18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | La décentralisation,une réforme à l'avenir bouché ?

31/10/2013 | Ce 31 octobre, les praticiens de la décentralisation ont pris le temps de la réflexion sur l'avenir de la décentralisation. Un avenir plutôt maussade.

Plus de 200 cadres territoriaux réunis à Bordeaux pour les 4èmes Rencontres des dirigeants de collectivités d'Aquitaine

A l'heure où le Parlement débat sur la rédaction des textes de l'acte 3 de la décentralisation, entre 200 et 300 cadres territoriaux d'Aquitaine se sont réunis à la faculté de droit de l'Université Montesquieu Bordeaux 4, pour la 4ème édition des rencontres des Dirigeants des collectivités territoriales d'Aquitaine. Une table ronde a permis de poser un triple regard sur cette question invitant au débat un acteur de l'Etat, ancien préfet de Région, Christian Frémont, un acteur des collectivités, ancien DGS de la communauté urbaine de Marseille, Jean-Luc Bertoglio et un universitaire, le doyen de la faculté de droit de Bordeaux, Jean-François Brisson.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas parce que des projets de lois portant renforcement de la décentralisation sont actuellement en débat à l'Assemblée nationale et au Sénat, que la décentralisation de l'Etat français va vers un avenir brillant. Plus les débats législatifs avancent, plus il serait, semble-t-il, autorisé d'en douter... C'est, en tout cas, ce que semble constater les participants à la table ronde de ce jeudi matin, plutôt pessimistes sur le sort de cette réforme. Même point de vue pour Stéphane Bussone, Président régional Aquitaine du Syndicat National des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales (organisateur de l'évènement), et par ailleurs, Directeur Général des Services de Saint-Jean-de-Luz. «Quand nous avons eu connaissance de l'avant projet de loi de décentralisation, c'est un projet qu'au départ nous avons soutenu. Mais depuis, au fils des discussions le texte s'est à la fois dilué dans ses objectifs et complexifié dans ses dispositifs».

"Un piège abscon"Pour preuve, avant même d'évoquer le fond, d'un seul avant-projet de réforme, cet acte 3 de la décentralisation, s'est vu «saucissonner en trois projets de loi», selon la formule d'un intervenant de la matinée. Une complexification aussi sur les dispositifs portés par cette réforme. Et Stéphane Saubusse de citer l'exemple de la future Métropole, actuellement débattu au Parlement. Celle-ci va être constituée de cinq instances, auxquelles devront siéger les Maires. «Le projet voulait à l'origine rendre la décision plus proche du citoyen, davantage inscrire les maires dans la proximité, donner plus de lisibilité politique... Là on n'y est pas; au contraire, au fil des intérêts des uns et des autres, on s'éloigne des citoyens, c'est un piège abscon».

Un piège abscon qui s'explique, selon les intervenants, par deux raisons principales. La première émane de l'Etat, qui voit dans la décentralisation davantage l'opportunité d'un transfert de charges, et d'une économie budgétaire qu'une réelle réforme de la structure étatique, et souhaite donc pouvoir «garder une oeil» sur les collectivités. Une «surveillance» qu'il conserve de fait, en refusant d'accorder à ces collectivités l'indépendance fiscale. Autre aspect souligné par les trois intervenants, les élus eux-mêmes. Tant au niveau local qu'au niveau national et plus encore, ce qui est souvent le cas, lorsqu'ils sont les deux à la fois. "Beaucoup d'élus veulent garder leur prérogatives, et dans le même temps, ne veulent pas endosser toutes les responsabilités" assure l'ancien Préfet de Région Christian Frémont. Par temps de crise, ils en laissent volontiers à l'Etat. Mais «à vouloir satisfaire un peu tout le monde, l'ensemble perd de sa cohérence» analyse les experts.

"Tricotages et détricotages"Plus globalement parlant, "la France n'est pas culturellement apte à admettre la régionalisation qui devrait être la suite logique de la décentralisation", synthétise Jean-François Brisson. Contrairement à ses voisins européens, italien, espagnol, allemand, qui sont des Etats composés, fédéraux ou régionaux, la France, fait du «bricolage». Un bricolage, qui engendre cette organisation d'entre-deux, parfois un peu bancale, lourde et compliquée d'«Etat décentralisé».

Pour autant, l'universitaire, veut mettre un peu d'optimisme dans ce constat en soulignant que commence à apparaître une logique de coordination des collectivités par bloc de compétences, bien que celle-ci ne soit pas encore tout à fait sauvée "des tricotages et détricotages des textes" entre Assemblée Nationale et Sénat... Une coordination qui passe de plus en plus par la notion de contractualisation entre les différents étages de la décentralisation. Un outil qui pourrait, à terme, permettre d'affirmer de plus en plus un leadership de l'échelon régional sur le territoire... mais avant de parler de l'avènement de la régionalisation de la France, les rencontres des dirigeants de collectivités d'Aquitaine ont quelques éditions devant elles.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1079
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
wimille patrick | 05/11/2013

J'ai vraiment du mal à admettre qu'on ne puisse arriver à un projet fiable concernant la decentralisation,si reelechez tous nos voisins.Comment ne comprend pas tous les cotes negatifsdes
des inégalités flagrantes entre Paris et laProvince?Ce manque de prise conscience risque de nous couter cher un jour!

Sylvain | 13/11/2013

Il faut de toute évidence clarifier les compétences des régions et des départements. Cependant, je ne pense pas La France doive accorder plus de pouvoirs aux régions. Il faut rationnaliser l’état et le simplifier. Je vis en Espagne et ce processus a augmenté les inégalités entre régions. Un exemple simple, le système de santé est maintenant géré par les régions. On se retrouve avec des systèmes de protection sociale performants dans le nord du pays et d’autres moins efficaces dans le sud. Pire, la Catalogne veut maintenant gérer ses propres impôts afin de ne plus aider l’Andalousie. Je pense que les régionalistes ne disent pas la vérité aux français car en régionalisation on va réduire la solidarité entre les régions et augmenter les différences économiques. On perdra donc un symbole fort de la France : EGALITE.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Aéroport Pau-Pyrénées Politique | 23/10/2017

Stratégie aéroportuaire régionale : Quel sort pour les aéroports de la région ?

Gilles Savary Politique | 22/10/2017

Interview: Gilles Savary : il n'y a pas que le parlement pour faire de la politique

La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne