17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | La gestion de l'eau et de l'assainissement en débat à la Fondation Bordeaux Université

02/12/2013 | Les services de l'eau sont souvent au coeur des polémiques lors du renouvellement du mode de gestion d'une collectivité, le débat a fait le point sur les modèles existants

Débat ''collaborations Public-Privé, quel avenir pour la gestion de l'eau'' organisé le 28/11/13 par la Fondation Bordeaux Université

Pour une gestion optimale du service de l'eau et d'assainissement, les collectivités en charge doivent-elles opter pour la régie directe ou pour la Délégation de Services Public (DSP) à un opérateur privé? Voilà en réalité la question à laquelle il ne fallait pas attendre de réponse tranchée le 28 novembre dernier, lors du débat organisé par la Chaire des PPP et la Fondation Université de Bordeaux. Pas de réponse définitive car c'est en réalité tout un éventail de solutions juridiques qui existe entre la prise en main totale de cette gestion par une collectivité, et sa délégation à un opérateur privé. Une gestion qui en outre se fait de plus en plus «à la carte» au regard des attentes et besoin de la collectivité.

Après les nombreux scandales liés aux opérateurs de DSP dans le domaine de l'eau et de l'assainissement, nombre de collectivités ont décidé de reprendre en main leur gestion de l'eau et de l'assainissement. Paris en 2008, est passé de la DSP à la régie de marché, Nantes, cumule sur son territoires un régie et plusieurs DSP avec plusieurs opérateurs, la CUB est en train de revenir au système de régie directe. Mais, d'autres, au contraire, s'ils ont choisi de conserver une DSP, n'hésitent pas à revoir sérieusement les conditions de celles-ci, imposant de fortes négociations avec l'opérateur privé.
C'est notamment le cas de la ville de Libourne dont son Maire Philippe Buisson était présent, pour présenter et défendre, «la DSP de nouvelle génération» conclue par la ville en 2008. Une DSP qui prend notamment en compte de nouveaux enjeux que sont la protection de l'environnement et de la ressource, les questions de solidarités économiques, ou enfin la gouvernance dans laquelle la demande de contrôle par les citoyens et de transparence est de plus en plus importante. Dans le cas de la ville de Libourne, il a par exemple été installé une régie de contrôle sur la gestion de l'eau et de l'assainissement par l'opérateur à laquelle participent des citoyens au côté d'un cabinet spécialisé. Autre exemple sur la CUB: l'association UFC Que choisir a sa place dans le conseil d'administration de la Société de Gestion de l’Assainissement en charge de la délégation de service public transitoire avant le passage en régie prévu pour 2018.

Plus de 31 000 autorités gestionnaires de l'eauPour autant les intervenants l'ont souligné à plusieurs reprise, difficile de dire qu'entre DSP et régie, il existe un modèle idéal. L'essentiel pour les intervenants est justement de ne pas avoir une réponse de principe. Avant de choisir son mode de gestion, une collectivité doit avant tout établir des objectifs et ciblé des résultats au regard de ce service. Ce n'est qu'une fois cette réflexion menée, que la commune pourra choisir le mode de gestion qui permettra de les atteindre au mieux.
Pourtant le système de gestion des services de l'au, quelque soit le choix des collectivités laisse apparaître d'importantes lacunes. Une première remarque est à mettre en lien avec le périmètre de gestion du service. Nombre d'intervenants de la salle ainsi qu' Emmanuel Poilane, directeur de la Fondation France Libertés, ont plaidé pour un système de gestion des services de l'eau au niveau des bassins versants. Une solution qui permettrait une meilleure garantie du respect du cycle de l'eau dans son ensemble et donc d'une meilleure gestion du point de vue de sa quantité et de sa qualité, qui a tendance en France à se dégrader, signale-t-il. A l'heure actuelle, on compte plus de 31 000 autorités gestionnaires de l'eau en France, une approche par bassin permettrait, bel et bien, une organisation moins morcelée.

Voyants au rouge sur l'état des réseauxAutre alerte émise par les intervenants (notamment du côté des opérateurs privés): une «schizophrénie permanente des acteurs» à agir dans le sens d'une économie de la ressource, avec par exemple la mise en place d'équipement économe, tout en étant rémunéré, à l'inverse, en fonction de la consommation... Si quelques compensations ont été inventées dans les DSP pour fournir une rémunération complémentaire aux opérateurs en fonction d'objectif qualitatif, le principe posé par la loi reste celui de la tarification à la consommation.
Enfin, concernant l'eau et l'assainissement, les voyants sont aussi au rouge sur l'état des réseaux français. La très grande majorité d'entre eux arrivent en fin de vie. Un problème d'importance, auquel, pour l'heure personne ne se risque en raison d'une part d'une mauvaise connaissance de ce réseau puisqu'invisible, et surtout du montant colossal représenté par un tel chantier. Pourtant comme l'ont signalé les intervenants, plus on attends plus la facture sera rude pour les consommateurs.

Voir le rapport de l'observatoire des PPP : Rapport - La gestion de l'eau en question…DSP, régies et nouveaux modes de partenariat - novembre 2013

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
762
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !