Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Suite à la démission d'Edouard Philippe, c'est Jean Castex, haut-fonctionnaire coordonnateur de la stratégie nationale de déconfinement, qui a été nommé Premier Ministre. Charge à lui de former un nouveau Gouvernement.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

03/07/20 : Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement ce vendredi 3 juillet. Démission acceptée par l'Elysée.

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/07/20 | Sécheresse : le département de la Haute-Vienne placé en vigilance

    Lire

    En Haute-Vienne, le débit des cours d’eau ainsi que le niveau des eaux souterraines accusent une baisse régulière préjudiciable aux milieux aquatiques et au niveau global de la ressource. Dans ces conditions, le préfet a décidé de prendre un arrêté reconnaissant cet état de vigilance pour l’ensemble du département. Tous les usagers de l’eau sont appelés à faire preuve de civisme et d’éco-responsablilité en modérant leur consommation.

  • 07/07/20 | Charente-Maritime : un emprunt de 22 millions € pour le Département

    Lire

    Le Département 17 tient sa session d'été du 6 au 10 juillet. Les finances y tiennent une place importante. Son président Dominique Bussereau estime à 47 millions € les recettes en moins d'ici fin 2020. Dont 40 millions rien qu'en droit de mutation. Se prévoyant une marge, le président met au vote cette semaine un budget supplémentaire à 57 millions €, avec un emprunt à 22 millions. Cinq millions seront dévolus aux primes des agents, 2 millions aux associations et 12 millions pour les routes.

  • 07/07/20 | Lascaux lance sa saison estivale

    Lire

    Les visiteurs étaient au rendez-vous avec plus de 5000 personnes accueillies lors du week-end de réouverture de Lascaux, les 4 et 5 juillet. Les visiteurs peuvent profiter tout l'été de visites "prestige", organisées chaque fin de journée pour ceux qui veulent se retrouver en tout petit groupe (12 personnes maximum), loin de l'affluence de la journée et avec un médiateur pendant deux heures. Des sessions acoustiques seront organisées tous les 15 jours au sein de la reproduction de la grotte. Plus d'infos : www.lascaux.fr

  • 07/07/20 | Un plan de développement ambitieux pour le Futuroscope

    Lire

    Le Département de la Vienne et le Futuroscope consolident leur partenariat. L’Assemblée Départementale a voté à l’unanimité lors de la Décision Modificative du 3 juillet un cadre juridique sécurisé qui permet au Futuroscope d'évoluer. Ce plan passe par la conception de trois attractions majeures, la création d’une nouvelle zone de tourisme et loisirs, un « Resort » aux portes du Parc, intégrant sur 224 000 m2 supplémentaires, deux hôtels thématisés, un restaurant nouvelle génération et un parc aqua-ludique. C’est un ambitieux plan d’investissements de 304 millions d’euros qui va voir le jour d’ici 2030.

  • 07/07/20 | Le barrage hydroélectrique EDF de Vassivière réouvre ses visites

    Lire

    Le barrage hydroélectrique EDF de Vassivière va reprendre les visites guidées à partir du vendredi 10 juillet. L'occasion de découvrir ce site qui produit grâce à l’eau de la rivière Maulde l’équivalent de la consommation en électricité d’une ville de 40 000 habitants chaque année. Le port du masque est obligatoire et les horaires de visites ont été réaménagés pour permettre d’accueillir du public en toute sécurité. Visites en extérieur uniquement et réservation obligatoire au 05 34 39 88 70 ou à visites.edf.vassiviere@manatour.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La ministre Jacqueline Gourault au côté des élus de la montagne

18/10/2019 | Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, était à Ispoure au pays basque ce jeudi 17 octobre, à l'occasion du Congrès annuel des Elus de la Montagne.

Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, était à Ispourbe au pays basque ce jeudi 17 octobre 2019, à l'occasion du Congrès des Elus de la Montagne

« Le Gouvernement a une attention particulière pour tous les territoires, à commencer par ceux qui sont spécifiques », expliquait Jacqueline Gourault à la presse juste avant de monter à la tribune du Congrès de l'Association Nationale des Elus de Montagne (ANEM), organisé à Ispoure (64) ces 17 et 18 octobre. Des élus, que le concept de « différenciation » régulièrement mis en avant par le Gouvernement dans le cadre de son futur projet de loi de décentralisation, ne laisse pas indifférents. Annie Genevard, présidente de l'ANEM, proposant même à la Ministre dans son discours d'ouverture de faire de la montagne « le laboratoire de la différenciation territoriale ». Mais il a également été question de la nouvelle Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, du numérique en montagne et de l'agropastoralisme.

« Les territoires de montagnes ne sont pas des territoires comme les autres !», a affirmé d'entrée de jeu et avec force Jacqueline Gourault à la Tribune du congrès des élus de la montagne. De quoi séduire en une phrase, les éventuels réticents... « Une des idées fondamentales du Gouvernement, est de parvenir à mettre en place un droit à la différenciation dans l'article 72 de la Constitution, si les parlementaires réunis en sont d'accord ». Si la Ministre cite la Constitution, c'est que ce fameux article 72 ouvre bien un droit à « l'expérimentation » aux collectivités, mais pour une durée maximale de 5 ans. Passé ce délai, soit l'expérimentation s'arrête, soit elle se généralise... Impossible dans ce cadre de parler de véritable "différenciation".

"Les territoires de montagne doivent se saisir de la différenciation"
Mais si cette révision constitutionnelle apparaissait donc jusque-là comme un incontournable, « Bonne nouvelle ! » annonce la ministre : « le Conseil d'Etat vient de nous remettre une étude selon laquelle il serait possible de légiférer sur le droit à la différenciation par une loi simple, à droit constitutionnel constant ! ». De quoi simplifier les choses pour le Gouvernement dont le projet de révision constitutionnelle (qui comporte d'autres aspects) ne fait pas, pour l'heure, l'unanimité.
Une différenciation de l'action publique selon les territoires, « et dont les territoires de montagne doivent d'autant plus se saisir » glisse Jacqueline Gourault, qui porterait « sur la mobilité, le logement, et la transition écologique, selon les prioritéS énoncées par le Président de la République. Mais je laisse la porte ouverte à d'autres propositions: le projet de loi doit être présenté après les élections municipales nous avons encore toute cette fin d'année et le printemps pour co-construire cette loi ensemble.(...)». Voilà pour l'invitation.
Sur une question de la Présidente de l'ANEM quant à la place et la représentation de la montagne au sein de la nouvelle Agence Nationale pour la Cohésion des Territoires, dont la création a été votée en juillet dernier, la ministre, rassurante, a annoncé que « les commissariats de massif seront confortés au sein de la nouvelle Agence ». Et de promettre que, concernant la représentation des élus de la montagne, « je me bats tous les jours pour avoir le nombre de postes suffisant pour tout le monde ». Cette ANCT, qui remplacera le CGT (lui-même héritier de la DATAR...) aura pour rôle d'être au côté des collectivités territoriales et leurs groupements dans la conception, la définition et la mise en œuvre de leurs projets, en tenant compte des particularités, des atouts et des besoins de chaque territoire.

Agropastoralisme : "nous entendons les inquiétudes"
A propos de la couverture numérique des territoire de montagne qui faisait l'objet d'un débat jeudi après-midi, la Ministre, convaincue que « c’est la meilleure façon de lutter contre la fracture territoriale », a notamment annoncé la réouverture du guichet "France très haut-débit". Celui-ci aura pour vocation d'accompagner le quart des départements français n'étant pas encore sur une trajectoire d'équipement en très haut débit. L'ambition étant de "généraliser l'accès à la fibre optique sur l'ensemble du territoire ». « Pour ses 25 départementsnous avons déjà débloqués 140 M€  de crédit sur 2020.» Quant au déploiement de la 5G, « l'ARCEP doit livrer ses conditions d'attribtion en mai, j'ai demandé à ce qu'il y ait un critère d'aménagement des territoires, pour que personnes, y compris la montagne, ne soit oublié.»

Sur le sujet de l'agropastoralisme lui aussi l'objet d'une table ronde ce vendredi matin, la Ministre avait, la veille, assuré le SAV du Gouvernement, réaffirmant « la décision d'arrêter la réintroduction d'ours dans les Pyrénées ». Nous entendons les inquiétudes» assure-t-elle avant de rappeler qu' « en juillet dernier il a été procédé à une augmentation sensible des indemnisations en cas d'attaque ; l'idée est d'avoir une indemnisation plus large que la prise en compte du seul nombre des têtes de bétail perdues, mais aussi des conséquences physiques et psychologiques sur le troupeau. »
Les élus, solidaires des éleveurs venus témoigner ce vendredi ont quant à eux défendu une révision du classement des grands prédateurs dans la convention de Berne et, au sein de l’Union européenne, dans la directive habitats, avec la possibilité, pour le loup, de répondre à la problématique spécifique des parcs naturels et, pour l’ours, d’abandonner définitivement toute réintroduction.
En outre, « pour soutenir efficacement l'ensemble du secteur », ils plaident dans le cadre de la PAC pour le maintien de l'ICHN à son niveau actuel, « a minima ». Des demandes que la Présiente de l'ANEM s'est engagé à relayer auprès de la Ministre de l'Ecologie, Elisabeth Borne ainsi qu'au niveau communautaire.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5437
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !