Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

18/02/18 : La Rochelle : ce 19 fevrier à midi, le public est convié au lancement du voyage de L'Hermione 2018, sur le thème Libres Ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée, quai Senac de Meilhan. Le globe de la Francophonie, tout juste restauré, sera dévoilé.

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

13/02/18 : Un numéro inédit de "Des racines et des ailes" consacré au Lot et la Dordogne, tourné cet été, sera diffusé sur France 3 mercredi 14 février à 20 h 55.

08/02/18 : Charente-Maritime : le conseiller départemental du canton de Tonnay-Charente et maire de Soubise, Robert Chatelier, est mort ce matin d'une crise cardiaque.Dominique Bussereau salue un "ardent défenseur de la ruralité et de l'agriculture charentaise"

08/02/18 : Bordeaux - La Maison du Vélo devient la Maison Métropolitaine des Mobilités Alternatives avec un rayon d’action élargi aux 28 communes de la Métropole et une ouverture à la promotion de tous les modes de déplacements doux et non plus seulement du vélo

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

  • 16/02/18 | Internet: 16 collectivités de la région récompensées

    Lire

    Le 8 février dernier, dans le cadre de la 19ème Cérémonie de remise du label national Territoire, Villes et villages internet, la Nouvelle-Aquitaine a vu 16 de ces collectivités récompensées pour leur action dans des politiques publiques numériques engagées. Six d'entre elles se sont particulièrement illustrées en matière de production de services publics numériques locaux, décrochant les 5 @, la plus haute des récompenses. Il s'agit d'Agen (47), de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine (79), de Bassens (33), Bayonne (64), Boé (47) et Mérignac (33).

  • 15/02/18 | La justice manifeste à Bordeaux

    Lire

    Ils étaient plusieurs dizaines à se réunir ce jeudi sur les marches du Palais de Justice : les avocats bordelais ont répondu à l'appel national de mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle. Principaux sujets d'inquiétude : la refonte de la carte judiciaire, une suppression des tribunaux d'instance et une numérisation accélérée des procédures, trois priorités semblant se dessiner dans le projet de réforme de la justice du gouvernement Macron. Plusieurs audiences ont été renvoyées en signe de protestation. Un mouvement similaire a eu lieu dans la journée devant les marches du tribunal de Libourne.

  • 15/02/18 | Les agriculteurs soutenus à l'unanimité par les élus du 64

    Lire

    Ce 15 février, les élus départementaux des Pyrénées-Atlantiques ont voté à l'unanimité une motion sur la réforme des zones défavorisées adressant ainsi 3 demandes fortes au Ministère de l'Agriculture. D'abord, la prise en compte "des anomalies de la carte établie le 20 décembre". Ensuite "que le zonage final réponde à l'objectif de conforter et pérenniser les exploitations d'élevage et de polyculture-élevage". Enfin, que les communes actuellement reconnues en piémont "préservent, à l'issue de ce chantier de révision, une reconnaissance de leurs handicaps particuliers, avec un niveau de soutien distinct".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La décentralisation,une réforme à l'avenir bouché ?

31/10/2013 | Ce 31 octobre, les praticiens de la décentralisation ont pris le temps de la réflexion sur l'avenir de la décentralisation. Un avenir plutôt maussade.

Plus de 200 cadres territoriaux réunis à Bordeaux pour les 4èmes Rencontres des dirigeants de collectivités d'Aquitaine

A l'heure où le Parlement débat sur la rédaction des textes de l'acte 3 de la décentralisation, entre 200 et 300 cadres territoriaux d'Aquitaine se sont réunis à la faculté de droit de l'Université Montesquieu Bordeaux 4, pour la 4ème édition des rencontres des Dirigeants des collectivités territoriales d'Aquitaine. Une table ronde a permis de poser un triple regard sur cette question invitant au débat un acteur de l'Etat, ancien préfet de Région, Christian Frémont, un acteur des collectivités, ancien DGS de la communauté urbaine de Marseille, Jean-Luc Bertoglio et un universitaire, le doyen de la faculté de droit de Bordeaux, Jean-François Brisson.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas parce que des projets de lois portant renforcement de la décentralisation sont actuellement en débat à l'Assemblée nationale et au Sénat, que la décentralisation de l'Etat français va vers un avenir brillant. Plus les débats législatifs avancent, plus il serait, semble-t-il, autorisé d'en douter... C'est, en tout cas, ce que semble constater les participants à la table ronde de ce jeudi matin, plutôt pessimistes sur le sort de cette réforme. Même point de vue pour Stéphane Bussone, Président régional Aquitaine du Syndicat National des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales (organisateur de l'évènement), et par ailleurs, Directeur Général des Services de Saint-Jean-de-Luz. «Quand nous avons eu connaissance de l'avant projet de loi de décentralisation, c'est un projet qu'au départ nous avons soutenu. Mais depuis, au fils des discussions le texte s'est à la fois dilué dans ses objectifs et complexifié dans ses dispositifs».

"Un piège abscon"Pour preuve, avant même d'évoquer le fond, d'un seul avant-projet de réforme, cet acte 3 de la décentralisation, s'est vu «saucissonner en trois projets de loi», selon la formule d'un intervenant de la matinée. Une complexification aussi sur les dispositifs portés par cette réforme. Et Stéphane Saubusse de citer l'exemple de la future Métropole, actuellement débattu au Parlement. Celle-ci va être constituée de cinq instances, auxquelles devront siéger les Maires. «Le projet voulait à l'origine rendre la décision plus proche du citoyen, davantage inscrire les maires dans la proximité, donner plus de lisibilité politique... Là on n'y est pas; au contraire, au fil des intérêts des uns et des autres, on s'éloigne des citoyens, c'est un piège abscon».

Un piège abscon qui s'explique, selon les intervenants, par deux raisons principales. La première émane de l'Etat, qui voit dans la décentralisation davantage l'opportunité d'un transfert de charges, et d'une économie budgétaire qu'une réelle réforme de la structure étatique, et souhaite donc pouvoir «garder une oeil» sur les collectivités. Une «surveillance» qu'il conserve de fait, en refusant d'accorder à ces collectivités l'indépendance fiscale. Autre aspect souligné par les trois intervenants, les élus eux-mêmes. Tant au niveau local qu'au niveau national et plus encore, ce qui est souvent le cas, lorsqu'ils sont les deux à la fois. "Beaucoup d'élus veulent garder leur prérogatives, et dans le même temps, ne veulent pas endosser toutes les responsabilités" assure l'ancien Préfet de Région Christian Frémont. Par temps de crise, ils en laissent volontiers à l'Etat. Mais «à vouloir satisfaire un peu tout le monde, l'ensemble perd de sa cohérence» analyse les experts.

"Tricotages et détricotages"Plus globalement parlant, "la France n'est pas culturellement apte à admettre la régionalisation qui devrait être la suite logique de la décentralisation", synthétise Jean-François Brisson. Contrairement à ses voisins européens, italien, espagnol, allemand, qui sont des Etats composés, fédéraux ou régionaux, la France, fait du «bricolage». Un bricolage, qui engendre cette organisation d'entre-deux, parfois un peu bancale, lourde et compliquée d'«Etat décentralisé».

Pour autant, l'universitaire, veut mettre un peu d'optimisme dans ce constat en soulignant que commence à apparaître une logique de coordination des collectivités par bloc de compétences, bien que celle-ci ne soit pas encore tout à fait sauvée "des tricotages et détricotages des textes" entre Assemblée Nationale et Sénat... Une coordination qui passe de plus en plus par la notion de contractualisation entre les différents étages de la décentralisation. Un outil qui pourrait, à terme, permettre d'affirmer de plus en plus un leadership de l'échelon régional sur le territoire... mais avant de parler de l'avènement de la régionalisation de la France, les rencontres des dirigeants de collectivités d'Aquitaine ont quelques éditions devant elles.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1238
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
wimille patrick | 05/11/2013

J'ai vraiment du mal à admettre qu'on ne puisse arriver à un projet fiable concernant la decentralisation,si reelechez tous nos voisins.Comment ne comprend pas tous les cotes negatifsdes
des inégalités flagrantes entre Paris et laProvince?Ce manque de prise conscience risque de nous couter cher un jour!

Sylvain | 13/11/2013

Il faut de toute évidence clarifier les compétences des régions et des départements. Cependant, je ne pense pas La France doive accorder plus de pouvoirs aux régions. Il faut rationnaliser l’état et le simplifier. Je vis en Espagne et ce processus a augmenté les inégalités entre régions. Un exemple simple, le système de santé est maintenant géré par les régions. On se retrouve avec des systèmes de protection sociale performants dans le nord du pays et d’autres moins efficaces dans le sud. Pire, la Catalogne veut maintenant gérer ses propres impôts afin de ne plus aider l’Andalousie. Je pense que les régionalistes ne disent pas la vérité aux français car en régionalisation on va réduire la solidarité entre les régions et augmenter les différences économiques. On perdra donc un symbole fort de la France : EGALITE.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !