20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/05/22 | Dordogne : Le schéma départemental en faveur des personnes âgées se prépare

    Lire

    La Dordogne est le 4ème département le plus âgé de France, avec plus d'un tiers de sa population de plus de 60 ans, contre un quart à l'échelle nationale. Cette tranche d'âge devrait représenter 40% de la population périgordine d'ici 10 ans. Fort de ce constat, les travaux du Schéma départemental des personnes âgées 2022-2026 ont été lancés mercredi 18 mai à Périgueux. Objectif: définir les grandes orientations de la politique départementale de l'autonomie pour les 5 ans à venir, sur la base des propositions des professionnels du secteur. Plus d'une centaine étaient présents mercredi.

  • 24/05/22 | Deux-Sèvres : Une maison de santé pluridisciplinaire

    Lire

    La commune de Saint-Aubin-le-Cloud dans les Deux-Sèvres va construire une maison de santé pluridisciplinaire dans son centre-bourg. Le bâtiment disposera d'un cabinet médical pour 2 médecins généralistes, de cabinets pour des infirmiers libéraux, la kinésithérapie et les permanences de professionnels extérieurs. La structure sera également doté d’une salle de réunion pluridisciplinaire.

  • 24/05/22 | Une 20ème structure France Services en Corrèze

    Lire

    Le 20 mai dernier, une 20ème structure France Services a été inaugurée à Allassac. Le maire a souhaité l'ouverture de cette structure pour faire face au départ de la CPAM de sa commune et anticiper le départ du Trésor public. Accueilli dans les locaux de la mairie, cet espace permet d'apporter des services à l'ensemble des habitants. Pour compléter cette offre, la mairie va accueillir à compter du 1er juin une conseillère numérique.

  • 23/05/22 | La Métive, bien plus qu'une résidence artistique

    Lire

    La Métive, à Moutier-d'Ahun en Creuse, est un lieu de résidence de création artistique pluridisciplinaire qui a pour objectif de développer la culture en milieu rural. La résidence permet aussi de favoriser la rencontre entre les artistes locaux, nationaux et internationaux en leur offrant un espace de travail et de création. Pour cette année 2022, le lieu de résidence creusois va organiser des cinés-clubs itinérants et des expositions temporaires notamment.

  • 23/05/22 | Creuse : Une unité de méthanisation dans le Grand Guéret

    Lire

    A Guéret en Creuse, la société Biogaz est détenue par Engie BiOZ, la Communauté d'agglomération du Grand Guéret, la société d’économie mixte Elina, la société Picoty ainsi que les agriculteurs partenaires qui souhaiteraient entrer au capital. Biogaz va créer une unité de méthanisation afin de mieux traiter et valoriser les effluents. Elle permettra de produire près de 2 624 149 Nm3 de biogaz par an, et 27 319 tonnes/an de fertilisant organique (digestat) et évitera l'émission de 3 743 tonnes équivalent CO2 dans l'atmosphère chaque année.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La LGV GPSO et son financement de retour au coeur de l'arène régionale

13/10/2021 | A l'occasion de la séance plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, la question du financement de la LGV GPSO vers Toulouse et Dax s'est invitée en fin de journée

Les élus du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine réunis en séance plénière

La Ligne Grande Vitesse Grand Projet du Sud Ouest, la LGV GPSO, est revenue dans les débats au sein de l'hémicycle régional, après un temps de pause du projet de quelques années. En début de semaine, à l'occasion de la séance plénière du Conseil régional, c'est en effet avec un brin de solennité mais aussi, « de reconnaissance à l'égard de Jean Castex d'avoir ressorti ce dossier », qu'Alain Rousset a évoqué, une première fois dès ses propos liminaires, le sujet de la LGV GPSO. « C'est à la fois un événement et un défi, a-t-il appuyé. Le train c'est un investissement d'un siècle, voire plus. C'est, d'une certaine manière, un sujet qui nous dépasse ». Le sujet en question a été abordé en toute fin de journée à l'occasion d'une communication, non soumise au vote donc, mais bel et bien sources d'échanges entre les différents groupes politiques.

L'objet de la communication d'Alain Rousset concernant la LGV GPSO avait pour but d'informer les élus régionaux de la subite accélération du dossier à la mi-septembre. A savoir l'annonce faite par le premier ministre de confier une mission de coordination au préfet de la Région d'Occitanie pour mettre au point avec les collectivités des régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine un protocole de financement pour le GPSO reliant Bordeaux à Toulouse d'une part et à Dax d'autre part. Autre annonce, la création d'une société de projet (un Etablissement Public Local) en charge de la mise en œuvre de ce financement. Un EPL qui permettra de lever des ressources fiscales via une taxe spéciale sur les bureaux (TSB) et une taxe spéciale d’équipement (TSE), afin de réduire la participation des collectivités territoriales au projet.

Concrètement côté chiffres, sur la base de critères posés en 2009, le montant total du GPSO est estimé à 14 Mds d’euros courants 2021. Quant au plan de financement envisagé, Alain Rousset de détailler : « le gouvernement propose d'investir 40% sur ce projet, il demande 40% aux collectivités locales et compte sur 20% de l'Europe... Pour l'Europe, on peut espérer beaucoup plus, s'il s'agit d'une liaison transfrontalière », estime-t-il avant de poursuivre : « Sur les 40% des collectivités locales, il y aura 30%, au moins, qui sera abondé par la taxe bureau et la taxe d'équipement. Au total la part des collectivités de la Nouvelle-Aquitaine est de l'ordre de 2,1 Mds €. Si on enlève la part de la fiscalité on arrive à 1,6 Mds € ».

"Le temps est compté"
Si ce lundi l'heure était à la « simple » présentation d'une première esquisse d'un plan de financement à venir, le temps d'échange qui l'a suivi a permis de prendre la température sur les inclinaisons ou inquiétudes des uns et des autres. Mais le moment du vote viendra bel et bien. Assez rapidement même, puisqu'il est annoncé à la séance plénière du 13 décembre prochain.

Deux mois donc, en dehors de l'assemblée régionale, pour que les collectivités de Nouvelle-Aquitaine concernées par la ligne adhèrent au plan de financement proposé et se mettent d'accord sur leur participation. « Un temps qui est compté » ont ainsi souligné plusieurs élus depuis les bancs de l'assemblée régionale. Si la formule est de Christophe Duprat (LR), elle aurait pu être prononcée par Jean Dionis du Séjour pour le Groupe Centre et Indépendants, par ailleurs président de l'agglomération d'Agen, et donc à ce titre aussi concerné par le plan de financement GPSO. Lui s'inquiète « des désaccords importants entre les 11 collectivités prises en compte par ce plan de financement, et ce malgré une quasi unanimité sur la pertinence du projet GPSO en lui-même ». Il pointe « un manque de critères objectifs de la répartition des financements entre les collectivités », rappelle les « dettes et impayés » de certaines collectivités sur le projet LGV Tours Bordeaux, interroge sur le « leadership de la Région dans le processus de négociation » et « sur sa juste part au financement ».

"Il ne faut pas jouer à se faire peur"

En réponse, Alain Rousset appelle à « ne pas jouer à se faire peur, car c'est une façon de ne pas atteindre l'objectif. Il faut rassurer, mais, en même temps, il faut savoir ce que l'on veut. On négociera, j'en prends l'engagement ici. Il faut regarder les impayés, tout doit être mis sur la table, reconnaît-il. Mais on ne peut pas dire, ''c'est un projet extraordinaire mais je mets tellement d'obstacles que je vais l'empêcher'' », appuie-t-il agacé .


D'autres, à l'image de Christophe Duprat veulent prendre une position plus optimiste ; « car on n'a pas le choix si on veut que notre région soit dynamique ». Un optimisme qui prédit au passage que le socialiste Alain Anziani à la présidence de Bordeaux Métropole « aura le soutien de son opposition sur la question du financement », à défaut peut-être de celui de la partie la plus verte de sa majorité, s'amuse celui qui est aussi conseiller métropolitain. Optimisme aussi sur la porte ouverte par Alain Rousset à d'autres collectivités, moins directement concernées par le passage de la nouvelle ligne à contribuer à son financement. « Dans ce genre de projet, le financement, n'est pas toujours très simple, mais au bout du compte on finit par arriver dans les derniers jours ou dernières semaines à un accord », philosophe-t-il.
Il s'interroge tout de même sur les deux nouvelles taxes annoncées. « Sur le papier c'est une bonne chose, mais est-ce le bon moment pour les entreprises ? C'est une question, sachant qu'on n'a pas ici le périmètre : quelles sont les entreprises touchées ? Quel est ce taux ? Il y a encore un certain nombre d'incertitude sur ce sujet », regrette-t-il.

Du côté du RN, comme du groupe communiste, si on soutient également la réalisation du projet dans son principe, les élus appellent à plus d'intervention de la part de l'Etat et de l'Europe. « Les TGV ne sont pas des trains régionaux mais nationaux même internationaux: la part de l'Etat doit être plus importante ! Vous devez vous battre pour cela, nous vous le demandons », interpelle notamment Jacques Colombiers à l'intention d'Alain Rousset.
Sur les sources de financements complémentaires à trouver, il met en avant comme l'ont fait avant lui d'autres élus régionaux lors de leurs interventions, la proposition d'une écotaxe sur les poids-lourds qui transitent dans la région. Une écotaxe à laquelle Alain Rousset a aussi rappelé être favorable de longue date.

"Renvoyer à 2037 la ligne vers Dax serait une aberration"

Sur la présentation du projet en lui-même, le président de Région, insiste sur sa volonté d'une simultanéité de la réalisation des lignes vers Toulouse et vers Dax, ce qui n'est pour l'heure pas encore prévu comme tel dans les cartons du Gouvernement. « Renvoyer à 2037 la ligne vers Dax serait une aberration […] S'il n'y avait de GPSO que la voie en direction de Toulouse, et pas de ligne Bordeaux - Dax, ça signifie que la Nouvelle-Aquitaine resterait avec 10 000 camions, peut-être 12 000 demain sur la route. Acclimaterra soulignait déjà que l'ex Nationale 10 était la zone la plus polluée de Nouvelle-Aquitaine...» ajoute-t-i, pensant là au développement du fret que pourrait selon lui, autoriser la création d'une nouvelle ligne. « Je ne peux pas, de là où je suis, accepter cela. Je ne le peux pas non plus par rapport à l'Espagne qui arrive à la frontière entre 2026 et 2028 ».
Un point qui devrait être bientôt éclairci ; Renaud Lagrave, Vice président en charge des transports précisant que le 18 novembre, une rencontre est prévue avec le Conseil d'orientation des infrastructures. Un Conseil « qui peut changer cette date de 2037 et la rendre concomitante avec les autres ». Ce qui permettrait aussi, selon l'élu landais, de lever les réticences au financement des collectivités les plus au sud.

Si les représentants des groupes politiques de l'assemblée régionale se sont prononcés, ou interrogés sur le plan de financement proposé autour du projet GPSO, là n'était pas le sujet pour le groupe EELV et apparentés. Pas d'étonnement ici, puisque c'est l'existence même du projet que les élus contestent « ardemment et de longue date », ceux-ci étant, ils l'ont rappelé par la voix de Christine Séguinaud, favorables à une rénovation et modernisation des lignes existantes. La création d'une nouvelle LGV, est selon elle, « un projet destructeur et ruineux qui va à contre-sens de l'histoire » comme l'a par ailleurs aussi exprimé Nicolas Thierry, président du groupe dans ses propos liminaires.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : CRNA

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
46542
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Illustration urne Politique | 24/05/2022

LEGISLATIVES En Haute-Vienne, vingt-sept candidats pour trois sièges de députés

Boris Vallaud, Gérald Dahan, Jean-Yves Lalanne font partie des élus investis par la NUPES Politique | 12/05/2022

Candidatures de la Nupes: le PS trébuche en Charente avec Jérôme Lambert

Jean Lassalle Politique | 02/05/2022

LEGISLATIVES: L’iconique député béarnais, Jean Lassalle, ne se représente pas

lgv une Politique | 29/04/2022

GPSO : les lignes LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax contestées pour cause de surcoût

Carte électorale et  tampon ''à voté'' Politique | 25/04/2022

Présidentielle: en Nouvelle-Aquitaine les zones urbaines s'opposent aux territoires ruraux

L'hôtel de ville de La Rochelle était aux couleurs du drapeau français pour ces élections Politique | 25/04/2022

Présidentielle en Charente-Maritime : une fracture entre zones rurales et zones urbaines

A Poitiers, Emmanuel Macron arrive devant Marine Le Pen avec 75,16% des suffrages exprimés Politique | 25/04/2022

Présidentielle : Emmanuel Macron arrive en tête mais Marine Le Pen gagne du terrain dans la Vienne

Panneau d'affichage pour le 2nd tour de l'élection présidentielle de 2022 Politique | 25/04/2022

Présidentielle : En Haute-Vienne Emmanuel Macron l’emporte avec plus de 59 % des suffrages

Emmanuel Macron, le président sortant arrive en tête en Dordogne Politique | 24/04/2022

Présidentielle: En Dordogne, Emmanuel Macron devant Marine Le Pen

2em tour Politique | 24/04/2022

Présidentielle : la Gironde confirme son choix pour Emmanuel Macron

Election présidentielle 2022 : Emmanuel Macron versus Marine Le Pen Politique | 24/04/2022

Présidentielle dans les Pyrénées-Atlantiques : Macron domine, Le Pen progresse

Illustration urne Politique | 11/04/2022

Présidentielle: Marine Le Pen en tête dans trois départements sur douze

A Poitiers, Jean-Luc Mélenchon arrive en tête devant Emmanuel Macron et Marine Le Pen Politique | 11/04/2022

Présidentielle dans la Vienne : Poitiers vote Mélenchon quand la Vienne vote pour Macron

C'est Jean Luc Mélenchon qui arrive en tête en Dordogne, lors du premier tour Politique | 11/04/2022

Présidentielle en Dordogne, Marine Le Pen vire en tête

Panneau d'affichage Politique | 10/04/2022

Présidentielle en Haute-Vienne : le résultat conforme au national qualifie Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour le second tour