Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/08/19 | 7 histoires d’estuaire sur les rives de la Gironde

    Lire

    La Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique, la communauté de communes de Haut-Saintonge et le CdC de l’Estuaire proposent jusqu’au 28 août des spectacles nocturnes gratuits autour du thème de l’estuaire intitulé "7 histoires d’estuaire". Ce spectacle itinérant mêle musique, danse et vidéo et est présenté au bord ou à proximité du fleuve. Le metteur en scène Eric Le Collen s’inspire des paysages, de l’histoire et du patrimoine pour composer une fresque poétique. Rdv les 19, 21, 26 et 28 août à 21h30.

  • 17/08/19 | Grand-Angoulême : levée de fonds pour Seven Shapes

    Lire

    7 entreprises du monde de l'industrie sont entrées au capital de Seven Shapes. L'objectif de cet investissement est d'accélérer la commercialisation de son école digitale du "Lean". Ce dernier est une méthode de travail adoptée dans les plus grands groupes reposant sur l'écoute du client, la lutte contre le gaspillage, la réduction des stocks et l'intelligence collective. Certaines grandes entreprises nationales comme Enedis ou Schneider Electrics bénéficient déjà de la Seven Shapes School.

  • 17/08/19 | Guéret : réédition d'un festival de musique soutenu par la Région !

    Lire

    La deuxième édition du Check-in Party se déroule du 22 au 24 août prochains à l'aérodrome de Guéret. Plusieurs noms de la musique française et internationale seront présents, à l'image de Jeanne Added, Clara Luciani ou encore Patti Smith. Avec un tel évènement, la Région souhaite rappeler son engagement auprès des festivals en tous genres, notamment en période estivale, à l'image des 106 festivals de musiques soutenus en 2018 à hauteur de 1,7 million d'euros

  • 16/08/19 | Environnement : la Région au Pays Basque avant le G7

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine participera à Pavillon Océan, organisé du 20 au 23 août au Pays Basque par Surfrider Foundation Europe. Ainsi, dans le cadre de la feuille de route "Neo Terra", trois élus régionaux, dont Alain Rousset, participeront aux débats de Pavillon Océan, dont l'objectif est que l'environnement et la protection des océans fassent partie intégrante des négociations du G7 (24-26 août).

  • 16/08/19 | La filière cuir se donne rdv dans la Vienne

    Lire

    Du 27 au 29 septembre, la filière cuir se donne rendez-vous à Saint-Junien (87) pour la 7ème édition des Portes du Cuir. Autour du thème « la responsabilité environnementale des entreprises », 57 exposants seront présents pour des démonstrations, des ateliers d’initiation et des temps d’échange avec les professionnels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Gironde et son souci des "fractures"

10/01/2019 | A l'approche d'un grand débat national provoqué par la grogne sociale du mouvement des gilets jaunes, le conseil départemental de la Gironde veut jouer un rôle.

Gironde voeux 2019

Décentralisation, fracture sociale, débat national et incertitudes. Ce jeudi 10 décembre, les voeux prononcés par Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde (PS), étaient particulièrement bien accordés avec les incertitudes du climat social actuel. Au travers des politiques déjà engagés et des futurs débats qui s'annoncent, ces quelques mots pour amorcer une année s'annonçant déjà politiquement très riche ont sonné comme un nouveau plaidoyer pour l'échelon local des solidarités sociales et l'envie d'un regain de responsabilités de la part des "corps intermédiaires".

Tête d'affiche

"Fracture ou faille, ça s'écarte. Il y a de plus en plus de français sur le bord de la route et qu'on est obligés d'assister tandis que l'autre France est de plus en plus taxée pour permettre d'aider les premiers. C'est un système diabolique", disait Jacques Chirac dans un débat face à Lionel Jospin en 1995. Le mot fracture et le besoin de lutter contre ont sans doute été les deux marqueurs des voeux à la presse formulés ce jeudi 10 janvier par le président du Conseil départemental de la Gironde, Jean-Luc Gleyze, qui s'est par ailleurs montré inquiet des conflits sociaux qui traversent la France depuis le mois de novembre dernier. Situation qui a été marquée par la mobilisation encore importante, constatée samedi dernier, à Bordeaux. "Il y a une vraie inquiétude pour nous et un besoin de réponses essentiel". Le contexte est en effet particulièrement incertain à l'aube de nouvelles manifestations des gilets jaunes annoncées pour ce samedi, un grand débat national aux contours houleux et un mic-mac manifeste autour des critères du retrait de la taxe d'habitation.

Pour Jean-Luc Gleyze, les collectivités locales auront aussi leur rôle à jouer dans les semaines à venir. "Le grand débat devra permettre au moins de capter des revendications de façon plus précise, avec la difficulté de l'hétérogénéïté de ce qui est demandé. Le vrai sujet pour le gouvernement sera de ne pas faire naître un faux espoir. D'autres acteurs pourraient être concernés sur les réponses à apporter, d'où l'importance des corps intermédiaires. Si on donne les moyens à ces collectivités de réaliser correctement leurs politiques publiques, c'est sans doute le meilleur moyen de répondre, chacun à son niveau, aux préoccupations de nos concitoyens en fonction des compétences qui nous sont données par la loi". Le refus du jacobinisme n'est pas nouveau pour celui qui pilote le département depuis désormais quatre ans : il a déjà plaidé en faveur de la décentralisation à de nombreuses reprises, tout comme il a renvoyé l'Etat à ses responsabilités concernant certaines aides sociales (les allocations individuelles de solidarité).

Solidarités territoriales

Il est vrai qu'en décembre dernier, la Gironde a voté un budget de 1,78 millions d'euros, en hausse de +5,3% par rapport à 2018, avec 956 millions d'euros réservés aux dépenses sociales. "Nous avons déjà quatre ans de mandat derrière nous, il nous reste deux ans, c'est sans doute l'occasion pour nous d'aller au plus près de nos concitoyens pour échanger avec eux sur ce que nous avons déjà mis en oeuvre et ce que nous pourrions faire. Les incertitudes restent nombreuses, notamment concernant la réforme de la fiscalité (taxe pour les communes, taxe foncier bâti) ou le pacte financier sur lequel nous sommes toujours en demande auprès de l'Assemblée des Départements de France. Pour autant, face à ce qu'il dénonce comme des "fractures sociales et territoriales", Jean-Luc Gleyze ne dévie pas de sa ligne habituelle. "Les fractures sociales sont aussi l'expression de ceux qui sont dans la très grande pauvreté mais aussi de ceux qui travaillent et qui n'arrivent pas à vivre plutôt qu'à survivre. Je pense aux agriculteurs n'arrivant pas à tirer un revenu décent de leur exploitation, aux artisans, à ces personnes qui sont obligées de mettre en parenthèse leur parcours professionnel pour devenir aidant d'une personne handicapée et d'une personne âgée. L'action sociale, en dehors des allocations elles-mêmes, nécessite aussi un coût important", a-t-il notamment déclaré.

L'exercice n'a pas épargné un ping-pong local. Après qu'Alain Juppé se soit plié au même exercice un jour plus tôt et ait orienté le débat vers la tenue d'assises territoriales, le président du département ne s'est pas totalement fermé à la démarche, à une condition. "C'est une bonne nouvelle, je ne sais pas si c'est une prise de conscience ou une lucidité accentuée sur cette question. Pour ce qui nous concerne, nous avons toujours été convaincus de la nécessité de travailler sur l'interdépendance des territoires et la complémentarité en évitant absolument la rupture et la fracture. C'est une proposition intéressante mais il y a un prérecquis à toute démarche d'acceptation de ma part : que le président de Bordeaux métropole se prononce clairement contre la métropolisation. Je ne peux pas envisager de réfléchir à l'interdépendance des territoires si cette dernière est encore à l'ordre du jour. Dans ce cas, la Région et le département seront d'accord pour, en pilotage partagé, travailler sur cette interdépendance que nous pratiquons déjà" (et l'élu de citer la convention partenariale déjà passée dans le cadre de la loi NOTRe ou les accords signés avec plusieurs villes comme Eysines, Bordeaux ou Lormont). "Ce qu'il faudrait encourager, c'est l'accentuation de cette collaboration, et non pas la fracture des territoires entre eux, sinon c'est donner de l'eau au moulin des revendications des gilets jaunes". Dans ce cadre, il a également défendu les politiques de redistribution vers les territoires : les 28 millions d'euros d'aides aux communes et intercommunalités votées dans le budget 2019, l'ouverture de nouvelles aires de co-voiturage ou encore le plan Haut-Méga, soutenu par les fonds européens, ayant été cités comme exemples aux côtés des contrats de ville d'équilibre (passés avec Libourne, La Réole et Lesparre en 2018 et prévus pour Castillon, Langon et Saint-André-de-Cubzac en 2019) et de l'initiative Solutions solidaires, dont le prochain grand rendez-vous public est prévu pour les 20 et 21 février prochain au Pin Galant de Mérignac et convoquera experts, élus et associatifs pour débattre autour de politiques de solidarité innovantes.

Gestion des bases

Enfin, un dernier dossier (et pas des moindre) est venu s'inviter à la fête, celui du revenu de base. La récente tribune d'un économiste dans Le Monde ne pouvait servir de meilleur prétexte pour en remettre une petite louche, alors même qu'un projet de loi a été déposé en octobre et qu'il devrait être mis sur la table gouvernementale le 31 janvier prochain. "Est ce que le revenu de base peut être une partie de la réponse aux préoccupations des gilets jaunes ? La question mérite d'être étudiée sous cet angle, je ne suis plus seul à le penser. En 2016, nous étions quelques utopistes inconscients dans ce département à penser qu'il fallait peut-être envisager la solidarité nationale d'une manière différente de celle pratiquée au travers du RSA. Depuis quelques mois, nous sommes dix-huit présidents de départements à porter cette expérimentation. Pas de certitude ni de dogme, mais le gouvernement semble désormais s'intéresser à cette expérimentation", a poursuivi Jean-Luc Gleyze, en profitant pour annoncer une rencontre proche avec la nouvelle secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé (la girondine Christelle Dubos) aux côtés d'autres présidents de département pour évoquer cette potentielle démarche d'expérimentation. Si la feuille de route semble donc tracée, bien qu'incertaine, le chemin de la collectivité pour 2019 reste encore long.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3094
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !