Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Gironde, un département avant-gardiste pour le développement du numérique

12/09/2011 |

Anne-Marie Keiser, vice-présidente du Conseil général de Gironde, Joël Aubert, directeur d'Aqui et Stéphane Richard, PDG d'Orange

Ce lundi 12 septembre, le Conseil général de la Gironde a officiellement lancé le pacte numérique. Symboliquement, pour saluer l'importance de l'événement, animé par le directeur d'Aqui!, Joël Aubert, Stéphane Richard, le PDG d'Orange-France Télécom a fait le déplacement. Car, avec ce plan, le Conseil général de Gironde et ses partenaires (Orange, la Région Aquitaine et l'Etat) mettent à la disposition de la population une série de services qui constituent une offre d'ensemble inédite au plan national, à l'image d'Open Data.

"Le Pacte numérique girondin que nous lançons aujourd'hui marque de façon officielle la position du Conseil Général sur une politique ambitieuse et nécessaire autant que peuvent l'être l'accès à l'eau courante, à l'électricité et au téléphone", a déclaré Philippe Madrelle, président du Conseil général de Gironde. Concrètement, ce pacte numérique se traduira par la mise en place d'un réseau de fibre optique de 1 060 km d'ici la fin de l'année 2011 pour raccorder l'intégralité des communes. Ainsi, la quasi totalité des foyers girondins pourra bénéficier d'un accès ADSL à 2 Mb/s minimum. Seul un faible pourcentage des foyers (0,4 %, soit un peu plus de 1 200 lignes) ne pourra être éligible et se verra proposer une alternative satellitaire. "L'enjeu est considérable en terme d'emplois et d'essor économique", a souligné pour sa part Stéphane Richard, le PDG d'Orange-France Télécom, le partenaire technique. "Dans la période très difficile que nous traversons, où la crise économique et sociale impacte fortement notre budget, nous aurions pu ne pas nous engager dans cette voie", a tenu à rappeler Philippe Madrelle. "À titre d'exemple, permettez-moi de vous dire qu'il ne se passe pas une journée sans qu'une entreprise ne téléphone à nos services pour demander, avant de s'implanter sur une commune, si la fibre optique y est bien présente. Par ailleurs, 168 sites publics (collèges, lycées, maisons départementales, casernes de pompiers...) et 83 zones d'activités seront raccordés au très haut débit. Avec des accès à 100 Mb/s, ces zones devraient bénéficier d'un nouveau pouvoir d'attraction et voir de nouvelles entreprises s'installer. "Refuser une Gironde à deux vitesses, c'est aussi montrer l'exemple aux urbains", a plaidé Philippe Madrelle. Et pour accompagner ce développement, un programme de formations appelé SAPIENS, pour « susciter l'accès et le partage de l'information et des nouveaux savoirs », permet à de nombreux « médiateurs numériques » de sensibiliser les publics aux NTIC grâce à plusieurs projets. Enfin, grâce à la mise en ligne du portail datalocale.fr, le département partage de nombreuses données publiques. Pour l'instant, les données concernant l'environnement, les transports et les services de proximité sont mises à disposition, mais d'autres devraient suivre régulièrement. Cette initiative permettra la création d'applications autour de ces données pour offrir aux habitants de nouveaux services numériques.

La Gironde, département pilote pour démocratiser l'accès au numérique
Ce matin, Philippe Madrelle a aussi annoncé que sa collectivité n'allait pas en rester là et lancerait à l'automne un programme d'environ dix millions d'euros qui comprendra quarante neuf zones de
montée en débit, ainsi que des expérimentations de fibres optiques à l'abonné. Pour rappel, la Gironde a été précurseur pour démocratiser l'accès au haut débit dès 2005. C'est ainsi, qu'en 2006, a été créé à l'initiative du Département le Syndicat Mixte Gironde Numérique fédérant le Département et les 45 communautés de communes. Un contrat partenariat public -privé unique en son genre à l'époque et qui fait figure d'exemple aujourd'hui a été signé avec France Telecom-Orange en juin 2009. En 15 mois ce sont 107 NRA ZO qui ont été installés sur l'ensemble du territoire girondin permettant ainsi la résorption des zones blanches (ADSL). Achevée en juillet 2011, la première étape de ce projet d'envergure a donné l'accès au haut débit à tous les girondins, résorbant ainsi les zones non couvertes et l'amélioration du débit dans d'autres zones. Les collectivités ont investi 53,4 millions d'euros dans ce projet dont 40 millions pour le Conseil Général, 6,4M€ de la part de la Région Aquitaine ainsi que des financements de l'Union européenne. Et, pour l'avenir, "l'Etat continuera à investir dans le numérique. Sur les 35 milliards d'euros des investissements d'avenir, 900 millions seront consacrés au développement du réseau numérique", a rassuré, Patrick Stefanini, le préfet de Gironde. 

                                                                                                                          Nicolas César


Crédit photo : Aqui!

Partager sur Facebook
Vu par vous
394
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Floirac | 20/09/2011

J'ai du mal à croire au succès de ce plan.
Habitant Floirac depuis des années, une communauté à moins de 5 km du centre-ville de Bordeaux, je ne peux toujours pas accéder au haut débit, et me contente d'un débit de 1Mo depuis plusieurs années. Un type de débit qui ne permet toujours pas d'accéder à l'ensemble des services offerts aux utilisateurs de haut-débit.

C'est incompréhensible. Avec un tel plan et de telles auto-congratulations, qu'il existe toujours de telles zones blanches si près d'une si grande agglomération. Alors bien sur, il reste le câble, avec un fournisseur local unique, qui a une telle mauvaise presse de la part de ses propres utilisateurs, ce n'est pas encourageant. La fibre optique? un bel espoir que l'on va attendre à Floirac combien d'années?

Non, ce plan numérique ne profite pas à tous en Aquitaine, et que nos campagnes se rassurent, même en "ville" nous ne sommes pas mieux lotis.

BAROUIN Louis | 26/09/2011

La CUB et ses communes ont voulu jouer "bande à part" et sont empétrées dans une délégation de service public avec la société INOLIA qui ne s'intéresse qu'au développement économique et non au bien être des citoyens de la CUB.
Ce n'est pas le cas du projet de Gironde Numérique qui, suite au refus de la CUB, a équipé l'ensemble de la Gironde ... hors CUB !
Dommage d'avoir raté le coche mais surtout dommage pour les habitants des communes de la CUB qui se retrouvent désormais aux mains des seuls opérateurs qui n'exploitent que les zones rentables. CQFD

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !