17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | La Région s'interroge sur l'égalité scolaire

22/05/2015 | En collaboration avec le Conseil National d'évaluation du système scolaire, la région Aquitaine a tenu ce jeudi 21 mai un séminaire sur l'égalité scolaire.

Plusieurs spécialistes ont répondu à l'appel de la région ce jeudi

Tandis que Bruno Lemaire et Najat Vallaud Belkacem s'écharpent à micros ouverts sur leur propre idée de la réforme du collège et que les syndicats luttent toujours pour son retrait, la région Aquitaine, en partenariat avec le CNESCO (Conseil National d'évaluation du Système Scolaire) a décidé de prendre un autre parti, celui de l'égalité scolaire. Elle a organisé un séminaire ce jeudi 21 mai qui faisait intervenir sociologues, professeurs et autres spécialistes de la question des inégalités. Le point d'orgue a été l'exposition des "marges de manoeuvre" des régions... qui n'ont pas manqué de faire vivement réagir Alain Rousset.

L'intervention ne rentre pas au coeur du sujet, mais elle tourne autour. Ce jeudi 21 mai, dans un contexte de réforme du collège qui passe mal autant pour les syndicats qu'au sein même de certains élus de la majorité, la région Aquitaine a décidé de tenir un séminaire portant sur l'égalité scolaire. Au menu de la journée, différentes conférences sur les inégalités, risques d'échec scolaire et autre mixité sociale, mais surtout une conférence sur "les marges de manoeuvre des régions contre les inégalités scolaires" en guise de point d'orgue. En préambule de ce débat en présence notamment de Jean-Paul Delahaye, inspecteur général de l'éducation nationale et d'une poignée d'autres intervenants, c'est Alain Rousset qui a ouvert le débat avec un discours plutôt remonté contre l'Éducation Nationale.

Un Président véhément"Je ne suis pas simplement là pour construire et équiper les classes des lycées, pour obéir, le doigt sur la couture du pantalon, à un Ministère qui est très éloigné de la réalité", a dénoncé avec véhémence le Président de la région Aquitaine. Ce qui nous intéresse, c'est le parcours de réussite des jeunes, c'est l'expérimentation, le fait que l'on co-pilote l'éducation. Un jour, au moins pour l'enseignement professionnel et agricole, ce sera la région qui sera le responsable de tout. La première question à poser à l'Éducation Nationale, c'est: est-ce-qu'on peut parler librement ? Ne peut-on pas se sortir des tabous ?".

Également en ligne de mire de l'élu, les cours privés. "Aujourd'hui, les familles les plus aisées peuvent inscrire leurs enfants dans des systèmes de cours privés. Non seulement elles peuvent les inscrire parce qu'elles en ont les moyens, mais parce que l'Etat leur a proposé une déduction fiscale. Le système "Allô prof" (organisme d'aide aux devoirs qui a pour but d'offrir gratuitement ses services à tous les élèves du primaire et du secondaire, initiative provenant du Québec), c'est 50% d'échec scolaire en moins. Nous allons mettre en place en Aquitaine un système Alloprof, et je sais que j'aurai l'appui du recteur parce que les discussions ont eu lieu. Si ça marche, je ne vais quand même pas avoir une protestation des organisations syndicales, parce que leur travail en sera facilité". Le président de la région Aquitaine est resté ferme sur ce point, et on pourrait voir débarquer dans les mois qui viennent un système similaire dans la région. 

Un système à bousculerPlusieurs points intéressants ont notamment été abordés lors de cette plénière. Notamment le point de vue d'Olivier Dugrip, recteur de l'académie de Bordeaux, tout acquis à la cause de l'Education Nationale. "Le but du service public, c'est d'assurer l'égalité de tous ses usagers. Pourtant, la massification engagée depuis des années ne s'est pas accompagnée d'une démocratisation, et il existe encore des élèves issus de la grande pauvreté qui n'ont pas accès aux mêmes formations que les autres. Nous avons les moyens techniques de répondre à ce défi, c'est l'un des objectifs de la réforme du collège", a souligné le responsable, rapprochant ainsi ses convictions personnelles avec l'agitation politique du projet de loi. 

Les raisons de ces inégalités croissantes (selon les chiffres cités, 90% des enfants de cadres enseignants ont le bac contre 40% des enfants ouvriers) ont été brièvement expliquées par Jean-Paul Delahaye : "les inégalités se sont déplacées dans le système. C'est le poids de l'origine sociale qui pèse aujourd'hui le plus dans le système scolaire. Il y a toujours 1,2 millions d'écoliers qui sont classés en situation de pauvreté, c'est 10% de la population scolaire, et on en parle beaucoup moins que les élèves qui prennent des options... Beaucoup de choses se font, le système n'est pas inerte, mais on ne passe pas de cette action locale à une généralisation". Selon le spécialiste, nos lycées coûteraient ainsi 15% de plus que ceux des autres pays. "Ces inégalités sont inhérentes au fonctionnement même de notre système éducatif, conçu pour trier, pour sélectionner. C'est pour ça qu'il y a des protestations à chaque fois qu'on veut le bouger, le bousculer". 

Si les discussions ont été quasiment stériles d'annonces, elles ont eu au moins le mérite de repositionner la région sur la question des réformes scolaires. Le décret et l'arrêté concernant la réforme du collège ont été inscrits dès ce mercredi au Journal Officiel, au lendemain des manifestations, une preuve pour certains que le gouvernement ne compte pas reculer, quitte à passer en force comme pour la loi Macron (scénario tout de même plutôt improbable sauf surprise). En attendant, plusieurs syndicats (dont Sud, FO et la CGT) ont prévu une "journée nationale des collèges" pour décider d'un éventuel mouvement de grève. Elle est prévue le 4 juin prochain. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6649
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !