Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/07/20 : Philippe Monguillot, le chauffeur de Chronoplus sauvagement agressé dimanche s'en est allé en milieu d'après-midi pour son dernier voyage, entouré de sa famille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Bayonne ce samedi.

10/07/20 : Les inscriptions aux transports scolaires en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes. N'attendez pas car jusqu'au 20 juillet, les frais de dossier sont offerts. Passée cette date, 15 euros de frais de dossier sont facturés.

10/07/20 : Philippe Buisson, maire de Libourne, a été réélu ce 10 juillet président de la Communauté d'agglomération du Libournais, la CALI, par 71 voix sur 74 votants.

10/07/20 : Florence Jardin, maire de Migné-Auxances (86), vient d’être élue présidente de Grand Poitiers. Elle succède à Alain Claeys à cette fonction. Elle arrive en tête avec 48 voix, devant Claude Eidelstein (26), Jean-Louis Ledeux (8) et 4 bulletins blancs.

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/07/20 | Caussade (47) : prison ferme pour Franken et Bousquet-Cassagne

    Lire

    Poursuivis pour avoir réalisé sans autorisation la retenue de Caussade (47), Patrick Franken et Serge Bousquet-Cassagne sont condamnés par le tribunal correctionnel d'Agen à 9 et 8 mois de prison ferme assortie de la révocation d'un sursis précédent, soit 22 et 13 mois ferme. S'ajoutent 65 000€ de dommages et intérêts aux associations écologistes partie civile, 32 907 € à Enedis pour la destruction d'un poteau électrique et 2 400 euros de préjudices moral, et enfin une amende, pour la chambre d'agriculture, de 40 000€ dont 20 000€ avec sursis. Les deux hommes ont dit faire appel de cette décision.

  • 10/07/20 | Université de Poitiers : des paniers alimentaires pour les étudiants

    Lire

    L'Université de Poitiers, le Crous et l’Afev organisent la distribution de denrées alimentaires pour les étudiants présents en résidence universitaire et/ou étant inscrits à l’épicerie sociale, et aussi à ceux et celles ayant bénéficié du dispositif d’urgence mis en place par l’université de Poitiers pendant le confinement. Une inscription sur le site de l'université permet de réserver un créneau. Au total, ce sont près de 350 étudiants, qui recevront chaque semaine des colis durant tout l'été de juin à fin août.

  • 10/07/20 | Bordeaux Métropole : un fonds "zéro salarié"

    Lire

    La métropole de Bordeaux et la CCI Bordeaux Gironde ont ouvert ce mercredi 8 juillet, un "fonds Covid Bordeaux Métropole zéro salarié" à destination des commerçants, artisans et entreprises qui ne rentrent pas dans les cases d'un précédent fonds d'urgence de 15 millions d'euros (7,6 millions versés) destiné aux entreprises de un à cinq salariés. Cette aide de 1000 euros sera versée aux "travailleurs indépendants, micro-entrepreneurs ou société commerciale n’employant aucun salarié" justifiant d'une perte de chiffre d'affaires de 40% entre le 1er et le 30 avril.

  • 10/07/20 | En juillet, les littoraux à la fête

    Lire

    Les 17, 18 et 19 juillet prochain se déroulera la seconde édition de la Fête de la Mer et des Littoraux sur l'ensemble des côtes françaises, y compris en Outre-Mer. L'occasion de découvrir les sports nautiques, "le patrimoine maritime local" et de décliner une programmation locale (expositions, conférences, rencontres, ect). La députée LREM du Bassin d'Arcachon, à l'initiative de l'évènement, a annoncé que le navigateur Yvan Bourgnon (également fondateur de Sea Cleaners), serait le parrain de cette édition.

  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Région présente son premier budget Néo Terra

13/12/2019 | Dans le budget primitif 2020 présenté ce lundi aux élus régionaux, l'exécutif régional flèche 70 millions d'euros sur les actions répondant à sa feuille de route Néo Terra.

Alain Rousset, Président de la Nouvelle-Aquitaine, et Andrea Brouille, rapporteure au budget

Les lundi 16 et mardi 17 décembre, les élus du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine se réunissent en séance plénière pour notamment voter le budget de l'année 2020, et à travers lui les actions de la politique régionale à venir. Mais plus encore que les années précédentes, ce vote budgétaire sera porteur de symboles puisqu'il est le premier à intégrer les orientations de la feuille de route Néo Terra. Adoptée par les élus en juillet dernier, elle vise à intégrer la dimension environnementale à l'ensemble des actions et politiques régionales. Une séance décidément forte en symbole car elle verra aussi le vote portant adoption définitive (ou pas...) du Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires. De nombreux autres dossiers seront aussi au programme dont, et là encore c'est un marqueur en matière d'aménagement des territoires, le vote des 11 derniers contrats de territoire (sur un total de 51). Focus ici sur le budget, certes "néo terrien", mais aussi en léger recul et bousculé par la réforme sur l'apprentissage.

Le Président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, et Andréa Brouille, sa vice présidente en charge des finances, ne contrediraient certainement pas ce que pointe le Ceser dans son avis du 11 décembre dernier : « Les changements fréquents de périmètre de compétences rendent difficile l’exercice d’élaboration d’un budget pour les Régions. » Pour cette année à venir, le gros changement, c'est l'impact de la réforme de l'apprentissage et de la formation professionnelle qui vient réduire à peau de chagrin la compétence de la région. Conséquence, « une perte de recettes en fonctionnement de 184 M€, et une moindre dépense de 123 M€, soit un impact de - 60 M€ sur l’épargne brute de la Région », précise Andréa Brouille. Ce à quoi s'ajoute aussi un second impact de - 62M€ sur l'épargne brute en lien avec la montée en puissance du Pric ( dispositif sur la formation des demandeurs d'emploi) doublé du décalage dans le temps des recettes de l'Etat pour compenser l'effort régional. Au total en facial, le Budget primitif 2020, apparaît donc en fonctionnement avec une évolution de -4,4 % des dépenses et -7,1% des recettes... Et la dynamique fiscale toujours positive à + 1,45%, est moindre que les années précedentes, et pour cause: "elle intégre des corrections de trop perçus de CVAE en 2018", précise les représentants de la région.

-22,2% d'épargne brut
Au global, du côté des « chiffres clefs », ce budget primitif, établi à 3,1 Mds d'euros pour 2020, est en recul de 3% par rapport à 2019, mais la hauteur des investissements est maintenu "stable" à 911 M€, « soit 31% du budget » souligne Alain Rousset. Le besoin en emprunt s'affiche en hausse de +10,6% , dans la droite lignée des années précédentes, et, du fait des impacts de la réforme pré-citée, l'épargne brute enregistre une forte baisse de - 22,2%.
Pour autant, cette année encore, « à budget constant, les dépenses de fonctionnement enregistrent une baisse de 0,44% », souligne la vice présidente ; ce qui permet au Conseil régional de rester dans les clous de sa stratégie budgétaire de mandature mais aussi des engagements pris dans le cadre du contrat financier avec l’État.
La maîtrise de ces dépenses, la région l'obtient grâce « au calibrage des crédits au plus juste, action par action », explique Andréa Brouille. Par exemple, sur les opérations de travaux sur les lycées, la proposition budgétaire 2020 est fixée à 178 M€, ce qui est au plus proche de la réalité des années 2018 et 2019 (où 160 M€ de dépense ont en moyenne été réalisés). « Et s'il s'avère que nous avons besoin de remettre des crédits de paiement, nous le ferons dans le cadre du budget supplémentaire ou de décisions modificatives. », ajoute la vice-présidente
En d'autres termes la région s'engage à ce que son taux de réalisation de ses politiques (déjà bon) soit encore meilleur. Ce qu'encourage d'ailleurs le CESER dans son avis du 11 décembre, même si sur l'exemple de la baisse des crédits de paiement sur les lycées le point de vue est plus nuancé. C'est même un « point d'inquiétude » pour les conseillers du CESER qui estiment à l'inverse que « la démographie de la Région nécessiterait que l’investissement soit plus important, et la réalisation prioritaire dans ce domaine essentiel, pour lequel la Région est en pleine compétence. »

Révolution verte
Quant à l'orientation politique de ce budget, il se veut être le premier acte fort de la révolution verte du Conseil régional puisqu'il est le premier à intégrer des actions et des politiques désormais labellisées Néo Terra. Ainsi près de 70 M€ (62 M€ en investissement et 8 M€ en fonctionnement) sont pointés vers des actions 100% issues de la feuille de route en question. Sont ainsi citées en exemple la transition agricole et la sortie des pesticides (37 M€) ; l’action pour la préservation de l’eau et du littoral (9 M€) ; celle en faveur de la biodiversité et des espaces naturels protégés (8 M€) ; la mise en oeuvre de la nouvelle compétence “Déchets et économie circulaire” (7 M€).
Autre exemple donné par le Président de la région : « le verdissement de la flotte des transports routiers et ferroviaires par la « remotorisation » des bus et TER via l'électrique ou l'hydrogène ». Concrètement en 2020, trois délégations de services publics sont renouvelées (Gironde, Dordogne et Deux-Sèvres) et jusqu’à 150 véhicules pourront être verdis à l'occasion de ce renouvellement de contrat. Sur la question des TER, deux expérimentations seront conduites en 2020, une sur l’hydrogène, l’autre sur les batteries électriques (avec Bombardier), afin d’asseoir un choix de technologie pour les remotorisations à mi-vie des locomotives diesel d’ici à 2-3 ans. L'animation et le développement d'une filière des batteries du futur autour de l'eco-système déjà présent en Nouvelle Aquitiane, fait d'ailleurs aussi partie de ces actions Néo Terra de même que l’intégration de la préoccupation écologique, énergétique et climatique aux politiques régionales de soutien aux entreprises.

Du côté du CESER, on salue l'orientation « néo terrienne » du budget proposé, tout autant que l'effort réalisé en direction du monde agricole pour une transition agro-écologique accélérée, mais, l'instance considère toutefois que « les 70M€ d'autorisations nouvelles ne semblent pas à la hauteur des ambitions affichées ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5185
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !