Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/11/20 | Gironde : le Département va distribuer ses premiers kits sanitaires

    Lire

    Jean-Luc Gleyze l'avait annoncé le 16 novembre : le Département va distribuer 2 000 kits sanitaires aux jeunes en difficulté. Ces kits comprennent quatre masques réutilisables, un flacon de gel hydroalcoolique, du savon et une fiche conseil sur les comportements à adopter face au coronavirus. La première distribution de ces kits sanitaires par le Département se déroulera à Libourne ce mercredi 24 novembre à 15h dans les locaux de l'Association LEPI.

  • 24/11/20 | La vente directe accompagné dans les Deux-Sèvres

    Lire

    Dans le cadre de son Plan de Relance et en soutien aux circuits courts, le Département des Deux-Sèvres a crée un fonds de soutien de 300 000 euros pour développer la vente directe des agriculteurs. Fortement sollicité depuis sa création en juillet dernier, il a permis l'accompagnement de 32 projets de création ou de développement ont été accompagnés. Face aux nombreuses demandes, le Département a décidé de prolonger le dispositif et les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 31 mars 2021.

  • 24/11/20 | Les recharges pour vélos à assistance électrique se développent

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une aide de 42 900 euros à la société Sacha à Limoges pour son projet eBikeport qui est une station de recharge à énergie propre et avec des matériaux 100 % recyclés et recyclables. L’innovation réside tant dans le produit que dans le modèle économique puisque le client peut récupérer une partie de la somme investie grâce aux revenus publicitaires.

  • 24/11/20 | En Lot-et-Garonne, digitalisation des commerces de proximité

    Lire

    Le Conseil départemental, la Chambre de commerce et d’industrie, et la Chambre de métiers et de l’artisanat ont travaillé ces derniers jours à construire une offre complète, facile d’accès et gratuite pour accompagner les commerces de proximité dans leur digitalisation. Cette offre repose sur deux piliers : une market-place départementale - www.mavillemonshopping.fr/lotetgaronne et la géolocalisation des commerces et artisans proposant leurs services durant le confinement. Ainsi, malgré le confinement, les commerces de proximité vont pouvoir poursuivre les ventes de leurs produits et les clients de les acheter.

  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Région discute avec ses territoires

25/09/2020 | Ce jeudi 24 septembre, les élus des intercommunalités ont dialogué avec l'exécutif de la Région Nouvelle-Aquitaine, à la veille du lancement d'un plan de "rebond économique".

région Nouvelle-Aquitaine

Quel modèle construire pour favoriser la transition dans les territoires ? C'était le thème, ce jeudi 24 septembre, d'une rencontre organisée entre la région Nouvelle-Aquitaine et les représentants des intercommunalités. Des échanges qui portaient autant sur la gestion de la crise sanitaire, économique et sociale que sur les "défis territoriaux" mais qui ont surtout été l'occasion pour le président de la Région Nouvelle-Aquitaine de remettre une grosse couche de peinture noire sur la politique nationale et la décentralisation, au moment où la Conférence nationale des territoires s'est vue repousser pour éviter un parasitage avec les élections sénatoriales du 27 septembre.

Cette conférence nationale devrait notamment avoir pour objet le volet territorial du plan de relance, la contractualisation (notamment les CPER, dont le volet transport fait déjà grincer des dents) ou encore la fameuse réforme 3D (décentralisation, déconcentration et différenciation) qui, avant même d'être complète, est déjà assez largement critiquée par le Président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset. Interrogé par les représentants des intercommunalités dans la salle, il affirme : "Je ne sais pas ce que c'est, cette loi. Ce que je sais, c'est qu'il va falloir trancher entre décentralisation et déconcentration. On ne pourra pas faire les deux. La déconcentration, c'est la déresponsabilisation de nos fonctions. Je n'ai pas besoin d'une Direccte pour construire ma politique industrielle ni des services de l'État pour savoir ce que je dois faire sur la réhabilitation des centres-bourgs. Le modèle de non-clarification des compétences est un retard à l'allumage d'opérations essentielles. Nos concitoyens y sont très sensibles", cite-t-il notamment, en pensant très fort à la vague jaune qui a agité l'année 2019.

Oubliés et soutenus

Francis Zaghet, président de la communauté des communes du Réolais, a de son côté mis les pieds dans le plat avec un sujet qui ne manquera pas d'agiter les rangs politiques dans les prochains mois : le RER métropolitain. "Nous avons mis en place une vice-présidence à la mobilité car nous avons un enjeu fort : la gare de La Réole. Lors du dernier comité de lignes TER, il a été indiqué la création de 74 nouvelles lignes mais rien sur La Réole ni sur le Marmandais, deux territoires soumis à de forts mouvements pendulaires. Rien non plus pour le futur RER métropolitain qui va s'arrêter à Langon. Or, pour nous, la mobilité peut aider à la résolution de problèmes d'emplois, d'habitat, de loisirs. C'est décourageant pour nos élus qui travaillent beaucoup pour développer leur territoire". Pas question pour le chef de file de la majorité régionale de laisser l'élu jouer aux oubliés. "Le but du RER métropolitain, c'est avant tout que le terminus ne soit plus en gare de Bordeaux. C'est une expérimentation que la région finance à 50%. Je préfèrerais que l'on remonte très loin mais je ne suis pas sûr que Bordeaux Métropole accepterait de financer. À La Réole, nous avons prévu de refaire la gare, c'est à l'étude. Nous avons aussi mis en place la démarche Optim'TER pour créer plus de services et faire rouler plus de trains. On n'oublie personne". 

"Il faut se départir du syndrome de Stockholm que nous avons avec l'État. Nous devons nous prendre en main, la Région est là pour ça, singulièrement dans les secteurs les plus en difficulté", a continué l'élu. L'exemple cité, qui n'avait rien d'un hasard, c'est celui de la revitalisation du centre-bourg de Castillon-la-Bataille, vanté cet été par la collectivité régionale comme un "projet exemplaire" et soutenu par l'État dans le cadre de l'OPR (Opération de Revitalisation des Territoires). "Il a fallu trouver une vraie ingénierie dans notre commune de 3200 habitants. Le soutien de la communauté de communes a permis de finaliser ce programme d'opérations sur dix ans. Nous visions trois immeubles à acquérir, il en reste encore un à traiter. Ils sont en bord de départementale et très dégradés mais vont être transformés en îlots", a précisé le maire de la commune, Jacques Breillat. Le projet s'établit à 28 millions d'euros et se concentre, en plus de l'îlot du 8 mai 45, sur le quartier de la gare. L'établissement public foncier pourrait acheter cinq parcelles en tout pour éventuellement y construire une résidence hôtelière, même si tout n'est pas encore arrêté. La commune est l'une des plus pauvres du département de la Gironde : 25% des habitants touchent le RSA, 27% sont au chômage, 41% pour les moins de 25 ans et 20% des logements sont vacants. Elle est aussi la première du département à entrer dans le dispositif national d'aide, qui permet notamment une défiscalisation de la rénovation du bâti ancien.

Relance et rebond

Le dialogue, même si on a fait face à une assemblée relativement timide dans ses premiers échanges, n'est donc pas coupé entre la Région et les intercommunalités. Nul doute qu'elles regarderont de près comment elles peuvent s'insérer dans le prochain "chapitre". Baptisé "Nouvelle-Aquitaine Rebond", il se présente (pour l'instant de manière synthétique) comme un "plan de reconquête et de transitions" qui doit permettre de lutter contre la déprise économique régionale due aux effets de la crise sanitaire. D'un montant de 140 millions d'euros, il a été conçu avec l'ensemble des filières professionnelles et suit la logique du plan de relance nationale de 100 milliards d'euros ("qui ne passera que par des appels à projets du ministère de l'Économie comme ça il sera à la fois acteur des actions et régulateur de leur financement..." tranche Alain Rousset).

Il se matérialisera par un soutien fort à l'innovation et va se décliner en projets concrets dont feront notamment partie le Ferrocampus de Saintes ou le cluster resoCuir et ses ambitions d'approvisionnement local. "Nous devons réacquérir des compétences technologiques, notamment dans des secteurs comme la biotech. La Région est prête à financer des micro-usines pilotes pour la fabrication de bases de médicaments, aujourd'hui provenant en majorité de Chine et des États-Unis. Même chose pour le matériel agricole et sa réparation". Pour l'instant un brin flou, ce plan de "rebond" économique devrait se dévoiler davantage le 5 octobre, lors de la prochaine séance plénière des élus de la région Nouvelle-Aquitaine. Voilà qui laisse le temps à la Conférence Nationale des Territoires de changer (ou non) l'humeur des débats sur la décentralisation...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5067
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !