’éolien ou des énergies vertes pour encadrer tout ça, il y a bien un schéma régional (le SRADDET, lui-même contesté par de nombreuses associations, NDLR) mais il n’impose rien. Les projets s’enchaînent les uns après les autres, il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau dossier se présente. On arrive à saturation. Il finit par y avoir un rejet total des éoliennes des populations. Le problème, c’est qu’à force, c’est tout le projet de développement durable qui est remis en cause. Dès qu’on va vouloir venir avec des projets de mix-énergétiques comme le solaire ou la méthanisation, ça va être une levée de boucliers. Avec ce schéma, on voudrait être là pour rééquilibrer le territoire, et faire en sorte que les opérateurs ne se ruent pas toujours sur les mêmes zones rurales.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5365
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !