18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | La jeunesse des partis politiques en débat à Sciences Po

05/03/2015 | L'amphithéâtre de Sciences Po était plein ce mercredi à l'occasion d'une série de débats sur des thèmes très actuels organisée par l'association Civi Futura.

Les débats étaient organisés pour la première fois dans l'amphithéâtre Montaigne de Sciences Po Bordeaux

Civi Futura, le "think thank" étudiant de Sciences Po Bordeaux, a flairé l'enjeu. A l'occasion d'une série de 7 débats sur l'actualité politique, elle a invité des étudiants, tous engagés politiquement, à représenter leurs différents partis et à débattre sur des sujets de société aussi importants que l'état de la Grèce, la sortie du nucléaire ou la future grande région. A quelques semaines d'un scrutin départemental décisif sur lequel plane le spectre d'une abstention galopante, l'ensemble des partis, tous bords confondus, ont accepté de s'affronter dans l'arène de l'amphi de Sciences Po.

Pour un peu, on se serait cru dans un débat politique officiel. L'UMP, les Jeunesses Socialistes, l'UDI, le FN, EELV, les Jeunes Communistes ou encore l'UDI, tous les partis étaient représentés mercredi soir lors d'une soirée de débats, la première du genre à Bordeaux, organisés au sein de l'Amphithéâtre Montesquieu, en plein coeur des locaux rénovés de Sciences Po, sur le campus de Pessac. A la seule différence près que la parole des partis était cette fois représentée non pas par des élus ou des candidats, mais par... des étudiants ! Ils sont intervenus sur des questions aussi épineuses que le retour du fameux slogan de Nicolas Sarkozy en 2007 : "Travailler plus pour gagner plus", "Le nucléaire, une énergie d'avenir" ou encore "Immigration : une chance pour la France" ? L'ensemble des faux élus mais vrais engagés au sein de leurs partis respectifs (ils sont tous intervenus en accord avec l'association étudiante qui représentait leur parti, sur la base du volontariat) devait non seulement donner un point de vue sur chaque axe mais aussi faire une série de propositions (pas toujours très claires, d'ailleurs... comme dans les vrais débats politiques) à mettre en place. Le tout avec une contrainte, sans doute la plus difficiles pour ces futurs hommes et femmes politiques : ne pas dépasser les 17 minutes allouées à chaque débat. Morceaux choisis.

"Travailler plus pour gagner plus : le retour ?"Parfois drôles, respectant la plupart du temps la philosophie et l'identité de chaque parti, les échanges se sont enflammés et ont vite tourné aux petites phrases et aux accusations détournées, ce qui déclenchait souvent les rires ou les huées d'une salle pleine d'étudiants venus participer à cette soirée un peu unique en son genre. On retiendra quelques phrases bien tournées, notamment celles de Paul Melun, représentant des jeunes socialistes au cours du débat sur le travail : "Ce slogan revêt un aspect sociétal. Il propose un appât du gain, une frénésie du travail, alors même que la volonté du parti socialiste, c'est au contraire de limiter le travail pour donner plus de libertés. Face à un contexte de chômage de masse, Nicolas Sarkozy proposait de faire travailler davantage ceux qui étaient déjà en situation d'emploi. L'UMP conteste les 35 heures, alors même qu'elles sont responsables de la création de plus de 350 000 emplois depuis leur mise en place".

Alexandre Fongaro, représentant des Jeunesses UMP, n'est pas en reste pour répondre à la gauche : "Le coût des 35 heures est considérable, et le recrutement coûteux. Lors de sa mise en place, 76% des français étaient favorables à l'application de ce slogan. Le fait que Sarkozy ne soit pas revenu sur les 35 heures est sans doute le reflet d'un manque d'appui politique". Au milieu du traditionnel clivage gauche droite, Nicolas Pereira, représentant du parti Nouvelle Donne (officiellement entré en campagne cette semaine), préfère repenser le rapport au travail : "89% des français disent être malheureux au travail. Il y a environ 10 millions de personnes en situation précaire en France. Nous préférons faire des propositions concrètes sur le partage du temps de travail, comme l'arrivée d'une semaine de 4 jours, qui a déjà fait ses preuves dans certaines grandes entreprises comme Mamie Nova. La politique de 30,5 heures a déjà été testée et approuvée en Allemagne. Le modèle pourrait très bien être adapté chez nous". On vous passe les huées et les levées de boucliers... 

L'immigration : une chance pour la France ? Sans doute l'un des "affrontements" les plus attendus, avec à la table 3 représentants  : Paul Azibert pour l'UMP, Emilia Noah pour le PS et Jordan Sztang pour le FN. Evoqué pêle-mèle par ce dernier, une "identité nationale déconstruite", le "désastre de Mare Nostrum" et le problème du coût de l'immigration, estimé à 42 milliards d'euros, "largement sous évalué. On peut compter aussi dedans le coût de la police, par exemple", se fend l'étudiant, faisait indirectement un petit raccourci entre "l'immigration et la délinquance". La représentante socialiste était là pour veiller au grain : "Certes, le coût de l'immigration en 2006 était estimé à 49,9 milliards d'euros par an. Mais vous oubliez les recettes qu'elle engendre : 60,3 millards d'euros, soit un bilan positif de 12,4 milliards d'euros. Il faut cesser les amalgames sur les immigrés. La France n'est pas un pays d'immigration massive mais d'immigration diffuse. Il y a en France environ 200 000 nouveaux immigrés par an, soit 0,3% de la population. Le solde migratoire est inférieur au solde naturel. Dans un récent sondage, 64% des immigrés déclarent se sentir français".

L'UMP botte en touche, défendant une "immigration responsable, qui prenne en compte l'UE et la mondialisation. Cette immigration passe par une maîtrise essentielle des flux migratoires, et pour ça il faut savoir quelle immigration légale on veut. L'intégration n'est rien sans cette notion de flux". "L'immigration choisie est un concept fourre-tout", répond le PS, "on ne peut pas choisir entre la misère et la misère. L'UMP ne tape sur les immigrés que lorsque ça lui rapporte des voix". Le représentant de la droite préfère souligner le problème du "droit d'asile, une demande prévue pour durer 6 mois, qui dure parfois plus de 24 mois réels". Le représentant du FN, légèrement effacé, ne semble pas avoir acquis l'approbation de la salle. Mais comme nous avons pu le constater, pas de débat poiitique sur l'immigration sans le légendaire "amalgame" ressorti à toutes les sauces ces dernières semaines... 

La réforme territorialeEnfin, l'un des derniers morceaux de choix de cette soirée riche en "petites phrases", le débat sur la réforme territoriale qui voyait s'affronter Jean Philippe Lamoure pour l'UDI, Céline l'Hostis pour EELV et Yann Herber (semble-t-il un peu plus timide que les autres) pour le PS. Un débat qui est tout de suite entré dans le vif du sujet : les fameuses "clauses générales de compétences" non définies, tant dénoncées par la "véritable" élite politique ces dernières semaines, la droite en tête. "Je ne parle même pas du redécoupage des régions", tempête l'UDI, "décidé en catimini dans le bureau du Président de la République. L'UDI croit aux libertés locales, à la décentralisation", se fend l'étudiant, citant l'exemple de la métropôle lyonnaise. "Nous avons les élections départementales dans 3 semaines. Connaissons nous les compétences des départements ? Vous allez devoir vous exprimer le 22 et le 29 mars prochain sur quoi ? On n'en sait rien". 

EELV dénonce un débat trop centré sur le redécoupage des régions. "C'est dommage car cette réforme est fondamentale et parle des objectifs, des compétences, des moyens alloués aux échelons locaux. On parle de refonder la démocratie locale et territoriale. Cependant, EELV a bien une approche de décentralisation, mais elle est davantage fédéraliste que celle des autres paris", déclare Céline L'Hostis. "On était plutôt satisfaits au début, mais la façon dont elle est mise en place est insuffisante dans l'autonomisation qu'elle donne aux échelons locaux". Enfin, le PS avouait vouloir appliquer "un renforcement démocratique et une solidarité territoriale à toute épreuve. En ce temps de crise de nos institutions, je pense qu'il faut restaurer la confiance entre les citoyens et les élus. Nous prônons par exemple le non cumul des mandats". Rires discrets dans la salle. "On prône aussi une parité effective. Il est évident que la démocratie ne va pas sans la solidarité, c'est ce que doivent porter les collectivités territoriales". Tout en comparant le fameux "fédéralisme" voulu par les écologistes à ce qui est appliqué chez nos amis allemands, les jeunes représentants ont ainsi soutenu les idées de leurs partis respectifs, tout en évoquant entre les lignes la "blague" de la suppression du millefeuille administratif. Si chaque avis portait évidemment les stigmates de ses sensibilités, il reste dommage de ne pas avoir eu le temps de mettre en place une série de "questions des français", comme c'est souvent le cas avec les Présidents en exercice depuis quelques années. Sans doute une idée à mûrir pour les débats de la prochaine édition... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
10780
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Cyril Mouquet | 07/03/2015

Un débat qui fut intéressant, où les huées furent en réalité avant tout, voire seulement, contre le représentant du FN, qui récitait son texte mal ajusté à la réalité. Nicolas Pereira de Nouvelle Donne a été particulièrement remarqué par sa maîtrise des sujets et les propositions concrètes.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs