Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

  • 21/06/21 | Départementales : le RN en recul en Charente-Maritime

    Lire

    En 2015, le RN était au 2e tour dans 12 cantons sur les 19 que compte la Charente-Maritime. Le scénario ne se renouvellera pas en 2021, car il est en net recul. Sauf sur le canton de La Tremblade, où la déléguée départementale du RN Séverine Werbrouck se retrouve au coude à coude, avec 31,54% des voix, avec le binôme arrivé en tête, Fabienne Labarrière et Jean Prou (32,18%).

  • 21/06/21 | Départementales en Charente : le président sortant en tête pour le 2e tour

    Lire

    L'ancien président du Département et sénateur, François Bonneau est en tête avec Marie-Henriette Beaugendre, maire de Saint-Saturnin, dans le Val-de-Nouère avec 58,60% des voix. Au deuxième tour ils affronteront Michel Germaneau maire de Linars et Isabelle Moufflet maire de Vindelle (41,40%).

  • 21/06/21 | Elections départementales : coup dur pour Lionel Quillet sur l'île de Ré

    Lire

    Parti favori, le premier vice-président du Département, également président de la Cdc de l'île d'Oléron, Lionel Quillet (LR) se retrouve au 2e tour avec un écart de 435 voix face au maire de Rivedoux Patrice Raffarin et sa colistière, en tête avec 43,50%. Un résultat qui surprend mais n'inquiète pas le président sortant du Département Dominique Bussereau, qui compte sur la bonne position des candidats de droite à Montguillon, Saintes ou encore Saujon pour atteindre 40 élus de droite au 2e tour.

  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Nouvelle-Aquitaine finalise son "plan d'urgence"

09/04/2020 | Dans le cadre de la crise liée à l'épidémie de Covid-19, la région Nouvelle-Aquitaine vote ce vendredi en plénière un soutien économique de 73 millions d'euros aux entreprises et associations.

région 2020

C'est une première depuis le début de l'épidémie du coronavirus. Ce vendredi 10 avril, la région Nouvelle-Aquitaine tiendra une séance plénière : 19 élus en visio-conférence, 32 en audio et trois élus (dont le président Alain Rousset) sur site, à Bordeaux. Ce sera l'occasion d'aborder 18 dossiers à l'ordre du jour, dont notamment une feuille de route pour le développement de l'apprentissage régional ou le lancement de la phase de mise en oeuvre du projet Ferrocampus à Saintes. Mais l'essentiel de nos regards seront aujourd'hui tournés sur la première délibération de cette plénière, à savoir le "plan d'urgence" lié à la crise sanitaire du Covid-19, qui permet de consolider et d'abonder les premières annonces déjà faites par la région ces dernières semaines. En voici l'essentiel.

Sanitaire et social

Le premier volet de ce plan est sanitaire. Il confirme d'abord le chiffre de six millions de masques en achat groupé : une première commande avec les départements, la métropole de Bordeaux et l'agglomération de Pau de 2,4 millions de masques chirurgicaux et 260 000 masques FFP2; une deuxième avec les départements et les communes de "minimum" 2,8 millions de masques supplémentaires dont 600 000 FFP2 ("volume complété par les commandes directes auprès de l'AMPA par certaines communes). Livrés cette semaine, les masques devraient être répartis "dans les établissements en fonction des besoins prioritaires" définis par l'Agence Régionale de Santé. La collectivité annonce aussi la commande, en cours, de 355 000 sur-blouses et 260 000 charlottes. "En Nouvelle-Aquitaine, le renouvellement nécessaire représente trois millions de tenues et de masques par semaine", a ainsi précisé le président de région, Alain Rousset. Quasiment 500 entreprises et 150 rendez-vous, tels sont les premiers résultars de l'AMI (Appel à Manifestation d'Intérêt) lancé par la région pour la fabrication urgente d'équipements médicaux. C'est le cas, par exemple, de l'entreprise Indiscrète dans la Vienne, passée des dessous féminins à la fabrication de masques, de la société d'emballages Next pour une commande de sur-blouses ou encore de la société de linge de maison Moutet, mise à contribution pour la fabrication de masques en tissu. "Nos négociations avec Bruxelles devraient nous permettre d'affecter 15 millions d'euros de fonds FEDER pour abonder cet AMI. Je souhaite ramener en France la production de principes actifs de médicaments, partis en Chine et en Inde, à partir de produits bio-sourcés. La sortie de crise devra aussi se faire par une diversification et des produits nouveaux. Le prix des masques et des surblouses a été multiplié par dix. Il y a aussi, derrière, un enjeu purement financier. C'est du business", a confirmé le responsable régional.

Du côté des mesures pour les soignants, la mobilisation des internats des lycées à proximité des CHU et des CH pour accueillir les soignants, annoncée la semaine dernière, a été étendue et concerne désormais les internats de Limoges (lycées Renoir et Pagnol, Poitiers (Kyoto), Guéret (Bourdan), Mont- de-Marsan (Despiau) et Tulle (Perrier).  Plusieurs autres internats, situés à Aubusson, Confolens, Barbezieux, Angoulême et Périgueux, sont en cours de déploiement. À Limoges et Mont-de-Marsan, des lignes de transport spécifique entre les internats des lycées et les centres hospitaliers ont été mises en place. La région a également appelé au volontariat le personnel exerçant dans les cuisines des lycées pour aider dans la mise en place de ce nouveau dispositif d'hébergement du personnel soignant, qui bénéficie également de la gratuité des transports (TER et cars interurbains) et d'un appui des étudiants infirmiers et des aides-soignants volontaires (avec maintien des bourses régionales). À destination des plus fragiles, en plus de dons de denrées issues des stocks des lycées à la Banque Alimentaire, le plan prévoit la mise en place d'un accès (actuellement à l'étude à Bordeaux) à des gymnases et piscines pour l'utilisation des douches et des sanitaires par des personnes sans domicile fixe, une poltique qui reste encore à définir selon les territoires et les besoins. 

Économie : 23 millions d'euros de plus

Le volet purement économique, à destination des entreprises en difficulté, a été réhaussé. De 50 millions annoncés au départ, il a été porté à 73 millions. : 20 M€ de participation régionale au fonds de solidarité de l'État et des régions (1 milliard d'euros au total, dont les mesures sont détaillées ici), 20 M€ de fonds de prêt régional aux TPE et PME, 12 M€ de fonds de prêts aux TPE et associations (montant doublé par un abondement de la Banque des Territoires), 1M€ de fonds de prêts pour les structures de l'économie sociale et solidaire, 15M€ de fonds de soutien d'urgence (subvention et/ou avance remboursable) aux entreprises "ayant des besoins de trésorerie non couverts par les autres dispositifs" et, enfin, 5M€ de fonds de soutien aux associations. Tous les fonds de prêts sont à taux zéro, les subventions aux associations sont des aides de trésorerie de 1500 à 20 000 euros pour des associations de moins de 50 salariés et les 15 millions de fonds de soutien d'urgence aux entreprises vont de 10 000 à 100 000 euros pour les entreprises de moins de 50 salariés et de 100 000 à 500 000 euros pour les entreprises de 50 à 250 salariés. À CES fonds s'ajoutent un moratoire d'un an sur les remboursement des avances remboursables de la région (11 millions d'euros sur l'année 2020), une augmentation du niveau des acomptes à destination des TPE/PME/ETI, et un allègement du recouvrement de dettes (suspension des échéances de remboursements de prêts pour 12 mois, des poursuites à l'encontre des entreprises ou du recouvrement des trop-perçus "jusqu'à nouvel ordre". 

Pour ce qui est des entreprises du bâtiment, la région a précisé qu'elle n'appliquerait pas de pénalité pour les entreprises réalisant des chantiers pour le compte de la collectivité et qui se retrouveraient dans l'incapacité de les assurer. "Le retour au travail est une question sensible dans le BTP, les salariés sont inquiets. Nous sommes en train de mener une réflexion à destination des entreprises de tous les secteurs d'activité pour voir s'il ne pourrait pas y avoir, branche par branche une nouvelle configuration du travail à l'image de ce qui a été fait avec Turboméca. Cette crise va nous amener à réfléchir à l'organisation des lignes de production et de la relation au travail. Il appartient à chaque entreprise de gérer ça, mais on va travailler avec les branches professionnelles pour assurer la sécurisation des salariés sur les chantiers", a ainsi précisé Alain Rousset, qui n'a pas non plus perdu l'occasion d'évoquer l'intérêt renouvelé de la décentralisation et des expérimentations de l'Usine du Futur. "L'humain revient en économie, en social, en solidarité, le retour de la proximité. Tout ce qui fonctionne en silo est retardé. Les hôpitaux ne se parlent pas, le modèle centralisé fait qu'on est cloisonnés. Ce qui m'inquiète, c'est la relation donneur d'ordre-sous traitant. Airbus baisse sa production, je suis très inquiet pour les sous-traitants aéronautiques. Je proposerai aux patrons des grandes groupes qu'on créé une cellule pour accompagner la diversification et la structuration de la sous-traitance. Pour l'heure, il faut demander à ces grands groupes de pouvoir payer les commandes très vite. Les grands groupes sont certes des champions, mais ont été aspirés à l'international et ont demandé à beaucoup de PME de délocaliser une partie de leur fabrication. La crise va particulièrement frapper ces sous-traitants. Toutes les théories libérales portées par Bercy et La Cour des Comptes nous ont emmené dans un mur avec un drame social atroce. Le capitalisme financier tel que présenté doit être, par une volonté des États, remis en cause. Dans les aides que l'on propose, ne pas verser de dividendes sera d'ailleurs une condition d'obtention. J'entends des réflexions en France où on voudrait continuer à les reverser... On reste dans des débats insupportables ou beaucoup camouflent la cupidité derrière la compétitivité, qui est l'organisation de l'entreprise". 

La région, enfin, peut compter sur la solidarité européenne : avance de trésorerie de 23 millions d'euros, investissements en santé ou fonds de soutien aux PME rendus désormais éligibles aux financements européens ou encore facilitation de la réorientation des crédits non programmés du fonds FEDER pour la période 2014-2020. "La baisse des différents projets va permettre d'utiliser ces fonds pour les achats de masques et de tenues de protection, mais aussi création d'une communauté régionale entre les entreprises qui peuvent se reconvertir vers la fabrication de dispositifs de protection, de pièces de respirateur ou encore de recherche sur les principes actifs des médicaments", a souligné l'élu PS, qui n'est pas plus tendre avec certaines logiques économiques internationales qu'avec le gouvernement dont il dénonce la gestion de crise : "l'impréparation de l'appui aux hôpitaux publics et aux services d'urgences en matière de moyens de sécurité est assez peu pardonnable. On regarde avec un mélange de colère et de dérision les analyses qui avaient été faites par la Cour des Comptes ou l'Inspection des Finances à l'égard des services et de l'hôpital publics, mais ça ne vient pas que de ce gouvernement...". L'ensemble des fonds et des mesures de ce plan d'urgence sont détaillés sur le site entreprises.nouvelle-aquitaine.fr. La totalité de ces mesures annonce en tout cas, pour le président de la collectivité régionale, un budget supplémentaire qui interviendra "dans un contexte difficile, avec une baisse de recettes de l'ordre de 70 à 100 millions d'euros à laquelle s'ajoute ce plan d'urgence. Il va falloir que dans la façon de revoir notre buget, nous puissions maintenir nos équilibres budgétaires. Nous sommes en négociation du côté de Régions de France avec le ministère de l'économie afin que ces mesures de plan d'urgence soient inscrites en investissements". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : région Nouvelle-Aquitaine

Partager sur Facebook
Vu par vous
8573
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Le premier tour des élections départementales a eu lieu ce dimanche 20 juin 2021 Politique | 21/06/2021

Élections départementales dans la Vienne : la majorité départementale en ballotage favorable

Carte électorale Politique | 21/06/2021

Aucun candidat élu aux Départementales en Haute-Vienne, abstention record

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 16/06/2021

Elections régionales: Quels candidats pour quelles compétences ?

La gauche espère conserver la majorité à l'assemblée départementales Politique | 15/06/2021

Départementales en Dordogne : la gauche espère conserver la majorité

Illustration urne Politique | 15/06/2021

Elections départementales en Charente : la droite mise sur ses têtes d'affiche

Les candidats rochelais issus du parti du maire Jean-François Fountaine, présenté le 29 avril Politique | 14/06/2021

Départementales en Charente-Maritime : on reprend (presque) les mêmes…

Le politologue Jean Petaux Politique | 14/06/2021

Départementales en Gironde: "Si instabilité il doit y avoir, elle sera plutôt à Bordeaux qu’en zone rurale" selon le politologue Jean Petaux

Jean-Jacques Lasserre, président du Département des Pyrénées-Atlantiques Politique | 11/06/2021

Pyrénées-Atlantiques : l'union droite-centre, déjà en route pour le second tour des Départementales ?

La salle du conseil du Conseil Départemental de la Haute-Vienne Politique | 11/06/2021

Elections départementales : Cinq listes se disputeront les suffrages des haut-viennois

Présentation du nouveau site internet de Limoges Métropole Politique | 03/06/2021

Limoges Métropole se dote d'un nouveau site Internet

Le collectif Pour que vivent nos langues est vent debout contre le Conseil Constitutionnel et compte manifester Politique | 28/05/2021

Loi Molac : des associations demandent la révision de la Constitution

Signature de la convention entre la Banque des territoires, l'Etat le Département de la Dordogne Politique | 25/05/2021

La Banque des territoires poursuit ses investissements en Dordogne

Dominique Bussereau lors de son dernier conseil à la Maison du Département Politique | 25/05/2021

Dominique Bussereau fait ses adieux à la politique

Bruno le Maire à l'usine Catalent à Limoges Politique | 07/05/2021

Bruno Le Maire chez Catalent à Limoges : "La France a trop délocalisé"

Bernard Louis Blanc, adjoint au maire en charge de l’urbanisme résilient, Pierre Hurmic, maire de Bordeaux;  Stéphane Pfeiffer, adjoint au maire en charge du service public du logement et de l’habitat Politique | 04/05/2021

Urbanisme et habitat à Bordeaux : Pierre Hurmic dessine la ville de demain