aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | La gestion financière de la région Poitou-Charentes en débats

16/12/2016 | Un rapport de la Chambre Régionale des Comptes, paru la semaine dernière, sera analysé en détails lors de la prochaine séance plénière du conseil régional.

Alain Rousset Plénière région décembre

Grosse session plénière à venir pour la région Nouvelle Aquitaine, ces lundi 19 et mardi 20 décembre. En plus de nombreux dossiers, notamment un débat sur la vision future de l'économie régionale, les élus auront la lourde tâche de débattre autour du rapport de la CRC (Chambre Régionale des Comptes) pointant une dégradation sensible de la situation financière de l'ancienne région Poitou-Charentes.

"Le rapport confirme en tous points ce que l'on a évoqué". C'est ainsi que s'est justifié Alain Rousset, président de la région Nouvelle Aquitaine, ce lundi lors d'une conférence de presse précédent la séance plénière du Conseil régional des 19 et 20 décembre. Il est en effet longuement revenu sur le rapport accablant de la Chambre Régionale des Comptes concernant les finances de l'ex région Poitou-Charentes. Dans les grandes lignes de ce document de plus de 250 pages, on découvre une capacité de désendettement portée à 19 ans, soit au delà du seuil d'alerte des collectivités (établi à huit ans) et un certain nombre d'emprunts toxiques à hauteur de 46 millions d'euros, pas encore renégociés grâce au Fond de soutien de l'État. 

Une autre lecture

La semaine dernière, Ségolène Royal avait profité de son retour dans la Vienne pour exprimer son indignation, accusant Alain Rousset de "mensonge". Elle avait également profité d'une interview télévisée pour exprimer sa satisfaction après la lecture dudit rapport, qui selon elle lui donnait raison. "Il n'y a pas d'impayés puisque la trésorerie disponible et le potentiel de recettes sont bien supérieures aux factures en paiement, il y a un excédent de trésorerie de 40 millions", avait-t-elle confirmé au journal Le Point. Tout l'enjeu de la plénière de lundi sera donc bien de faire admettre qu'en 2015, la région Poitou-Charentes était en cessation de paiement. "Ce sont des emprunts dits structurés, qui s'appuient sur des paniers de monnaie ce qui dans la période actuelle peut faire exploser la dette. En 2012, un emprunt en Poitou-Charentes est monté jusqu'à 19%, aujourd'hui nous avons trois emprunts de 7, 9 et 12% hérités du Conseil Régional. Ces emprunts ne correspondent même pas à la norme de Bercy", a réaffirmé Alain Rousset ce vendredi. 

Des points de discorde

La "dette structurée", où partie de la dette régionale la plus risquée, a été analysée par un cabinet de conseil en gestion de risques financiers, Riskedge, qui accompagnera la Région dans une phase de renégociation avec certaines banques, sur un encours de dette structurée de 172 millions d'euros. Selon la Cour des Comptes, les reports d'impayés de Poitou-Charentes ont été de 111 millions d'euros ("en juin, toutes les factures étaient soldées. Evidemment, ces 132 M€ ont dû être pris sur le budget 2016", a notamment justifié l'ancienne région Aquitaine au travers d'un communiqué).

La situation financière se serait dégradée en 2014 et présentait déjà des tensions fin 2015. La capacité d'autofinancement de la région était négative de six millions, et ce sans intégrer les impayés sur l'exercice 2015, lorsque celles d'Aquitaine et de Limousin sont positives de respectivement 206 et 18 millions d'euros. Quant-à la trésorerie de 40 millions avancée par l'ex présidente de la région, selon les magistrats, Poitou-Charentes a mobilisé 80,94M€ d'emprunt pour un besoin financier réel de 61,32M€. Autrement dit, l'excédent de la trésorerie budgétaire serait en réalité fondée sur un emprunt. Si la dette était de 457,6 millions d'euros (contre 796 millions pour l'Aquitaine et 273 millions pour le Limousin), c'est en réalité ces ressources financières manquantes qui auraient eu un effet ciseau, la région s'étant en plus privée pendant dix ans de la recette fournie par la part régionale sur les carburants (TICPE).

Pour Alain Rousset, il est bien temps de remédier à ce refus volontaire. "On ne va pas être fou au point de refuser un accompagnement de l'État alors que toutes les collectivités françaises qui se sont fait avoir par les banques en acceptant des emprunts structurés le font". Pour ce qui est de la réaction de Ségolène Royal à la lecture de ces conclusions, le président de la région Nouvelle Aquitaine n'a pas mâché ses mots : "on a pas dû apprendre à lire où à compter dans la même école. Je pense qu'elle n'a pas lu ce rapport, elle doit avoir beaucoup de travail..." Reste que, aussi alarmant qu'il soit, la Chambre régionale des comptes a rejeté la notion d'insincérité budgétaire", affirmant que l'on ne pouvait pas assurer avec certitudes la minoration de ces dépenses. Conséquence directe, elle n'a pas non plus préconisé de poursuite devant la cour de discipline budgétaire, ce qui est, pour Jean-François Macaire, ancien président de la région Poitou-Charentes, et pour Ségolène Royal, un point juridique important. Autrement dit : l'erreur est en train d'être réparée, mais ses prétendus responsables pourraient bien ne jamais payer pour elle. S'il n'est plus en poste en tant que responsable d'une délégation aux finances, Jean-François Macaire est, à ce jour, toujours vice-président de la Nouvelle Aquitaine. Ce que, bien sûr, Alain Rousset a également commenté : "Je pense qu'il devrait revoir ses plans et réfléchir à sa situation".

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4798
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !