Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La Rochelle : début de campagne pour Olivier Falorni

17/09/2019 | Le député de La Rochelle-Ré Olivier Falorni part en campagne pour les prochaines municipales. Il a fait sa première réunion politique ce lundi soir

Olivier Falorni lors de sa première réunion publique de campagne

« J’ai un scoop pour vous : je suis candidat aux municipales ! ». C’est avec cette sentence en forme de boutade que le député Olivier Falorni a annoncé officiellement sa candidature lundi 16 septembre au soir devant un parterre de quelque 200 personnes, dans la salle du Grand Arsenal, à deux pas de sa permanence. Boutade car Olivier Falorni s’était déjà déclaré dans le quotidien Sud Ouest et sur les réseaux sociaux début septembre. « C’est notre premier rendez-vous et il y en aura bien d’autres d’ici les élections », a-t-il promis à son auditoire.

Si le député de la circonscription rochelaise a tenu à lancer sa campagne un peu plus de six mois avant l’échéance, « c’est pour prendre le temps d’écouter », a-t-il affirmé, ne manquant pas d’écorcher au passage l’actuel maire, « l’écoute, c’est ce qui a manqué au cours de cette mandature ». « Je ne vais pas vous présenter ce soir un programme ficelé en 25 points », a-t-il poursuivi, argumentant vouloir le construire en concertation avec les rochelais, au fil de réunions publiques. Il en a tout de même présenté les grandes lignes, brossées en quelques coups de pinceaux dans un discours d’introduction d’une vingtaine de minutes.

« Je veux faire de la qualité de vie une  priorité. Ce qui implique notamment une meilleure sécurité des biens et des personnes, ainsi que la propreté des espaces publics », a-t-il débuté avant d’être interrompu par une salve d’applaudissements d’une audience majoritairement séniore. « Je veux faire de la solidarité active auprès des plus fragiles et avoir un environnement de qualité ». 

Une centaine de personnes ont écouté le candidat aux municipales ce soir là

 

L’urbanisation a très vite été au cœur de son discours, puis des débats qui s’en sont suivis. « Je constate qu’il y a une urbanisation à outrance », a-t-il déclaré, faisant référence au programme de construction de quelques centaines de logements par an lancé par l’actuelle municipalité, critiquant à la fois le manque de parkings pour se garer en centre-ville et le manque de verdure. « Ne tombons pas dans le piège de l’hyper-densification », a-t-il prévenu, fustigeant le comblement des « dents creuses » par des petits immeubles, dénaturant selon lui l’unité architecturale de certains quartiers. « Ca ne sert à rien d’être dans la recherche effrénée d’habitants […] La force de notre ville, c’est d’être une ville moyenne et attractive. La Rochelle n’a pas besoin de devenir une métropole de 100 000 habitants ». Il rejoint tout de même Jean-François Fountaine sur la nécessité de faire revenir les familles et les actifs travaillant à La Rochelle au cœur de la ville, plutôt que de les laisser s’installer en Aunis ou dans le sud Vendée. Mais à la construction, il préfère miser sur la récupération de logements privés vacants dans le centre-ville, généralement des bureaux inoccupés ou des logements de vacances. Il n’a toutefois pas précisé comment il s’y prendrait, tout en rappelant  que l’Etablissement public foncier (EPF) avait la capacité à préempter sur des biens immobiliers en vente pour en faire des logements accessibles.

« Une ville qui ne laisse pas de place à la voiture
est une ville condamnée à mourir à petit feu »

Entre autre promesses faites ce soir là, il a promis de faire replanter chaque année 500 arbres à travers la ville. Il a également soumis l’idée de créer un parking à Notre-Dame et un autre à l’hôpital. Et de revoir le sens de circulation, dont il juge absurde un certain nombre de sens uniques mis en place par la municipalité actuelle. A une dame qui suggérait de dédier une partie du centre-ville à un usage exclusivement piétonnier,  Olivier Falorni a donné tout de suite le ton : c’est non. « « L’avenir est dans les voies partagées, semi-piétonnes, à l’image de la rue Gargoulleau (petite rue accédant de la place de Verdun à la place du marché, NDLR). Une ville qui ne laisse pas de place à la voiture est une ville condamnée à mourir à petit feu », estime-t-il, tout en rappelant bien que la ville n’a, historiquement, pas été dimensionnée pour la voiture. Il a ainsi insisté sur le nécessaire développement des mobilités douces et de voies cyclables, ce que fait actuellement la mairie, mais lui déclare vouloir s’y prendre autrement. « Il y a des pistes, on a l’impression qu’on a juste posé un coup de peinture parce que c’est dangereux », constate-t-il, qualifiant également d’absurde certaines voies en sens uniques où les vélos vont à contresens.  Conscient que le thème de la circulation en ville « est un débat qui reviendra toujours, tout comme celui de concilier voitures, vélos et trottinettes », il a promis des concertations publiques avec ses futurs administrés, et des « essais », comme un test sur un ou deux ans de la gratuité des bus rochelais. « On fera des erreurs, et même sûrement des conneries », a-t-il prévenu, « l’essentiel, c’est de savoir revenir dessus et de les corriger ».

 

Des réactions en chaîne

Même si sa candidature ne faisait plus de doute depuis plusieurs mois, l’annonce officielle d’Olivier Falorni le 8 septembre a semblé déclencher des réactions en chaîne. Quelques jours après cette annonce, l’actuel adjoint aux mobilités de Jean-François Fountaine, Jean-Marc Soubeste (EELV), a fait savoir qu’il présenterait quant à lui une liste écologiste indépendante, « composé d’un collectif de citoyens ». Dans la foulée, on apprenait lundi soir, juste avant la réunion d’Olivier Falorni, la démission de deux personnes de l’entourage municipale de Fountaine : Jean-François Faget, ancien maire de Charron et médiateur de la ville de La Rochelle depuis 2014 ; Jean-Claude Cosset, retraité de la gendarmerie et citoyen bénévole du comité d’éthique mis en place par le maire à son arrivée en 2014. Dans son communiqué, la municipalité le remercie « de ses conseils » et tient « à le rassurer : les services et les élus de la ville sont très soucieux du respect scrupuleux des règles électorales », avant de lui souhaiter une sorte de bonne continuation par ces mots : « Nous espérons qu’il sera aussi exigeant envers le Député désormais candidat et les moyens mis à sa disposition par l’Assemblée Nationale. »

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
6733
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !