Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/09/20 | Dordogne : l'école de Savignac face à un foyer de coronavirus

    Lire

    L’école supérieure de management en hôtellerie-restauration de Savignac-les-Églises, qui accueille 374 élèves, est désormais touchée par l’épidémie du coronavirus. Depuis mercredi 23 septembre, neuf cas ont été dépistés dans la communauté étudiante. La Direction Générale de la CCI Dordogne et la Direction de l’Ecole, en liaison avec l’ARS, ont décidé de passer toutes les formations en distanciel à partir du lundi 28 septembre pour une durée de deux semaines.

  • 28/09/20 | Pierre Hurmic salue l'entrée au Sénat de Monique de Marco

    Lire

    Réaction enthousiaste du maire de Bordeaux après l'élection en Gironde de Monique de Marco: "C’est une victoire historique pour l’écologie politique. Après avoir gagné Bordeaux, mais aussi Artigues et Carbon Blanc sur la métropole qui ont rejoint Bègles, les écologistes viennent de démontrer leur capacité de conviction sur l’ensemble des territoires girondins. Monique de Marco et le nouveau groupe écologiste porteront au Sénat, avec force et compétence, les causes du climat, du respect du vivant, de la justice sociale et des droits humains. Ils pèseront pour concrétiser rapidement les 149 propositions issues de la Convention citoyenne pour le climat."

  • 28/09/20 | L'Hermione compte repartir au printemps 2021

    Lire

    L'Hermione pourrait repartir au printemps 2021, a annoncé vendredi le président de l'association Hermione-Lafayette Olivier Pagezy : « Dans le cadre du plan de relance, le ministère du tourisme a un budget pour faire la promotion de la France à l’étranger et il a bien compris le rôle d’ambassade que peut jouer L’Hermione ». Atout France travaille avec l'association sur un projet de voyage dans les pays européens «les plus susceptibles de venir chez nous», pour y porter les couleurs de la région.

  • 28/09/20 | Le traité d’unification allemande fête ses 30 ans à Limoges

    Lire

    Le 2 octobre, la Maison de l’Europe Direct Limousin fête les 30 ans du traité d’unification allemande ainsi que la présidence allemande du Conseil de l’Union Européenne. Au cours de cette journée de célébration à l’Espace Simone Veil, le public pourra découvrir l’exposition « Au coeur de l’Allemagne » et les structures travaillant dans le cadre des relations franco-allemandes. Des conférences autour de cette thématique sont également organisées. Entrée libre et gratuite.

  • 28/09/20 | L’agglo de Royan soutient les entreprises face au Covid19

    Lire

    La Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique vient de décider une aide d’un million d’euros pour soutenir la trésorerie des entreprises qui ont été touchées par la crise sanitaire. Cette subvention de fonctionnement sera versée aux entreprises de moins de 20 salariés et aux associations employeuses résidant sur le territoire communautaire. Le dossier de demande d’aide doit être déposé avant le 30 octobre et est disponible sur le site de l'agglo.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Gironde milite pour une "solidarité territoriale"

03/09/2020 | Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde, a fait sa rentrée politique ce jeudi 3 septembre dans un contexte de plan national de redressement économique.

Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde

Solidarité, proximité, service public, tel était le "mantra" de Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, lors de sa rentrée politique ce jeudi 3 septembre. Elle intervient au moment précis où le gouvernement annonce un vaste Plan de Relance à la somme symbolique de 100 milliards d'euros. Au-delà de l'appel à la solidarité nationale passé durant le confinement, c'est vers une "solidarité territoriale" que le chef de file départemental souhaiterait se diriger, non sans conditions et aides financières extérieures...

Une main tendue, mais une main ferme. C'est à ça que ressemblait le discours de rentrée de Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, ce jeudi 3 septembre à Bordeaux, au moment de faire le point sur les sujets d'actualités et ceux qui occuperont la collectivité pour les mois à venir. "Nous ne sommes pas dans le post-covid, cette réalité s'impose toujours à nous", a répété l'élu. Au moment où la Gironde est en zone rouge et où les autorités de santé évoquent un virus qui "reste dangereux", les centres de dépistages ne désemplissent pas et viennent saturer les laboratoires d'analyse mais "le laboratoire départemental d'analyse est mis à disposition depuis fin mai. Pour l'instant, nous n'avons pas été sollicité par l'ARS ni par le CHU", a rappelé le responsable. Face au regain de l'épidémie, la collectivité a dû prendre quelques mesures : la fermeture de plusieurs casernes de pompiers, du domaine de loisirs de Blasimon, d'une maison départementale à Bordeaux Lac ou encore, lors de cette rentrée qui s'est "globalement bien passée", de la fermeture du service de restauration dans un collège de Villenave d'Ornon. 

France Relance

Derrière le volet sanitaire figurent en bonne place l'économie et le social. Pour la première, Jean-Luc Gleyze a rappelé les ambitions, toujours intactes, du plan collège (640 millions d'euros pour la construction de 13 nouveaux collèges, la réfection de dix déjà existants et l'extension des capacités de plusieurs autres), tout en précisant "l'obligation de recourir à l'emprunt pour tenir les délais" même si "les entreprises font tout pour rattraper le temps perdu". Hasard du calendrier, c'est aussi ce jeudi que Jean Castex a choisi pour présenter le plan "France Relance". Un plan que le responsable départemental, avant son annonce détaillée, espérait ambitieux à l'égard des collectivités territoriales.

"Nous espérons que dans les 100 milliards d'euros, il y en aura un certain nombre qui seront consacrés aux investissements des collectivités parce que nous sommes fortement contributeurs de la relance économique et de la relance de l'emploi. Nous avons souffert à la fois en recettes et en dépenses puisque nous avons pris des mesures. On a des interrogations sur la fin de l'année budgétaire. Nous espérons que l'État sera là. Il nous a appelé au titre de la solidarité nationale, il faut maintenant qu'il soit présent au titre de la solidarité territoriale". Bémol ou non, après le plan d'urgence pour les finances des collectivités territoriales, les regards du gouvernement semblent portés davantage sur l'économie, les entreprises et la transition écologique. Le 90ème congrès de l'Assemblée des Départements de France, début novembre, devrait à coup sûr y revenir...

Gironde en commun

En attendant, pour la collectivité girondine, l'investissement continue. Le plan collège est toujours prévu, le plan Gironde Haut Méga pour faire venir la fibre dans les territoires atteindra bientôt 100 000 prises raccordées (pour un objectif de 500 000 d'ici 2024). En tout, on arrive à un volet investissement total annuel établi à environ 230 millions d'euros. "Nous savons que nous allons dépasser le milliard promis en début de mandature. La manière dont la relance s'opère nous importe. J'ai récemment écrit au Président de la République pour lui demander de financer des projets portés par les collectivités territoriales qui sont le premier investisseur public. Nous avons un timing serré, des projets aboutis qui attendent des financements, notamment européens, et des besoins déjà identifiés".

À l'échelon local, l'élu milite en tout cas pour une collaboration accrue entre la gauche régionale, métropolitaine et la gauche verdie qui compose désormais le paysage politique bordelais. À cette fin, en plus de rencontres en cours avec les chefs de files des différentes collectivités, Jean-Luc Gleyze met en ligne ce jour un "manifeste pour une Gironde en commun". Dans ce texte, il précise être "persuadé qu'il ne faut pas attendre que toutes les solutions viennent d'en haut" et milite pour "une dynamique partenariale qui privilégie les complémentarités plutôt que la concurrence entre les territoires girondins". Gironde en commun est ainsi présentée, à l'image de Solutions Solidaires, comme une "plateforme de valeurs partagées sur notre vision commune et ce que nous pouvons porter ensembles. Nous devons faire de cette période du COVID-19 une chance parce qu'elle nous a invité à mettre le doigt sur à quoi peut ressembler un effondrement de société". 

Solidarité compensatoire

Une société dont, à l'en croire, on mesure déjà la hausse de la précarité avec une augmentation ("d'environ 6% même si ces chiffres restent à consolider") des bénéficiaires du RSA depuis le déconfinement. Nous voyons aussi émerger de nouveaux profils : des petits autoentrepreneurs qui avaient lancé leur activité juste avant le confinement, des intérimaires, des saisonniers, des intermittents ou des salariés victimes de l'ubérisation du travail". À chaque fois qu'il le peut (et cette fois aussi, donc), Jean-Luc Gleyze rappelle que le RSA "est une délégation accordée par l'État qui relève de la solidarité nationale. Or, les recettes perçues par les collectivités sont passées de 100 à environ 50%, ce qui traduit la réalité d'un transfert non compensé".

Un pan spécifique du RSA dédié aux saisonniers a d'ailleurs été récemment reconduit par le département, qui permet aux bénéficiaires de cumuler leur allocation et les revenus saisonniers dans six départements (Gironde, Dordogne, Landes, Charentes et Lot-et-Garonne), jusqu'au 31 octobre 2020. L'action sociale passe aussi par d'autres rendez-vous dans les prochains mois : la sélection des projets qui occuperont le Domaine de Nodris, l'inauguration du premier village de fratries à Sablons le 17 septembre, qui bénéficiera à 54 enfants en besoin de protection, le panel citoyen qui tiendra sa plénière à l'automne ou encore le budget participatif destiné aux jeunes (11 à 30 ans) qui a déjà réuni 214 projets qui seront analysés dans un jury citoyen en novembre. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2490
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !