Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | "La réforme et après?" Les prescriptions de Gérard Larcher au Sélaq

02/11/2016 | Ces 2 et 3 novembre, le Palais des Congrès de Bordeaux reçoit le Sélaq, Salon des élus locaux et agents publics de la Nouvelle-Aquitaine.

Gérard Larcher au Sélaq 2016

Organisé par l'Association des Maires de Gironde, le Selaq, qui fête sa 4ème édition cette année, est l'occasion biennale de rencontres entre élus locaux et agents publics de collectivités pour discuter et débattre de sujets d'actualité autour de conférences et tables rondes, mais aussi d'organiser de nombreux ateliers et réunions d'informations sur des sujets plus techniques, et de mettre en valeur une centaine d'exposants privés ou para-publics, partenaires des collectivités, autour d'une dizaine de thématiques. Alors que le Sélaq tient sa première édition en version Grande région, la première conférence de ces 48h dédiées aux collectivités interrogeait « la réforme territoriale et après ? ». En invité de marque, le deuxième personnage de l'Etat : Gérard Larcher, Président LR du Sénat y a participé.

Engagée depuis 2010, la réforme territoriale se met peu à peu en œuvre, par à coup et contre-coup parfois. Si la période en est encore à une phase transitoire, un premier bilan est évident : l'objectif médiatique et médiatisé, de réduire, pour le meilleur ou pour le pire, le « mille-feuilles » administratif n'est pas atteint. Pour autant, au regard notamment de la dynamique autour des communes nouvelles, des nouveaux périmètres régionaux, de la multiplication des Métropoles, ou encore des nouvelles dispositions relatives aux compétences des collectivités dont la suppression de la clause générale de compétence, la réforme, même encore en cours, est bel et bien passée par là. Arguant, à défaut de simplification, d'un souci d'économie des finances publiques.
Entouré de Philippe Laurent, secrétaire général de l'association des Maires de France, d'Eric Kerrouche Président de la Communauté de communes Maremne Adour Côte Sud, conseiller régional et directeur de Recherche CNRS à Sciences po, de Christine Bost, 1ère vice présidente du Conseil départemental de Gironde, Alain Anziani, Vice président de Bordeaux Métropole, Gérard Larcher, Président du Sénat, a livré à grand trait sa perception de la réforme.
Pour lui d'abord, « quel que soit le choix des urnes en 2017, les défis de la croissance, la création de richesse et de l'emploi doivent être la priorité de la réforme territoriale » A ce sujet d'ailleurs, rejoignant un des chevaux de bataille du président de la Région, il précise «pour le système de l'emploi, le niveau de pertinence est la région avec les compétences de développement économique et de la formation. Sur les expérimentations autour service public régional de l'emploi hors pôle emploi... on aurait du aller plus loin. Et c'est aussi en tant qu'ancien Ministre du travail que je le dis... ». Une manière pour lui qui dit ressentir « un pays fracturé, une France d'à côté », de rappeler que « la richesse peut se créer partout ». Dans le même ordre d'idée, il défend avec ferveur « une ruralité qui doit être pensée non pas comme un lieu de nostalgie, mais comme un lieu de production ».

Un plaidoyer pour les conseils municipauxSur les réformes successives, il insiste : « chaque alternance ne peut pas s'offrir la joie d'une réforme territoriale. Celles et ceux qui ne seraient pas d'accord, tout parti confondu, me trouveraient sur leur chemin » averti le Président Les Républicains du Sénat. « Les élus ont besoin de temps et de s'approprier les textes... Pour autant, ça ne veut pas dire qu'il faut rester immobile. Il faut voir comment les élus s'approprient la réforme » et si besoin l'adapter à la marge. Et pour cela, soutient-il, « il n'y a pas forcément besoin d'une série de textes. Sur certains sujets pragmatiques, il suffit d'une capacité à contractualiser entre collectivités ».
Et de citer l'exemple des conseils municipaux dans le cadre des intercommunalités. « Les conseils municipaux et les élus qui les composent sont la cellule qui permet à la République de tenir, ça s'est vu au lendemain des attentats, et ça se voit dans les urnes : ils sont les seuls à mobiliser plus de 50% de l'électorat... On ne peut pas les laisser en dehors, c'est une question de démocratie et de proximité. » Un plaidoyer particulièrement applaudi dans la salle. Quant aux métropoles, rejoignant l'intervention précédente d'Alain Anziani sur le sujet, il dénonce la tentation de la multiplication des métropoles, comme une dilution de l'intérêt de ce régime spécifique d'intercommunalité. D'ailleurs sur la préservation de la commune, « le suffrage universel direct à l'échelle intercommunale serait un risque mortifère », souligne-t-il, satisfait de noter que « la mise en application a été remise à plus tard ». Sur la commune nouvelle, « elle ne doit pas être vue comme une opportunité, mais mûrie comme une projet de long terme « , estime-t-il. Enfin sur le Département qui a bien failli ne pas survivre aux premières moutures de la réforme, « le Sénat a joué un rôle fort pour son maintien car il est un élément de proximité sociale et territoriale essentielle ».

Comme l'a souligné Philippe Laurent, « plus qu'une réforme institutionnelle c'est aussi en parallèle pour les collectivités, une baisse constante des dotations ». Sur ce sujet des ressources des collectivités, les invités de la conférence tombent d'accord: « il y a besoin d'une réforme en profondeur ». Une réforme qui sera à la charge du prochain gouvernement, estime Gérard Larcher. Pour lui, « il faut lier Dotation Globale de Fonctionnement et péréquation, il faut aussi se poser la question de la pluriannualité des fonds de péréquation. Mais, en même temps, il faut une ressource financière pérenne et dynamique ». Et le Président du Sénat, comme Alain Rousset ou Philippe Laurent à la tribune avant lui, partage résolument la proposition de Manuel Valls de reverser une part de la TVA aux Régions.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5000
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !