aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 30/09/16 | Fête des voisins à Cenon le 6 octobre

    Lire

    Fidaquitaine, cabinet d'expertise comptable organise lee 6 octobre la 3ème édition de la «Fête des Voisins du Travail » à Cenon (33). Son principe, basé sur la rencontre et l’échange professionnel, réunit salariés et chefs d'entreprises situés à proximité autour d’un midi festif. Cette année, la Ville présentera le portail des commerçants , qui recense les commerçants et artisans exerçant dans la commune en quelques clics! Les inscriptions pour les commandes des menus sont ouvertes jusqu'au 04 octobre. Rens: Fidaquitaine (Rémi Houbion, responsable marketing) au 05 56 40 54 74

  • 30/09/16 | Salon Horizon Vert, les 1er et 2 octobre au Parc des expos de Villeneuve/Lot

    Lire

    Ce rendez-vous dédié à l'écologie fait la part belle cette année à la biodiversité dans tous ses aspects. L'occasion de découvrir, à travers conférences, ateliers et autres animations, quelques exemples de tout ce qui peut être fait au quotidien pour protéger la biodiversité. L'inauguration se déroulera le samedi 1er octobre à 11h. Ce salon est ouvert de 10h à 19h, et le samedi jusqu'à 23h pour l'espace restauration/spectacle. Tarifs : 2,50 €/adulte - Gratuit pour les moins de 20 ans.

  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | La décentralisation,une réforme à l'avenir bouché ?

31/10/2013 | Ce 31 octobre, les praticiens de la décentralisation ont pris le temps de la réflexion sur l'avenir de la décentralisation. Un avenir plutôt maussade.

Plus de 200 cadres territoriaux réunis à Bordeaux pour les 4èmes Rencontres des dirigeants de collectivités d'Aquitaine

A l'heure où le Parlement débat sur la rédaction des textes de l'acte 3 de la décentralisation, entre 200 et 300 cadres territoriaux d'Aquitaine se sont réunis à la faculté de droit de l'Université Montesquieu Bordeaux 4, pour la 4ème édition des rencontres des Dirigeants des collectivités territoriales d'Aquitaine. Une table ronde a permis de poser un triple regard sur cette question invitant au débat un acteur de l'Etat, ancien préfet de Région, Christian Frémont, un acteur des collectivités, ancien DGS de la communauté urbaine de Marseille, Jean-Luc Bertoglio et un universitaire, le doyen de la faculté de droit de Bordeaux, Jean-François Brisson.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas parce que des projets de lois portant renforcement de la décentralisation sont actuellement en débat à l'Assemblée nationale et au Sénat, que la décentralisation de l'Etat français va vers un avenir brillant. Plus les débats législatifs avancent, plus il serait, semble-t-il, autorisé d'en douter... C'est, en tout cas, ce que semble constater les participants à la table ronde de ce jeudi matin, plutôt pessimistes sur le sort de cette réforme. Même point de vue pour Stéphane Bussone, Président régional Aquitaine du Syndicat National des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales (organisateur de l'évènement), et par ailleurs, Directeur Général des Services de Saint-Jean-de-Luz. «Quand nous avons eu connaissance de l'avant projet de loi de décentralisation, c'est un projet qu'au départ nous avons soutenu. Mais depuis, au fils des discussions le texte s'est à la fois dilué dans ses objectifs et complexifié dans ses dispositifs».

"Un piège abscon"Pour preuve, avant même d'évoquer le fond, d'un seul avant-projet de réforme, cet acte 3 de la décentralisation, s'est vu «saucissonner en trois projets de loi», selon la formule d'un intervenant de la matinée. Une complexification aussi sur les dispositifs portés par cette réforme. Et Stéphane Saubusse de citer l'exemple de la future Métropole, actuellement débattu au Parlement. Celle-ci va être constituée de cinq instances, auxquelles devront siéger les Maires. «Le projet voulait à l'origine rendre la décision plus proche du citoyen, davantage inscrire les maires dans la proximité, donner plus de lisibilité politique... Là on n'y est pas; au contraire, au fil des intérêts des uns et des autres, on s'éloigne des citoyens, c'est un piège abscon».

Un piège abscon qui s'explique, selon les intervenants, par deux raisons principales. La première émane de l'Etat, qui voit dans la décentralisation davantage l'opportunité d'un transfert de charges, et d'une économie budgétaire qu'une réelle réforme de la structure étatique, et souhaite donc pouvoir «garder une oeil» sur les collectivités. Une «surveillance» qu'il conserve de fait, en refusant d'accorder à ces collectivités l'indépendance fiscale. Autre aspect souligné par les trois intervenants, les élus eux-mêmes. Tant au niveau local qu'au niveau national et plus encore, ce qui est souvent le cas, lorsqu'ils sont les deux à la fois. "Beaucoup d'élus veulent garder leur prérogatives, et dans le même temps, ne veulent pas endosser toutes les responsabilités" assure l'ancien Préfet de Région Christian Frémont. Par temps de crise, ils en laissent volontiers à l'Etat. Mais «à vouloir satisfaire un peu tout le monde, l'ensemble perd de sa cohérence» analyse les experts.

"Tricotages et détricotages"Plus globalement parlant, "la France n'est pas culturellement apte à admettre la régionalisation qui devrait être la suite logique de la décentralisation", synthétise Jean-François Brisson. Contrairement à ses voisins européens, italien, espagnol, allemand, qui sont des Etats composés, fédéraux ou régionaux, la France, fait du «bricolage». Un bricolage, qui engendre cette organisation d'entre-deux, parfois un peu bancale, lourde et compliquée d'«Etat décentralisé».

Pour autant, l'universitaire, veut mettre un peu d'optimisme dans ce constat en soulignant que commence à apparaître une logique de coordination des collectivités par bloc de compétences, bien que celle-ci ne soit pas encore tout à fait sauvée "des tricotages et détricotages des textes" entre Assemblée Nationale et Sénat... Une coordination qui passe de plus en plus par la notion de contractualisation entre les différents étages de la décentralisation. Un outil qui pourrait, à terme, permettre d'affirmer de plus en plus un leadership de l'échelon régional sur le territoire... mais avant de parler de l'avènement de la régionalisation de la France, les rencontres des dirigeants de collectivités d'Aquitaine ont quelques éditions devant elles.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
574
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
wimille patrick | 05/11/2013

J'ai vraiment du mal à admettre qu'on ne puisse arriver à un projet fiable concernant la decentralisation,si reelechez tous nos voisins.Comment ne comprend pas tous les cotes negatifsdes des inégalités flagrantes entre Paris et laProvince?Ce manque de prise conscience risque de nous couter cher un jour!

Sylvain | 13/11/2013

Il faut de toute évidence clarifier les compétences des régions et des départements. Cependant, je ne pense pas La France doive accorder plus de pouvoirs aux régions. Il faut rationnaliser l’état et le simplifier. Je vis en Espagne et ce processus a augmenté les inégalités entre régions. Un exemple simple, le système de santé est maintenant géré par les régions. On se retrouve avec des systèmes de protection sociale performants dans le nord du pays et d’autres moins efficaces dans le sud. Pire, la Catalogne veut maintenant gérer ses propres impôts afin de ne plus aider l’Andalousie. Je pense que les régionalistes ne disent pas la vérité aux français car en régionalisation on va réduire la solidarité entre les régions et augmenter les différences économiques. On perdra donc un symbole fort de la France : EGALITE.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !