Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La gestion financière de la région Poitou-Charentes en débats

16/12/2016 | Un rapport de la Chambre Régionale des Comptes, paru la semaine dernière, sera analysé en détails lors de la prochaine séance plénière du conseil régional.

Alain Rousset Plénière région décembre

Grosse session plénière à venir pour la région Nouvelle Aquitaine, ces lundi 19 et mardi 20 décembre. En plus de nombreux dossiers, notamment un débat sur la vision future de l'économie régionale, les élus auront la lourde tâche de débattre autour du rapport de la CRC (Chambre Régionale des Comptes) pointant une dégradation sensible de la situation financière de l'ancienne région Poitou-Charentes.

"Le rapport confirme en tous points ce que l'on a évoqué". C'est ainsi que s'est justifié Alain Rousset, président de la région Nouvelle Aquitaine, ce lundi lors d'une conférence de presse précédent la séance plénière du Conseil régional des 19 et 20 décembre. Il est en effet longuement revenu sur le rapport accablant de la Chambre Régionale des Comptes concernant les finances de l'ex région Poitou-Charentes. Dans les grandes lignes de ce document de plus de 250 pages, on découvre une capacité de désendettement portée à 19 ans, soit au delà du seuil d'alerte des collectivités (établi à huit ans) et un certain nombre d'emprunts toxiques à hauteur de 46 millions d'euros, pas encore renégociés grâce au Fond de soutien de l'État. 

Une autre lecture

La semaine dernière, Ségolène Royal avait profité de son retour dans la Vienne pour exprimer son indignation, accusant Alain Rousset de "mensonge". Elle avait également profité d'une interview télévisée pour exprimer sa satisfaction après la lecture dudit rapport, qui selon elle lui donnait raison. "Il n'y a pas d'impayés puisque la trésorerie disponible et le potentiel de recettes sont bien supérieures aux factures en paiement, il y a un excédent de trésorerie de 40 millions", avait-t-elle confirmé au journal Le Point. Tout l'enjeu de la plénière de lundi sera donc bien de faire admettre qu'en 2015, la région Poitou-Charentes était en cessation de paiement. "Ce sont des emprunts dits structurés, qui s'appuient sur des paniers de monnaie ce qui dans la période actuelle peut faire exploser la dette. En 2012, un emprunt en Poitou-Charentes est monté jusqu'à 19%, aujourd'hui nous avons trois emprunts de 7, 9 et 12% hérités du Conseil Régional. Ces emprunts ne correspondent même pas à la norme de Bercy", a réaffirmé Alain Rousset ce vendredi. 

Des points de discorde

La "dette structurée", où partie de la dette régionale la plus risquée, a été analysée par un cabinet de conseil en gestion de risques financiers, Riskedge, qui accompagnera la Région dans une phase de renégociation avec certaines banques, sur un encours de dette structurée de 172 millions d'euros. Selon la Cour des Comptes, les reports d'impayés de Poitou-Charentes ont été de 111 millions d'euros ("en juin, toutes les factures étaient soldées. Evidemment, ces 132 M€ ont dû être pris sur le budget 2016", a notamment justifié l'ancienne région Aquitaine au travers d'un communiqué).

La situation financière se serait dégradée en 2014 et présentait déjà des tensions fin 2015. La capacité d'autofinancement de la région était négative de six millions, et ce sans intégrer les impayés sur l'exercice 2015, lorsque celles d'Aquitaine et de Limousin sont positives de respectivement 206 et 18 millions d'euros. Quant-à la trésorerie de 40 millions avancée par l'ex présidente de la région, selon les magistrats, Poitou-Charentes a mobilisé 80,94M€ d'emprunt pour un besoin financier réel de 61,32M€. Autrement dit, l'excédent de la trésorerie budgétaire serait en réalité fondée sur un emprunt. Si la dette était de 457,6 millions d'euros (contre 796 millions pour l'Aquitaine et 273 millions pour le Limousin), c'est en réalité ces ressources financières manquantes qui auraient eu un effet ciseau, la région s'étant en plus privée pendant dix ans de la recette fournie par la part régionale sur les carburants (TICPE).

Pour Alain Rousset, il est bien temps de remédier à ce refus volontaire. "On ne va pas être fou au point de refuser un accompagnement de l'État alors que toutes les collectivités françaises qui se sont fait avoir par les banques en acceptant des emprunts structurés le font". Pour ce qui est de la réaction de Ségolène Royal à la lecture de ces conclusions, le président de la région Nouvelle Aquitaine n'a pas mâché ses mots : "on a pas dû apprendre à lire où à compter dans la même école. Je pense qu'elle n'a pas lu ce rapport, elle doit avoir beaucoup de travail..." Reste que, aussi alarmant qu'il soit, la Chambre régionale des comptes a rejeté la notion d'insincérité budgétaire", affirmant que l'on ne pouvait pas assurer avec certitudes la minoration de ces dépenses. Conséquence directe, elle n'a pas non plus préconisé de poursuite devant la cour de discipline budgétaire, ce qui est, pour Jean-François Macaire, ancien président de la région Poitou-Charentes, et pour Ségolène Royal, un point juridique important. Autrement dit : l'erreur est en train d'être réparée, mais ses prétendus responsables pourraient bien ne jamais payer pour elle. S'il n'est plus en poste en tant que responsable d'une délégation aux finances, Jean-François Macaire est, à ce jour, toujours vice-président de la Nouvelle Aquitaine. Ce que, bien sûr, Alain Rousset a également commenté : "Je pense qu'il devrait revoir ses plans et réfléchir à sa situation".

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5628
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !